Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 08:53



Le Comité de soutien

d’Europe Ecologie Montargis Est- Loiret

vous invite à une rencontre

 

Le Mardi 5 mai à 19h30 (apéritif offert à tous) et débat à 20h30 avec :

Jean-Paul BESSET

Ancien rédacteur en chef au Monde, tête de liste du Rassemblement des Ecologistes de la Région Centre - Massif Central.

Maison des Associations, 16 et 18 rue Carnot à Montargis

(rue située entre l’Avenue De Gaulle et l’Avenue Cochery,

3ème rue à gauche en partant de l’Avenue Cochery et de la Médiathèque).

 

La recherche du profit immédiat à l’avantage de multinationales qui surexploitent les ressources naturelles et humaines au détriment de chaque individu dans son quotidien, créé un élément fort de violence et d’insécurité. L’urgence est écologique, économique, sociale, énergétique, financière, alimentaire, sanitaire.

Des solutions existent. Elles ne viendront pas des hommes ni des partis qui ont soutenu et soutiennent encore ce type de société, tant ils placent leurs espoirs dans les mêmes recettes, libérales et productivistes, aux mêmes effets dévastateurs sur le milieu naturel et le vécu des gens.

 

Convaincus ou pas, venez débattre avec nous sur le Contrat écologiste pour l’Europe.

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 15:14

  Dessin ECOLOGIE-INFOS n°372-1986

NON AU DÉNI ET L'OUBLI,

 PARTICIPEZ À LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE MOBILISATION
CONTRE LE NUCLÉAIRE :

 

"Chernobyl Day" chernobyl-day.org

 

LE DIMANCHE 26 AVRIL 2009

A Neuvy sur Loire dans la Nièvre

 
10h30 : Rassemblement devant la statue de notre Dame de la Délivrance.

Rond-point (D907, axe Paris-Cosne sur Loire).

Dépôt de gerbe de fleurs des champs, installation de banderoles, minute de silence.

Diffusion  d'informations . Conférence de presse.

 

12h30 : pique-nique tiré du sac.

 

Contacts : 03 86 39 70 34  et 02 48 72 42 92

 sur place le 26 : 06 83 67 17 69

 

 Organisé par un collectif citoyen

Constitué de toutes les associations, tous les syndicats, collectifs, partis politiques, individus et autres... considérant que le nucléaire n'est pas une énergie d'avenir et voulant promouvoir et développer les économies d'énergie et les énergies renouvelables.

 

 LES NUAGES NE S'ARRÊTENT PAS AUX FRONTIÈRES

 

Le réacteur nucléaire n° 4 de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, il y a 23 ans. A cette date commença la plus grande catastrophe technologique et industrielle de tous les temps. Tchernobyl n'a pas fini de faire des victimes : ses conséquences inouïes et irréversibles sur la santé (cancers, pathologies multiples, effets mutagènes et tératogènes) affecteront profondément les prochaines générations.

 

Pour l'indépendance de l'OMS et pour la vérité sur les effets sanitaires
 des contaminations radioactives.

 

Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU, a estimé que plus de sept millions de personnes avaient été gravement affectées par la catastrophe. Pourtant, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) avance encore le chiffre ridicule de 50 victimes pour protéger les intérêts de l'industrie atomique. Il y a 50 ans, en 1959, l'AIEA et l'OMS (Organisation mondiale de la santé) ont signé un accord qui est la preuve tangible d'une complicité et d'une soumission scandaleuse de l'OMS vis à vis de l'AIEA.

 

Refusons absolument d'oublier Tchernobyl !

 

Nous ne pouvons permettre que soit oublié le sacrifice des quelques 800 000 liquidateurs qui ont lutté pour contenir l'ampleur du désastre, et qui, par centaines de milliers (selon les ambassades d'Ukraine et de Russie) l'ont déjà payé de leur santé ou de leur vie, pour nous sauver.

23 ans après, le risque est plus grand que jamais de voir la désinformation et le mensonge masquer les véritables conséquences sanitaires de cet accident.

500 000 enfants en Belarus souffrent de l'exposition quotidienne à la radioactivité et sont abandonnés encore aujourd'hui à leur sort.

Le mensonge et l'oubli, avec des complicités au sommet de divers Etats et institutions internationales, permettent à ce lobby d'envisager de nouvelles centrales nucléaires dans plusieurs pays à travers le monde.

 

 

   

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Société
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 14:32

 

ELECTIONS EUROPEENNES
RASSEMBLEMENT AUTOUR
D'EUROPE-ECOLOGIE

 

La mondialisation du « tout marché » a généré une conjonction de crises : financière, économique, sociale, écologique, énergétique, alimentaire, sanitaire, identitaire, etc… Tous les indicateurs sont au rouge. Partout dans le monde l’insécurité grandit tant ce développement productiviste et la recherche d’un profit sans limite, détruisent la planète et le vivant, les hommes et leurs sociétés.

 

Les partis politiques dominants, produits d’une époque révolue ayant pour dogme « l’abondance inépuisable » restent liés à ce type de développement insoutenable qu’ils renomment aujourd’hui durable. Manipulation des mots qui ne règle rien dans le temps : « dis-moi quel type d’économie tu défends et nous verrons quelle société tu fais ». Eduqués à la croyance d’une croissance infinie, ces grands partis sont restés sourds depuis 30 ans aux alertes lancées par les écolos alors que chaque jour l’actualité économique, sociale et environnementale justifie les alertes qui attaquent de plus en plus de populations et de territoires par un approfondissement des inégalités sociales et qui consacre la domination de l’économique sur le politique (stock-options, actionnaires contre travailleurs).

 

Les enjeux sont tels qu’il est urgent de changer nos manières d’être et de vivre ensemble. D’autres orientations économiques et sociales s’imposent. D’autres politiques sont possibles. Sans surenchère utopique, ni ivresse révolutionnaire, il s’agit de concevoir en pleine crise de nouvelles régulations fondées sur l’impératif écologique et social.

 

Aujourd'hui, beaucoup de personnes  boudent l’Europe parce qu’elles ne se reconnaissent pas  dans ses institutions. Pourtant plus que jamais, nous en avons besoin de cette Europe car c’est à son niveau que se prennent la majeure partie des décisions politiques touchant à tous les aspects de la vie quotidienne des citoyens. Voilà pourquoi nous devons comprendre et construire ensemble une Europe qui s’inscrive dans le principe de durabilité et de justice sociale pour ouvrir de nouveaux horizons.

 

A l’occasion des élections européennes de juin prochain, face à ces crises, tous les écologistes dans leur diversité autour de Dany Cohn-Bendit ont pris leur responsabilité. Des amis de Nicolas Hulot, à José Bové, les Verts (qui ont accepté d’abandonner des postes de députés européens sortants pour faciliter le Rassemblement), des associatifs comme certains venant de Greenpeace, ou encore des personnalités comme Eva Joly ex-juge au pôle financier, en font partie.

 

A Montargis et dans l’Est du Loiret s’est constitué un groupe Europe-Ecologie. Pour signer le rassemblement et rejoindre ce groupe : www.europeecologie.fr, notre circonscription électorale est Centre-Massif Central, notre groupe s'appelle Europe Ecologie Montargis Est-Loiret,  vous êtes les bienvenus(es).

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 15:38

LA VERITE BLESSE...

Franck Supplisson (UMP) est le 3ème adjoint à  la Mairie de Montargis auprès de Jean Pierre Door. En novembre 2007, il devient conseiller technique aux technologies de l'information et de la communication à l'Elysée, puis devient directeur adjoint du cabinet d'Eric Besson alors Secrétaire d'état chargé de la prospective, de l'évaluation des politiques publiques et du développement de l'économie numérique. Fin janvier 2009, il suit Eric Besson en restant son directeur adjoint de cabinet au Ministère de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire.

Pourtant c'est le Conseiller régional qu'il est également, qui dans l'hebdomadaire l'Eclaireur du Gâtinais du 2.04.09 a inséré un article : "La calomnie comme tradition à la région". Il réagit à un reportage de FR3 sur Hervé Novelli, fraîchement désigné comme la tête de liste pour les élections régionales de l'UMP dans la Région centre.

Pourquoi cette médiocre polémique sur fond confus de faits historiques pourtant avérés ? L'agacement de Supplisson après FR3 il l'instrumentalise et le dirige contre la majorité de gauche du Conseil régional comme si elle était responsable du reportage. Il est vrai que la vérité blesse, alors pour contourner la difficulté et travestir la réalité on s'attaque aux autres au prétexte de calomnie. Afin que chacun puisse se faire une idée sur le fond, regardez l'émission "coupable" en cliquant sur la vidéo et allez sur ce blog lire "des mots révélateurs" de juillet 2007. En attendant voici ma réponse également publiée dans l'Eclaireur.

Alors que les français sont aux prises à toutes sortes de difficultés et que pour beaucoup l’avenir est incertain, les élections régionales de 2010 méritent beaucoup mieux que les polémiques de Franck Supplisson autour de la tête de liste régionale UMP. Personnellement, je n’avais pas vu le reportage de France 3 sur le parcours politique d’Hervé Novelli. J’imagine ne pas être le seul dans ce cas. Franck Supplisson a aiguisé ma curiosité et m’a donné envie de visionner ce reportage sur internet. Qu’est-ce qu’on y voit ? Serge Lepeltier (Maire de Bourges) qui dans une interview, invite chacun à aller s’informer sur le parcourt de Novelli. Personnellement je le connaissais (voir http://burgunder.over-blog.com : des mots révélateurs, du 21 07 07).  France 3 a pris le maire de Bourges au mot et a fait le travail d’information et l’a diffusé.

  En tentant de gommer ou banaliser le parcours politique d’Hervé Novelli en pointant du doigt ses adversaires politiques au Conseil régional, Franck Supplisson désinforme la population. Ce n'est ni sérieux, ni digne d'un homme public. Que je sache, Lepeltier n’est ni socialiste, ni communiste, ni Vert… Il est UMP. De plus, sur le fond, l’anticommunisme du mouvement Occident, de par ses chefs était dans la lignée directe d'une des composantes   du fascisme français avant, pendant et après guerre. Les faits et les noms sont tétus, voilà pourquoi il n'y a pas de calomnie et encore moins de quoi s'énerver. Il faut assumer ses engagements dans l'Histoire, c'est tout, et ce d'autant plus que les réseaux d'alors existent toujours et restent très actifs au plus haut niveau.
 

Il n'aura échappé à personne que contrairement à l’Elysée, la majorité de Gauche du Conseil régional du Centre n’a aucune commande sur l’audiovisuel français, pas plus sur Google. Alors, plutôt  que de polémiquer j'invite les lecteurs  à chercher « Occident », dans Google ou d'autres moteurs de recherche  ainsi chacun s'informera. La confusion historique, l'anti-stalinisme et l'anti-communisme sont de curieux thèmes de campagne pour les élections régionales, en tous cas très éloignés des préoccupations de l'époque. Alors qui produit la rumeur et calomnie ? la presse, Lepeltier ou Supplisson? Pour ma part je pense que Supplisson y contribue. et je trouve sa pratique détestable et sale.


Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 17:46


sur quel projet de société ?


Lors de l'assemblée plénière des 26 et 27 mars derniers, à l'occasion d'une décision budgétaire modificative, l'exécutif régional (auquel j'appartiens) a proposé des priorités et des financements sur différentes poliltiques régionales. C'est d'un plan régional de soutien économique et social dont il s'agit afin de soutenir l'économie et l'emploi durement malmenés par la crise dans notre région. C'est une augmentation des dépenses d'investissement de 17,525 millions d'euros en crédits de paiement . A remarquer que ces financements s'opèrent sans augmentation de la pression fiscale ni de l'emprunt mais par des choix de priorité.
Au delà d'un tel plan qui répond à l'immédiat indispensable et nécessaire, la question qui devrait se poser est celle sur la relance, l'innovation, et la sortie de crise. Ces temps de difficultés ne devraient-ils pas être l'occasion de revisiter en profondeur le sens de nos politiques économiques, sociales et environnementales. Quand j'entends les uns et les autres parler sur un ton volontariste de la relance à venir, je reste dubitatif et perplexe sur le sens concrêt des discours tenus...
Voici mon intervention pour le groupe vert lors du débat précédent le vote de ce plan régional de soutien économique et social.


exposition Meroll, Le Lieu Unique, Nantes.

Monsieur le Président,

Chers(es) collègues,

 

Vous écrivez que cette crise se situerait proche de celle de 1975. Sur le fond, permettez-nous de ne pas partager cette analyse. La crise économique d’alors était due à la guerre du Kippour entre les pays arabes et Israël d’octobre 1973, qui elle-même était la conséquence de la guerre de 1967 entre Israël et ses voisins. Les producteurs de pétrole d’alors étaient principalement du Moyen-Orient qui au sein de l’OPEP ont utilisé l’or noir comme un moyen de pression sur le reste du monde, chacun ses armes! Nous étions dans le scénario d’une crise énergétique avec ses conséquences économiques et sociales pour les pays dépendants. Entre 1975 et aujourd’hui la mondialisation du « tout marché » s’est imposée et génère une conjonction de multiples crises : financière, économique, sociale, écologique, énergétique, alimentaire, sanitaire, identitaire, etc… sans perdre de vue une démographie mondiale qui ne cesse d’augmenter et qui créé toujours plus de nouveaux besoins.

 


Vous allez répondre à juste titre que la Région Centre ne peut prendre en charge tous les maux de la terre. Néanmoins admettez que la région n’évolue ni en dehors du contexte français et européen, ni en dehors du monde, donc ces crises la concernent à des degrés divers : d’où ce plan régional de soutien économique et social. Ce plan, on peut l’espérer, devrait au travers de cette décision modificative budgétaire, bénéficier à des investissements supplémentaires dont le but est de soutenir l’emploi par une activité économique aidée.

 

Vous écrivez que le plan de relance de l’Etat est insuffisant et n’est pas à la hauteur. Comment le serait-il alors que le premier ministre après avoir voté le bouclier fiscal en septembre 2007 déclarait l’Etat français en quasi-faillite et qu’à la fin de cette même année 2007, Nicolas Sarkozy déclarait qu’il ne pouvait pas faire sans argent. Curieuse UMP et son chef de l’Etat de Président, qui il y a encore un an affichait un libéralisme débridé et forcément avec moins d’Etat et de services publics et qui aujourd’hui dans leurs discours sont de farouches partisans de l’omniprésence de l’Etat. Le bateau est ivre.


 


La situation est complexe. A la fois, il nous faut être réactif (ce que nous faisons régionalement avec ce plan), pour aider l’emploi auprès d’une population inquiète et parfois dans le désarroi,et, en même temps, anticiper la suite de l’évolution du futur. C’est que, sur les revenus du travail, les choix de société pèsent lourd sur le budget des familles alors que les inégalités sociales ne cessent de se creuser. Le monde politico économique ne parle « en boucle » que de sortie de crise et de relance. La question que les Verts posent c’est : quelle sera-t-elle ? Quel sens, quelle philosophie et quelle cohérence aura-t-elle ? Parce que nous sommes dans une transformation systémique, alors, cette sortie de crise c’est maintenant que nous devons la penser. Attention, que la relance ne soit pas une fuite en avant d’un système qui, pour le profit de quelques-uns et d’intérêts particuliers, détruit plus qu’il ne construit au détriment de tous les autres, voire de continents entiers, du vivant et des générations futures.

 

Quand l’échec d’un système est patent, il faut penser à autre chose. Se poser les bonnes questions, sortir des idées reçues et de la pensée unique, largement entretenue par un productivisme toujours bien présent au sein des grands partis ce qui d’ailleurs a abouti à consacrer la domination de l’économique sur le politique. Il faut sortir du conformisme ambiant et ne pas sans cesse opposer la gestion à l’indispensable utopie nécessaire et vitale pour oser autre chose, car de vous à moi, vous pensez réellement que cette forme d’économie mondialisée est là pour l’éternité ? Nous ne le pensons pas, et ce d’autant plus, que si nous  les politiques,décidons partout où cela est possible, d’infléchir autrement l’action publique et de faire autrement, alors d’autres politiques sont possibles.

 

Ces sortie de crises (et il n’y en a pas qu’une) sont autant d’opportunités pour le développement local. Quelle perspective longue et sur le très long terme puisqu’il nous faut à la fois changer lentement mais de façon urgente. Il nous faut une mise en perspective avec des objectifs en sachant évaluer et bouger si nécessaire dans le temps. Il nous faut brasser les idées anciennes et les nouvelles. Il nous faut également utiliser l’accélérateur et le frein. Les enjeux sont tels qu’il est urgent de modifier nos manières de produire mais et surtout nos manières d’être et de vivre ensemble, c'est une affaire comportementale. C’est quoi l’échange dans notre société ? Il nous faut durant cette crise concevoir de nouvelles pratiques de médiation sur l’impératif social (pas d’écologie de classe par des bonus-malus au détriment des plus précaires), économique et écologique (n’oublions pas qu’en grec Ecologie et Economie sont deux mots frères, le premier « la maison des hommes », le second « la bonne gestion des biens de la maison ».si bien que: dis-moi quelle économie tu défends et développes et je te dirai quelle écologie tu réalises ».

 

Ce vaste chantier quasi-incontournable qui dépasse largement des aspects techniques, mais qui touche à leur mise en cohérence par une philosophie qui les porterait à l’échelle régionale et qui donnerait du sens à cette relance de sortie de crise, oblige à écouter et entendre les minorités et ceux qui pensent différemment. C’est à cette seule condition que d’autres orientations économiques, sociales et écologiques s’imposeront concrètement.
 

 Parallèlement à ce plan de soutien économique et social, les Verts souhaitent que le Conseil régional s’engage encore plus dans une réflexion avec des objectifs concrêts sur une sortie de crise porteuse de valeur et de cohésion sociale. Ne souhaitons-nous pas que cette période de crise de l’emploi soit mise à profit pour former encore plus notre population ? Alors donnons l’exemple pour imaginer une véritable sortie de crise qui permette bien concrètement à nos concitoyens d’acquérir un véritable « pouvoir de vivre » bien inscrit dans la durée.

 

A propos d’écoute, lors d’une précédente session, le Groupe Vert avait déposé un amendement sur les économies d’énergies dans les lycées à la hauteur de 5 millions d’€. Amendement rejeté par cette assemblée. Pour ce plan de relance nous nous félicitons que vous ayez retenu la proposition que les Verts avaient faite. On aurait pu gagner 3 mois.

 

Sans aucun doute, nous nous félicitons de ce plan de relance mais néanmoins en terme de Développement Durable, même si il y a des avancées par exemple sur le rail ou sous d'autres formes, les Verts estiment que l’on relève aussi quelques contradictions qui vont faire l’objet d’amendements.

 

Je vous remercie

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 14:31





LA LONGUE MARCHE DES FEMMES

Le travail de Pierre-Yves Ginet porte sur les résistances de femmes dans le monde actuel. Ses premiers reportages sur le combat des nonnes tibétaines, de 1998 à 2001 ont poussé le photojournaliste à élargir son champ de travail. Entre 2001 et 2006, il s'est rendu dans 17 pays pour photographier ces femmes qui, à leur niveau, écrivent l'Histoire de notre temps , et luttent pour offrir un monde meilleur aux générations futures.

L'exposition aborde des questions clées, telles que le respect des minorités ethniques, les luttes contre les lois injustes ou les gouvernements totalitaires, les combats pour gagner une pleine citoyenneté, la survie face aux grandes épidémies et aux conflits, ou encore la reconstruction difficile des après guerre.

Bien des femmes dans le monde restent encore à l'écart de la vie économique, politique et sociale de leur pays. Aussi, certaines s'attaquent-elles avec courage aux maux de la société. Qu'elles agissent seules ou via une organisation, les similitudes entre leur façon de procéder sont nombreuses : non-violence, abnégation (certains combats durent depuis plusieurs décennies), une détermination sans faille et un grand sens du dialogue.

Alors qu'en ce début du 21ème siècle le principe d'égalité hommes femmes ne concerne qu'une infime partie de la population mondiale, ces portraits de femmes, anonymes ou emblématiques, nous rappellent que nombre d'entre elles, seules ou aux côtés des hommes, oeuvrent pour la reconnaissance et le respect des droits fondamentaux de tous.



Cette opération comporte trois volets :

la création, en partenariat avec Pierre-Yves Ginet, photoreporter de l'association Femmes Ici et Ailleurs, d'une exposition muséale que vous pourrez venir découvrir à Orléans, Blois puis Tours ; celle ci sera annoncée dans différents sites urbains sou la forme de portraits qui en seront extraits. La même exposition est actuellement présentée à l'Hôtel de Région de la région Pays de la Loire jusqu'au 6 mai


6 exposition thématiques : "respect", "les Caravanière des Droits des Femmes" et "féministes afghanes" qui circulent déjà dans les lycées régionaux ; "grandes résistantes contemporaines", "Angola : femmes face au sida", "Darfour : le sacrifice des femmes" circuleront dans toute la région Centre pendant 6 mois à compter du mois de février 2009.

Une nouvelle exposition, créée en lien avec des travaux d'élèves sur le thème "Femmes en résistance en région centre" verra le jour en septembre 2009.

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Société
commenter cet article
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 14:54

UN SILENCE TRES PARLANT ...
L'an passé, par écrit, j'étais intervenu auprès du préfet de l'époque pour soutenir la famille Dzidzikasvili de Montargis (voir
ce blog, mai 2008), celui-ci s'était donné la peine de répondre. Aujourd'hui, le nouveau préfet de la Région centre et du département du Loiret ne répond pas à mes mails et courriers. Ce silence assourdissant du représentant de l'Etat en dit long sur le mépris que ce préfet exprime vis à vis de ceux qui sont directement concernés, ainsi que ceux, population et élus, qui choqués par une politique migratoire, en conscience sont contraints de pratiquer activement "le délit de solidarité". Pourtant, n'y aurait-il pas matière à dialoguer sur des sujets aussi sensibles que ces problèmes humains? 



Monsieur le Préfet,

 

Sans réponse de mon mail et de mon courrier du 18 février 2009, ainsi de mon mail du 9 mars 2009 je m’inquiète de savoir si vous avez été bien destinataire ces trois envois.

 

Je me permettais dans ces différents messages d’attirer votre attention sur la situation particulièrement difficile de la famille Dzidzigouri, habitant à Nesploy dans le Loiret, et de nationalité géorgienne.

 

Vous n’êtes pas sans avoir été informé du soutien massif de la population locale et des élus que cette famille reçoit. Dimanche 22 mars, à la mairie de Nesploy, un parrainage républicain a été réalisé par une dizaine d’élus de toutes sensibilités politiques et de fonctions diverses (adjoints au maire, maires, conseillers généraux et régionaux).

 

Sans rentrer dans les méandres judiciaires, de grâce que l’application d’une logique purement administrative et comptable d’expulsion ne brise pas des familles. Compte tenu de la situation particulièrement délicate et bien fragile de la Géorgie, leur expulsion dans leur pays d’origine revient à mettre cette famille dans une situation extrêmement dangereuse pour sa cohésion et pour la vie de ses membres, sachant que déjà plusieurs membres de la famille ont subi des sévices et que deux d’entre eux ont disparu.

 

Monsieur le Préfet, de part vos fonctions vous avez la capacité personnelle d’introduire de l’humanité dans cette froide mécanique. De plus, il y a un caractère extrêmement étonnant de maintenir en situation de précarité une famille durant neuf ans sur notre territoire en situation d’inquiétude permanente et avec interdiction formelle d’avoir des emplois, alors que cela serait possible. Je vous rappelle que sur les trois enfants, deux sont nés sur le territoire français et que pour les deux ainés leur scolarité se réalise tout à fait normalement. 

 

Dans mes précédents courriers, je vous posais deux questions dont je me faisais le relais. L’Etat français dispose-t-il d’un suivi sur les conditions des retours dans les pays d’origine des personnes qu’il expulse, a-t-on des statistiques sur ce qu’ils sont devenus, et en cas de mort de ces personnes expulsées, qui serait responsable devant le Tribunal Pénal International ?

 

En vous remerciant par avance d’une part d’un geste humanitaire, équitable, juste et mérité vis-à-vis de cette famille déjà intégrée parmi nous et d’autre part de vos réponses aux questions que beaucoup de gens se posent et me posent. Restant disponible pour tout échange, recevez Monsieur le Préfet l’expression de mes salutations distinguées.

 

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Société
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 20:02

 

 
NOUS SOMMES TOUS
SANS PAPIERS!

Comme convenu le dimanche 22 mars dernier, des citoyens et des élus se sont retrouvés à 15h à la mairie de Nesploy (Loiret). Il s'agissait de parrainer la famille DZIDZIGOURI (voir sur ce blog : parrainages républicains, lettre au Préfet du 18 02 09 et Identité sans frontières du 23 02 09). C'est fait, les  proches de la famille georgienne ont parfaitement réussi la mobilisation.
 
La salle de la mairie était pleine, 150, 200 personnes, plus peut être...Nous étions tous là bien serrés pour dire collectivement combien nous souhaitons conserver auprès de nous les sept membres de cette famille. On n'attend pas 9 ans pour renvoyer dans un pays en but à des conflits intérieurs des personnes (enfants compris, dont deux sont nés en France). Ces gens ne sont pas des marchandises, mais des êtres humains et à ce titre nous leur devons respect, soutien et solidarité et ce d'autant plus qu'un retour chez eux reviendrait à les condamner à de multiples tourments dont l'acte ultime, la mise à mort, n'est pas exclu. Tous les présents refusent viscéralement l'application littérale de lois qui portent ainsi atteinte à la condition de vie des personnes. On n'a qu'une vie et au nom de quoi peut-on disposer de celle d'êtres humains quels qu'ils soient ?Derrière les quotas d'expulsion, c'est bien de cela dont il s'agit.

 

Le Préfet,  c'est-à-dire l'Etat ne répond pas à mes questions sur le suivi du retour des personnes expulsées, et sur la responsabilité pénale en cas de mort devant le Tribunal Pénal International. "Normal", ne sommes nous pas en présence d'une règlementation qui est dans une logique comptable dénuée de toute humanité?

 

Thérèse Martin qui avec yves son mari hébergent la famille Dzidzigouri

C'est justement d'humanité et de chaleur dont il fut question entre les personnes présentes durant cet après midi du 22 mars. Beaucoup d'émotion, des larmes aussi, c'est difficile d'être heureux, alors qu'à chaque instant on peut se retrouver rafflé, séparé, jeté dans un avion et l'inconnu au bout du voyage... Que les yeux de Katuna sont cernés, sans doute l'incertitude et l'inquiètude de l'instant à venir. Comment se poser l'esprit et posséder la légèreté de l'être dans une telle situation ?

 

Comment un pays comme le nôtre, avec l'histoire qu'il a connue, comment peut-il flirter avec des politiques déjà vues ? N'aurions nous rien appris sur nous-mêmes ? Alors de grâce, arrêtons cette hypocrisie nationale de laisser faire comme si la chasse aux sans papiers était propre sur elle. Thérèse et Yves Martin, agriculteurs retraités, septuagénaires tous les deux hébergent les DZIDZIGOURI. Tous deux disent : "avant cette histoire, nous n'imaginions pas la réalité des sans papiers, et ne mesurions pas la vie qui est la leur". C'est pourquoi il ne faut pas banaliser de telles situations en se retranchant derrière les lois. C'est toujours au nom de la loi du moment, que l'indiscible se banalise et prend presque figure humaine. L'administration française s'est déjà fait prendre à ce piège. Ne serait-il pas temps sur ces sujets d'immigration de légiférer et d'adopter des textes respectueux d'abord des individus et de trouver de trouver des formules adaptées qui permettent une liberté de circulation au gré des situations individuelles ?

 


Nous étions une douzaine d'élus de toutes sensibilités politique (dont deux Verts ,Thierry Soler, conseiller général du Loiret et moi-même) et de toute nature : des maires, des adjoints, des conseillers généraux, un conseiller régional et le sénateur Jean Pierre Sueur. C'est donc au coude à coude que nous avons parrainer ou marrainer les sept membres de notre famille georgienne : Lizy, née en France en 2006 et parrainée par Anne Beignet, maire de Faye-aux-loges ; son frère Irakli, né en France en 2001 par Jacques Beauvallet, Maire de Chambon- la- Forêt, le frère ainé Zakro par Albert Février, maire de Ladon. Leur grand père du même prénom, Zakro, est parrainer par Franck Demaumont, conseiller général maire de Chalette-sur-loing et marrainé par son adjointe Christine Lander du Collectif Immigré du montargois ; de son côté, la grand-mère, Nelly a deux parrains le maire de Bouzy-la-forêt, Francois Daubin et Thierry Soler, conseiller général du Loiret (canton de Chécy). Jean Pierre Sueur a parrainé Nikoloz leur fils, qui est le père de la petite famille, et moi-même conseiller régional et conseiller municipal de Montargis, j'ai parrainé Katuna, la mère des trois enfants.

l'Eclaireur du Gâtinais, jeudi 26 mars 2009

 Une fois passés ces moments émouvants et forts de solidarité face à l'injustice de leur situation, c'est dans un brouhaha plein de chaleur que tout le monde s'est retrouvé autour d'un verre et des gâteaux nombreux apportés pour la circonstance. Chacun a pu s'entretenir ou échanger avec les réseaux du Comité de soutien comme l'Association catholique Partage, réseau Education sans Frontières, les responsables de parents d'élèves des écoles des enfants ou encore le club de foot Bellegarde-Ladon etc... ainsi qu'avec les membres de la famille. C'est alors que d'autres georgiens m'ont été présentés. Certains ayant obtenu leur régularisation, d'autres sans papiers et en grande précarité. Il est clair qu'on ne peut laisser ces personnes abandonnées à leur sort alors que dans leur pays l'insécurité est totale pour eux. "Vous savez me dit l'un d'entre eux, on ne quitte pas son pays sans raisons. C'est le coeur bien gros qu'on abandonne son chez soi, c'est dur à vivre!" Toujours est il que ce 22 mars n'est pas une fin en soi, mais l'organisation et la mobilisations encore plus fortes autour de ces gens qui vivent parmi nous depuis 9 ans et qu'il faut protèger et garder parmi nous. A suivre...


Les deux garçons  sont déjà partis chez des copains pour fêter un anniversaire...

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Société
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 09:51
 
La préfète a signé mais nous restons debout!
Rassemblement
à BOURGES
Samedi 04 avril
14h30
Place Cujas
Pour la semaine du développement durable
 
 Soyons  nombreux !

Les APPEL: Les Amis de La Borne. Le RESPA., Ensemble et   Nature 18.
 
pour plus d'information: http://www.gilblog.fr/ (cliquer sur "non aux boues")
pour tout contact: respa@aliceadsl.fr
 
A diffuser largement!
Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 13:09






IMPOTS LOCAUX
LA DOUBLE
 DETENTE...


Tous les ans, chaque commune vote ses taux d'imposition. Moment important s'il en est puisqu'il détermine ce que les habitants auront à payer comme impôts locaux.Seulement, il faut savoir que ce vote n'intervient qu'après celui des députés qui fixent les coéfficients de revalorisation des valeurs locatives dans le cadre de la loi de finances, si bien que pour un député-maire, cette double détente de vote n'est pas tout à fait sincère, le moins que l'on puisse dire.

J’avais averti Monsieur Jean-Pierre DOOR que la séance du Conseil municipal  du 26 Mars qu’il nous proposait tombait les mêmes jours que l’Assemblée plénière du Conseil régional, d’où je ne pouvais pas m’extraire.

 Ne pouvant donc pas être présent au Conseil municipal, j’ai néanmoins écrit en tant qu’élu Vert   une contribution concernant le vote des taux d’imposition, et j’ai demandé au Docteur Mimoun (PS) de lire cette contribution lors du Conseil.



Monsieur le Député Maire, chers(es) collègues,

 

Sur les taux d’imposition 2009 qui nous sont proposés, pour que les habitants de Montargis comprennent exactement de quoi il retourne, j’aimerais faire un certain nombre de précisions.

 

Il faut savoir que la valeur locative cadastrale, qui sert de base aux impôts directs locaux, est calculée d’une manière forfaitaire à partir des conditions du marché locatif de 1970 pour les propriétés bâties et de celui de 1961 pour les propriétés non bâties.

 

Afin de tenir compte de l’érosion monétaire et de l’évolution des loyers, des articles du Code général des impôts prévoient :

 

-          chaque année une revalorisation,

 

-          tous les 3 ans, une actualisation,

 

-          tous les 6 ans, une révision générale.

 

Il se trouve qu’aucune révision générale effective des valeurs locatives n’a été effectuée depuis 1970 (signe de l’extrême difficulté de l’exercice, la précédente révision remontait à 1943), et leur dernière actualisation remonte à 1980. Seules, les valeurs locatives sont revalorisées depuis 1981, chaque année en Loi de Finances, c'est-à-dire votée à l’Assemblée Nationale par les députés(es), si bien que les critères utilisés à cette fin peuvent toutefois varier d’un exercice à l’autre.

 

C’est dans la nuit du 18 novembre 2008 que les députés, dont vous Monsieur le Maire, ont fixé les coefficients de revalorisation des valeurs locatives pour l’année 2009. Vous avez donc voté :

 

-          1,015 pour les propriétés non bâties, soit au niveau correspondant à l’inflation prévisionnelle retenue par le présent Projet de loi de finances, à savoir 1,5%,

 

-          1,025 pour les propriétés bâties, y compris les immeubles industriels (évalués dans les conditions du droit commun), soit un niveau correspondant à l’inflation prévisionnelle majorée de 1%, ce qui fait une augmentation de 2,5%

 

En regardant les chiffres du Ministères des Finances, à propos de la fiscalité de la ville de Montargis, j’observe qu’en 2000 le produit par habitant sur le bâti foncier était de 191 €, et la taxe d’habitation de 147 €. J’observe également qu’en 2007 le produit par habitant sur bâti foncier est passé à 298 € (sachant que la moyenne des villes équivalentes est de 223 €), et la taxe d’habitation est passée à 224 € (sachant que la moyenne des villes équivalentes est de 167 €). En conséquence, arrêtons de faire croire aux habitants de Montargis que leurs impôts locaux connaitraient une baisse régulière, puisqu’en réalité entre 2000 et 2007 l’augmentation du foncier bâti est de +56,02% et l’augmentation de la taxe d’habitation est de +52,38%.

 

En conséquence, Monsieur le Député Maire, vous comprendrez aisément que je ne peux en aucun cas voter ces taux d’imposition, et que je vote contre.

 

Jean-Luc BURGUNDER

Conseiller municipal

Vice-Président du Conseil régional

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022