Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 16:02
Mauthausen (Autriche)
Mauthausen (Autriche)

DÉNI DE MÉMOIRE

Hier, dernier dimanche d’avril, le 24, était la journée nationale à la mémoire de la déportation dans les camps nazis. Les survivants sont de plus en plus rares pour en témoigner.

Même jour, en Autriche, l’extrême-droite arrive en tête au premier tour de la présidentielle avec 35,5%. C’est la première fois qu’un tel score s’impose dans ce pays depuis 1945. Il est vrai qu’après-guerre l’Autriche n’a pas fait un travail sur son histoire comme l’Allemagne, et qu’aucune épuration contre les nazis n’a eu lieu sous la bienveillance intéressée des américains et des russes. J’invite les autrichiens à faire comme moi en allant au camp de Mauthausen. Après la visite d’un lieu de tortures et de mort, comment peut-on avoir envie de voter extrême-droite ?

Aujourd’hui, 25 avril, Madame Le Pen, extrême-droite qui auto-proclame "patriote", naturellement, s’est réjouie du résultat autrichien.

Le hasard du calendrier fait qu’aujourd’hui, 25 avril, est également l’anniversaire de la Révolution des œillets au Portugal en 1974. Ce jour-là, les militaires ont mis fin à la dictature fasciste de Salazar qui régnait sur son pays depuis 1933. Ainsi, non seulement ce régime est tombé, mais les guerres coloniales portugaises ont cessé.

Demain, autres anniversaires. Le 26 avril 1937, pour soutenir le coup d’état nationaliste contre la seconde République espagnole, 44 avions de la Légion Condor allemande nazie et 13 avions de l’Aviation Légionnaire italienne fasciste ont bombardé la ville basque de Guernica. Jour de marché, le bombardement a débuté à 17h30 à la mitrailleuse et aux bombes incendiaires jusqu’à 20h. Bilan, 1664 morts principalement des civils et 800 blessés sur les 7000 habitants et 70% des habitations brûlées.

Demain 26 sera l’anniversaire des 30 ans de la catastrophe de Tchernobyl, une autre forme de totalitarisme à travers le nucléaire, et ce n’est pas fini puisqu’on ne cesse de jouer à la roulette russe avec lui.

Tranquilles le nationalisme et l’extrême-droite. Plus que jamais la mémoire est nécessaire…

Portugal la Révolution des oeillets

Portugal la Révolution des oeillets

Guernica (Pays Basque)

Guernica (Pays Basque)

Tchernobyl

Tchernobyl

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans société
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 13:45
8 mars, journée internationale des droits des femmes...

TOUTES ET TOUS DU GENRE HUMAIN

Pour moi, cette journée du 8 mars signifie que ma mère, ma sœur, mes cousines, ma compagne, ma fille, mes nièces, mes amies devraient avoir les mêmes droits que moi, tous les jours de l’année et sur l’ensemble de la planète. Ce n’est ni une affaire de continent, ni de couleur de peau. Les femmes sont universelles et égales aux hommes, voilà tout. Nous appartenons toutes et tous au genre humain.

Ici et ailleurs, la réalité n’est pas au rendez-vous de l’égalité, et loin s’en faut. Les femmes sont les premières en ligne sur toutes les crises économiques, sociales, climatiques, sanitaires, etc… Que dire des zones de conflit où elles sont considérées comme prises de guerre, atteintes dans leur intégrité voire vendues comme esclaves. Ici encore, les mentalités vis-à-vis du viol restent édifiantes. Que dire des salaires et de tout le reste. Pour que les droits de toutes les femmes deviennent naturels au quotidien, il reste tant à faire…

8 mars, journée internationale des droits des femmes...
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 19:10
A Montargis et ailleurs, bonne année 2016 aux chinois...

ANNÉE DU SINGE DE FEU

Bonne année aux amis chinois. A Montargis, la tradition chinoise est importante de par une histoire particulière de nombre de ses dirigeants qui, dans les années 10 et 20 ont travaillé à Hutchinson. Les plus célèbres étant…Deug Xiaoping, Zhou Enlai et Chen Yi…et d’autres encore.

Tout en travaillant, ils ont appris le français avec Françoise Busque… qui n’est autre que la mère de René Dumont, alors directrice du collège du Chinchon. Cette année, le défilé du Nouvel An, Dragon en tête s’est déroulé le 30 janvier, avec un peu d’avance sur la date du 8 février. On peut penser que les organisateurs ont tenu compte des vacances scolaires qui ne permettaient pas aux nombreux jeunes étudiants des classes chinoises du Lycée en Forêt de pouvoir participer

Le Nouvel an chinois appelé en Chine le Festival du printemps s’écrit 春节 en chinois simplifié, 春節 en chinois traditionnel et Chúnjíe en pinyin. Le Nouvel an chinois est la fête la plus importante des célébrations traditionnelles chinoises. Selon la tradition, le Festival du printemps débute le premier jour du premier mois du calendrier lunaire : 正月 et en pinyin : zhēng yuè. Il se termine au quinzième jour, c’est le jour du Festival des lanternes : 元宵节 Yuánxiāo jié.

L'année 2016 sera placée sous le signe du Singe (猴 hóu en chinois) en Chine et quelques autres pays d'Asie du sud-est. L'année du Singe se terminera le 27 janvier 2017 pour laisser la place à celle du Coq.

Les 12 signes chinois :

Il existe 12 signes du zodiaque chinois qui sont dans l'ordre le Rat, le Bœuf, le Tigre, le Lièvre, le Dragon, le Serpent, le Cheval, la Chèvre, le Singe, le Coq, le Chien et le Cochon.

L'année du singe correspond entre autres aux années 1920, 1932, 1944, 1956, 1968, 1980, 1992, 2004, 2016, 2028. Cependant, une personne née en 1992 par exemple ne sera pas forcément du signe du Singe. En effet, cette année-là le nouvel an lunaire tombait le 4 février, ce qui implique que toute personne née entre le 1er janvier et le 3 février 1992 est non pas du signe du Singe mais de la Chèvre.

Il n'est pas évident de connaître son signe ou le signe d'une année en particulier. Heureusement, pour cela, il existe d'excellentes ressources en ligne :

Personnalité du Singe :

Selon la croyance, les personnes nées sous le signe du Singe seraient débrouillardes, charmantes, persuasives, drôles, sociables et rusées.

Les singes sont les maîtres de la farce ; la plupart du temps ils aiment jouer. Bien qu'ils ne disposent pas de mauvaises intentions, leurs facéties blessent parfois ceux qui les entourent.

Ceux qui sont nés dans une année du Singe apprennent rapidement et sont des opportunistes astucieux. Ils ont de nombreux centres d'intérêt et ont besoin d'être entourés de partenaires capables de les stimuler. Alors que certains aiment la nature excentrique du Singe, d'autres ne font pas confiance en sa nature sournoise, agitée et curieuse.

Bien qu'il soit intelligent et créatif, le Singe n'est pas toujours capable d'exprimer son talent correctement. Le Singe aime relever des défis et il préfère la vie urbaine à la vie rurale.

Compatibilité amoureuse du Singe :

Dans les relations amoureuses, on dit que le Singe a tendance à s'ennuyer facilement. Cependant, une fois qu'il a trouvé le partenaire parfait, il s'engage de toutes les manières possibles. Le Singe, étant un être sociable, est un individu avec lequel on peut communiquer facilement.

Accords parfaits :

Rat et Dragon, ils semblent faits l'un pour l'autre, ayant plusieurs similitudes dans leur personnalité et leur façon de vivre. Ils peuvent tout tolérer de l'autre, tant qu'ils ont suffisamment d'espace et de liberté. Leur vie amoureuse est remplie de divertissement grâce à leur sens de la curiosité.

Mauvaises correspondances : Tigre, leurs centres d'intérêt sont très éloignés. Il est difficile pour eux de communiquer avec patience et respect.

Meilleurs emplois pour le Singe :

Quand il s'agit de carrière, le Singe travaille très dur. Il peut s'adapter à différents environnements de travail.

Les métiers idéaux pour ce signe sont : conseiller, thérapeute, chauffeur, infirmier, ergothérapeute, Professeur de langue, agent de change, urbaniste, écrivain et journaliste.

Pour le signe du Singe, voilà les grands traits principaux. Alors, profitez bien de ce passage d’année avec petits cadeaux et repas traditionnel. Bonne année 2016 !

A Montargis et ailleurs, bonne année 2016 aux chinois...
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans société
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 10:31
Cabu et les autres, tous les autres, tués par des individus sans foi ni loi......

UNE ANNÉE EST PASSÉE, DÉJÀ

C’est vers midi le 7 janvier 2015 que la radio diffuse un message : « des évènements graves se seraient produits dans les locaux de Charlie-Hebdo ». Très vite, des précisions sont apportées : « Il y aurait plusieurs morts, des blessés graves… », nouvelles inquiétantes et anxiogènes. Outre la gravité de l’évènement en lui-même, le premier nom qui s’impose à moi comme un coup de poing dans l’estomac, est celui de Cabu. Qu’en était-il pour lui ? Hé oui l’inquiétude peut être sélective, avant je n’y avais jamais pensé. Plus les minutes s’égrainent, plus le carnage s’impose, plus l’angoisse grandit. Le temps, les minutes sont des éternités. A 14 h la terrible nouvelle tombe et annonce la mort de « quatre » dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Georges Wolinski. La nouvelle est glaçante. Dans la journée la liste s’allonge avec Philippe Honoré, Bernard Maris et tous les autres à commencer par l’agent d’entretien pour arriver à douze victimes dont deux policiers.

On sait que le danger rôde. Des menaces sont régulièrement proférées depuis la publication des caricatures en 2005 et l’attentat qui a détruit les bureaux de Charlie en novembre 2011. Mais de là à imaginer un acte barbare de cette ampleur… Le soir comme beaucoup d’autres, je me suis retrouvé hébété à un rassemblement spontané à Montargis. Au deuxième rassemblement, trop affecté et encore sidéré, j’ai décidé de ne plus participer à ces rassemblements.

Hébété pourquoi ? Cet attentat me concerne et m’atteint individuellement à plusieurs niveaux : personnel jusqu’à l’intime, culturel, professionnel et politique.

Personnel et intime Durant les années 70, 80 et début 90 j’ai beaucoup croisé Cabu et les siens, Isabelle Cabut-Morin et leur fils Manu bien avant qu’il ne devienne Manu-Solo. Dans les années 90, Isabelle (entre temps divorcée d’avec Cabu) sera la dernière secrétaire de rédaction d’Ecologie-Infos. Dernièrement dans un rangement je classais mes vieux agendas et au fil des pages j’ai retrouvé, ému, les traces de nos nombreuses rencontres. Que du bonheur. ! Aujourd’hui, tous les trois ont disparu, un destin bien cruel. Au-delà, nous sommes dans ce domaine privé et intime qui se doit de rester confidentiel.

Culturel d’abord, à travers la saga des Hara-Kiri (mensuel et hebdo), des Editions du Square, de Charlie (mensuel BD et hebdo en remplacement d’Hara-Kiri hebdo interdit par le pouvoir en novembre 70), puis la Gueule Ouverte premier journal écolo à grand tirage. Pour moi la rencontre avec ces titres a été la révélation de la liberté d’être.

Des anticonformistes qui montrent leurs culs à une société guindée et coincée dans ses certitudes, non seulement c’est jouissif mais révolutionnaire, sans idéologie et sans dogmatisme. Une remise en cause permanente de tous ceux qui ont des velléités d’imposer à d’autres leurs « vérités ». Imaginez, que d’air pour un jeune adulte des années 60. Incroyable espace de liberté, de créativité, de connaissance, de dérision mais aussi ce génie d’entretenir en permanence une formidable capacité d’autodérision. Charlie c’est un état d’esprit qui diffuse bien au-delà du journal lui-même. La caricature fait partie de la culture française et Charlie-hebdo s’inscrit dans l’importante lignée de la presse satirique apparue en France en 1789 avec la Révolution française. Tous républicains : La Silhouette, La Caricature, Le Charivari, Le Figaro, ces grands pionniers du XIXe siècle. Le Figaro racheté, en 1832 par des monarchistes plus libéraux proches de Louis-Philippe, aujourd’hui ne fait plus rire personne. Au XXème siècle, avec l'Assiette au beurre, Hara-Kiri et Charlie Hebdo en passant par Le Canard enchaîné, et d’autres encore, ce sont les engagés anarcho-libertaires qui s’expriment pour notre plus grand bonheur.

Professionnel L’essentiel de mes relations se sont faites avec l’équipe du premier Charlie, celui qui arrêta de publier en 1982. Celui de Cavanna, Cabu, Fournier, Wolinski, Reiser, Gébé, Choron, Willem, Siné et tant d’autres. La relance du Charlie-Hebdo s’est faite en septembre 1992 alors qu’Ecologie-Infos venait de cesser toute parution depuis le printemps. Notre collaboration régulière avec Cavanna et Cabu s’est de fait arrêtée. Charlie, dès 1970 nous a accompagnés dans nos activités d’abord en relayant nos informations, puis au fil du temps, par des collaborations avec des personnes en particulier. Une partie des chroniques de Cavanna publiées dans Ecologie-Infos ont fait l’objet en 1991 d’un bouquin aux Editions de l’Archipel sous le titre « La belle fille sur le tas d’ordures » illustré de dessins de Cabu. Aujourd’hui, pour illustrer ces lignes du blog, je dois choisir entre quelques centaines de dessins de Cabu, et finalement j’ai opté pour ceux qu’il a réalisés lors de nos campagnes d’abonnements.

Politique bien-sûr parce que Charlie n’est pas neutre. C’est par le dessin et le texte qu’il ne cesse de dénoncer ce que tant d’autres ne font pas ou si peu qu’on ne le remarque même pas. Il donne du sens à la provocation avec une profonde réflexion et propose «un autre monde, d’autres manières de penser, d’autres pistes ». Il se donne toute latitude dans son expression, il incarne la liberté de la presse, la liberté d’expression, valeurs de notre pays et de sa république laïque. « Vulgaire et outrancier » s’indignent tous les tartuffes bien-pensants. Mais justement c’est par le dessin que Charlie renvoie à la société, à ses dominants et aux vertueux leur propre vulgarité qui tous les jours agresse les quidams du monde entier et fait crever le monde vivant. Ha, pour les faux-cul dur-dur l’épreuve du miroir…la caricature laisse peu de chance à ceux qui n’ont ni humour, ni recul sur eux-mêmes.

Charlie défend la laïcité et la liberté de croire ou de ne pas croire. L’incroyable attitude des censeurs religieux dans leur toute puissance n’est pas acceptable. Se posent-ils une seconde la question de savoir s’ils respectent ceux qui n’adhèrent pas à leur foi ? Se posent-ils la question si leurs pratiques et leurs postures dans la société ne heurtent pas la conscience des non croyants qui devraient dans tous les cas fermer leurs gueules ? Ce n’est rien d’autre que de la discrimination et, au nom de leur foi, ils n’hésitent pas à détruire les lieux de culte et les populations de toute autre croyance. Peu d’athées se livrent à ce type de comportements.

Par les temps qui courent, conserver l’impertinence et l’esprit critique est plus que jamais impératif. Surtout ne pas abdiquer au prétexte que dire les choses ne serait jamais le moment. On appelle ça la censure, pire l’autocensure. Chacun dans sa sphère privée a droit de croire ou non. Ce que Charlie dénonce, ce sont les ultras de tous les camps. Qu’on ne s’y trompe pas, ceux qui ont massacré l’équipe de Charlie ne sont rien d’autres que des individus sans foi ni loi.

Juste un mot pour ceux et celles qui ont continué pour reconstruire Charlie, compte-tenu de la lâcheté des assassins et du traitement qu'ils lui ont fait subir, j’ai beaucoup d’admiration et de tendresse pour Coco. Ils me manquent tous, cruellement.

Cabu et les autres, tous les autres, tués par des individus sans foi ni loi......
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 16:05
Huit jours après...

Barbarie des morts-vivants

A cette heure il y a une semaine, personne n’imaginait les évènements du soir. C’est banal de le dire, mais le drame est passé par là. Il en est ainsi pour tous les accidents de la vie. Et ceux qui restent se remémorent en boucle l’instant d’avant. On peut penser que beaucoup d’humains partagent ce sentiment. Alors que dans les zones de conflits la mort est à chaque instant possible, ici en France on la regarde à la télé. Bien-sûr il y a eu Charlie et la supérette kascher, mais c’était ciblé, alors… A cette heure le vendredi 13, 130 d’entre nous vivaient leur vie quotidienne sans même se poser la question. Ils géraient ce quotidien avec les leurs comme d’habitude. Ils prévoyaient pour le soir qui un match de foot, qui un concert, qui un resto ou encore une rencontre autour d’un verre.

Changement de programme et nul ne le sait. C’est la violence qui s’est invitée. Violence barbare, volontairement dégoupillée et dirigée à l’aveugle par des morts-vivants qui l’ont infligée à des humains bien vivants et heureux de l’être. Sidérant…

130 morts, voilà pour le bilan. Parmi les victimes collatérales, les proches, parents et amis des disparus. N’oublions pas les blessés. On n'oublie personne et respect à toutes et tous.

Dans une lettre ouverte publiée sur Facebook, Antoine Leiris, un journaliste de France Bleu qui a perdu sa femme ce vendredi 13 novembre au Bataclan, répond aux terroristes.

Il écrit :

Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son cœur.

Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j’aie peur, que je regarde mes concitoyens avec un œil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Même joueur joue encore.

Je l’ai vue ce matin. Enfin, après des nuits et des jours d’attente. Elle était aussi belle que lorsqu’elle est partie ce vendredi soir, aussi belle que lorsque j’en suis tombé éperdument amoureux il y a plus de 12 ans. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu’elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n’aurez jamais accès.

Et de conclure :

Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus forts que toutes les armées du monde. Je n’ai d’ailleurs pas plus de temps à vous consacrer, je dois rejoindre Melvil qui se réveille de sa sieste. Il a 17 mois à peine, il va manger son goûter comme tous les jours, puis nous allons jouer comme tous les jours et toute sa vie ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 16:46
Touches pas aux musulmans, surtout pas d'amalgame...

ILS ONT ASSASSINE LA DIVERSITÉ, NE TOMBONS PAS DANS LEUR PIÈGE.

Rien ne justifie ici ou ailleurs la violence gratuite. Respect aux victimes innocentes d'une guerre, de la barbarie aveugle. On les embrasse ainsi que tous les êtres aimés auxquels elles ont été arrachées. Nous penserons toujours à elles et à leurs proches cruellement malheureux et démunis face à ce drame brutal. Ce qui est arrivé à Paris est le quotidien des peuples du Moyen-Orient que les réfugiés fuient.

La terre est un village. Le 9 septembre dernier, nous avions écrit dans l’Éclaireur « les européens n’ont pas compris que nous étions en guerre »! Oui nous le sommes et pas seulement depuis Charlie. Voilà pourquoi d’autres attentats auront lieu hélas en France, mais dans bien d’autres pays en Europe et dans le monde.

Cette crise internationale est d’une grande complexité qui ne trouvera pas une solution mais des solutions, et probablement aucune à court terme. Suite au massacre du 13 novembre, pour nous peuple de France, il est déterminant de raison garder. Ne répondons pas à la folie meurtrière d’un groupe sans foi ni loi par un amalgame qui ferait des musulmans des boucs émissaires. De plus, toute personne de couleur n’est pas automatiquement de confession musulmane et que musulman n’est pas synonyme d’assassin. Rappelons que ce vendredi, ont été assassinés indistinctement des femmes et des hommes de toutes nationalités, de toutes origines, de toutes confessions et de toutes convictions. Ils ont assassiné la diversité.

L’objectif avoué de Daesh est d’exporter sa folie fanatique et meurtrière, par exemple en provoquant des troubles graves pouvant aller jusqu’à la guerre civile par le jeu pervers de la stigmatisation des musulmans et du racisme. Ne participons pas au pire en répondant à ces provocations meurtrières par des comportements injustes et discriminants.

Daesh ne massacre pas des innocents pour l’action de la France dans sa lutte contre le terrorisme, mais pour ce qu’elle est tout simplement. Leur extrémisme « religieux »n’est qu’un alibi à leurs actes de terreur.

Annik APPERT, Jean-Luc BURGUNDER

Porte-parole EELV-Gâtinais

eelvgatinais705@gmail.com

Fb EELV-Gâtinais

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 11:45
Marche de la dignité, contre le racisme

PAR SOLIDARITÉ

Par les temps actuels, plus que jamais ils nous faut être vigilants, intransigeants et nous opposer à tous ceux qui distillent la haine des autres aux quotidien. Je soutiens la marche d’aujourd’hui, de demain et d'après demain...

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 09:27
"La France de race blanche": lettre ouverte à madame Morano...

« Médiocrité et ignorance bouffent les neurones de tant de braves gens si bien que les insanités de Morano, et de Le Pen deviennent des "vérités". Prenons de la hauteur en ne cessant d'apprendre ». J’aurais pu poursuivre et développer sur cette gangrène dévastatrice du bien vivre ensemble qui se traduit à travers les propos de madame Morano. Je suis tombé par hasard sur la lettre ouverte de Nicolas Huguenin, professeur d’histoire-géographie-éducation civique, militant au MoDem, à Centre Egaux et à la Licra qui m’a paru mieux écrite que je n’aurais pu le faire. Je vous la soumets, mais j’y reviendrai car de tels propos nauséabonds sur la « France de race blanche » qui font fit de toute connaissance historique et scientifique, méritent d’être combattus avec la plus vive énergie. Ne laissons pas l’obscurantisme permettre le retour des théories du national-socialisme dont il ne faut pas oublier les ravages qui s’abattirent sur les européens au XXème siècle.

LETTRE OUVERTE DE NICOLAS HUGUENIN

Madame,

Je n'ai pas regardé votre prestation télévisuelle hier soir. Je sortais d'un concert où de magnifiques artistes avaient interprété des œuvres de Liszt, de Brahms et de Chopin, et, après tant de beauté sonore, l'idée de vous entendre débiter vos âneries avec une voix de poissonnière lepénisée me répugnait légèrement. Non, complètement, en fait. Mais ce matin, j'ai quand même pris sur moi et j'ai regardé huit (longues) minutes de votre intervention. Et permettez-moi de vous dire, madame, que la maladie dont vous souffrez -dite "maladie de la bouillie de la tête"- vous fait dire n'importe quoi.

Vous parlez de "race blanche" et de religion, en associant l'une et l'autre. Passons sur le fait que la "race blanche" n'existe pas, et que plus personne n'en parle depuis que les derniers théoriciens nationaux-socialistes ont été pendus à Nuremberg. Mais associer une religion à une couleur de peau, là, il fallait le faire ! Les Albanais sont blancs et musulmans. Desmond Tutu est noir et chrétien. Le pays musulman le plus peuplé du monde est l'Indonésie, habitée par... des jaunes. Ah, c'est compliqué, hein ! D'ailleurs, si on ne peut pas changer de couleur de peau, à part Mickael Jackson, on peut toujours sans modifier son teint abandonner une religion ou en changer. Tenez, moi j'ai renoncé à la mienne et je ne suis pas devenu transparent pour autant - sauf quand j'essaie de draguer un grand brun aux yeux bleus dans un bar gay, mais ceci est une autre histoire. Et, au passage, en affirmant que la France est « de race blanche », vous laissez entendre que la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion et Mayotte, ce n'est pas la France. C'est bien les patriotes en peau de lapin d'extrême-droite, ça ! Ça nous rebat les oreilles avec la France, mais ça raye de la carte cinq départements d'un coup.

Vous expliquez ensuite que la France a une identité judéo-chrétienne. Et là, pour une fois, vous n'êtes pas allée assez loin -sans doute parce que vous ne connaissez pas mieux l'histoire de la France que sa géographie. Non, madame, la France n'est pas judéo-chrétienne. Elle est catholique. Et elle l'est parce que, pendant mille trois cents ans, on n'a pas permis aux Français d'être autre chose. Juifs, cathares, vaudois et protestants le savent bien. Entre 496, date à laquelle Clovis a (selon la formule célèbre) embrassé le culte de son épouse, et 1790-1791, date à laquelle on s'est résolu à considérer les juifs et les protestants comme des citoyens à part entière, la religion n'a pas été une affaire de choix personnel. Ni même collectif. Les Français n'ont pas voulu être catholiques. Ils ont été contraints de l'être. Ce que les libéraux appellent "la concurrence libre et non faussée" n'est appliqué, en matière de religion, que depuis deux siècles. Le chevalier de la Barre était déjà mort. Jean Calas aussi. Et tous ceux qu'on avait massacrés au nom de Dieu, avant eux; rançonnés par Philippe Auguste, marqués de la rouelle par Saint Louis, expulsés du royaume par Philippe le Bel, massacrés par toutes sortes de croisés, immolés par l'Inquisition, trucidés par Charles IX, pourchassés par les dragons de Louis XIV...

Au passage, je trouve parfaitement dégueulasse votre tentative minable de récupérer les Juifs et les protestants pour alimenter votre petit commerce de la haine. Quand on sait ce qu'ils ont subi en France pendant des siècles... Il fallait une sacrée persévérance pour ne pas être catholique en France, alors. Heureusement, ce n'est plus le cas. Et moi, contrairement à vous, je m'en réjouis. En laissant les Français librement choisir leur religion, ou choisir de ne pas en avoir, on a des surprises. Et alors? Cela porte un beau nom, madame Morano. Cela s'appelle la liberté de conscience.

Et c'est enfin la troisième et dernière remarque que je voulais vous faire, madame. Vous vous plaignez que, dans certains quartiers, on ne célèbre plus que 5 baptêmes, là où il s'en célébrait 250 il y a encore quelques décennies. Mais la faute à qui? Aux musulmans, qui "envahissent" nos villes, ou aux catholiques, qui renoncent à l'être et n'obligent plus leurs enfants à fréquenter le catéchisme? Et vous ne vous demandez pas pourquoi l'Église faisait fuir les fidèles? Non? Vraiment, vous n'avez pas une petite idée? Ne serait-ce pas, je ne sais pas, moi, par exemple, parce qu'elle condamne encore les femmes qui prennent la pilule, et les hommes qui emploient un préservatif? Ou parce qu'il est devenu insupportable d'affirmer, comme le font certains évêques, qu'une femme violée qui avorte est plus coupable que son violeur? Ou parce que ça commence à se savoir, que certains curés tripotent les enfants de chœur dans les sacristies? Ou parce que répéter que le mariage est un sacrement indissoluble, dans un pays où un tiers des couples divorcent, ça fait un peu "ringard"? Ou parce que le double discours d'une Église riche à milliards en faveur des pauvres n'est plus tout à fait pris au sérieux? Ou, tout simplement, parce que la foi, dans notre monde moderne, n'apporte plus de réponses suffisantes aux masses? Et d'ailleurs, rassurez-vous, les catholiques ne sont pas les seuls concernés. Tenez, je vous parie que, dans deux ou trois générations, les musulmans de France ne mettront pas plus souvent les pieds dans une mosquée que moi dans une église... ou que vous dans une bibliothèque. C'est dire... Déjà, un tiers d'entre eux ne fait plus le ramadan.

Tout cela pour vous dire, madame, que votre vision d'une France réduite à ses seuls habitants "de souche" est non seulement insupportable moralement, mais aussi sacrément dépassée. Et que votre peur panique de tout changement, de toute modernité, est pathétique. Et presque risible. "Nous avons éteint dans le ciel des lumières qu'on ne rallumera plus", disait le député René Viviani en 1906. Et ce n'est pas en allumant les feux d'une guerre civile que vous ferez croire aux électeurs que vous brillez, madame. Tout le monde le sait: vous n'êtes pas une lumière.

"La France de race blanche": lettre ouverte à madame Morano...
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 08:44
Montargis, la rue tue comme ailleurs.

LA RUE N'EST PAS LA LIBERTÉ,

Une nouvelle de la sorte, je ne peux pas aimer. Respect pour la personne décédée. Mais que la rue tue n’est pas franchement un scoop. Combien sont-ils de SDF en France ? Combien sont-ils à mourir ainsi par an sachant que les médias ne relèvent que les victimes de l’hiver. C’est vrai que pour la société, l’été ces gens deviennent transparents...

Depuis 10 ans Baby vivait dans la rue. Il y avait ses habitudes, et malheureusement refusait toutes les aides concernant les traitements de cet alcoolisme qui le scotchait dans son univers autour de son banc. Il était sympa Baby, sauf avec lui-même. Pour le plus grand nombre, il faisait partie du paysage… ce qui explique que sa disparition est un traumatisme pour les personnes de son environnement…

Pour ceux qui voudraient comprendre le parcours de vie difficile de Baby je leur conseille le livre de Patrick Declerck : « Les Naufragés – Les clochards de Paris » (Plon 2001). Anthropologue, psychanalyste et philosophe Patrick Declerck écrit par expérience. Dans les années 1980, il s’est immergé dans la vie de la rue, a pratiqué la mendicité et celle de la médiocrité d’accueil des centres d’hébergement d’urgence. Durant la même décennie avec d’autres spécialistes dans le cadre de « Médecins du monde », il crée les missions « France ». Il y participe en tant que psychanalyste et crée pour les sans domicile fixe la première consultation d’écoute. Il est incontestablement l’un des grands référents de la désocialisation, de l’alcoolisme et de la grande marginalisation.

Baby, des raisons qui sont les tiennent t’ont amené à vivre dans la rue et la rue ça use. Ta vie fut dure et difficile, cependant des amis ne t’oublieront pas.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 17:41
Hiroshima, 8h15 le 6 août 1945
Hiroshima, 8h15 le 6 août 1945

PLUS JAMAIS CA

Affiche du Mouvement Pollution Non 1973

Affiche du Mouvement Pollution Non 1973

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022