Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 09:01

CLIN D'OEIL

numerisation0785.jpg

En plein travail de recherche sur le peuple Burgonde, j'y retrouve nombre de Burgunder, c'est ainsi que je viens de croiser cette information que je vous transmets sous forme d'un clin d'oeil.

 

Le quartier Burgunder à Blûmpliz (Berne)

vient de fêter ses trois ans d'existence sans voitures

 

Des logements sans parking? Impossible il y a encore quelques années. Mais en 2011, Burgunder, le premier lotissement sans voitures de Suisse a vu le jour à Berne-Bümpliz, grâce à un accord avec la ville. Les 80 appartements répartis dans trois immeubles respectent la norme Minergie-P-Eco (1). Leurs locataires doivent s’engager à ne pas posséder de voiture, toute infraction entraînant la résiliation du bail. Mais le lotissement est bien desservi : la gare de Bümpliz Sud est tout près et le centre du quartier à cinq minutes à pieds.  

 

La région Bernoise est très engagée pour limiter le trafic automobile à commencer par les restrictions en centre ville et son projet de péage. Sur la base des études menées, le canton, la région et la ville de Berne concluent que l’introduction d’un péage routier constituerait aussi dans la région de Berne un bon moyen pour produire le désengorgement souhaitable et générer des ressources financières absolument nécessaires. Or, les conditions ne sont pas réunies à l’heure actuelle dans le droit fédéral. Le canton, la région et la ville demandent donc à la Confédération de créer les bases légales nécessaires à la réalisation d’expériences pilotes. Un large débat politique pourrait alors s’engager. Ces recettes supplémentaires pourraient être affectées au développement nécessaire des transports publics et à l’allègement de la fiscalité pour l’ensemble des contribuables.
 
En attendant il faut faire preuve d'imagination, et si la solution dans la durée passait d'abord par l'urbanisme ?  D'où le concept des immeubles Burgunder. Leur implantation s'opère dans la proximité  (quelques minutes à pieds) d'un réseau urbain de transport public très développé. Aucune place de stationnement n'est prévue et pour ce faire, il a fallu une dérogation à la loi qui impose des parkings souterrains pour toutes constructions nouvelles. A la place des garages, ce sont des pièces semi-enclavées qui ont été aménagées. Elles sont louées, ce qui a généré une économie sur le coût de construction et celui des loyers. Certains ont pu installer leurs bureaux dans ces pièces évitant ainsi les déplacements. Les habitants des immeubles Burgunder sont de grands adeptes du vélo. Il y en a de toutes numerisation0757.jpgles tailles pour les 82 familles qui vivent ici depuis un à trois ans.  Ils sont organisés en deux associations pour gérer les affaires communes. "La liberté n'est pas liée à la voiture" témoignent les habitants, "en partant de chez moi, en deux heures je suis à Genève et en une à Zurich, en voiture ce n'est pas possible". La clef du succès du concept est la présence d'un réseau de transports publics efficace. Il faut savoir que 45% des ménages de Berne ne possèdent pas de véhicules, 44% à Zurich et 52% à Bâle
 
(1) MINERGIE-P est un label Suisse pour les bâtiments nouveaux et rénovés à basse-consommation d'énergie qui vise une consommation d'énergie encore plus basse que le standard MINERGIE.
Les conditions suivantes doivent-être remplies:
  • La demande de chaleur 60% ou moins de la limite de la norme SIA 380/1,
  • Demande de capacité de chaleur spécifique,
  • Renouvellement de l'air grâce à un système de ventilation avec récupération de chaleur,
  • Indice énergétique pondéré <30kWh/m2,
  • Preuve du confort thermique en été,
  • Dépenses supplémentaires (éclairage, réfrigérateurs et générateurs de chaleur commerciaux) selon la catégorie de bâtiment,
  • Étanchéité à l'air de l'enveloppe du bâtiment,
  • L'efficacité énergétique des appareils électroménagers,
  • Limitation des coûts supplémentaires par rapport à une construction traditionnelle à un maximum de 10%,
Le MINERGIE ECO Standard considère les exigences écologiques et sociales et peut être combiné avec le MINERVIE-P conduisant à la norme MINERVIE-P-ECO.
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 15:14

HOMOPHOBIE, C'EST QUOI LE PROBLEME ? 

LA SEXUALITE ?

"L'ordre symbolique" dont les fondements n'ont pas d’autre contenu et d’autre objet que l’exclusion sociale et ecclésiale des homosexuels produit de la descrimination, dont l'acte ultime fut la déportation par les nazis..

537455 10200247746458452 644283439 n

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, n'a pas froid aux yeux. Selon lui, le mariage homosexuel ouvrirait la voie à la polygamie et à l'inceste, "Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l'interdiction de l'inceste tombera", a-t-il ajouté, lors de cet entretien réalisé avec la participation de l'AFP. Pas fou, il n'a pas parlé de pédophilie... "C'est une rupture de société" estime le cardinal. Mais la vraie vie c'est quoi ? Tout ce dont il parle existe déjà mais aujourd'hui planqué sous le vernis d'un improbable "ordre symbolique" dont les fondements ne sont jamais déterminés par ceux qui s'en réclament et qui défendent la tradition supposée d'une institution sacrée en Occident par le mariage hétérosexuel depuis deux millénaires...

63707 391291277612096 781423227 n

Au regard de l'Histoire c'est faux. Regardons ce qu'est le mariage il y a deux mille ans. Selon les défenseurs le mariage chrétien réservé aux couples hétérosexuels serait une institution ancestrale et aussi ancienne que l'implantation du christianisme comme religion d'Empire dans le monde romain au IVè siècle. Cependant, ils ont bien du mal à trouver des arguments dans le modèle du mariage romain dont la première grande différence radicale avec nous fait que les Romains sont essentiellement inégaux devant la loi à commencer entre homme et femme et citoyen et esclave. Or en France, c'est le droit romain qui est le fondement du droit privé au Moyen Âge...

En visitant l'Antiquité et ce Moyen Âge, c'est aussi interroger notre propre relation à la sexualité. Aujourd'hui le débat autour du mariage pour tous doit en interpeller plus d'un si l'on observe les réactions passionnelles qu'il déclenche. Le mariage est d'abord et dans tous les cas un instrument de construction sociale. A l'observation, il n'a jamais été la seule forme d'union possible et n'a pas toujours concerné exclusivement les couples hommes-femmes. Au premier millénaire chrétien, les unions hétérosexuelles sont des opérations strictement civiles comme les alliances entre familles ou transmission des patrimoines. C'est une affaire de laïcs qu'ils faisaient ou défaisaient en fonction des besoins. On observe également que les aristocrates christianisés du haut Moyen Âge pouvaient pratiquer une polygamie hiérarchisée, avec épouse principale et épouses secondaires, comcubines, et l'intégration des bâtards dans la parenté, ou encore engager des mariages entre consanguins proches. Dans le même temps et au moins jusqu'au XIè siècle, la condition banale des prêtres était d'être mariés, malgré la rigoureuse législation écclésiastique nombre d'entre eux le demeurèrent. Qu'en est-il aujourd'hui ? 

299569 454375914617022 138434631 n

C'est à partir du XIIIè, que le modèle unique du mariage christianisé en Occident est universellement érigé en sacrement lors du concile de Latran en 1215. Il ne se diffusera que lentement  et non sans résistances dans le temps. Depuis, malgré la mise en place de ce modèle de mariage dominant, les hommes et les femmes vivent leur vie, ce qui n'est pas sans créer des situations parfois étonnantes, difficiles et pleines de souffrances, y compris pour les enfants. Il est grand temps de mettre à bas l'hypocrisie ambiante et de prendre en compte dans la loi toutes les réalités de chacune et chacun de nos concitoyens en abolissant les discriminations grâce à une égalité de droits..    

734155 454377041283576 313651052 n3397 454376224616991 2070638815 n

429116 454376411283639 1287848502 n

14976 454376187950328 1433031258 n

226689 454375924617021 180404878 n

En croisade et parmi d'autres, les groupes supplétifs du discours homophobe de la hiérarchie de l'épiscopa catholique de France...

285181 454373671283913 1649074027 n

Croyants monothéistes unis dans la rue et dans une même ferveur contre de nouveaux droits qui ne remettent nullement les leurs en cause...

 

En descendant du haut de la page, les photos 2,3,4,5 et 6 : Jacob Khrist

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 11:31

QUE D'HYPOCRISIE RELIGIEUSE !

936 4166800362267 79967346 n

Jamais mariés pour les catholiques en principe oui, mais combien d'hommes du clergé ont une compagne clandestine et planquée dans l'ombre. Jamais parents, bien-sûr que si... Ce n'est pas le royaume des cieux, la réalité est plus crue, c'est le royaume de l'hypocrisie... Tant qu'à la filiation, basta. Pourtant ils sont hétéros et il y a bien un papa et une maman, mais chut on n'en parle pas. Que de mensonges !

305163 454370664617547 995258125 n

196808 594135190602467 1809411771 n

POINT DE VUE DU PHILOSOPHE MICHEL SERRES SUR LE MARIAGE GAY  

 

Cette question du mariage gay m'intéresse en raison de la réponse qu'y apporte la hiérarchie ecclésiale. Depuis le 1er siècle après Jésus-Christ, le modèle familial c'est celui de l'église, c'est la Sainte Famille.

Mais examinons-la. Dans la Sainte Famille, le père n'est pas le père : Joseph n'est pas le père de Jésus... Le fis n'est pas le fils : Jésus est le fils de Dieu. Joseph, lui, n'a jamais fait l'amour avec sa femme. Quant à la mère, elle bien la mère mais elle est vierge. La Sainte Famille, c'est ce que Levi-Strauss appellerait la structure élémentaire de la parenté. Une structure qui rompt complètement avec la généalogie antique, basée jusque-là sur la filiation : on est juif par la mère. Il y a trois types de filiation : la filiation naturelle, la reconnaissance de paternité et l'adoption. Dans la Sainte Famille, on fait l'impasse tout à la fois sur la filiation naturelle et sur la reconnaissance pour ne garder que l'adoption.

L'église donc, depuis l'Evangile selon Saint-Luc, pose comme modèle de la famille une structure élémentaire fondée sur l'adoption : il ne s'agit plus d'enfanter mais de se choisir, à tel point que nous ne sommes parents, vous ne serez parents, père et mère, que si vous dites à votre enfant "je t'ai choisi", "je t'adopte car je t'aime", "c'est toi que j'ai voulu". Et réciproquement, l'enfant choisit aussi ses parents parce qu'il les aime.

De sorte que pour moi, la position de l'église sur ce sujet du mariage homosexuel est parfaitement mystérieuse : ce problème est réglé depuis près de 2 000 ans. Je conseille à toute la hiérarchie catholique de relire l'Evangile selon Saint-Luc. Ou de se convertir.

2012 ou 1512424127 454373517950595 1883264816 n

 Entre religions, on serre les rangs

541694 594151370600849 883594155 nPourquoi une liberté de plus pour d'autres lui fait si peur alors que cette loi n'empute pas la sienne, ni celle des "croyants" toutes religions confondues ? C'est quoi cette hystérie que l'on croyait d'un autre âge ?  

 

En descendant du haut de la page, les photos 2,3,4 et 5 : Jacob Khrist

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 16:44

VIVE CHARLOTTE, LA SECONDE VIE DE RENE DUMONT 

Originaire du Québec où elle vivait, Charlotte Paquet-Dumont est décédée le dimanche 6 janvier 2013. C’est le samedi 19 qu’elle a été inhumée à Windsor (Québec).

Admise à l’hôpital avec un diagnostic d'insuffisance cardiaque sévère, elle a été victime d’un accident vasculaire cérébral fulgurant dont les médecins n'ont pu la sauver.

Fille d’une famille ouvrière, elle s’engage dans la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) où elle construit son engagement autour des droits sociaux et ceux des femmes. La JOC l’ouvre à l’international. Elle n’est pas scientifique mais une femme de conviction, passionnée, militante et permanente de divers organismes autour de charlottela coopération internationale avec vivacité et beaucoup de compétence. En 1968, elle rencontre René Dumont l’agronome qui est invité fréquemment dans les universités du Québec. N’a-il-il pas publié en 1962 « l’Afrique noire est mal partie » qui fit grand bruit à l’époque ?

Elle garde et entretient le contact avec l’agronome et en 1982, après son divorce, devient sa seconde épouse. Aux cotés de René Dumont avec une grande efficacité, elle collabore à l’ensemble de ses travaux et l’accompagne dans ses voyages d’études en précieuse collaboratrice. Dans les années 80 et début 90 René participait beaucoup à ECOLOGIE-Infos et c’est Charlotte qui suivait avec une grande attention le bon déroulement de cette participation. Je garde en mémoire les nombreux échanges de travail que nous avons eus ensemble.

Avant les années 1980, elle n’était pas écologiste. Sa prise de conscience s’est faite durant les années 80 mais en complément de ses engagements précédents. Elle participa à l’écriture d’un certain nombre d’ouvrages avec René.

Enseignant à l’Institut national agronomique de 1933 à 1974, René Dumont a porté la parole de l’écologie politique lors de l’élection présidentielle de 1974. Il s’est toujours refusé d’en être le fondateur, ce qui est exact, même s’il a toujours soutenu le Mouvement Ecologique et les Verts par la suite. René fut avant tout un agronome de terrain sur tous les continents. Il fut aussi un militant du développement afin de lutter contre la numérisation0774famine, c’était un tiers-mondiste (altermondialiste avant l’heure…), c’était un pacifiste et humaniste devenu écologiste après l’étude du rapport du Club de Rome en 1971. En 1973, il publie « L’Utopie ou la Mort » qui reste toujours d’une cruelle actualité. Pédagogue hors pair, il fut un auteur prolifique.

Après son décès le 18 juin 2001 à 97 ans, Charlotte a beaucoup œuvré pour la mémoire de René Dumont, mais surtout pour continuer de faire vivre aujourd’hui les grandes questions toujours d’actualité qu’il a posées il y a plusieurs décennies. Avec la mise en place de la Fondation René Dumont dont elle était présidente d’honneur, Marc Dufumier en étant le président, elle a contribué à assurer la transmission. Elle a donné toutes les archives et objets personnels de René au Musée du Vivant à l’Agro Paris Tech et au Centre International de Recherche sur l’Ecologie (CIRE).

En 2011 pour la journée d’hommage organisée par la Fondation René Dumont, et en 2012 à l’occasion du cinquantenaire de l’édition de « L'Afrique noire est mal partie » elle n’a pu traverser l’Atlantique pour des raisons de santé.

Charlotte est partie je pense avec le sentiment du devoir accompli, de la transmission réalisée Jusqu’au bout, elle aura été la collaboratrice exceptionnelle de son mari non moins exceptionnel en assurant la pérennité et la mémoire de son œuvre. En redonnant une seconde vie à René, n’est-ce pas la preuve indéfectible de son engagement et de son attachement à l’homme et au travail d’une vie riche et accomplie. Merci Charlotte, merci Madame Charlotte Paquet-Dumont, reposez en paix.

 

numérisation0773 

 

La vidéo est extraite du réseaumémoireenvironnement.worldpress.com

photo de la Fondation René Dumont

Dessins:  Hudel n°2 de l'ECOGRAPHE une publication APRE 2ème trimestre 1974

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 15:18

MAIS CERTAINS PLUS QUE D'AUTRES

Quel acharnement à refuser des droits à d'autres, alors que les leurs ne sont nullement remis en cause, c'est de la discrimination...

14573 10152070835210995 365693598 n

227690 544511802226791 1813098730 n

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 14:41

ALLEZ COMPRENDRE !

L'homme foule la terre de ses pas depuis 1,52 Million d'années environ. Les dieux et croyances d'aujourd'hui sont apparus respectivement il y a 5773 ans pour le Judaîsme, 2500 ans pour le Bouddhisme, 2013 ans pour le Christianisme et 1434 ans pour l'Islam c'est-à-dire à l'échelle du temps il y a 5 minutes... Qu'ont-ils fait avant ? à méditer...  

532210 511773985507816 982128158 n

376474 2229566467350 773282279 n

La petite famille idéale au retour de la manif de Paris d'aujourd'hui 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 09:02

UNE AFFAIRE DANS L'AIR DU TEMPS  

397028 3874001138553 1592533389 nQuelque chose ne tourne pas rond dans la Venise du Gâtinais. En mai dernier nous avons eu un reportage sur France 2 concernant les électeurs du Front National trop nombreux dans le Gâtinais. Ensuite nous avons fait la Une du Monde du 16 octobre qui mentionne Montargis comme l'une des 8 villes au bassin d'emploi cumulant une hausse record du chômage depuis 2007 (+35%) et un taux de chômage élevé (13,3%, au deuxième rang derrière celui de Tergnier Aisne). Puis dans le prolongement, courant novembre au 20h de France 2, un reportage dans Montargis. Une jeune fille nous explique (à juste titre) l’impossibilité de trouver un emploi dans ses compétences et qui décide de quitter non seulement notre ville, mais aussi la France en direction du Québec. Après échange sur les réseaux sociaux, colocation à son arrivée, à l’essai dans l’emploi, et embauchée huit jours après. En décembre,  c’est le Père Noël dans une maternelle de la ville qui fait la une des TV, des radios et de la presse écrite et tourne en boucle sur le web de France et de Navarre avec la production d’un fort mauvais conte. Décidément question image, on n’en loupe pas une côté promo !

 

C’est le bouche à oreille qui m’a appris cette rumeur. Ma première réaction fut de prendre cette histoire de Père Noël sur le ton de la galéjade. Mais la lecture des deux pages consacrées à ce sujet, je dis bien deux pages dans l’hebdomadaire local « L’Eclaireur du Gâtinais » du 13 décembre m’a fait changer de ton. Je suis passé d’un étonnement quelque peu amusé à une consternation absolue. A l’évidence c’est le triomphe d’une inculture généralisée et collective, y compris chez ceux qui, sautant sur l’évènement, l’instrumentalisent par une récupération politicienne nauséabonde et totalement déplacée ce qui pour le moins ne relève pas le niveau du débat afin de sortir de cette histoire par le haut. .

Retour sur les faits de la bêtise ordinaire

L’histoire débute le 26 octobre dernier lors du conseil d’école de la maternelle du Grand-Clos. Jean-Paul Fonteneau, l’adjoint au maire en charge des affaires scolaires, passe à cette réunion mais n’assiste pas à la totalité de l’ordre du jour. Après son départ, sous la houlette de la directrice ; il est décidé de modifier la fête de Noël qui cette année se ferait sans Père Noël. Contrairement à ce que certains avancent, ce choix n’est pas lié à l’état des caisses de la coopérative scolaire qui est l’alibi mis en avant. Ce choix est de caractère pédagogique. Ce qui aurait pu être un non-évènement, malheureusement va faire un buz national.

 

En effet, c’était sans compter sur la malveillance anonyme bête et méchante via les réseaux sociaux. Bien évidement l’inélégance et la lâcheté sont au rendez-vous. La pièce jointe « anonyme » d’un mail d’une « montargoise consternée » met le feu aux poudres et se répand partout sur le web. Elle dénonce les pressions dont aurait fait l’objet la directrice de la part « d’une poignée de mères de familles de confession musulmane ». En résumé, ces parents d’élèves auraient décidé que le Père Noël n’est pas à sa place à l’école. Or ces parents n’ont rien dit de tel, mais bravo la rumeur qui tente de faire croire à une « islamisation » de cette école maternelle. C’est du grand n’importe quoi ! En attendant c’est une avalanche d’appels téléphoniques bien-sûr 65149 3857777332968 1170430738 ntous anonymes, de gens qui n’ont rien à voir avec l’école voire même avec Montargis qui s’abat sur la directrice, l’équipe enseignante et Monsieur Fred Jean-Charles l’inspecteur de l’Education nationale. Appels menaçants, pleins de haine et de racisme. Une plainte contre X a été déposée compte tenu de l’état et de la gravité de ces menaces. Reste que, comme le dit l’adjoint Jean-Paul Fonteneau, « depuis plusieurs années une poignée de familles de confession musulmane ce jour là ne participent pas et n’envoient pas leurs enfants à la fête ». Pourtant il semble que ces familles n’aient fait aucune pression auprès des personnels de l’établissement et n’ont eu aucune revendication anti-Père Noël !

Essence contre incendie

Afin d’enrayer cette rumeur, la directrice s’adresse aux parents via le bulletin de liaison. Le contenu du message et le choix des mots, ne peuvent hélas qu’amplifier le malaise. Vu le climat ambiant et loin de calmer le jeu, le choix des mots de ce message en rajoute : « Cette année, afin de respecter différentes croyances, ainsi que les valeurs de l’école laïque, le Père Noël ne viendra pas à l’école (…) »… Maladresse dit l’inspecteur de l’Education nationale tout en apportant son soutien à la directrice. « Certains enfants croient au Père Noël, d’autres non » déclare la directrice pour se défendre, « si j’avais voulu parler de religion, j’aurais écrit « religion »… ! Le problème c’est que ce choix des mots s’est fait après le début de la polémique, alors pourquoi ne pas avoir expliqué simplement la démarche avec des mots qui ne portent pas à équivoque ? Dans le cas présent nous sommes bien en présence d’une grande maladresse de vocabulaire. On n’éteint pas un incendie avec de l’essence…

 

DU COTE DES REACTIONS LOCALES 

 

556728 4593553889770 345421632 nJe reviens sur les réactions de la presse locale. Le quotidien la République du Centre tout en relatant les faits sans complaisance termine sa page positivement par « La fête sera belle, même sans le Père Noël… ». L’hebdomadaire « L’Eclaireur du Gâtinais » (même groupe de presse que le quotidien :) s’étale sur deux pages. C’est un patchwork d’édito, des faits relatés, de communiqués syndicaux, politiques, professionnels et de courriers. Hormis l’article « Le Père Noël au piquet » produit par la rédaction et qui présente de façon factuelle l’évènement et qui à lui seul aurait pu être une réponse appropriée à la rumeur, rien d’autre qui ne permette aux lecteurs de comprendre vraiment le pourquoi du comment de cette histoire. Bien au contraire c’est une surenchère de polémiques.

Un édito dans la tradition

Commençons par l’édito : les premiers deux tiers ne dérapent pas mais son auteur égal à lui-même termine sur des considérations autour de « revendications  minoritaires » « Pourquoi faudrait-il-il abolir nos traditions, et pire encore nos valeurs » question valeurs faudrait savoir de quoi il parle puisque plus haut dans son texte il écrit en parlant du Père Noël « qu’il est devenu un pur produit du consumérisme.. » ? En clair, notre éditorialiste n’a pas remarqué, enfermé qu’il est dans le bureau de son journal, comme d’autres dans leur tour d’ivoire, que ce qu’il nomme si bien « la tradition » à commencer par le Père Noël, est en mouvement constant. La « tradition » est tout sauf figée. Tant qu’aux valeurs, elles aussi sont en mouvement perpétuel. Il aurait été mieux inspiré, afin de bien nourrir ses lecteurs de mettre en perspective dans l’histoire y compris récente, ce que furent les évolutions des traditions et des valeurs qui sont ses références à moins que cela soit dans son imaginaire, plutôt des stéréotypes comme autant de vérités révélées.

Syndicats: laïcité contre laïcité

De leur coté, les syndicats s’ils sont dans leur rôle dans la défense des personnels enseignants, ils ne font pas mieux que l’éditorialiste local. Solidaire parle « des réactions de certains parents et celle du maire de Montargis remettent gravement en cause les valeurs fondamentales de laïcité et de liberté pédagogique des enseignants ». 547608 566673570015720 1891790237 nEtranges propos qui contredisent l’équipe enseignante de l’école qui a déclaré publiquement : « il n’y a eu de pression de quelconques parents d’élèves » ( ?). Tout n’aurait pas été dit implicitement ou explicitement autour de l’absentéisme de la fête d’enfants ? A propos du Père Noël, ce type de déclaration me semble être un contre sens puisque ce serait au nom de la laïcité que serait évacué le très laïque bonhomme accusé dans les années 50 de paganisme par les chrétiens. De son côté Sud Education reprend à son compte ceux de Solidaire, en déclarant que « le respect du principe de laïcité s’oppose à ce que des thèmes religieux, de croyance, ou d’ordre moral, soient imposés aux équipes enseignantes ». Sans doute il est peut-être fait référence à la croyance ou non des enfants au Père Noël ? Mais sincèrement, ce n’est pas cette croyance-là qui menacerait la laïcité. Quand la directrice avance cet argument, le ravage du mail anonyme est avéré et s’est  répandu partout sur le web. De plus, je n’ai jamais vu de Père Noël dans une crèche, si bien que plus laïque que moi tu meurs. Tout cela n’a pas de sens.

 

Les trophées de cynisme de ces deux pages sont les communiqués du FN et du PC, qui en tant que politiques sur un tel sujet, devraient conserver d’avec l’événement de la distance dans une posture d’apaisement afin de livrer à nos concitoyens des avis qui éclairent le sujet plutôt que de l’instrumentaliser et polémiquer à des fins partisanes. Rien qui n’élève le débat, c’est le ras des pâquerettes absolu.

FN une inculture primaire à l’état pur

Bernard Chauvet, le leader départemental du FN, met le Père Noël à toutes les sauces. Il délire autour «des valeurs, les mœurs, les habitudes, les coutumes, la culture, la cuisine, les institutions françaises, la Marseillaise… », avec en prime un rappel « à nos racines chrétiennes… », le tout assaisonné de menaces à peine voilées contre les personnes issues de l’immigration et particulièrement musulmane, une vraie et peu ragoutante bouillie. Bien sûr que la France existe, mais elle bouge tous les jours et n’est pas figée dans un « modèle » d’une époque fantasmée par ignorance de l’histoire. Ainsi aujourd’hui en France les églises sont vides, quand elles ne sont pas à vendre… Il est clair que pour ce conseiller régional cette histoire s’écrit et se 426020 280863251977503 384288466 nproclame sur ses opinions et non sur un savoir et une connaissance. Nous sommes dans une incantation idéologique et une propagande qui n’ont franchement rien à voir avec le Père Noël, sinon pourquoi parler de « charia » ? Concernant « nos racines chrétiennes », je tiens à rappeler au sieur FN que les trois religions abrahamiques ou monothéismes (Judaïsme, Christianisme et Islam) sont toutes trois nées au Moyen Orient et que l’Occident et la France ne sont pas les racines de la chrétienté. Ils s’y sont soumis pour des raisons politiques de l’époque. Voilà pourquoi il est toujours important de savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va !   . .

 

PC l’opposition n’autorise pas tout

Pour Jacques Reboul et ses compères cette histoire est une opportunité inespérée pour se faire valoir dans leur bonne gauche à la majorité UMP de la ville. « Personne n’est dupe, il s’agit bien là d’une campagne politique. Alimentée par un message anonyme qui plus est ! Il est absolument irresponsable de la part d’un député-maire d’attiser les tensions et de jouer avec le feu en inventant des soi-disant tensions religieuses et communautaires qui n’existent pas, ni dans ce quartier, ni dans cette école. On attendait davantage de recul et de hauteur de vue de sa part. Au contraire, il se comporte en politicien à la recherche de boucs émissaires ». Recul et hauteur de vue, Jacques Reboul en manque cruellement. C’est quoi cette thèse du complot ourdi par le député-maire ? Si ce n’est pas une plaisanterie, c’est bête. Si j’observe attentivement la chronologie des évènements depuis le conseil d’école, le maire n’intervient qu’une fois la rumeur répandue et que le carnet de liaison soit annoté par la directrice à propos « des croyances ». Alors sur quoi et sur quel fait avéré Jacques Reboul s’appuie pour écrire385089 480292588670723 1611018679 n « Il s’agit bien là d’une campagne politique » ou encore « après le coup du pain au chocolat », voici celui du « Père Noël ». C’est tout simplement consternant d’entretenir ce type de polémique à coup de rumeurs non fondées. Cela n’élève pas le niveau intellectuel et moral de notre ville alors que pour qu’elle sorte de ses difficultés, elle a besoin d’un solide socle de savoir et de connaissances. En cela les politiques ont un rôle déterminant pour créer les conditions ad doc, ce qui dans ce genre de réaction n’est pas le cas bien au contraire. A gauche et dans l’opposition, j’ai une autre idée de la pratique de celle-ci. L’opposition ne justifie pas tous les moyens, le respect cela existe pour soi et les autres. Alors que vient faire dans cette histoire de Père Noël les turpitudes de l’UMP : « L’UMP est en pleine déconfiture à cause de la guerre des chefs Copé-Fillion et JP Door essaie de faire diversion en courant derrière le FN ». Par de tels amalgames Reboul prend les gens pour des canards sauvages, mais ne relève pas la parole du politique.

Un Père Noël anti-rumeur

Face à ce déchaînement médiatique amplifié par le message de la directrice, le premier magistrat de la ville, Jean-Pierre Door, agacé par la soudaine « notoriété » de Montargis par cette histoire devenue nationale, décide que le Père Noël serait de la partie le 20 décembre. En cela de fait, il intervient dans le projet pédagogique de l’école. Quoique qu’on en pense, il est clair que du côté de l’Education nationale, plus personne ne maîtrise cette situation devenue irrationnelle sinon de soutenir une directrice menacée de mort. Dans ce contexte il est 8855 3900622884080 1974429665 nclair que tous les antagonistes se doivent de trouver une sortie par le haut qui calme le jeu et fasse plaisir aux enfants.

« Nous avons réfléchi en toute intelligence avec la municipalité. Ce lien entre l’école et les collectivités locales est nécessaire » a déclaré Mr Fred Jean-Charles inspecteur de l’Education national de Montargis Est. Ainsi le 20 décembre le goûter prévu a eu lieu et s’est déroulé en toute tranquillité. Juste après, mais dans le temps extra-scolaire, le Père Noël souhaité par le maire est arrivé même si sa présence dans les écoles publiques n’a pas de caractère d’obligation (Il est invité dans moins de 50% des écoles du Loiret). Tout s’est déroulé dans la bonne humeur des familles et la joie des enfants. Comme l’an passé, une dizaine de familles n’ont pas fait le déplacement. A remarquer que de tous les médias nationaux qui avaient relayé la rumeur avec insistance, seul RTL était présent.

Tempête dans les crânes

« Tempête dans un verre d’eau » disent certains. Personnellement je ne le pense pas. Si cette affaire a pris ce caractère irrationnel, c’est qu’un terreau favorable à ce type de rumeur existe bel et bien en France. Je pense que cet évènement aurait pu avoir lieu partout et pas seulement à Montargis. De plus il faut prendre en compte le 577766 396072620476466 458704423 ncaractère imprévisible et volatile de ce que sont aujourd’hui les réseaux sociaux et du poids qu’ils pèsent sur l’opinion, il suffit d’observer l’avalanche ravageuse de messages antisémites, islamophobes ou encore homophobes relayés en toute impunité. C’est le triomphe des technologies de la communication toujours plus performantes qui, mal utilisées, mettent à mal l’intelligence, le savoir et la connaissance. A véhiculer ce types de messages on ferait battre les montagnes ce qui nous éloigne de « la société de la connaissance » que les multimédias sont censés développer.  

Bon courage à la victime

La principale victime de cet imbroglio navrant et détestable est la directrice qui sort rincée de cette histoire. Sans aucun doute elle fut maladroite dans le choix des mots de sa communication, mais reste que l’Education nationale a des responsabilités dans cette situation. Pourquoi nommer des directeurs trop jeunes dans le métier, peu et mal formés et mal payés. Surtout quand on leur force quelque peu voir beaucoup leur acceptation à ces nominations à postes de responsabilité ? C’est que, être directeur vous transforme en acteur multitâches à la façon des hommes ou femmes orchestres : relations délicates avec de multiples partenaires, comme les municipalités, les parents, les employés municipaux, une équipe pédagogique sans oublier les enfants et la481856_3857179238016_1776036811_n-copie-1.jpg classe dont vous avez la charge. A tout cela s’ajoutent l’animation de la coopérative scolaire, un travail administratif prenant sans oublier la hiérarchie. C’est un travail de tous les instants allant de la location de cars à la fuite d’eau et une anticipation permanente de ce qui peut être un risque d’accident. On comprend que personne ne se bouscule pour devenir directeur de ce type d’établissement, et pour cause, alors on nomme des « bleus », ce qui n’est pas sans risques comme l’illustre fort bien la mésaventure de la directrice de la maternelle du Grand-Clos. Lynchée médiatiquement et en résonnance assaillie par le téléphone, menacée de mort sur plusieurs semaines, protection rapprochée de la police, il y a de quoi y perdre la santé. Toujours est-il que cet épisode ne sera pas sans laisser des traces pour cette jeune directrice. Je lui souhaite du courage pour la suite.

L’enquête de police se poursuit pour découvrir l’anonyme auteur de ce vilain conte, et je trouverais bien que le masque tombe. Des plumes et du goudron.

L'enfant que j'étais

Au fait, je ne vous ai pas dit, quand j’étais petit, j'ai cru au Père Noël, puis un jour j’ai compris. Je n’en ai pas voulu à mes parents et j’attendais toujours le Père Noël, enfin les étrennes avec la même impatience. D’avoir trouvé que le Père Noël n’existait pas m’a donné le sentiment d’avoir grandi un peu à la manière d’un passage initiatique. Plus tard mes enfants ont cru au même bonhomme et ainsi de suite… Si j’ai eu un jour comme tout le monde des problèmes existentiels, promis ils ne sont pas arrivés dans la hotte… C’est toujours bien de rêver…

44723 506432629387979 100956017 n

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 16:51

L'acteur en est sûr, c'est minable...

269598_10151087423432482_759424169_n.jpg

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 15:38

Pour moi ce sera des voeux... numerisation0765.jpg

à tous(tes) les amis(es) proches ou plus éloignés(ées) mais aussi à tous ceux et celles qui lisent ce blog et que je ne connais pas, je souhaite une bonne année à tout le monde y compris à ceux et celles qui ne peuvent pas m'encadrer...

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 09:44
escalier_galleryphoto_paysage_std.jpg
De la forme au fond
La fin d'année est toujours le stemps des bilans et autres palmarès. J'ai en tête pleins d'évènements, mais je n'en choisis qu'un en la personne de Madame Aung San Suu Kyi pour le symbôle de non-violence vécu qu'elle incarne. Durant et après son voyage en Europe et en France en juin dernier, sur ce blog je lui ai consacré trois articles: Aung San Suu Kyi, l'ambassadeur et deux colibris en 2006 en Région Centre (07-07-2012); Aung San Suu Kyi, des jours, des semaines, des mois, des années...(20-07-2012); Aung San SUU Kyi, carnet d'un voyage européen (02-09-2012) 
 
L'éclat de ce voyage inimaginable il y a encore deux ans ( n'a-elle pas été libérée en novembre 2010 ?), le protocole et les déclarations d'admiration des officiels des pays visités ne peuvent en aucun cas se réduire  à une avalanche de "bons sentiments" vis à vis de la Dame de Rangoon qui serait devenue après trentre années de lutte une "madone" birmane élevée au statut "d'idole". Le fait qu'après trois décennies de persécution, d'injustice, de tourments et de souffrance, Aung San Suu Kyi soit restée une personne lumineuse et souriante et qui résonne très fort ici en Occident en terme d'affection et d'admiration ne peut cacher la vraie nature de la Dame. Cette femme est une redoutable politique qui porte un projet pour son pays. Au fil des nombreux discours et interviews qu'elle a prononcés et donnés durant ce voyage européen, on entend bien ce projet, la philosophie et les sources de son énergie qui durant deux décennies lui ont permis de résister.

 

Ne jamais transiger sur ses principes
Ce combat s'est mené à deux niveaux. Le premier est celui d'une personne, d'une femme, qui refuse la soumission et ne s'est jamais laissé dompter. Le second celui, également, de militants des droits de l’homme plus souvent habitués à l’échec qu’à la victoire, et qui, après Nelson Mandela dans les années 90, connaissent avec elle le bonheur de rencontrer une icône de leur combat qui, en « vrai », est aussi noble et chaleureuse que dans sa représentation militante. Elle a confié que parfois: "dans sa maison de Rangoon d’où elle ne pouvait sortir, elle a eu des moments de désespoir, en se demandant si le reste du monde avait oublié les Birmans à leur triste sort sous le joug de la dictature militaire". Pourtant elle savait bien que non et le dit elle-même: "Les pays scandinaves en général et la Norvège en particulier ont été très présents. Des villes comme Paris et Rome se sont également engagées pour moi. Par la force de photo-3leur combat et leur engagement, des personnalités comme Desmond Tutu et Vaclav Havel m’ont aussi été d’un précieux secours". Cependant elle a été surprise et heureuse de découvrir qu'il existe des groupes citoyens organisés en "Comités Aung San Suu Kyi". Toujours à propos de la solitude elle s'est dit: "Surprise de voir des gens d'Afrique, du Maghreb, du Moyen-Orient, m'aborder pour me dire à quel point ils nous soutenaient, avaient prié pour nous, et nous souhaitent bonne chance. C'est une surprise car je pensais que nous étions bien loin d'eux...". 
En réponse à ceux qui sont surpris par l'énergie qu'elle développe et qu'elle dégage elle répond:« Aux prisonniers de conscience du monde entier, je voudrais dire qu'il ne faut jamais transiger sur ses principes  Le respect pour l'humanité commence par le respect pour soi-même. Mon message est donc clair: si vous vous respectez, vous n'abandonnez pas le combat". Durant ces vingt ans, la méditation a été sa planche de salut durant ses années de captivité. « Cela m’a permis de garder l’esprit libre » avoue-t-elle et Aung San Suu Kyi de confier n’avoir « pas eu le temps » d’être triste durant ces années : « Je me levais tous les matins à 4 heures, j’étais trop occupée pour m’apitoyer ». Elle a "profité" de ce temps entre autre pour apprendre la langue française et lire beaucoup. Quelqu’un a parlé de “miracle” a-elle remarqué "çà me rappelle cette phrase d’un commandant des forces alliées pendant la Deuxième Guerre mondiale en Birmanie, qui disait : “L’impossible, nous le faisons tous les jours, pour les miracles, c’est un peu plus long”
.
La Birmanie vers un régime démocratique...
De se trouver dans un retrait imposé de la vie publique a incontestablement fortifié un caractère déjà bien trempé et volontaire. Ce temps a permis à Madame  Aung San Suu Kyi d'approfondir la philosophie et la cohérence de sa démarche pour faire évoluer la Birmanie vers un régime démocratique. Son discours modéré et son refus de sentiment de vengeance restent néanmoins des outils importants et la force de son combat en faveur des Droits de l'Homme.  Cette prise de distance obligée lui a permis de construire une façon différente delouvre_galleryphoto_paysage_std.jpg voir les choses qui est sans nul doute la source de la force de son combat. 
 
Je laisse à Marie Anne Isler Béguin qui fut vice- présidente Verte du Parlement Européen, le mot provisoire de conclusion: "Bon vent à Lady Suun Kyi. Après une tournée européenne époustouflante, la dame de Rangoon a fait ses au-revoir hier sur le perron de la Sorbonne. Si les médias nous ont bercés d'infos, d'analyses et d'anecdotes birmanes, il ne s'agirait pas, emportés par le tourbillon des évènements, de laisser la Dame de Rangoon se dépétrer seule dans l'inextricable complexité de son pays. Après avoir acceuilli Aung San Suu Kyi comme un chef d'Etat, aidons la à y parvenir démocratiquement !" , à notre façon et par cet article c'est ma manière d'accompagner à distance une Lady brillante et courageuse. Autour d'elle restons regroupés. 

 

A propos d'une minorité persécutée 

Rien n'est jamais simple même pour Aung San Suu Kyi qui à la mi-novembre a qualifié "d'énorme tragédie internationale" les violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans dans l'ouest de la Birmanie. L'ex dissidente devenue chef de l'opposition birmane, en visite en Inde, a déclaré ne pas s'être exprimée jusque là au nom de la minorité musulmane des Rohingyas qui vivent des deux côtés de la frontière (Bangladesh), dans une volonté de promouvoir la réconciliation après les violences. 

Ces affrontements entre bouddhistes et musulmans ont fait au moins 180 morts depuis juin dans l'Etat Rakhine (ouest de la Birmanie) et plus de 110.000 déplacés, principalement des Rohingyas, considérés par l'ONU comme l'une des minorités les plus persécutées de la planète.  Les 800.000 Rohingyas confinés dans l'Etat Rakhine, privés de nationalité par l'ancienne junte birmane, sont vus par la plupart des Birmans comme des immigrés illégaux du Bangladesh, un ostracisme qui alimente un racisme quasi-unanime à leur encontre. 

1021697_des-rohingyas-tentent-de-fuir-la-birmanie-pour-le-b.jpg

Selon un récent rapport du HCR, les Rohingyas sont victimes en Birmanie de "persécutions" de toutes sortes dont "le travail forcé, l'extorsion, les restrictions à la liberté de mouvement, l'absence de droit de séjour, des règles de mariage injustes et la confiscation des terres". Une situation qui a poussé nombre d'entre eux à fuir. Mais les Rohingyas, qui seraient au total près d'un million hors de Birmanie, ne sont généralement pas les bienvenus dans les pays où ils tentent de se réfugier, ainsi les gardes-côtes bangladais les refoulent systématiquement. Ce problème a été au coeur de la visite en Birmanie du président Obama il a quelques semaines.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022