Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 13:12



Le pire est arrivé.




C'est le lundi 8 décembre 2008, lors de la signature de l'accord cadre sur la Formation professionnelle tout au long de la vie avec les partenaires sociaux, à l'hôtel de région, que j'ai vu Bernard pour la dernière fois. A son départ, je l'ai raccompagné dans le hall. L'oeil vif et malicieux, le sourire au coin des lèvres, il se réjouissait à l'avance de son départ en Allemagne le surlendemain...


Il s'agissait pour lui d'accompagner  deux de ses apprentis zingueurs qui avait été lauréats du prix national Artibat à Nantes, ainsi que deux formateurs pour visiter les mines d'ardoises de Coblence. C'était à la fois un acte de reconnaissance des compétences des personnes, mais aussi, comme savait le faire Bernard, une ouverture de l'horizon de chacun. Et puis, en grand amateur de la langue de Goethe, il allait être l'interprête du voyage. Et pour lui, il n'y avait pas de petit plaisir. C'est le jeudi en fin de matinée à 400m sous terre que le rendez-vous fatal l'a surpris. Bernard est décédé le mardi 16 décembre sans avoir repris connaissance.


Bernard aux épeuves internationales des Olypiades des Métiers au Japon en novembre 2007


Bernard Darada était directeur du CFA du bâtiment de Blois depuis 1997. En 1998, je l'ai découvert en prenant ma délégation à l'apprentissage. J'avais face à moi un acteur respectueux du partenariat. Un acteur, attentif, actif et réactif dans sa relation avec le Conseil. C'était un grand professionnel qui aimait son boulot à savoir transmettre aux jeunes non seulement le bon geste professionnel mais aussi de développer leurs dimensions personnelles et citoyennes. Il était exigeant, rigoureux mais pas rigide, attentif, curieux, disponible. Il était dans un engagement total et sans compter. Pour lui, l'apprentissage était une aventure humaine ce qui l'engagea fortement dans la mobilité européenne de ses jeunes.


A propos de mobilité, je peux témoigner de la qualité du réseau d'entreprises et d'organismes de formation qu'il a développé en Autriche autour de la plâtrerie et du bois. Une palette diversifiée qui permettait aux jeunes durant six mois et dans d'excellentes conditions de vie professionnelle et personnelle de découvrir des méthodes et pratiques de leur métier différentes des nôtres, tout en développant l'apprentissage et la connaissance d'une langue étrangère. Bien évidemment, Bernard avait développé avec les différents partenaires autrichiens des relations professionnelles certes, mais aussi chaleureuses et amicales. C'était lui.

 


Bernard avec deux de "ses" apprentis en stage dans l'entreprise Pagitsch en Autriche (Mai 2007)


C'est en travaillant que l'on découvre les individus, et je dois dire que durant ces 11 années, au delà de nos postures officielles différentes, notre relation personnelle n'a eu de cesse d'évoluer. Par délà nos différences individuelles, nous avons développé ce qui nous rapprochait.


Ce grand ch'ti, amoureux de la mer et de Saint-Malo était un pédagogue tout en finesse, alternant le sérieux-sérieux d'avec une espièglerie affûtée. Il était jovial, convivial, et aussi franchement drôle. Il était trop, lorsqu'il nous disait sur le ton de la confidence "attends, je vais t'en raconter une" et c'était multiplié par dix lorsque l'histoire se déclinait en ch'ti. Il nous faisait alors pleurer de rire avec sa mine qui épousait les mots, l'accent et le phrasé. Un vrai, je dis bien un véritable acteur qui aurait eu toute sa place auprès de Dany Boon, tant il était plus ch'ti que nature. Il était aussi sensible, lors de la visite du camp de Mauthausen, je me souviens de cette larme qui coulait sur sa joue et qu'avec beaucoup de pudeur il écrasa discrètement.


Mardi 23 décembre, il fait froid et gris avec un petit vent qui juste accentue la fraicheur. Petits individus de sombre vêtus nous piétinons devant la cathédrale de Blois. Dis Bernard, que fais tu là dans la boite vernie, dans le fourgon devant nous. Hébétés, les uns et les autres nous nous saluons. Il y a dans cet instant de l'incompréhension et un immense chagrin d'être là, silencieux à tes côtés. Il y a même tes amis autrichiens qui ont fait le voyage. Dans de tels moments, on mesure la pauvreté des mots et du vocabulaire.

Tu es encore là parmi nous. A ta manière tu nous signifies et nous rappelles notre fragilité. Aujourd'hui tu provoques une immense peine aux tiens et à tes amis. Mais un jour, chacun de nous est appelé à commettre ce qui tu nous fais aujourd'hui. Ainsi va cette vie si forte mais aussi si fragile.


Bernard, tel un acteur, tu es parti en situation et dans ton rôle. Finalement c'est bien toi. On te remercie pour tout et pour l'homme de bien que tu es et qui restera toujours très vivant dans nos coeurs et notre souvenir. Merci pour tout.


Bernard Darada


 

Au mois de septembre 2008 Bernard et Bernadette sa femme nous avaient envoyé cette petite vidéo avec ce

message:

Aux amoureux des phares,

Aux amoureux de la Bretagne,

A vous qui avez l'humilité de vous dire que nous sommes bien petits mais parfois malfaisants...

Les phares sont désormais automatiques. Pensez à ceux qui, de garde, il y a quelques années, étaient au travail un tel jour

 


Partageons ce spectacle en souvenir de Bernard.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Coup de coeur
commenter cet article

commentaires

Claudine PREVOST MORAS 19/06/2011 10:11



Cher Monsieur,


Merci pour nous faire revivre l'Homme qui rassemblait tant de qualités profondes et humaines. Tous ses amis ne font que se souvenir, et celui-ci ne s'efface pas. Une belle pensée pendant le
passage de cette vidéo. Merci mille fois de nous faire partager l'affection et la fidélité pour Lui. Claudine


 



rita raux 18/06/2011 14:45



quand nos parents sont trop présents, ils nous emm....et nous envahissent mais quand ils sont absents, ils nous manquent tant!!!!mais leur souvenir nous rapelle qu'on a beaucoup hérité d'eux et
qu'ils nous ont tellement transmis....!!!



Darada 18/06/2011 02:47


Merci pour votre texte que je relis parfois quand je ressent le besoin de le revoir. Le texte est fidèle a la réalité de l époque. J avoue faire mon possible pour qu il soit fier de moi chaque
jour, et faire que son "œuvre" ne soit pas veine. L homme de" pouvoir" doit mettre son attribu au service de son idéal et c est ce qu il s est attache a faire tout au long de sa vie. Il a ainsi
permis a tant de gens de trouver leur voie, et a se sustenter, parfois dans la douleur, mais toujours avec un profond respect ce qui lui vaut 3 ans après sa mort et parfois bien des années après un
reconnaissance persistante Bonne fête papa Bonne fer


Bernadette 14/01/2009 09:31

Cher Monsiçeur,Mon fils, Julien m'a indiqué votre blog. Merci pour cet hommage à Bernard

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022