Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 14:21

numérisation0442

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 15:53

CE QUE NOUS VOTONS DIMANCHE

N'EST PAS NEUTRE...

 

A l'occasion du second tour, L'Eclaireur du Gâtinais, l'hebdomadaire local a demandé aux élus locaux des partis présents sur notre territoire leurs consignes de vote. La contrainte étant que le texte ne pouvait dépasser 800 signes espaces compris. L'exercice est difficile si bien qu'il y a des manques. Pour ma part ce n'est pas une consigne en tant que telle, mais ce que EELV vote et ce que moi en conscience je vote. Après à chacun de se déterminer...

 

Ce vote est important. Imaginons que le président sortant soit réélu malgrè ce qu'il a fait chaque jour subir à la France et aux Français depuis 2007et depuis 2002 dans les gouvernements de Jacques Chirac (pas un matin sans une mauvaise nouvelle!), il serait sans complexes et limites pour les cinq ans à venir sachant qu'il ne pourrait pas briguer un troisième mandat en 2017. "Aidez-moi" ne cesse-t-il de quémander, SURTOUT PAS, il faut qu'il parte, après on verra bien... 

 

P1210863.JPG numerisation0440.jpg

numerisation0441.jpg

L'Eclaireur du Gâtinais du 03-05-2012

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:21

RIEN NE VA PLUS !  FAITES VOS JEUX !  

 3615981

 

Un Loiret obstinément plus à droite

Une 4ème circonscription (le Gâtinais) en tête de l'extême

 

A propos des résultats nationaux du premier tour qui placent François Hollande à 28,63%, Nicolas Sarkosy à 27,18%, Marine Le Pen à 17,90%, Jean-Luc Mélenchon à 11,11%, François Bayrou à 9,1% et Eva Joly à 2,20% pour ne citer que ces candidats, une fois de plus le Loiret se distingue. Contrairement au national, le candidat président sortant distance François Hollande : 29,31% pour l'UMP(+2.13%) contre 25,45% pour le PS (-3,12%), 20,58 pour le FN (+2,68%), 9,53% pour le Front de Gauche, 9,31% (+0,21%) pour le Modem et 1,89% (-0,31%) pour Eva Joly.  Plus grave encore sont les résultats de la 4ème circonscription, celle où je vis. Le sortant obtient 29,8% (+0,49%), le FN 25,2% (+4,62%), François Hollande 21,5% (-3,95%), Jean Luc Mélenchon 9,8% (+0,49) , malgré nos votes Eva Joly est à 1,6% (-0,29) même si elle obtient à Cortrat le record départemental à 14,29% la plaçant en troisième position derrière Sarkozy et Hollande, mais devant le FN. A remarquer que la 4ème circonscription sur les six du Loiret est la championne concernant le FN. Je ne peux m'empêcher de faire un lien entre la pauvreté de cette circonscription et ce vote extrême. N'oublions pas que Montargis est la 334ème ville sur 334 concernant le revenu par foyer fiscal et que Châlette-sur-Loing est la 334ème sur 334 en terme de revenus par habitant, et l'ensemble des chefs lieux de cantons passe la 300ème place. Je n'oublie pas que notre bassin d'emploi est le 3ème de la Région Centre en terme de chômage. Gâtinais, "territoire dévasté"disait-on déjà sous Rome et les Mérovingiens. A méditer. Dans cette quatrième circonscription, la Gauche n'est pas en terre de mission mais en terre de punition ce qui oblige toutes ses sensibilités à faire preuve de beaucoup de responsabilité.

  

0c34345eb8f05ad938f63d1b99fd21ab 1M

 

La tentation inavouée de la Droite

Le lapsus  du 4 mai de Longuet

 

Même si la Gauche réunie est dans une configuration favorable à une victoire à la présidentielle, Droite et Extrême-droite restent  majoritaires dans l'électorat national. Elles se tiennent par la barbichette au point parfois, dans les discours de leurs leaders, de se confondre. Le plus étonnant lorsque l'un des leaders de l'UMP fait remarquer à la gauche qu'elle se met une pince sur le nez, la Droite-UMP-Centriste s'offusque d'être assimilée au FN. Lequel a la pince à linge sur le nez ? Reste que Monsieur Longuet, ancien militant d'Occident (groupe d'extrême-droite), répondant à l'hebdomadaire d'extrême droite « Minute », le Ministre de la Défense a jugé qu'il existe « une différence notable entre Marine Le Pen et son père ». Et de poursuivre :« Tant mieux, car il sera désormais possible de parler de sujets difficiles avec un interlocuteur qui n'est pas bienveillant mais qui, au moins, n'est pas disqualifié ».Si ce n'est pas de la banalisation, qu'est-ce que c'est ? Il a expliqué au micro de Frédéric Rivière ses positions prises dans l'interview donnée au journal d'extrême-droite "Minute", et qui ont provoqué une polémique. Ce matin 4 mai, il s'est lancé dans une argumentation compliquée sur RFI : "La question se pose à la gauche comme à la droite, comment gérer la relation avec un parti qui a la tentation de se banaliser (...) Et pour nous au Front national... euh...pour eux au Front national..."  

 

3616003

Il est vrai qu'une partie de l'UMP n'adhère pas à ces propos, en rappelant qu'« Il n'y aura jamais d'accord électoral avec le Front national, ni de discussion ou de négociation avec les leaders du Front national".Reste que chaque scrutin où le FN fait un gros score, suscite des voix discordantes au sein de l'UMP. Personnellement je n'oublie pas les élections régionales de 1998 où la droite dite républicaine s'était alliée en Région Centre avec le FN afin de spolier la Gauche de sa majorité relative, et qu'après avoir avoir élu un président, il a fallu d'immenses manifestations sur l'ensemble de la région pour que ce dernier démissionne et que la droite républicaine fasse marche arrière dans cette alliance. Mais la tentation est toujours là quatorze ans après. En fonction des résultats, ce débat pourrait rebondir après le 6 mai au sein de l'UMP.

 

Cette montée d'un électorat Front national n'est pas le fait du hasard mais, d'une certaine manière, la conséquence des propos ou des postures tenus par le Président sortant ou certains de son entourage proche. C'est aussi le résultat de la politique menée durant les dix dernières années et particulièrement depuis 2007 qui a laissé à l'abandon des catégories entières de classes populaires et vidé le territoire de tous services publics, qui se trouvant alors en difficulté, recherchent à tort des boucs émissaires. D'abord "l'étranger" à commencer par des Français de nationalité, celui qui perd son emploi, les fonctionnaires, d'autres catégories professionnelles et finalement à défaut le voisin tout simplement parce qu'il paraît "bizarre". Lorsque le Président sortant lors du débat d'hier déclare un mandat sans violences ni mouvements populaires graves, visiblement il n'a pas intégré la violence de sa politique, de sa manière d'être, de ses propos et de ses décisions sans concertation (contrairement à ce qu'il prétend). Le mensonge qu'il dénonce à tout propos n'est que le sien élevé au rang de méthode de gouvernance, et projeté sur les autres. Il est plus que temps de se libérer de lui et des siens. La France doit retrouver une respiration salvatrice.

3616029.jpg

 

La montée des populismes plus que jamais condamne François Hollande à réussir.Si par malchance, maladresse ou pour d'autres causes il ne réussit pas à redonner à notre pays et à ses habitants une partie de leur espérance, et ce dans leur vie quotidienne, la prochaine fois, l'alternance risque de voir arriver au pouvoir l'Extrême-droite ou ses idées, quelle qu'en soit leurs apparences.

 

Concilier idéal et réalité, c'est aussi grandir

 

Pour les amis, et j'en connais, qui trouvent François Hollande trop mou, pas assez de "gôche", la vraie question d'une présidentielle : peut-on arriver à la gagner sur une ligne pure et dure? c'est-à-dire celle-là même qui nous appartient et que l'on pense juste? Je pense que non et que pour faire plus de 50% des voix en France, il faut forcément sortir de son camp, de son pré carré, sans pour autant ne rien lâcher sur l'essentiel de ses valeurs, on doit forcément s'agréger l'adhésion d'électeurs qui au regard de certains ne sont ni purs ni durs et parfois d'une autre culture politique (ils sont différents). Questions, qui possède à ce point la "Vérité"? Qui détient le curseur, l'étalonnage de la "juste cause"?  De cette recherche d'une "pureté" supposée existante (nous sommes là dans un intégrisme quasi-religieux), chacun en connaît les dérives. Le compromis entre l'idéal et la réalité ne signifie pas compromission, il faut savoir composer comme chacun le fait dans sa vie sociale, professionnelle,  personnelle voire affective. Si François Hollande ne m'apporte pas les réponses que j'espère en tant qu'écologiste , sans doute serai-je amené à discuter, à revendiquer, peut-être à lutter, à m'opposer, mais ma priorité d'aujourd'hui est de renvoyer le Président sortant et son équipe. Après, c'est sans illusion, et le pire qui pourrait m'arriver à moi et à mes idées c'est d'être heureusement surpris. Sans doute il y a ceux qui préfèrent le statut quo. C'est vrai que pour certains, il est mieux de ne pas mettre les mains dans le camboui et conserver la pureté supposée en restant finalement confortablement dans une contestation permanente, sans prendre le risque de la confronter à la réalité des autres qui par essence sont différents et posent des limites à "une toute puissance". Aujourd'hui, pour ceux qui seraient dans cette posture, cela reviendrait à reconduire le président sortant  et de rester dans le rôle d'une opposition "révolutionnaire", alors qu'elle n'est, au bout du compte, qu'un conformisme conservateur et immobile.  

 

3615961Lors du débat du 2 mai, à propos du nucléaire, j'ai été surpris de voir les deux candidats parlant des énergies fossiles, gaz et pétrole en oubliant de préciser que le nucléaire ne fonctionne pas à l'eau fraîche mais que son carburant n'est autre que l'uranium dont il dépend.  La France ne possède pas d'uranium, notre indépendance énergétique est suspendue à une réserve somme toute limitée de ce minerai qu'il nous faudra à l'avenir  acheter de plus en plus cher compte tenu de sa rareté, à moins que nous ne restions bientôt plus les seuls à dépendre, pour notre électricité, presque totalement de l'uranium. Pas un mot évidemment sur les 250 000 tonnes de déchets radioactifs que l'on ne sait toujours pas traiter. Bon, sur ces sujets et bien d'autres encore nous serons vigilants et actifs afin que la crise environnementale dans toutes ses déclinaisons (sociétale, économique, sociale, sanitaire...) soit prise en compte et que les lignes bougent concrètement dans le cadre de l'intérêt général.

 

C'est dans cet esprit que le Dimanche 6 mai, je voterai François Hollande, non seulement pour aider le Gâtinais, le Loiret, mais aussi la France et l'Europe pour contribuer à la mise en place d' un monde solidaire et juste. 

 

-cid C606D8D5927049669C9BE675FA2E2E6A-michelPC1

 

 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 12:35

SORTIE DU NUCLEAIRE:

UNE CHAINE SILENCIEUSE A BELLEVILLE

Chernobyl Day 2012.

P1240315

Samedi 28 avril à 15h, nous étions une petite centaine "accompagnés" par une quarantaine de gendarmes au pied de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire. Pour ma part, l'après-midi commença par un contrôle en bonne et due forme de mon identité et tout le reste... un petit coup d'ordinateur histoire de voir qui je suis vraiment et si toutefois je n'étais pas recherché pour je ne sais quel délit. Il a du en cracher de l'info, tellement, je suis comme vous tous fiché et refiché. Finalement, depuis les années 70, être antinucléaire relève du délit d'opinion. Aujourd'hui, il en est de même pour les anti-OGM.

 

P1240069  P1240232.JPG

Alors que nous sommes situés dans la deuxième région nucléaire de France, j'avoue être toujours aussi surpris du peu de mobilisation militante autour des actions antinucléaires. Sans doute est-ce bien -ne boudons pas notre plaisir- d'aller faire la chaîne le long du Rhône (on en reparlera), mais que ce type de mobilisation loin de chez nous  ne cache pas la paresse régionale y compris celle des élus régionaux ! C'était les vacances, il ne faisait pas beau, c'était loin, (moins qu'au bord du Rhône), c'était, je ne sais quoi, bref, il y a toujours une bonne excuse pour ne pas être présents, même si deux ou trois personnes se sont bien excusées, retenues dans leur mairie un samedi. La réalité, c'est que la P1230750sortie du nucléaire mériterait une mobilisation de tous les instants et cette sortie ne s'obtiendra pas uniquement dans les discussions de salons, de couloirs, ou encore de sièger dans des instances intitutionnelles (la belle affaire), mais également par une présence et une mobilisation fortes et constantes sur le terrain. Pour des raisons de moyens financiers, la conversion écologique de l'économie n'aura de sens et ne sera concrête et bien réelle que par une sortie effective du nucléaire. C'est la priorité.

 

J'ai surpris quelques moqueries de certains gendarmes à propos du caractère folklorique des antinucléaires. Je serais eux, je m'informerais plutôt de ce qu'il leur arriverait en cas de problème grave, ce que personne ne souhaite évidemment. Que sont devenus leurs collègues soviétiques de la ville de Pripyat située à trois km de la centrale nucléaire de Tchernobyl peuplée de près de 50 000 habitants à la veille du 26 avril 1986 ? Ils étaient première ligne et ont payé humainement un lourd tribu au mensonge des nucléocrates. Quand est-il de leurs collègues nippons depuis l'an passé autour de Fukushima? Revenons à nos gendarmes locaux, possèdent-ils dans leur caserne un équipement adéquat  puisqu'ils seront en première ligne en cas d'accident nucléaire ? Pour rappel,  un des responsables des sapeurs pompiers de Dampierre-en-Burly (Loiret) interrogé par la télévision suite à Tchernobyl, déclarait ne pas disposer d'équipements spéciaux anticontamination pour faire face à une situation semblable. Qu'en est-il aujourd'hui ? et ce sur un rayon de trente km alentours (à accident égal). Personnellement, je ne trouve pas ça drôle du tout, et pour personne.

bp7x.jpg

Ville de Pripyat  abandonnée et vide d'habitants, (près de 50000 avant la catastrophe de Tchernobyl de 1986). Qu'en sera-t-il de Gien, Briare et des autres en cas de...? Photo: Gerd Luwing/Institut. 

Nos ex-renseignements généraux qui donnent  dans "l'intérêt général" aujourd'hui, sont toujours parmi nous et ne cessent de prendre des photos, toujours des mêmes personnes. Je demande à voir les archives !  J'en ai profité pour photographier le photographe.

P1240197   P1240145                                                                                                                                        

Ce qui est réconfortant, à défaut du nombre, c'est d'avoir constaté la présence de familles enfants compris et de personnes de tous âges. Au pied de Notre-Dame de la Délivrance à Léré, c'est Machako, japonaise, qui a déposé une gerbe de fleurs.

 

Un texte produit par une personne qui souhaite rester anonyme et signe SOL a été distribué et lu pendant la cérémonie:

 

Tchernobyl.... Fukushima....

 

Je pense très fort à vous

J'ai peur pour vous

Et je suis très en colère

J'ai vu la terreur sur vos visages... j'ai vu votre incrédulité devant l'inimaginable... et le pire, l'invisible restait à venir.

J'ai vu votre regard au-dessus de vos masques quand vous fouilliez dans les décombres et j'ai vu votre regard derrière la visière de vos combinaisons de liquidateurs. Vous aviez peur mais vous alliez essayer de réparer ce qui pouvait l'être.

Vous avez toujours peur. Et vous essayez toujours de réparer ce qui peut l'être...

et le

pire, l'invisible ...reste à venir.

Et nous qui sommes là avec nos enfants et nos petits enfants, est-ce qu'on crie assez fort notre refus ? Notre dégoût ? Notre colère ?

 P1240269.JPG P1240281.JPG

Quant à vous, les décideurs, les actionnaires,  les financiers et puissants de toutes couleurs et de tous grades... vous n'avez pas vu ces regards fous ?

ces regards ont si peu d'importance.

Vous ne voyez pas notre colère ?

notre colère a si peu d'importance

Vous ne voyez pas nos enfants ? Ni vos enfants ?

La vie, l'amour, la mort, la beauté, le bonheur,

Aucune importance

La seule chose qui vaille pour vous : votre argent

pour votre argent vous voulez dompter la terre et nous imposer vos dictatures.

P1240239.JPG  P1230765.JPG

Mais la Terre en a assez d'être ignorée, méprisée, dévastée, déforestée, éventrée, pillée, explosée.

La Terre tremble de colère.

La Mer en a assez d'être la poubelle du monde.

La Mer bout de colère,

et nous aussi les filles et les fils de la Terre nous tremblons de colère.

Vous croyez que nous ne sommes pas une partie de l'univers

Vous voulez faire oublier que nous sommes faits de terre

Mais vous nous bouffez l'âme

Que la Terre vous enfouisse

Que ses volcans vous crachent

Que la Mer vous vomisse

Que le ciel vous foudroie

Et comme le dit si bien l'ami Prévert : "Nous pourrons jouir de la Terre qui peut être

si jolie"

Notre Terre est si belle... encore si belle... malgré tout si belle.

Ce serait vraiment trop dommage de l'exploser et nous tous avec !P1230786

Nous marchons

Et je marche

Contre le vent

En pensant très fort à vous

Vous êtes là

à chaque lever du soleil.

Vous êtes derrière chaque oiseau,

moineau,

rouge gorge,                                                                          

mésange,

buse,

ou héron,

qui s'élancent dans le ciel*                                                                          

Vous êtes dans le solitude de ma forêt et dans le chemin creux qui s'en va vers les hommes

vous êtes dans chaque brin d'herbe qui verdit au printemps, dans les fleurs de cerisiers et celles des pommiers.

Je pense très fort à vous

J'ai peur pour vous

Je suis très en colère.

Signé : SOL

 

Photos: JLB 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 08:41
CHAîNE HUMAINE SILENCIEUSE
Belleville sur Loire (Cher) – FR Chernobyl Day 2012.

P1230659.JPG
 
Samedi 28 avril 2012
Action silencieuse, de 15h à 17h : Chaîne humaine pour la commémoration de la catastrophe de Tchernobyl devant le grillage de la centrale, suivie d'une marche vers le rond point de l'Europe D 907 à Neuvy-sur-Loire (58) pour y déposer une gerbe au monument de "NOTRE DAME DE LA DÉLIVRANCE" puis retour au point de départ.

Point de rassemblement : Sur le bord de la route D87 devant le grillage de la centrale de Belleville-sur-Cher (18), dans le grand parking en face de la Maison de Loire près de la centrale au niveau des réacteurs.

 

 Venez constituer la chaîne avec nous , Chaque mètre compte !

Contact : Lucien Petit
Comité Stop Belleville Stop Dampierre
petit.lucien@wanadoo.fr
06 83 67 17 69 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 00:03

L'AVENIR RADIEUX DE L'ELECTRONUCLEAIRE...

bp3v.jpg

 

"La mort des passagers de Challenger et l'accident de Tchernobyl ont ravivé maintes angoisses, rappelant cruellement à l'humanité qu'elle ne maîtrise pas encore les forces fantastiques auxquelles elle a donné vie, qu'elle n'a pas encore réussi à les mettre au service du progrès", déclarait Mikhaïl Gorbatchev dans son discours télévisé du 18 août 1986. En trente cinq ans de développement de l'électronucléaire en Union Soviétique, c'était la première fois que l'on entendait publiquement un commentaire d'une telle lucidité au sujet des applications civiles du nucléaire.

 

bp4vNéanmoins, pour tirer les leçons du passé, il faut se souvenir que, durant plus de trois longues décennies, les scientifiques soviétiques ont à maintes reprises, dans la presse, à la radio, à la télévision, délivré un message tout différent. L'atome civil a été présenté au grand public comme la panacée, absolument sûr, fiable et propre du point de vue écologique, et les discours sur la sûreté nucléaire étaient de véritables panégyriques.

 

Ainsi, l'académicien Styrikovitch proclama en 1980, dans la revue Ogoniokque les centrales nucléaires étaient des astres au firmament du progrès et que le gouvernement en parsèmerait toute l'Union Soviétique. En toute sûreté. C'est ce qui s'est passé.

 

"Les réacteurs nucléaires sont de simples chaudières et leur personnel d'exploitation, des chauffeurs", expliquait en simplifiant N. M. Siniev, Vice-Président du Comité d'Etat à l'utilisation de l'énergie atomique dans un ouvrage destiné au grand public.

 

Il s'agissait là d'une position confortable à tous points de vue. Tout d'abord, elle rassurait l'opinion publique. Ensuite,numérisation0434 elle permettait d'aligner les salaires versés au personnel des centrales nucléaires sur ceux du personnel des centrales thermiques ou, dans certains cas, de lui verser des salaires inférieurs. Puisque c'était si sûr et si simple, on pouvait économiser sur les rémunérations.  Ainsi, au début des années 80, les salaires versés dans les centrales thermiques ont-ils commencé à dépasser ceux des centrales nucléaires.

 

Mais revenons aux déclarations résolument optimistes sur la sûreté absolue des centrales nucléaires : "Très dangereux potentiellement, les déchets nucléaires sont en réalité si compacts qu'ils peuvent être stockés dans des endroits isolés du milieu ambiant", écrivait O. D. Kazatchkosky, directeur de l'Institut de physique de l'énergie dans la Pravda du 25 juin 1984. Notons que lorsque l'explosion de Tchernobyl a retenti, ces endroits n'existaient pas. Durant la décennie précédente, aucune installation du stockage du combustible irradié n'avait été mise en place, et, après l'accident, il a fallu en construire une près de la tranche endommagée, dans des conditions de rayonnement terribles, non sans entraîner une forte irradiation de l'équipe du chantier.

 

Un mois plus tard, l'académicien A. Cheidline affirmait dans le Litteratournaia Gazeta : "C'est avec un grand plaisir que nous apprenons une réussite remarquable : la mise en service d'une quatrième tranche d'une capacité d'un million de KW à la centrale électronucléaire Lénine, à Tchernobyl". En réponse à un journaliste qui craignait que l'agrandissement de cette centrale n'inquiétât la population, Cheidline écrivit : " Ces réactions sont très émotionnelles. Les centrales nucléaires de notre pays sont sans aucun danger pour la population de leurs environs. In'y a absolument aucune raison de s'inquiéter".

bpx.jpgSalle de contrôle du réacteur n°4 où fut commise une série d'erreurs fatales  qui ont déclenché la fusion du réacteur

Photo: Gerd Ludwig/Institut.. 

La propagande en faveur de la sûreté des centrales avait un chantre particulièrement actif en la personne de A. Pétrossiants, président du Comité d'Etat pour l'utilisation de l'énergie nucléaire. Ainsi, 14 ans avant l'accident de Tchernobyl il écrit : "Il est impossible de ne pas admettre qu'un avenir radieux s'ouvre à l'électronucléaire..." Il met en avant l'indépendance de la source de matière première (l'uranium) tout en s'inquiétant pour l'avenir (au-delà de l'an 2000) de savoir si les réserves en uranium seraient suffisantes. Il dit encore, dans une conclusion rassurante : "les centrales sont des sources d'énergie propre et n'augmentent pas la pollution de l'environnement", tout en passant sous silence ce qu'il savait de la pollution engendrée par les déchets radioactifs des centrales nucléaires.

 

bp30vCe n'était pas la sûreté des centrales nucléaires, mais la rationalisation de l'utilisation du combustible qui le préoccupait. Plus loin, il poursuit : "Le scepticisme et l'incrédulité qui persistent au sujet des centrales nucléaires sont dus à une peur exagérée du danger d'irradiation pour le personnel d'exploitation et, surtout, pour les populations environnantes... L'exploitation des centrales nucléaires, tant en URSS qu'à l'étranger, aux Etats-Unis, en Angleterre, en France, au Canada, en Italie, au Japon, en RDA et en RFA témoigne d'une sûreté absolue, lorsque les modes d'exploitation prescrits et les règles impératives sont respectés. En outre, on peut se demander, des centrales atomiques et des centrales au charbon, lesquelles sont les plus nocives pour l'organisme humain et pour l'environnement". Pourtant, Pétrossiants ne pouvait ignorer que depuis sa mise en service en 1964 la première tranche de la centrale de Bieloïarsk n'a cessé de connaître des incidents dont les réparations s'accompagnaient d'une forte irradiation du personnel d'exploitation. Cet épisode radioactif a duré de façon pratiquement ininterrompue pendant quinze ans. En 1977, la seconde tranche de cette centrale a connu de graves problèmes suivis d'une réparation de près d'une année. Le personnel de la centrale rapidement irradié a du être remplacé par des employés venant d'autres centrales pour poursuivre des travaux de réparation en dépit de la radioactivité. Pétrossiants ne pouvait non plus ignorer que dans la ville de Melekess, des déchets de haute intensité radioactive sont évacués dans des puits creusés dans des couches géologiques profondes ; que par ailleurs, les centrales atomiques anglaises de Windscale (qui fut également accidentée), Winfrith et Dounreay rejettent leurs déchets radioactifs dans la mer d'Irlande depuis quinze ans. Et Medvedev de poursuivre : "on pourrait allonger la liste".

 

Concernant le niveau de rayonnement aux alentours des centrales de Bieloïarsk et de Novo-Voronej, Pétrossiantsbp22v déclare : "Un niveau satisfaisant et valable pour toutes les centrales soviétiques. On peut en dire autant pour les centrales des autres pays" faisant preuve d'une solidarité corporatiste avec les compagnies électronucléaires étrangères. Le même Pétrossiants, lors d'une conférence de presse tenue à Moscou le 6 mai 86 au sujet de Tchernobyl, étonna les journalistes en déclarant : "Que la science exigeait des victimes".                                                       

 

Il est temps de signaler que l'optimisme et la foi de ces "nucléocrates" n'ont jamais été partagés par les agents des centrales nucléaires, c'est-à-dire par ceux qui avaient directement affaire à l'atome civil, jour après jour, sur leur lieu de travail et non dans le calme confortable d'un bureau ou d'un laboratoire. Pour cause !  Moi-même ayant travaillé de nombreuses années à la construction, à l'installation et à l'exploitation de centrales nucléaires, nous connaissions parfaitement leur degré de fiabilité. Pour nous, la situation se résumait ainsi : nous marchions sur un fil et n'étions qu'à un cheveu de l'accident ou de la catastrophe. A la nouvelle de l'accident de Three Mile Island en Pennsylvanie, notre réaction a été simple : cela devait arriver tôt ou tard et cela pouvait arriver chez nous. Le secret absolu était de rigueur. On ne transmet les mauvaises nouvelles qu'aux échelons supérieurs de la hiérarchie et on les tronque pour les échelons inférieurs. 

  bp17x.jpg

Cancers de la thyroïde, Oleg Shapiro, 54 ans liquidateur et Dima Bogdanovich 13 ans victime des retombées.

Photo; Gerd Ludwig/Institut

 

Pas plus que mes collègues travaillant à l'exploitation des centrales je ne disposais d'information complète sur l'accident américain, néanmoins le peu que nous savions donna lieu à des commentaires sur la nocivité des rayonnements si, par malheur, ils échappent au contrôle de l'homme. Nous pensions qu'il était nécessaire d'informer le grand public de ces questions. Hélas, à cette époque, il était tout simplement inimaginable de mettre en oeuvre un programme d'information dans ce sens sans contredire la propagande officielle sur la sûreté absolue des centrales nucléaires. Je décidai alors d'agir seul (voir ...).

 

Ne précipitons pas les évènements, la sérennité régnait dans les milieux scientifiques, et dès que la voix du bon sens s'élevait pour dire que les centrales pouvaient présenter un danger pour l'environnement, on criait haro et on invoquait l'autorité de la science... En 1974, à l'assemblée générale annuelle de l'Académie des Sciences, l'académicien A.P.Alexandrov fit cette déclaration : "On nous reproche les dangers de l'électronucléaire, les risques de pollution radioactive de l'environnement... mais, camarades, en cas de guerre nucléaire, quel genre de pollution aurions-nous?". Imparable !

bp27v.jpgPhoto; Gerd Ludwig/Institut

 

Dix ans plus tard, c'est-à-dire un an avant Tchernobyl, lors d'une réunion du Parti au Ministère de l'énergie, le même A.P. Alexandrov remarquait d'un ton grave : "qu'il fallait prier le ciel de préserver l'Union Soviétique d'un accident semblable à celui de Three Mile Island".  Durant ces dix ans, il s'était passé beaucoup de choses dans le domaine de l'électronucléaire : des incidents graves, des accidents, la puissance des centrales avait atteint des chiffres inégalés auparavant. La notion de prestige revenait constamment, et le sens des responsabilités des spécialistes de l'atome s'était amoindri si l'on peut dire. Mais d'où auraient-ils tiré ce sens des responsabilités alors que les centrales étaient si sûres et si simples ?

 

Durant ces années, le personnel des centrales nucléaires avait changé en raison d'une brusque pénurie d'opérateurs. Au début, seuls des enthousiastes passionnés par l'électronucléaire travaillaient dans ce domaine. Par la suite, un monde mêlé a commencé à affluer. Évidemment, ce qui les attirait avant tout ce n'était pas les hauts salaires, mais le prestige. Ils avaient envie de faire partie du petit club nucléaire. Combien de fois n'avait-on pas répété que c'était sans danger ?

 

bp23x.jpg

Le 26 avril, veillée de minuit au Monument des victimes à Kiev (Ukraine) Photo; Gerd Ludwig/Institut

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 00:01

LES PHOTOS DU LENDEMAIN

Des hommes sans protection

numerisation0433.jpg

ECOLOGIE-Infos n°378ECOLOGIE-Infos a fixé pour vous ces images, tirées d'un film de la télévision soviétique, tournées au lendemain du jour de la catastrophe de Tchernobyl. La qualité technique n'est pas exceptionnelle dans la mesure ou celles-ci ont été prises à partir d'un écran de télévision.

 

Ces hommes travaillaient au déblayage du site, sans aucune protection particulière contre les radiations. Sans doute sont-ils morts ou très malades.

 

Dans le cas d'un tel accident en France, qu'en serait-il des premiers secours ? Un des responsables des sapeurs pompiers de Dampierre-en-Burly (Loiret) interrogé par la télévision suite à Tchernobyl, déclarait ne pas disposer d'équipements spéciaux anticontamination pour faire face à une situation semblable.

 

Pour la population, la dose maximale admissible est de 0,5 rem par an ; pour les travailleurs du nucléaire elle s'élève à 5 rem (10 fois plus !).

 

Les habitants de Pripyat, ville de 49360 habitants située à 3 km de la centrale de Tchernobyl ont du en moyenne recevoir des doses comprises entre 25 et 200 rem.

 

Le 29 mai, soit un mois après l'accident, on détectait aux abords de la centrale accidentée un débit de doses de 0,1 rem par heure, soit 0,50 en 5 heures et 5 rem en deux jours. La mort est inéluctable

numerisation0430-copie-1.jpg

numerisation0431.jpg

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 23:05

SOUVENIR, SOUVENIR...

 

L'an passé à la même date, je vous demandais que faisiez-vous le 26 avril 1986 ? A l'occasion du 25ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, je vous disais que contemporains de cet évènement, nous devions faire en sorte de ne pas oublier ce terrible accident nucléaire. Je vous avais présenté des extraits du livre de Grigori Medvedev : "La vérité sur Tchernobyl, quatre ans après" révélations d'un grand scientifique russe, préfacé par Andreî Sakharov, paru chez Albin Michel en 1990. Grigori Medvedev a été ingénieur en chef du service exploitation à la centrale de Tchernobyl lors de sa création. Longtemps censuré, son livre est finalement paru dans la revue Novy Mir au cours de l'été 1989. 

 

numérisation0435Dans les archives en avril 2011. Vous pouvez retrouver sur ce blog les textes de l'an passé, Tchernobyl : "Compte à rebours d'un jour pas ordinaire, ces minutes et secondes qui comptent" en allant . Cette année, je vous propose deux articles. Le premier,,du même auteur, avec des extraits du chapitre : "Le mythe de la sûreté". Le second qui présente le numéro du 14 avril 1987 d'ECOLOGIE-Infos n° 378 : "Tchernobyl, les photos du lendemain, des hommes sans protection". Ces images nous sont parvenues avec la complicité d'une réalisatrice alors employée à TF1, pas encore privatisé. Sur Tchernobyl, ECOLOGIE-Infos a encore plein de choses à vous transmettre au fil du temps.

 

Travaillant à l'exploitation de centrales nucléaires, lors de l'accident de Three Mile Island (28 mars 1979), Grigori Medvedev ne disposait pas d'information complète sur cet évènement. Devant l'impossibilité de contredire la propagande officielle, il décida d'agir seul. Il écrivit quatre récits décrivant la vie et le travail des agents des centrales nucléaires : "Les opérateurs", "Une expertise", "Le bloc pile" et "Bronzage nucléaire". Les éditeurs pressentis estimaient que ces récits ne pouvaient être vrais et que les académiciens écrivaient partout que les centrales soviétiques étaient parfaitement sûres. L'académicien Kirilline n'avait-il pas l'intention de louer un lopin de terre pour sa datcha à côté d'une centrale atomique ? "Un accident pouvait arriver en Occident mais pas chez nous". Le directeur d'une importante revue estima que si pareille chose s'était passée en Occident, de tels récits seraient publiables. "Les opérateurs" finit par être publié en 1981, mais en petit nombre.

 

Vous remarquerez dans le texte de Medvedev présenté aujourd'hui, de nombreuses analogies entre l'URSS et la France Cela saute aux yeux, y compris dans des prises de positions politiques récentes.

numerisation0436.jpg 

Dessin extrait d'ECOLOGIE de juin 1986

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:16

EUX C'EST EUX, NOUS C'EST NOUS, RESPECT.

 

Respectueux de la diversité, je ne considère pas Mélenchon et le Front de Gauche comme des adversaires. En ces temps de présidentielles, je considère que leur campagne est globalement efficace pour la Gauche française, sans doute leur posture répond-elle à des aspirations de justice sociale  de bon nombre de citoyens. Le talent oratoire et les références révolutionnaires symboliques de Jean Luc Mélenchon ne sont sans doute pas étrangers à la forte mobilisation obtenue. Reste qu'au-delà de cette mobilisation et des espérances qu'elle fait naître, (y compris chez des militants d'EELV), pour ma part la réalité est plus contrastée et les ambiguïtés restent nombreuses.

 

Je ne vais pas me plaindre si Mélenchon et ses soutiens intègrent à leur programme une préocupation écologique, mais gare à l'équivoque. Ainsi la "planification écologique" proposée répond au jacobinisme révolutionnaire du Front de Gauche et non au caractère décentralisateur et fédéraliste, tout autant révolutionnaire, défendu depuis plus de quarante ans par l'Ecologie politique. Disons que la "planification" proposée peut être utile pour la sortie progressive du nucléaire. Pour le reste, chaque territoire peut dès aujourd'hui, en fonction de ses besoins, mettre en place tout ce qui semble nécessaire pour une mutation écologique de la société. 

 

pinocchiomJe suis conscient que les idées écolos n'appartiennent pas au seul parti Vert, mais dans ce domaine, les écolos ne découvrent pas l'écologie, ils l'ont fait naître, c'est leur raison d'être et la proposent depuis le début des années 70 comme alternative de société à un système fini et mortifère pour la vie sous toutes ses formes. Même si chacun a le droit d'évoluer, entendre aujourd'hui que l'écologie serait du côté du Front de Gauche renforce mon septicisme et particulièrement au regard de ce que je peux vérifier autour de moi sur le terrain politique et associatif, exemples :

 

numerisation0419.jpgLe dernier tract (ci-joint) du Front de Gauche dans le Gâtinais illustre assez bien cette réalité locale. Sous le titre Front de Gauche, qui appelle le 22 avril à battre Sarkosy, (comme nous), figurent le portrait de Jean Luc Mélenchon ainsi que  quatre autres, à savoir celui d'un ancien maire de Montargis (Parti communiste), d'un autre ancien maire de Montargis et actuel conseiller municipal (PC), d'une actuelle conseillère municipale (PC) et d'un actuel conseiller municipal toujours de Montargis (PC). Pour les prochaines législatives, le candidat Front de Gauche dans la 4ème circonscription est le Conseiller général Maire de Châlette-sur-Loing (PC) et sa suppléante la conseillère municipale de Montargis, citée ci-dessus, également PC. Chacun pourra apprécier l'ouverture et la diversité de ce qu'est le Front de Gauche dans le Gâtinais. Ce petit jeu d'étiquette permet des soutiens subtils des uns envers les autres qui en réalité sont les mêmes : le Parti Communiste soutient le Front de Gauche, et le Front de Gauche soutient le Parti Communiste. Qui  trompe t-on sinon des braves gens dans leur bonne foi.

 

Le 14 avril 2011 à propos du nucléaire, lors de la session plénière du Conseil Régional du Centre, les 12 élus régionaux du groupe EELV  proposent en 7 points un voeu dont l'opposition à la construction de tout nouveau réacteur en Région Centre et la mise en place d'un vaste plan d' économies d'énergie, de développement d'énergies réellement renouvelables et une sortie progressive, mais très volontariste, du nucléaire dans la région comme dans l'ensemble du pays. Le groupe communiste-Front de Gauche s'est abstenu, rejoignant ainsi le PS, le PRG, l'UMP-NC. Cinq jours plus tard le 19 avril 2011, sur le pont de Gien, lors d'une manifestation antinucléaire (voir sur ce blog), surprise de découvrir  le Front de Gauche tous drapeaux et tracts sortis à nos côtés... C'est quoi la face sincère du Front de Gauche?

 

L'an passé à Montargis, lors des cantonales où j'étais le candidat commun de EELV, du PS et du PRG, le Front de Gauche présente un candidat : l'ancien maire PC de Montargis et une suppléante PC, (conseillère municipale de Montargis). A mon habitude, sur la totalité des documents produits pour cette campagne, ainsi que la quinzaine d'articles parus dans la presse locale,  nos déclarations avaient pour cible l'UMP et sa candidate qui par ailleurs n'affichait pas honnêtement sa couleur. Notre seul impératif était que la gauche l'emporte à Montargis, si bien qu'en cas de second tour et dans un esprit de rassemblement, à aucun moment, le candidat Front de Gauche-PC n'a été critiqué en rien. Par contre nous n'avons pas rencontré la même attitude de la part de notre concurrent Front-de Gauche-PC dénonçant la présence "d'un Vert" à la place du PS. Des Verts directement mis en cause dans un tract distribué deux jours avant la date du vote, tout en faisant parallèlement courir le bruit que soit nous étions ensemble (!) soit nous étions insuffisamment à gauche ! Qui détient le curseur de la "pure vérité" de Gauche ? le camarade révolutionnairenumérisation0129 dictateur Robespierre ?

 

Vu de Montargis et du Gâtinais, le renouveau déclaré par le Front de Gauche avec son leader Jean Luc Mélenchon, localement, n'est en réalité que le retour d'un passé conservateur et en rien écologiste. De plus, l'idée d'une sixième république me va bien, n'est-elle-pas une revendication écologiste datant de 1980 ! Bonjour l'inertie.

 

C'est pourquoi je reste convaincu que l'écologie politique aujourd'hui incarnée par EELV est une nécessité absolue. Elle dispose d'un solide patrimoine culturel et sociétal qui nourrissent des compétences thématiques construites depuis environ cinquante ans  même si, à l'évidence, des militants et sympathisants récents l'ignorent et du coup peuvent être tentés, pour certains, par de belles paroles bien dites. Que l'on soit appelé à travailler à l'avenir à un large rassemblement rouge-vert, sans doute, ou du moins peut-on l'espérer, cela ne serait possible que dans une diversité reconnue, acceptée et intégrée par les différents partenaires. Ce qui signifie un respect mutuel de ces différences afin que chacun apporte sa pierre à une complémentarité indispensable. Cela exclut toute égémonie. Je tiens à rappeler ici qu'Alain Lipietz avec entre autre Jean-Marie Muller avaient, dans les années fin 80, tenté d'organiser un courant vert et rouge, dit Arc en ciel. Aujourd'hui, lorsqu'il s'exprime sur le Front de Gauche, il en parle par expérience. 

 

Pour donner de l'espoir à l'avenir, chaque courant de pensée de la Gauche doit cesser de considérer que la politique n'est qu'un rapport de force avec les autres partenaires où tout serait permis.  Il y a suffisamment à faire pour l'humanité pour que chacun avec ses particularités, apporte sa contribution pour l'intérêt général,  à la transformation de la société, sans hypocrisie et dans le respect mutuel. 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 09:44

DU ROUGE AU VERT CA MARCHE

94-Jacques%20Perreux%20EEC'est un poids lourd du conseil général du Val de-Marne qui a quitté le Parti Communiste en 2009. A 57 ans, Jacques Perreux tourne la page sur presqu'une vie. Membre du PCF depuis 1969, Il prend la tête de la Jeunesse Communiste dont il devient secrétaire général en 1984.  Ce fils de boulangers, ancien technicien chimiste dans une entreprise de Vitry, abandonne la carte à la faucille et au marteau pour embrasser celle au tournesol. « Le Parti communiste n'est plus ce qu'il était, il est sclérosé, regrette l'élu, conseiller général du canton de Vitry depuis vingt ans. C'est une décision que je mûrissais déjà depuis quelque temps. « Manque d'ouverture » selon lui. En effet, des forums alter mondialistes de Porto Alegre aux rassemblements du Larzac en passant par le poste de porte-parole de José Bové à la présidentielle de 2007, l'ancien fidèle de Georges Marchais, chargé de faire appliquer la ligne du Parti par les Jeunesses communistes dans les années 1980, est peu à peu devenu « le communiste-écologiste », incontournable et incollable sur les questions liées à l'eau.

 

Aujourd'hui Jacques Perreux est conseiller général, président de la commission environnement. Membre du groupe Gauche Citoyenne. Il est également conseiller régional de la région Ile-de-France, vice-président du groupe Europe Ecologie-les Verts, vice-président de la commission environnement, agriculture et énergie.

 

Ce texte date du 11 avril 2012 et en ligne sur le blog de Jacques Perreux:

 

Je n’ai pas loupé le train du Front de Gauche

 

Il y a quelque temps, un ami m’a interpellé ainsi « Jacques, tu as loupé le train du Front de Gauche ». Il voulait me dire qu’en ayant quitté le PCF j’avais, par la même occasion, raté une dynamique pour laquelle j’ai longtemps agi. Et puis j’ai reçu quelques SMS en direct de la Bastille ou de la place du capitole de Toulouse me disant « on est triste que tu ne sois pas avec nous ».

 

Non, je n’ai pas loupé le train et je ne regrette pas de ne pas l’avoir pris. Ceux qui me connaissent savent que je ne nourris aucune rancune vis-à-vis du PCF, que je respecte ses positions et c’est d’ailleurs ce respect qui m’a amené à le quitter. Je mesure et je comprends la joie, parfois énorme, qui habite les militants et les sympathisants du Front de Gauche. Je vois les espoirs, les certitudes, mais aussi les inquiétudes, les doutes, les contradictions que porte ce mouvement autour de la candidature de Jean Luc Mélenchon. Le talent de celui-ci, c’est clair, a catalysé des attentes et des tentatives maintes fois déçues. Et j’entends bien aussi ce que beaucoup disent : « nous ne sommes pas d’accord avec telle partie du programme du Front de Gauche ou du discours de Mélenchon, mais ce qui nous intéresse c’est le mouvement ».

 

Moi aussi, ce mouvement m’intéresse. J’ai espoir que tous ceux qui veulent remettre en cause radicalement ce mode de développement, prédateur et gaspilleur, se retrouveront pour faire force commune. Et ma façon de contribuer au mouvement, à cette étape-là, est de donner le maximum de poids à l’écologie politique, avec la candidature d’Eva Joly. Car, je suis convaincu que les réponses aux enjeux planétaires, aux injustices sociales,56017480 p à la violence des discriminations résident dans une écologie héritière de la pensée progressiste. J’ai bien entendu JL Mélenchon dire que le Front de Gauche est anti-productiviste et écologiste. Je sais bien qu’en soit, prononcer les mots c’est déjà important. Mais ce n’est pas suffisant. Lorsque JL Mélenchon s’est félicité de la vente par l’avionneur national Dassault de rafales à l’Inde, un anti-productiviste n’aurait-il pas dû promouvoir la reconversion de l’industrie d’armements et la coopération pacifiste avec les pays du Sud ?

 

Ce matin sur France Inter JL Mélenchon critiquait l’accord PS-EELV. Mais n’est-ce pas un tour de passe-passe, de dévaloriser un accord qui s’engage à supprimer 24 réacteurs nucléaires (1), lorsque par ailleurs l’accord PC-PG se contente de prévoir un référendum pour ou contre la sortie du nucléaire, sans que l’on sache ce que serait la position défendue par le Front de Gauche. D’ailleurs, on n’a pas entendu le Front de Gauche réagir, lorsqu’Areva a déchaîné son lobbying contre l’accord PS-EELV. Et ces jours-ci on a vu fleurir de belles publicités d’Areva dans le journal L’Humanité…

 

56017417_p.jpgLors du Forum Alternatif Mondial de l’Eau, on a pu voir de nombreux militants du Front de gauche se mobiliser pour la gestion directe de l’eau en service public. Tout le monde s’en réjouit .Mais il reste que nous le savons, ce sont des élus communistes qui en Ile de France ont contribué à sauver la mise au plus gros contrat mondial de Véolia. Devons nous nous taire devant ces ambivalences et nous y résigner ?

 

Ceux qui agissent contre la multiplication des incinérateurs, qui représentent un mode de traitement des déchets profondément productiviste, savent bien que souvent ils doivent aussi s’opposer à des élus du Front de Gauche. L’Ecologie n’est-ce pas de développer des alternatives de recyclage, de compost, de méthanisation ? Et n’est ce pas le même cas de figure que l’on retrouve dans la mobilisation contre l’aéroport de Nantes ?

 

L’écologie ne peut tout de même pas être la chose… et son contraire ! Autre sujet qui me tient à cœur. Je dois dire que j’ai éprouvé un vrai malaise lorsque j’ai appris que les sénateurs du Front de Gauche avaient laissé passer la loi interdisant aux assistantes maternelles à domicile le port du foulard. La laïcité, pour moi, c’est d’abord la liberté de conscience, c’est le moyen d’inclure et non d’exclure. Quand cessera-t-on de prétendre qu’il y a un modèle unique d’émancipation humaine, y compris féministe ? On peut lire aussi dans le programme du Front de Gauche, étonnamment au chapitre Laïcité, la proposition d’interdire le choix du sexe de son médecin à l’hôpital public. Qui cela vise t-il ? La société dont je rêve est multiculturelle, fraternelle, respectueuse. J’espère, comme d’ailleurs certains militants du Front de Gauche l’expriment ces jours-ci, qu’il y aura débat et que les positions du Front de Gauche évolueront sérieusement et sincèrement sur ce sujet.

 

Et puis, encore une chose m’interroge, je ne prétends pas du tout que E.E.L.V. soit parfait. Loin s’en faut….Mais lorsque le Front de Gauche stigmatise l’accord avec le PS, n’est-ce pas un peu facile ? En effet, l’absence de proportionnelle conduirait les écologistes à n’avoir aucun député sans cet accord. N’est-ce pas l’absence d’une proportionnelle suffisante qui a conduit, lors des élections régionales, le Front de Gauche à passer des accords avec le PS ? Personne ne s’en est offusqué et c’est bien normal. En politique, il faut être juste ! Et encore, je m’inquiète de ce qui monte dans cette campagne, bien au-delà des propos du Front de Gauche, sur le thème de la Nation. Ne serions nous pas plutôt dans une période où l’urgence est de s’ouvrir auxnumerisation0420.jpg autres pour répondre ensemble aux défis écologiques et sociaux de notre planète. Enfin, mon expérience me fait craindre sincèrement qu’en devenant dominant le Front de gauche ne devienne dominateur.

 

Ainsi dans le Val de Marne, à l’issue des dernières élections cantonales, le Front de Gauche avec 18% des voix a obtenu 19 élus. Fort de cette position, il a éliminé de l’exécutif du Conseil Général les écologistes, qui pourtant avaient réalisé 14 % des voix et obtenu 3 élus. On ne peut pas dire que depuis, l’écologie y ait gagné.

 

Il y a plusieurs façon de considérer que la politique c’est des rapports de force. Soit c’est le diktat de la majorité sur la minorité. Soit c’est la coopération, dans le plein respect de la force que les citoyens ont donnée à tel ou tel courant de pensée.

 

Il y a besoin en politique d’inventer et de mettre en œuvre cette culture là. Peut-être que la dynamique du Front de Gauche contribuera à modifier cette culture de domination. Peut-être que non. Voilà quelques-unes des questions qui se posent selon moi, pour qu’un changement survienne réellement. Encore une fois, j’ai beaucoup d’empathie pour le mouvement diversifié autour de la candidature de JL Mélenchon. Personne, sauf à droite, ne devrait avoir intérêt à ce qu’il déçoive. Mais, le plus important dans les luttes que nous menons les uns et les autres ce sont les victoires véritables contre les exploitations, les dominations les discriminations, c’est de vivre mieux et bien. Le plus important c’est de ne pas en rester au niveau du discours si beau soit-il. Et pour ce faire, il y a sans doute besoin de regarder plus grand vers notre avenir. Que de bons vents nous poussent tous vers ces victoires réelles, là où nous avons choisi d’être…

 

(1) Note de JL Burgunder: A propos des 24 réacteurs, je demande à voir et je croise les doigts. Rappelons-nous du vote bloqué du groupe PS à l'Assemblée Nationale en octobre 1981.

  56017388_p.jpg

FESTIVAL DE L'OH 2012  

Jacques Perreux élu des quartiers populaires à Vitry (Val de Marne) a initié le Festival de l'Oh             

Les 12 et 13 mai prochains, les «crues», bienfaisantes ou dévastatrices, irrigueront toutes les dimensions du festival de l’Oh ! Alors que les inondations qui ont frappé le Sud de la France sont encore dans toutes les mémoires, à l’heure où les crises environnementales ne cessent de se multiplier dans beaucoup de régions du monde, le festival de l’Oh ! fait le pari d’en faire le cœur de cette 12e édition, sans jamais se départir de l’esprit de fête, l’utopie et le plaisir qui sont la marque de fabrique de cette manifestation.                                                                                                                                            

56017344_p.jpgToutes les photos concernent la compagnie LMNO (déjà présentée sur ce blog, en mars 2012) dans sa présentation de Mama Riverside lors du Festival de l'Oh de 2010, festival dont Jacques Perreux est l'initiateur. 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022