Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 15:01

DES LEGISLATIVES

POUR UNE MAJORITE PRESIDENTIELLE 

Les citoyens ont voté. Un nouveau Président en la personne de François Hollande est élu par 51,6% contre 48,4% pour le candidat-sortant. A ce jour, il n'est pas encore en place, il le sera le 15 mai. Compte tenu de l'état de notre pays et d'une partie importante de sa population (nous), des crises européennes à répétion (c'est toujours les mêmes) et l'état général du monde, aujourd'hui totalement volatile, il est évident qu'il n'y aura pas d'état de grâce. Tout va très vite.

3643238.jpg 

D'abord, les 10 et 17 juin prochain, il faudra retourner aux urnes pour donner au nouveau Président une majorité à l'Assemblée Nationale et ainsi lui permettre de gouverner et d'appliquer le programme sur lequel il a été élu. Ne votons pas à la grecque, à savoir qu'un corps électoral dit être à la fois très majoritairement favorable pour rester dans la zône Euro, mais dans le même temps élit des députés partisans d'en sortir ! La misère et la grande précarité des populations accentuent les contradictions. En France, alors que la Gauche pour la première fois vient de faire la conquête du Sénat en Septembre 2011, il ne s'agit pas en juin 2012 de ne pas conquérir l'Assemblée Nationale. Il est hors de question de laisser penser aux Français qu'il faudrait "rééquilibrer" les pouvoirs et permettre à l'UMP d'imposer une cohabitation au nouveau Président. L'UMP ne parlait pas ainsi quand elle dominait à l'Assemblée  et au Sénat.

 

En Région Centre,  Nicolas Sarkozy avec 50,56%  (15 362 voix de plus) contre 49,44% à François Hollande, la région reste à droite. Cependant, si  cinq départements sur six étaient à droite en 2007, en 2012 ils ne sont plus trois (Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Loiret). François Hollande est majoritaire  dans l'Indre-et-Loire, L'Indre et le Cher et dans les grandes villes comme  Tours, Orléans, Bourges, Chartres, Blois et Châteauroux. Il est clair que ces résultats donnent une situation pleine d'incertitudes concernant les élections législatives à venir avec l'inconnue de l'électorat Front national.

 

3643258.jpg

 Reste la situation particulière du Loiret, qui, comme d'habitude, se distingue à contre courant du vote national. Le candidat sortant recueille 54,01% des voix contre 45,99 pour François Hollande. Sur les six circonscriptions du Loiret, les électeurs ont placé Nicolas Sarkozy en tête du scrutin : 51,6% pour la 1ère, 51,8% pour la seconde, 56,4% pour la 3ème, 57,5% pour la 4ème, 55,5% pour la 5ème et 51,7% pour la 6ème.

 

Avec ses 57,5% pour le candidat sortant dans la 4ème circonscription, une fois de plus le Gâtinais se singularise dans le département. Si le meilleur score du Loiret pour François Hollande est enregistré à Châlette-sur-Loing, il convient d'interprèter ce très bon résultat mais hélas qui ne reflète pas l'ensemble de la circonscription, et loin s'en faut.. A Châlette n'oublions pas les chiffres du premier tour : François Hollande 30,4%, Marine Le Pen 21%, Jean Luc Mélenchon 19,9%, Sarkozy 17,7%. A remarquer que sur la 4ème circonscription,  l'UMP est à la hauteur de 29,28%, le Front national à 25,2%, le PS à 21,5% et le Front de Gauche-PC à 9,8%. A partir de ces chiffres, il convient de trouver la bonne formule pour que la Gauche rassemblée soit présente au second tour des législatives, ce qui serait un évènement et une grande surprise.  Europe Ecologie-Les Verts, dans la continuité du débat engagé en 2007 autour des Conventions municipales "Réinventons la politique locale" ont décidé d'inviter les candidats de Gauche à jouer gagnants. (voir article ci-dessus, "Lettre ouverte aux candidats de gauche dans la 4ème circonscription")

P1030432.JPG.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 14:21

numérisation0442

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 15:53

CE QUE NOUS VOTONS DIMANCHE

N'EST PAS NEUTRE...

 

A l'occasion du second tour, L'Eclaireur du Gâtinais, l'hebdomadaire local a demandé aux élus locaux des partis présents sur notre territoire leurs consignes de vote. La contrainte étant que le texte ne pouvait dépasser 800 signes espaces compris. L'exercice est difficile si bien qu'il y a des manques. Pour ma part ce n'est pas une consigne en tant que telle, mais ce que EELV vote et ce que moi en conscience je vote. Après à chacun de se déterminer...

 

Ce vote est important. Imaginons que le président sortant soit réélu malgrè ce qu'il a fait chaque jour subir à la France et aux Français depuis 2007et depuis 2002 dans les gouvernements de Jacques Chirac (pas un matin sans une mauvaise nouvelle!), il serait sans complexes et limites pour les cinq ans à venir sachant qu'il ne pourrait pas briguer un troisième mandat en 2017. "Aidez-moi" ne cesse-t-il de quémander, SURTOUT PAS, il faut qu'il parte, après on verra bien... 

 

P1210863.JPG numerisation0440.jpg

numerisation0441.jpg

L'Eclaireur du Gâtinais du 03-05-2012

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:21

RIEN NE VA PLUS !  FAITES VOS JEUX !  

 3615981

 

Un Loiret obstinément plus à droite

Une 4ème circonscription (le Gâtinais) en tête de l'extême

 

A propos des résultats nationaux du premier tour qui placent François Hollande à 28,63%, Nicolas Sarkosy à 27,18%, Marine Le Pen à 17,90%, Jean-Luc Mélenchon à 11,11%, François Bayrou à 9,1% et Eva Joly à 2,20% pour ne citer que ces candidats, une fois de plus le Loiret se distingue. Contrairement au national, le candidat président sortant distance François Hollande : 29,31% pour l'UMP(+2.13%) contre 25,45% pour le PS (-3,12%), 20,58 pour le FN (+2,68%), 9,53% pour le Front de Gauche, 9,31% (+0,21%) pour le Modem et 1,89% (-0,31%) pour Eva Joly.  Plus grave encore sont les résultats de la 4ème circonscription, celle où je vis. Le sortant obtient 29,8% (+0,49%), le FN 25,2% (+4,62%), François Hollande 21,5% (-3,95%), Jean Luc Mélenchon 9,8% (+0,49) , malgré nos votes Eva Joly est à 1,6% (-0,29) même si elle obtient à Cortrat le record départemental à 14,29% la plaçant en troisième position derrière Sarkozy et Hollande, mais devant le FN. A remarquer que la 4ème circonscription sur les six du Loiret est la championne concernant le FN. Je ne peux m'empêcher de faire un lien entre la pauvreté de cette circonscription et ce vote extrême. N'oublions pas que Montargis est la 334ème ville sur 334 concernant le revenu par foyer fiscal et que Châlette-sur-Loing est la 334ème sur 334 en terme de revenus par habitant, et l'ensemble des chefs lieux de cantons passe la 300ème place. Je n'oublie pas que notre bassin d'emploi est le 3ème de la Région Centre en terme de chômage. Gâtinais, "territoire dévasté"disait-on déjà sous Rome et les Mérovingiens. A méditer. Dans cette quatrième circonscription, la Gauche n'est pas en terre de mission mais en terre de punition ce qui oblige toutes ses sensibilités à faire preuve de beaucoup de responsabilité.

  

0c34345eb8f05ad938f63d1b99fd21ab 1M

 

La tentation inavouée de la Droite

Le lapsus  du 4 mai de Longuet

 

Même si la Gauche réunie est dans une configuration favorable à une victoire à la présidentielle, Droite et Extrême-droite restent  majoritaires dans l'électorat national. Elles se tiennent par la barbichette au point parfois, dans les discours de leurs leaders, de se confondre. Le plus étonnant lorsque l'un des leaders de l'UMP fait remarquer à la gauche qu'elle se met une pince sur le nez, la Droite-UMP-Centriste s'offusque d'être assimilée au FN. Lequel a la pince à linge sur le nez ? Reste que Monsieur Longuet, ancien militant d'Occident (groupe d'extrême-droite), répondant à l'hebdomadaire d'extrême droite « Minute », le Ministre de la Défense a jugé qu'il existe « une différence notable entre Marine Le Pen et son père ». Et de poursuivre :« Tant mieux, car il sera désormais possible de parler de sujets difficiles avec un interlocuteur qui n'est pas bienveillant mais qui, au moins, n'est pas disqualifié ».Si ce n'est pas de la banalisation, qu'est-ce que c'est ? Il a expliqué au micro de Frédéric Rivière ses positions prises dans l'interview donnée au journal d'extrême-droite "Minute", et qui ont provoqué une polémique. Ce matin 4 mai, il s'est lancé dans une argumentation compliquée sur RFI : "La question se pose à la gauche comme à la droite, comment gérer la relation avec un parti qui a la tentation de se banaliser (...) Et pour nous au Front national... euh...pour eux au Front national..."  

 

3616003

Il est vrai qu'une partie de l'UMP n'adhère pas à ces propos, en rappelant qu'« Il n'y aura jamais d'accord électoral avec le Front national, ni de discussion ou de négociation avec les leaders du Front national".Reste que chaque scrutin où le FN fait un gros score, suscite des voix discordantes au sein de l'UMP. Personnellement je n'oublie pas les élections régionales de 1998 où la droite dite républicaine s'était alliée en Région Centre avec le FN afin de spolier la Gauche de sa majorité relative, et qu'après avoir avoir élu un président, il a fallu d'immenses manifestations sur l'ensemble de la région pour que ce dernier démissionne et que la droite républicaine fasse marche arrière dans cette alliance. Mais la tentation est toujours là quatorze ans après. En fonction des résultats, ce débat pourrait rebondir après le 6 mai au sein de l'UMP.

 

Cette montée d'un électorat Front national n'est pas le fait du hasard mais, d'une certaine manière, la conséquence des propos ou des postures tenus par le Président sortant ou certains de son entourage proche. C'est aussi le résultat de la politique menée durant les dix dernières années et particulièrement depuis 2007 qui a laissé à l'abandon des catégories entières de classes populaires et vidé le territoire de tous services publics, qui se trouvant alors en difficulté, recherchent à tort des boucs émissaires. D'abord "l'étranger" à commencer par des Français de nationalité, celui qui perd son emploi, les fonctionnaires, d'autres catégories professionnelles et finalement à défaut le voisin tout simplement parce qu'il paraît "bizarre". Lorsque le Président sortant lors du débat d'hier déclare un mandat sans violences ni mouvements populaires graves, visiblement il n'a pas intégré la violence de sa politique, de sa manière d'être, de ses propos et de ses décisions sans concertation (contrairement à ce qu'il prétend). Le mensonge qu'il dénonce à tout propos n'est que le sien élevé au rang de méthode de gouvernance, et projeté sur les autres. Il est plus que temps de se libérer de lui et des siens. La France doit retrouver une respiration salvatrice.

3616029.jpg

 

La montée des populismes plus que jamais condamne François Hollande à réussir.Si par malchance, maladresse ou pour d'autres causes il ne réussit pas à redonner à notre pays et à ses habitants une partie de leur espérance, et ce dans leur vie quotidienne, la prochaine fois, l'alternance risque de voir arriver au pouvoir l'Extrême-droite ou ses idées, quelle qu'en soit leurs apparences.

 

Concilier idéal et réalité, c'est aussi grandir

 

Pour les amis, et j'en connais, qui trouvent François Hollande trop mou, pas assez de "gôche", la vraie question d'une présidentielle : peut-on arriver à la gagner sur une ligne pure et dure? c'est-à-dire celle-là même qui nous appartient et que l'on pense juste? Je pense que non et que pour faire plus de 50% des voix en France, il faut forcément sortir de son camp, de son pré carré, sans pour autant ne rien lâcher sur l'essentiel de ses valeurs, on doit forcément s'agréger l'adhésion d'électeurs qui au regard de certains ne sont ni purs ni durs et parfois d'une autre culture politique (ils sont différents). Questions, qui possède à ce point la "Vérité"? Qui détient le curseur, l'étalonnage de la "juste cause"?  De cette recherche d'une "pureté" supposée existante (nous sommes là dans un intégrisme quasi-religieux), chacun en connaît les dérives. Le compromis entre l'idéal et la réalité ne signifie pas compromission, il faut savoir composer comme chacun le fait dans sa vie sociale, professionnelle,  personnelle voire affective. Si François Hollande ne m'apporte pas les réponses que j'espère en tant qu'écologiste , sans doute serai-je amené à discuter, à revendiquer, peut-être à lutter, à m'opposer, mais ma priorité d'aujourd'hui est de renvoyer le Président sortant et son équipe. Après, c'est sans illusion, et le pire qui pourrait m'arriver à moi et à mes idées c'est d'être heureusement surpris. Sans doute il y a ceux qui préfèrent le statut quo. C'est vrai que pour certains, il est mieux de ne pas mettre les mains dans le camboui et conserver la pureté supposée en restant finalement confortablement dans une contestation permanente, sans prendre le risque de la confronter à la réalité des autres qui par essence sont différents et posent des limites à "une toute puissance". Aujourd'hui, pour ceux qui seraient dans cette posture, cela reviendrait à reconduire le président sortant  et de rester dans le rôle d'une opposition "révolutionnaire", alors qu'elle n'est, au bout du compte, qu'un conformisme conservateur et immobile.  

 

3615961Lors du débat du 2 mai, à propos du nucléaire, j'ai été surpris de voir les deux candidats parlant des énergies fossiles, gaz et pétrole en oubliant de préciser que le nucléaire ne fonctionne pas à l'eau fraîche mais que son carburant n'est autre que l'uranium dont il dépend.  La France ne possède pas d'uranium, notre indépendance énergétique est suspendue à une réserve somme toute limitée de ce minerai qu'il nous faudra à l'avenir  acheter de plus en plus cher compte tenu de sa rareté, à moins que nous ne restions bientôt plus les seuls à dépendre, pour notre électricité, presque totalement de l'uranium. Pas un mot évidemment sur les 250 000 tonnes de déchets radioactifs que l'on ne sait toujours pas traiter. Bon, sur ces sujets et bien d'autres encore nous serons vigilants et actifs afin que la crise environnementale dans toutes ses déclinaisons (sociétale, économique, sociale, sanitaire...) soit prise en compte et que les lignes bougent concrètement dans le cadre de l'intérêt général.

 

C'est dans cet esprit que le Dimanche 6 mai, je voterai François Hollande, non seulement pour aider le Gâtinais, le Loiret, mais aussi la France et l'Europe pour contribuer à la mise en place d' un monde solidaire et juste. 

 

-cid C606D8D5927049669C9BE675FA2E2E6A-michelPC1

 

 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:16

EUX C'EST EUX, NOUS C'EST NOUS, RESPECT.

 

Respectueux de la diversité, je ne considère pas Mélenchon et le Front de Gauche comme des adversaires. En ces temps de présidentielles, je considère que leur campagne est globalement efficace pour la Gauche française, sans doute leur posture répond-elle à des aspirations de justice sociale  de bon nombre de citoyens. Le talent oratoire et les références révolutionnaires symboliques de Jean Luc Mélenchon ne sont sans doute pas étrangers à la forte mobilisation obtenue. Reste qu'au-delà de cette mobilisation et des espérances qu'elle fait naître, (y compris chez des militants d'EELV), pour ma part la réalité est plus contrastée et les ambiguïtés restent nombreuses.

 

Je ne vais pas me plaindre si Mélenchon et ses soutiens intègrent à leur programme une préocupation écologique, mais gare à l'équivoque. Ainsi la "planification écologique" proposée répond au jacobinisme révolutionnaire du Front de Gauche et non au caractère décentralisateur et fédéraliste, tout autant révolutionnaire, défendu depuis plus de quarante ans par l'Ecologie politique. Disons que la "planification" proposée peut être utile pour la sortie progressive du nucléaire. Pour le reste, chaque territoire peut dès aujourd'hui, en fonction de ses besoins, mettre en place tout ce qui semble nécessaire pour une mutation écologique de la société. 

 

pinocchiomJe suis conscient que les idées écolos n'appartiennent pas au seul parti Vert, mais dans ce domaine, les écolos ne découvrent pas l'écologie, ils l'ont fait naître, c'est leur raison d'être et la proposent depuis le début des années 70 comme alternative de société à un système fini et mortifère pour la vie sous toutes ses formes. Même si chacun a le droit d'évoluer, entendre aujourd'hui que l'écologie serait du côté du Front de Gauche renforce mon septicisme et particulièrement au regard de ce que je peux vérifier autour de moi sur le terrain politique et associatif, exemples :

 

numerisation0419.jpgLe dernier tract (ci-joint) du Front de Gauche dans le Gâtinais illustre assez bien cette réalité locale. Sous le titre Front de Gauche, qui appelle le 22 avril à battre Sarkosy, (comme nous), figurent le portrait de Jean Luc Mélenchon ainsi que  quatre autres, à savoir celui d'un ancien maire de Montargis (Parti communiste), d'un autre ancien maire de Montargis et actuel conseiller municipal (PC), d'une actuelle conseillère municipale (PC) et d'un actuel conseiller municipal toujours de Montargis (PC). Pour les prochaines législatives, le candidat Front de Gauche dans la 4ème circonscription est le Conseiller général Maire de Châlette-sur-Loing (PC) et sa suppléante la conseillère municipale de Montargis, citée ci-dessus, également PC. Chacun pourra apprécier l'ouverture et la diversité de ce qu'est le Front de Gauche dans le Gâtinais. Ce petit jeu d'étiquette permet des soutiens subtils des uns envers les autres qui en réalité sont les mêmes : le Parti Communiste soutient le Front de Gauche, et le Front de Gauche soutient le Parti Communiste. Qui  trompe t-on sinon des braves gens dans leur bonne foi.

 

Le 14 avril 2011 à propos du nucléaire, lors de la session plénière du Conseil Régional du Centre, les 12 élus régionaux du groupe EELV  proposent en 7 points un voeu dont l'opposition à la construction de tout nouveau réacteur en Région Centre et la mise en place d'un vaste plan d' économies d'énergie, de développement d'énergies réellement renouvelables et une sortie progressive, mais très volontariste, du nucléaire dans la région comme dans l'ensemble du pays. Le groupe communiste-Front de Gauche s'est abstenu, rejoignant ainsi le PS, le PRG, l'UMP-NC. Cinq jours plus tard le 19 avril 2011, sur le pont de Gien, lors d'une manifestation antinucléaire (voir sur ce blog), surprise de découvrir  le Front de Gauche tous drapeaux et tracts sortis à nos côtés... C'est quoi la face sincère du Front de Gauche?

 

L'an passé à Montargis, lors des cantonales où j'étais le candidat commun de EELV, du PS et du PRG, le Front de Gauche présente un candidat : l'ancien maire PC de Montargis et une suppléante PC, (conseillère municipale de Montargis). A mon habitude, sur la totalité des documents produits pour cette campagne, ainsi que la quinzaine d'articles parus dans la presse locale,  nos déclarations avaient pour cible l'UMP et sa candidate qui par ailleurs n'affichait pas honnêtement sa couleur. Notre seul impératif était que la gauche l'emporte à Montargis, si bien qu'en cas de second tour et dans un esprit de rassemblement, à aucun moment, le candidat Front de Gauche-PC n'a été critiqué en rien. Par contre nous n'avons pas rencontré la même attitude de la part de notre concurrent Front-de Gauche-PC dénonçant la présence "d'un Vert" à la place du PS. Des Verts directement mis en cause dans un tract distribué deux jours avant la date du vote, tout en faisant parallèlement courir le bruit que soit nous étions ensemble (!) soit nous étions insuffisamment à gauche ! Qui détient le curseur de la "pure vérité" de Gauche ? le camarade révolutionnairenumérisation0129 dictateur Robespierre ?

 

Vu de Montargis et du Gâtinais, le renouveau déclaré par le Front de Gauche avec son leader Jean Luc Mélenchon, localement, n'est en réalité que le retour d'un passé conservateur et en rien écologiste. De plus, l'idée d'une sixième république me va bien, n'est-elle-pas une revendication écologiste datant de 1980 ! Bonjour l'inertie.

 

C'est pourquoi je reste convaincu que l'écologie politique aujourd'hui incarnée par EELV est une nécessité absolue. Elle dispose d'un solide patrimoine culturel et sociétal qui nourrissent des compétences thématiques construites depuis environ cinquante ans  même si, à l'évidence, des militants et sympathisants récents l'ignorent et du coup peuvent être tentés, pour certains, par de belles paroles bien dites. Que l'on soit appelé à travailler à l'avenir à un large rassemblement rouge-vert, sans doute, ou du moins peut-on l'espérer, cela ne serait possible que dans une diversité reconnue, acceptée et intégrée par les différents partenaires. Ce qui signifie un respect mutuel de ces différences afin que chacun apporte sa pierre à une complémentarité indispensable. Cela exclut toute égémonie. Je tiens à rappeler ici qu'Alain Lipietz avec entre autre Jean-Marie Muller avaient, dans les années fin 80, tenté d'organiser un courant vert et rouge, dit Arc en ciel. Aujourd'hui, lorsqu'il s'exprime sur le Front de Gauche, il en parle par expérience. 

 

Pour donner de l'espoir à l'avenir, chaque courant de pensée de la Gauche doit cesser de considérer que la politique n'est qu'un rapport de force avec les autres partenaires où tout serait permis.  Il y a suffisamment à faire pour l'humanité pour que chacun avec ses particularités, apporte sa contribution pour l'intérêt général,  à la transformation de la société, sans hypocrisie et dans le respect mutuel. 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 09:44

DU ROUGE AU VERT CA MARCHE

94-Jacques%20Perreux%20EEC'est un poids lourd du conseil général du Val de-Marne qui a quitté le Parti Communiste en 2009. A 57 ans, Jacques Perreux tourne la page sur presqu'une vie. Membre du PCF depuis 1969, Il prend la tête de la Jeunesse Communiste dont il devient secrétaire général en 1984.  Ce fils de boulangers, ancien technicien chimiste dans une entreprise de Vitry, abandonne la carte à la faucille et au marteau pour embrasser celle au tournesol. « Le Parti communiste n'est plus ce qu'il était, il est sclérosé, regrette l'élu, conseiller général du canton de Vitry depuis vingt ans. C'est une décision que je mûrissais déjà depuis quelque temps. « Manque d'ouverture » selon lui. En effet, des forums alter mondialistes de Porto Alegre aux rassemblements du Larzac en passant par le poste de porte-parole de José Bové à la présidentielle de 2007, l'ancien fidèle de Georges Marchais, chargé de faire appliquer la ligne du Parti par les Jeunesses communistes dans les années 1980, est peu à peu devenu « le communiste-écologiste », incontournable et incollable sur les questions liées à l'eau.

 

Aujourd'hui Jacques Perreux est conseiller général, président de la commission environnement. Membre du groupe Gauche Citoyenne. Il est également conseiller régional de la région Ile-de-France, vice-président du groupe Europe Ecologie-les Verts, vice-président de la commission environnement, agriculture et énergie.

 

Ce texte date du 11 avril 2012 et en ligne sur le blog de Jacques Perreux:

 

Je n’ai pas loupé le train du Front de Gauche

 

Il y a quelque temps, un ami m’a interpellé ainsi « Jacques, tu as loupé le train du Front de Gauche ». Il voulait me dire qu’en ayant quitté le PCF j’avais, par la même occasion, raté une dynamique pour laquelle j’ai longtemps agi. Et puis j’ai reçu quelques SMS en direct de la Bastille ou de la place du capitole de Toulouse me disant « on est triste que tu ne sois pas avec nous ».

 

Non, je n’ai pas loupé le train et je ne regrette pas de ne pas l’avoir pris. Ceux qui me connaissent savent que je ne nourris aucune rancune vis-à-vis du PCF, que je respecte ses positions et c’est d’ailleurs ce respect qui m’a amené à le quitter. Je mesure et je comprends la joie, parfois énorme, qui habite les militants et les sympathisants du Front de Gauche. Je vois les espoirs, les certitudes, mais aussi les inquiétudes, les doutes, les contradictions que porte ce mouvement autour de la candidature de Jean Luc Mélenchon. Le talent de celui-ci, c’est clair, a catalysé des attentes et des tentatives maintes fois déçues. Et j’entends bien aussi ce que beaucoup disent : « nous ne sommes pas d’accord avec telle partie du programme du Front de Gauche ou du discours de Mélenchon, mais ce qui nous intéresse c’est le mouvement ».

 

Moi aussi, ce mouvement m’intéresse. J’ai espoir que tous ceux qui veulent remettre en cause radicalement ce mode de développement, prédateur et gaspilleur, se retrouveront pour faire force commune. Et ma façon de contribuer au mouvement, à cette étape-là, est de donner le maximum de poids à l’écologie politique, avec la candidature d’Eva Joly. Car, je suis convaincu que les réponses aux enjeux planétaires, aux injustices sociales,56017480 p à la violence des discriminations résident dans une écologie héritière de la pensée progressiste. J’ai bien entendu JL Mélenchon dire que le Front de Gauche est anti-productiviste et écologiste. Je sais bien qu’en soit, prononcer les mots c’est déjà important. Mais ce n’est pas suffisant. Lorsque JL Mélenchon s’est félicité de la vente par l’avionneur national Dassault de rafales à l’Inde, un anti-productiviste n’aurait-il pas dû promouvoir la reconversion de l’industrie d’armements et la coopération pacifiste avec les pays du Sud ?

 

Ce matin sur France Inter JL Mélenchon critiquait l’accord PS-EELV. Mais n’est-ce pas un tour de passe-passe, de dévaloriser un accord qui s’engage à supprimer 24 réacteurs nucléaires (1), lorsque par ailleurs l’accord PC-PG se contente de prévoir un référendum pour ou contre la sortie du nucléaire, sans que l’on sache ce que serait la position défendue par le Front de Gauche. D’ailleurs, on n’a pas entendu le Front de Gauche réagir, lorsqu’Areva a déchaîné son lobbying contre l’accord PS-EELV. Et ces jours-ci on a vu fleurir de belles publicités d’Areva dans le journal L’Humanité…

 

56017417_p.jpgLors du Forum Alternatif Mondial de l’Eau, on a pu voir de nombreux militants du Front de gauche se mobiliser pour la gestion directe de l’eau en service public. Tout le monde s’en réjouit .Mais il reste que nous le savons, ce sont des élus communistes qui en Ile de France ont contribué à sauver la mise au plus gros contrat mondial de Véolia. Devons nous nous taire devant ces ambivalences et nous y résigner ?

 

Ceux qui agissent contre la multiplication des incinérateurs, qui représentent un mode de traitement des déchets profondément productiviste, savent bien que souvent ils doivent aussi s’opposer à des élus du Front de Gauche. L’Ecologie n’est-ce pas de développer des alternatives de recyclage, de compost, de méthanisation ? Et n’est ce pas le même cas de figure que l’on retrouve dans la mobilisation contre l’aéroport de Nantes ?

 

L’écologie ne peut tout de même pas être la chose… et son contraire ! Autre sujet qui me tient à cœur. Je dois dire que j’ai éprouvé un vrai malaise lorsque j’ai appris que les sénateurs du Front de Gauche avaient laissé passer la loi interdisant aux assistantes maternelles à domicile le port du foulard. La laïcité, pour moi, c’est d’abord la liberté de conscience, c’est le moyen d’inclure et non d’exclure. Quand cessera-t-on de prétendre qu’il y a un modèle unique d’émancipation humaine, y compris féministe ? On peut lire aussi dans le programme du Front de Gauche, étonnamment au chapitre Laïcité, la proposition d’interdire le choix du sexe de son médecin à l’hôpital public. Qui cela vise t-il ? La société dont je rêve est multiculturelle, fraternelle, respectueuse. J’espère, comme d’ailleurs certains militants du Front de Gauche l’expriment ces jours-ci, qu’il y aura débat et que les positions du Front de Gauche évolueront sérieusement et sincèrement sur ce sujet.

 

Et puis, encore une chose m’interroge, je ne prétends pas du tout que E.E.L.V. soit parfait. Loin s’en faut….Mais lorsque le Front de Gauche stigmatise l’accord avec le PS, n’est-ce pas un peu facile ? En effet, l’absence de proportionnelle conduirait les écologistes à n’avoir aucun député sans cet accord. N’est-ce pas l’absence d’une proportionnelle suffisante qui a conduit, lors des élections régionales, le Front de Gauche à passer des accords avec le PS ? Personne ne s’en est offusqué et c’est bien normal. En politique, il faut être juste ! Et encore, je m’inquiète de ce qui monte dans cette campagne, bien au-delà des propos du Front de Gauche, sur le thème de la Nation. Ne serions nous pas plutôt dans une période où l’urgence est de s’ouvrir auxnumerisation0420.jpg autres pour répondre ensemble aux défis écologiques et sociaux de notre planète. Enfin, mon expérience me fait craindre sincèrement qu’en devenant dominant le Front de gauche ne devienne dominateur.

 

Ainsi dans le Val de Marne, à l’issue des dernières élections cantonales, le Front de Gauche avec 18% des voix a obtenu 19 élus. Fort de cette position, il a éliminé de l’exécutif du Conseil Général les écologistes, qui pourtant avaient réalisé 14 % des voix et obtenu 3 élus. On ne peut pas dire que depuis, l’écologie y ait gagné.

 

Il y a plusieurs façon de considérer que la politique c’est des rapports de force. Soit c’est le diktat de la majorité sur la minorité. Soit c’est la coopération, dans le plein respect de la force que les citoyens ont donnée à tel ou tel courant de pensée.

 

Il y a besoin en politique d’inventer et de mettre en œuvre cette culture là. Peut-être que la dynamique du Front de Gauche contribuera à modifier cette culture de domination. Peut-être que non. Voilà quelques-unes des questions qui se posent selon moi, pour qu’un changement survienne réellement. Encore une fois, j’ai beaucoup d’empathie pour le mouvement diversifié autour de la candidature de JL Mélenchon. Personne, sauf à droite, ne devrait avoir intérêt à ce qu’il déçoive. Mais, le plus important dans les luttes que nous menons les uns et les autres ce sont les victoires véritables contre les exploitations, les dominations les discriminations, c’est de vivre mieux et bien. Le plus important c’est de ne pas en rester au niveau du discours si beau soit-il. Et pour ce faire, il y a sans doute besoin de regarder plus grand vers notre avenir. Que de bons vents nous poussent tous vers ces victoires réelles, là où nous avons choisi d’être…

 

(1) Note de JL Burgunder: A propos des 24 réacteurs, je demande à voir et je croise les doigts. Rappelons-nous du vote bloqué du groupe PS à l'Assemblée Nationale en octobre 1981.

  56017388_p.jpg

FESTIVAL DE L'OH 2012  

Jacques Perreux élu des quartiers populaires à Vitry (Val de Marne) a initié le Festival de l'Oh             

Les 12 et 13 mai prochains, les «crues», bienfaisantes ou dévastatrices, irrigueront toutes les dimensions du festival de l’Oh ! Alors que les inondations qui ont frappé le Sud de la France sont encore dans toutes les mémoires, à l’heure où les crises environnementales ne cessent de se multiplier dans beaucoup de régions du monde, le festival de l’Oh ! fait le pari d’en faire le cœur de cette 12e édition, sans jamais se départir de l’esprit de fête, l’utopie et le plaisir qui sont la marque de fabrique de cette manifestation.                                                                                                                                            

56017344_p.jpgToutes les photos concernent la compagnie LMNO (déjà présentée sur ce blog, en mars 2012) dans sa présentation de Mama Riverside lors du Festival de l'Oh de 2010, festival dont Jacques Perreux est l'initiateur. 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 08:59

COMPTE TENU DES SONDAGES,

PAR CONVICTION ECOLO, JE VOTE EVA JOLY

Chose promise, chose due, Comme je l'indique dans la colonne de droite de ce blog sous le titre "l'info d'hier et d'aujourd'hui" que lorsque l'information le justifiera, je vous livrerai des textes  et des illustrations parus dans Ecologie et qui collent à une actualité.

ECOLOGIE-Infos n°388 

Mise à part la première élection présidentielle où les écologistes présentèrent un candidat en 1974 avec René Dumont, qui créa par son message la surprise dans le paysage politique d'alors, depuis, les présidentielles ont toujours été difficiles pour les écologistes. La cinquième République ne favorise pas des débats complexes, or, l'écologie est complexe. C'est pourquoi, dès 1980, nous avons souhaité passer de la Vème à la VIème République. Il a fallu 32 ans d'inertie pour que d'autres en fassent un argument de campagne aujourd'hui. Ne boudons pas notre plaisir, il n'est jamais trop tard pour partager nos idées.

 

Les candidats écologistes, Verts depuis 1981  n'ont jamais fait de bons scores, ce qui à chaque fois a lourdement endetté le mouvement. Il a fallu attendre 2002 avec Noël Mamère pour franchir le seuil des 5% et être enfin remboursé, mais c'était régner sur le cimetière de la Gauche, même si les Verts ne sont pas responsables des multiples candidatures de gauche qui ont émietté le score du premier tour du candidat Jospin.

 

Pour ma part, je ne souhaite plus connaître un nouveau  2002 et une Gauche défaite. Depuis 2002, le septennat s'est transformé en quinquennat, si bien que l'endettement du mouvement ne s'étale plus sur 7 mais sur 5 ans ! Les mauvais scores ne sont pas le fait des candidats. En 2007 Dominique Voynet a fait une bonne campagne, mais dans un contexte totalement irrationnel. Comment donner du sens à la politique même en ayant les meilleurs arguments et propositions possibles. Pour 2012, était-il besoin d'avoir un candidat à la présidentielle ? les militants ont choisi d'en présenter un (une) dans une totale immodestie, il suffit pour s'en persuader de consulter  les listes de discussions. C'est bien mal connaître notre histoire. L'urgence aujourd'hui est  d'éliminer l'occupant actuel de l'Elysée, qui durant cinq ans a bien maltraité le Pays et ses habitants. L'important pour les EELV est d'obtenir à l'Assemblée Nationale comme au Sénat un groupe parlementaire. Nous avons connu des ministres verts au gouvernement dans une parfaite solitude à l'Assemblée Nationale et au Sénat. Lorsque le bureau ministériel de Dominique Voynet fut saccagé et occupé par les agriculteurs venus d'Eure-et-Loire et du Loiret, son collègue ministre de l'Intérieur (PS) n'a pas zélé pour se porter à son secours. Mieux, il n'a rien fait ! Les Verts auraient disposé à l'époque de groupes parlementaires, qu'il en aurait été tout autrement.

 

Aujourd'hui, compte tenu de la constitution française, nous sommes obligés si nous souhaitons nous inscrire dans l'action gouvernementale, signer des accords de partenariat. Pour obtenir ce groupe à l'Assemblée nationale, était-il besoin d'en passer par une candidature à la présidentielle ? Pour ma part, je pensais que ce n'était pas nécessaire compte tenu de ce type d'élection qui ne nous avantage jamais et nous ruine. Ne voulant pas revivre un 21 avril 2002, je réservais mon vote au candidat de gauche le mieux placé dans les sondages. A quelques jours de l'élection, le candidat de Gauche  me paraît suffisamment bien placé, sans menace d'élimination au premier tour, si bien que je décide de voter pour mes convictions écolos. Au second tour, bien évidemment je voterai pour François Hollande, mais je ne me fais pas d'illusions. Lors de sa victoire en mai 81, François Mitterrand abandonne l'extension du camp militaire du Larzac ainsi que  le projet de la centrale de Plogoff, mais fait approuver l'ensemble du programme nucléaire par un vote bloqué du groupe socialiste en octobre 81 alors qu'il avait promis un référendum dans la proposition 38 de son programme. Le 10 juillet 1985, l'attentat contre le Rainbow Warrior avec le décès de Fernando Pereira reste un souvenir difficile. En 1997,  lors de son arrivée en tant que premier Ministre, Lionel Jospin abandonne Superphénix à Malville et le canal à grand gabarit. Aujourd'hui, si François Hollande est élu, on va gagner la fermeture de Fessenheim, mais "gagner en prime" la poursuite de la construction de l'EPR de Flamanville... Mais rien n'est joué pour le démantèlement progressif du parc nucléaire français, et loin s'en faut. Sur les accords électoraux, lors d'une prestation télévisée du candidat socialiste, il m'a semblé entendre que, de par son rôle de Président, il ne serait pas le chef d'une majorité et que le respect des accords serait du ressort du Premier Ministre et des partis concernés. Pour ma part, je suis respectueux des accords que je prends localement avec mes partenaires, et je n'en attends pas moins de leur part.

 

Le 22 avril prochain, je glisserais le bulletin Eva Joly dans l'urne.

 

3402360.jpg

 

 

Texte de l'éditorial d'Ecologie-Infos numéro 388, avril-mai 1988. Comme pour Lalonde, quel que soit son parcours depuis, en 1988, les Verts avaient désigné Antoine Waechter comme candidat aux élections présidentielles, .

 

LE VOTE ECOLOGISTE, NATURELLEMENT !

 

"Que vient faire l'écologie dans la galère politicienne du jeu électoral" s'interrogent bien des gens. "L'écologie oui, la politique non !". Si ce dernier mot n'était pas dévalué, le mot écologie n'aurait pas sa raison d'être, tant leur signification et leurs racines sont proches. Miléna Jensenskà  (1) écrivait en 1939 :  "Tant que les gens qui se refusent absolument à faire de la politique ne considéreront pas "la politique - c'est-à-dire ce qui se passe - comme aussi importante que leurs affaires privées, la grande masse des hommes se laissera ballotter avec indifférence, au gré des évènements, sans se rendre compte que ces mêmes évènements pénètrent dans leurs maisons, jusque dans les assiettes de midi". C'est criant de réalisme et toujours d'actualité. Combien de décisions politiques pour l'énergie, les transports, l'agriculture, la gestion de l'espace. Combien de décisions ont pour conséquence la dégradation accélérée du patrimoine naturel de la planète. Combien de décisions politiques entraînent l'exploitation du Sud par le Nord, des peuples dans la guerre, des familles dans la nouvelle pauvreté. Et quelles décisions politiques faudra-t-il prendre le jour où la pénurie de l'eau ou des biens naturels vitaux auront atteint les limites de la rareté ?

 

Accepter aujourd'hui, c'est à coup sûr subir demain. Restons lucides. Rien ne sert de dénoncer des maux si l'on refuse d'intervenir à l'instant où la politique fait son choix. Ce n'est pas une garantie mais un acte responsable et conforme à notre conscience. Pour ma part, je voterai Waechter par option écologiste, au-delà d'un parti, d'un programme ou de l'homme, mais pour signifier aux tenants du pouvoir qu'il serait temps de considérer l'écologie comme la réalité du XXIème siècle.

 

(1) Miléna Jesenskà, journaliste tchécoslovaque de 1919 à 1939, décédée au camp de concentration de Ravensbrück en 1944 

 

numérisation0376 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 10:56

TOUT LE FRIC POUR LE NUCLEAIRE

 

Après Fukushima, peut-on parler de ré-industrialisation sans aborder le problème de l’énergie et non seulement en termes de ressource, mais de développement de filières industrielles et d’emplois ? Cette question interpelle le nucléaire et le pétrole, deux ressources fossiles dont on sait aujourd’hui qu’elles sont limitées en quantité et dans le temps. Pourtant la demande mondiale ne cesse de croître de par la démographie (1,6 milliard d’habitants en 1900, plus de 7 milliards en 2012 et 9 milliards en 2050) et une croissance industrielle et économique massive de l’ensemble des continents.

 

L’indépendance énergétique du nucléaire est un leurre. La France ne possède plus d’uranium si bien que la totalité du minerai nécessaire est importée de l’étranger, particulièrement du Niger et du Gabon où nous l’exploitons avec des conséquences sanitaires désastreuses pour les populations locales. Cela explique la politique Françafrique menée par la France depuis les indépendances, avec la présence de notre armée, les prises d’otages et parfois leur sacrifice dans les courses poursuites avec nos militaires et leurs kidnappeurs.

 

Energie du 20ème siècle, le nucléaire n’est toujours pas la bonne réponse en terme énergétique et industriel pour le 21ème. Production centralisée, le nucléaire est totalitaire. D’abord par le coût de son investissement qui en 40 ans a tari toute diversification des autres sources énergétiques, allant de la recherche au développement de filières industrielles et économiques diversifiées et décentralisées. Filières industrielles bien plus créatrices d’emplois et d’activité que ne l’est le nucléaire. Voilà en quoi le nucléaire nous mène à une impasse industrielle.

 

numerisation0378.jpgTricastin (Drôme) photo: APRE/Pierre Gallocher

 

Totalitaire en imposant comme mode de chauffage un « tout électrique » longtemps vendu au-dessous de son prix de revient mais qui, exploité depuis 2004 par une SA (EDF), coté en bourse ne cesse d’augmenter ses tarifs, avec une prévision de +30% à court terme. Pourtant, pour répondre à l’avis n°2012-AV-0139 de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) du 3 janvier 2012 sur les évaluations complémentaires de la sûreté des installations nucléaires prioritaires au regard de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, il va falloir réinvestir : dix milliards selon EDF, montant qui paraît « optimiste » selon l’ASN, sans oublier les dividendes des actionnaires d’EDF. De son côté la Cour des Comptes a estimé le coût de l’ensemble des dépenses du nucléaire civil (recherche, construction, exploitation, usines d’Areva, réacteurs arrêtés…). Ne sont pas pris en compte le coût du démantèlement, celui du recyclage et du stockage des déchets, ce qui est énorme.

 

La première incertitude pointée par la Cour des Comptes concerne le démantèlement qu’elle estime à 22,2 milliards d’euros. Cependant, elle alerte immédiatement : « Ces chiffres doivent être regardés avec précaution, l’expérience en la matière, tant d’EDF (centrales de première génération) que du CEA ou d’Areva, ayant montré que les devis ont très généralement tendance à augmenter quand les opérations se précisent, d’autant plus que les comparaisons internationales donnent des résultats très généralement supérieurs aux estimations d’EDF ». La deuxième incertitude concerne le recyclage des déchets de longue durée. Selon la Cour des Comptes, les provisions pour anticiper des dépenses futures seraient basées sur un rapport de l’ANDRA datant de 2003. Les conclusions de ce rapport sont dépassées puisque les 15 milliards deviennent 35 milliards : « Il y a donc un doute manifeste sur le bon niveau des provisions d’EDF, d’Areva et du CEA » écrit la Cour. Elle recommande « que soit fixé rapidement le devis sur le coût de stockage géologique profond de la manière la plus réaliste possible, c’est-à-dire en tenant compte des résultats des recherches menées sur ce sujet, mais sans anticiper sur le résultat ».

 

Pour la gestion des déchets, la Cour des Comptes estime qu’un autre scénario doit être envisagé que celui qui verrait les combustibles usés (type MOX) ne pas pouvoir être retraités contrairement à ce qu’espèrent les entreprises du secteur. Dans ce cas : « il faudrait alors stocker en très grande profondeur ces déchets hautement dangereux », hypothèse qui n’a jamais été chiffrée. Le journal La Tribune s’alarme : « le mythe du recyclage continue de s’effondrer ».

  

La troisième incertitude suite à la catastrophe de Fukushima, concernant l’introduction des diverses opérations de remise à niveau du type couverture de cuve, générateur de vapeur (22 réacteurs à changer sur 38 existants), la Cour n’a pu estimer le coût de cette remise à niveau. EDF annonce dix milliards, ce qui semble « optimiste » à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). Dans sa conclusion, la Cour des Comptes confirme « la nécessité et l’urgence de faire réaliser (…) des audits techniques par des cabinets et experts extérieurs ». La Cour reviendra sur le coût des divers stockages.

 

En attendant, en 40 ans, nous n’avons pas trouvé de solution pour la gestion des 250 000 tonnes de déchets nucléaires qui ne cessent de croître tous les ans et dont la durée de vie peut aller jusqu’à plusieurs millions d’années !…

numerisation0377.jpg

La Hague - Zone de stockage de déchets radioactifs - Photo: APRE/Robert Guégan. 

 

Cette valse des milliards autour du nucléaire interdit tout investissement pour l’avenir et gèle le développement d’autres filières énergétiques et industrielles alternatives.

 

Par ailleurs le nucléaire est dangereux. Un risque jamais évoqué est celui de l’erreur humaine. A propos de Fessenheim, Monsieur Sarkozy qui se raille des risques sismiques et d’un tsunami du Rhin visiblement ignore qu’à Tchernobyl, c’est une erreur de manipulation des opérateurs qui a provoqué la catastrophe… La France n’en n’est pas exempte et même que proportionnellement, les risques sont plus importants que dans d’autres pays compte tenu du grand nombre de réacteurs qu’elle possède.

 

Une sortie progressive et programmée du nucléaire sur 25-30 ans, suivie du démantèlement des différents sites ne met pas en cause les emplois de l’actuel nucléaire, et même va les garantir durant plusieurs décennies. Dans le même temps, des moyens seront disponibles pour le développement des alternatives au nucléaire et à de nouvelles activités et filières industrielles d’avenir. D’ici là, il sera grand temps (à l’exemple de l’amiante) de reconnaître enfin les maladies professionnelles liées au nucléaire contractées par les personnels concernés.

numerisation0379.jpg

 Version courte parue dans l'Eclaireur du Gâtinais du 5 avril 2012 .

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 14:57

TROP C'EST TROP...COLERES FROIDES...

 

A quelques articles et pages près, je n'ai pas animé ce blog depuis juillet 2011. A cela deux raisons:

La première, c'est que mobilisé autour d' un travail passionnant et instructif sur la biodiversité domestique animale et végétale en Région Centre, (mais aussi par nécessité bien au delà de ses frontières), je ne disposais d'aucun espace temps pour cette animation. 

 

La seconde tient au "climat ambiant" dans lequel nous évoluons au quotidien. Climat politique, social, économique, écologique, international, autant de sujets qui nous interpellent à la fois d'un point de vue global et local. Sur tous les domaines de la vie, il n'est pas de jour qui n'apporte une, voire plusieurs nouvelles de merde. Le cynisme semble ne plus avoir de limites, le mensonge ou le non-dit devient la règle de gouvernance sans aucun respect pour les interlocuteurs ou les populations. Ce qui est bon le matin est faux le soir. Plus rien n'est hiérarchisé et cohérent. La société toutes générations confondues buzze compulsivement et en temps réel, sans élaboration de la pensée sur tout et à tout propos au moyen de technologies addictives qui font les bonnes affaires des différents opérateurs, même si ces outils sont utiles et sources d'évolutions importantes pour le savoir et la connaissance.  Dans le même temps, la culture générale s'évapore à Science Po, et l'enseignement de l'histoire tire sa révérence  en terminale. Allez donc construire des repères dans un tel contexte ?

 

Question référence, le populisme grignote les neurones, ici autour de la fille de... , ou d'un Ministre de l'intérieur. Ailleurs ce sont le parti "des vrais Finlandais" ou encore des Hongrois pur jus qui pratiquent avec leurs milices reconstituées des pogromes (des vrais) contre les Rooms autochtones. Dans le même temps, l'intégrisme religieux est une menace bien réelle sur l'ensemble des continents, Amérique comprise. Chaque religion a sa production d'ultras qui menacent la liberté d'expression des autres y compris  celle de tous les libres penseurs. La France n'échappe pas à ce phénomène par des intimidations agressives à propos de pièces de théâtre dénoncées comme "blasphématoires" ou encore l'attentat contre le local de la rédaction de Charlie-Hebdo en novembre dernier.  Si le pire n'est jamais certain, il n'est jamais à exclure (le 20ème siècle en fut un exemple terrifant ici dans cette Europe dite civilisée et cultivée) voilà pourquoi plus que jamais une vigilance de tous les instants s'impose à condition de cultiver la mémoire.

 

Mes-images-2011-0944-e1304935312132.jpg                       Photo: Stéphane Loignon-

Question climat, il y a aussi l'insolence de la spéculation qui n'a pas de limites. Des agences de notation qui se jouent des Etats, cassent leurs gouvernements,  et au prétexte qu'il n'y aurait "aucune" autres solutions,  ravagent les sociétés, et jettent leurs populations dans la précarité la plus extrême. Autant d'éléments qui au final mettent en grande difficulté la démocratie y compris dans la zone euro. Tous les huit jours un sommet des chefs d'état et toutes les semaines un sauvetage de l'économie européenne annoncé... Des Grecs humiliés et condamnés à des conditions de vie qui n'en sont pas. Prenons garde un jour de ne pas nous réveiller grecs voire demain espagnols. Rien de neuf sur l'argent sale de toutes les mafias du monde dont les profits aujourd'hui sont supérieurs à ceux du pétrole et de son rôle dans le désordre monétaire actuel..

426225_279746932095662_129474087122948_731121_522343397_n1.jpgLes Palestiniens n'ont toujours pas un état indépendant reconnu par Israël en contre partie d'une sécurité à ses frontières. Ailleurs les peuples arabes se soulèvent contre leurs maîtres. A l'évidence, au delà de l'unité affichée, le temps ensoleillé d'une révolution trimbale des foules de malentendus comme autant d'équivoques et de motivations différentes rendant l'avenir incertain. Il y a l'insoutenable Syrie, dont les dirigeants ont choisi de torturer, tuer et écraser, par le scalpel, l'obus et le feu tout ce qui bouge, femmes et enfants compris. Ils n'agissent pas en douce mais sous le regard vide du monde entier. Il faut dire qu'ils bénéficient de la complicité assumée des copains russes et chinois. Il est vrai que le viril Kamarade Poutine, star de toutes les Russies et liquidateur de la Tchétchénie, revient au pouvoir sans jamais vouloir le quitter grâce à ses "bricolages démocratiques" en trompe l'oeil.  

 

En France, après 16 ans d'attente, toujours pas de procès de l'amiante alors que les Italiens ont déjà condamné. Attend-on que toutes les victimes aient disparu, ou a-t-on peur d'ouvrir une brèche juridique pour une reconnaissance des maladies professionnelles  du nucléaire ? Un an après Fukushima, les partisans du nucléaire sont dans l'incantation énergico-patriotique qui placerait la France au-delà de toute atteinte. Nous sommes dans l'addiction d'une production énergétique du siècle dernier et dans l'irrationnel total, ce qui ne répond en rien aux principes de réalités d'aujourd'hui et de demain. Entendu il y a peu de temps sur France-Inter qui rapportait les propos d'un "spécialiste" concernant l'accident nucléaire de Fukushima: "ce n'est pas un tremblement de terre qui est la cause de cette catastrophe, c'est un tsunami " (?). Question : un tsunami n'est-il pas la cause directe d'un séisme ?

 

bp1v.jpg                        Tchernobyl

Je pourrais poursuivre presque à l'infini cette liste à la Prévert sur les ingrédients qui créent ce climat particulier. J'ajouterai juste des remarques concernant des évènements qui touchent à ma proximité. Dans un même village, une boulangerie ferme et une classe semble condamnée à la prochaine rentrée, un peu plus loin c'est une petite unité d'usinage d'une vingtaine de personnes qui cesse définitivement son activité. Pas de bonnes nouvelles pour les habitants et le territoire local. La vie est trop chère pour des quantités de personnes et Montargis est toujours la dernière ville du département en terme de revenu par habitant, le reste du Gâtinais ne va guère mieux. Vas parler d'écologie à des gens qui  au jour le jour sont dans l'urgence sociale et la précarité dans leur chair, même si nous savons qu'à terme cela pourrait améliorer considérablement leur pouvoir d'achat. En attendant cela ne répond pas à leur urgence de vie au quotidien du moins le croient-ils..  

 

C'était au soir d'un beau dimanche d'automne plein de soleil, sans que rien ne puisse le laisser présager, Alain, fou de musique, notre grand viking anarcho-écolo du bocage Gâtinais, à 59 ans a tiré sa référence. En quelques minutes, il a quitté les siens les laissant dans un grand désarroi. Quelques jours après, à Château-Renard sous un ciel en pleurs, nous étions comme autant de  petites fourmis éberluées qui tournent autour  de lui posé là, allongé devant nous sans l'espoir de rire à nouveau ensemble. En 2007, comme je ne maîtrisais pas l'outil, c'est Alain qui avait créé mon blog et qui durant deux ans l'alimentait à ma demande, celui là même que vous consultez aujourd'hui. Merci Alain, merci pour tout, merci pour ta personne, ta présence et ta convivialité... Jamais tu ne t'effaceras ne notre mémoire et je peux dire que tu as tout fait pour.

P1040610.JPG                        Alain Faré 

Même si la mort fait partie de la vie, il n'empêche que la séparation de ceux que l'on aime ou que l'on apprécie n'est pas chose facile. Les porter en soi, en parler et s'inspirer de leur talent est pour moi une façon de les faire vivre et de prolonger les valeurs qu'ils ont portées, défendues et incarnées. N'empêche que cette période est bien chargée. Outre l'écologiste journaliste (conseiller de la rédaction d'Ecologie) Jean Carlier qui est parti il y a juste un an aujourd'hui (j'y reviendrai plus tard par une chronique qui lui sera totalement dédiée),  une autre disparition, est celle de Vaclav Havel en décembre dernier. Tchécoslovaque, écrivain dramaturge icône de la résistance et de la dissidence anti-communiste et symbole de la démocratie en Europe de l'Est ce qui lui valut des censures permanentes de son oeuvre et quelques années de prison. L'homme de Prague et de la révolution de velours, l'homme politique atypique, qui surtout ne souhaitait pas faire carrière en politique, l'homme qui fut élu malgré lui pour un intérim de 40 jours (la condition de son acceptation) à la présidence de la République Tchécoslovaque par ceux-là mêmes qui des années durant l'avaient traqué et enfermé. L'intérim durera 13 ans, réélu président après les premières élections libres.  Très populaire, considéré par son peuple comme le "président-philosophe". Milan Kundera" qualifie sa vie "d'oeuvre d'art".

VCLAV_-1.JPG

                                  Vaclav Havel

Toujours en décembre disparaît Roger Belbéoch qui, au début des années 70, participa aux côtés de Grothendieck au mouvement Survivre. Bella (sa femme) sont tous deux physiciens et ingénieurs de l'Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielle (l'Ecole des Nobels). Roger Belbéoch a travaillé dans un laboratoire de recherche (Orsay,Paris-Sud). Il était spécialiste dans les accélérateurs de particules et de la physique des faisceaux de haute énergie. Bella est ingénieur-docteur et exerça au Centre d'Etudes Nucléaires de Saclay (CEA). Elle a étudié par rayons X les propriétés structurales des solides tant en recherche appliquée que fondamentale. En décembre 1975, ils participent avec Monique et René Sené à la création du Groupe de Scientifiques pour l'Information sur l'Energie Nucléaire (GSIEN). L'activité de ce groupe est intense en France et beaucoup à l'étranger, il publie depuis 36 ans la revue trimestrielle la "Gazette Nucléaire", la dernière parution le n° 263 vient de paraître. Cette gazette est dédiée à Roger Belbéoch qui en fut longtemps un rédacteur régulier. Il était également directeur de la publication de la lettre d'information du Comité Stop Nogent-sur-Seine. Roger merci pour tout et particulièrement pour le sérieux et la rigueur de ton travail, et qui reste précieux pour nous tous (Sur ce blog je serai appelé à revenir sur ton travail et celui de Bella).

numerisation0353.jpg Le 12 Mars dernier, c'est le dessinateur sénariste Giraud, Gir ou encore Mobius qui s'est évadé dans son monde. Enorme artiste qui m'a tant captivé, j'en parlerai sur ce blog.

592087_moebius-1.jpg

                        Le monde extraordinaire de Mobius

La société va mal. De jeunes collégiens ou lycéens tuent d'autres jeunes pour des prétextes minables, des meurtres virtuels pour eux et pourtant tellement réels dans la vie. Combien de jeunes filles ou femmes disparaissent sous les viols où les coups mortels d'une toute puissance qui n'accepte pas les limites d'un refus ? Au prétexte d'un conflit, d'autres jeunes et enfants sont abattus et exécutés à bout portant au nom de je ne sais quelle justice divine vengeresse rendue par des bourreaux auto proclamés.  Ainsi ils s'octroient le droit de vie ou de mort sur des êtres humains qui n'ont rien à voir avec leurs morbides turpitudes et/ou d'un conflt qui ne trouvera pas de solution autre que politique.  

 

Au fait, la France est en campagne électorale. Pour moi la priorité, est celle de rejeter de la présidence de la République et de la politique celui qui avec tant d'arrogance et de mépris a fait beaucoup de mal à notre Pays et à ses habitants. Il faut qu'il parte en retraite, c'est plus que temps. Il faut surtout que les électeurs sachent faire la différence entre les bons candidats et ceux qui demain seront en charge du Pays. Un bon candidat n'est pas forcément potentiellement un bon dirigeant, le président sortant en est un parfait exemple, mais il y en a d'autres, y compris à gauche. En attendant en aucun cas, je ne souhaite revivre le 21 avril 2002, pourtant la campagne est emmerdante et loin de la réalité quotidienne que nous vivons.

Pinocchio-Wallpaper-pinocchio-6615991-1024-768.jpgLe candidat-président sortant ne parle surtout  pas de son bilan et pour cause. De plus il n'a  pas de programme construit et cohérent sinon le vide sidéral du genre: "les retraites seront payées le 1er de chaque mois et non le 9 comme aujourd'hui",et alors ?. Qu'importe, le matin il fait une annonce et le soir il dit le contraire. Personne ne sait qui il est et où il est. Le sait-il lui même ? Le plus important c'est que les Français ne se fassent pas abuser une fois de plus et qu'ils gardent en mémoire ces cinq années passées, précédées par les cinq précédentes où il occupait des places importantes dans les différents gouvernements. Dix ans çà suffit ! S'abstenir, c'est se couper les mains.

aedgecah.pngEn attendant l'écologie n'est pas à la fête et une fois de plus elle est sortie des préoccupations et des candidats et des Français. Pour les écologistes ce n'est pas une simple histoire de candidat. C'est le type d'élection qui est en cause. De plus je suis convaincu que le quinquénat étrangle encore plus ce type de scrutin et ne favorise ni le débat, ni l'émergence . Plus grave est celle de l'équivoque autour de l'écologie et plus généralement autour du développement durable. Chacun aménageant "son" écologie et "son" développement durable au gré de ses besoins, de sa démagogie, mais surtout dans l'illusion avouée ou non, de poursuivre demain ce que fut hier. Changer de société et de comportement, c'est trop compliqué et .... c'est dangereux électoralement parlant. Reste qu'une crise en cache une autre bien plus grave et qu'on ne peut résoudre la première sans traiter la seconde sur le fond.  La prise de conscience se fera lorsque la société humaine et son modèle dominant arriveront droit dans la falaise tout en niant l'évidence. Alors colibri je suis, colibri je reste...aléa jacta es.

concentration-7.jpg                        Concentration- Théatre de Vaclav Havel

Voilà quelques raisons parmi des quantités d'autres du  "climat" dont j'ai parlé plus haut, et qui me mettent dans des colères profondes et froides. D'ou l'envie de garder le silence, d'observer, d'essayer de comprendre tout simplement parce que je n'ai pas réponse à tout en fonction d'une actualité qui bouge toutes les dix secondes. Depuis que j'ai terminé le travail dont je parle en tête de ce texte, tout en écoutant l'agitation du monde, j'ai pris le temps d'écouter les oiseaux, de humer la nature et de lui dire combien je fais corps avec elle. Au fait, en ce début d'année 2012, je ne vous ai pas souhaité "la bonne année" comme c'est la tradition. A quelques jours de Pâques, je le fais. Les Chinois, les Perses et  d'autres encore n'ont pas le nouvel an aux mêmes dates qu'ici. Disons que pour cette année à leur exemple, je fais une dérogation, alors "bonne année" et "joyeuses Pâques" à vous et donc ci-dessous ma carte de voeux. Je reprends mes publications sur le blog à bientôt. 

numerisation0352.jpg

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 10:57

APPEL DES INDIGNES de L’AGRICULTURE

pour la souveraineté alimentaire

wheat

PARIS, lundi 28 Novembre

Rendez-vous devant l'Assemblée Nationale à 16 h 30 Exigeons le retrait

de la proposition de loi sur les obtentions végétales

 

Après les financiers qui spéculent et s'enrichissent en torpillant le quotidien de notre vie, Après les pétroliers qui convoitent le gaz de schiste au péril de nos ressources en eau potable, Voici l'industrie des semences qui veut mettre les paysans, garants de notre nourriture, sous sa dépendance

 

Parce qu’interdire ou taxer les semences de ferme, c’est taxer le blé, la farine et notre pain ! Parce que le futur de notre alimentation ne pourra être assuré que par des paysans libres et indépendants ! Parce que les décisions d’aujourd’hui préparent la crise de demain :

Crise financière ;

Crise alimentaire :

 

La même origine, les mêmes exploiteurs, les mêmes exploités !

Les indignés de l’agriculture refusent ce nouveau processus de

dépossession et en appellent au sursaut citoyen pour interpeller les députés !

 

Cette action se situe dans le cadre plus général de la CAMPAGNE POUR UNE LOI DE RECONNAISSANCE POSITIVE DES DROITS DES AGRICULTEURS PAR LA LIBERATION DES SEMENCES PAYSANNES ET FERMIÈRES.

 

Cette Campagne a pour objectif de promouvoir une loi globale, garantissant d'abord les droits fondamentaux et ancestraux des agriculteurs, des jardiniers et des artisans semenciers de conserver, de ressemer, d'échanger et de vendre leurs propres semences, et de les protéger de la biopiraterie et des contaminations génétiques

 

Une nouvelle proposition de loi sur le Certificat d'Obtention Végétale sera débattue à l’Assemblée Nationale le 24 Novembre. Le 8 Juillet dernier, l'ancienne majorité sénatoriale a déjà cédé aux pressions du lobby semencier en approuvant ce texte.

 

Si les députés confirmaient ce vote, les paysans connaîtraient une régression sans précédent de leur droit le plus fondamental : celui de ressemer librement leur propre récolte et d'échanger leurs semences.

 

Le texte soumis aux députés vise à renforcer les droits de propriété de l'industrie semencière. Il veut forcer les paysans à acheter les semences protégées par ces droits de propriété en les empêchant d'utiliser celles qu'ils produisent eux-mêmes. Il propose, pour la majorité des espèces cultivées, d'interdire aux paysans d'utiliser une partie de leurs récoltes comme semences ou, pour quelques autres espèces comme le blé, de ne les y autoriser qu'en échange du paiement de royalties à l'industrie.

f63656fc.jpg

Le droit ancestral des paysan(ne)s de ressemer et d’échanger librement leurs semences de fermes fait partie des droits collectifs inaliénables. Il est à l'origine de toute la biodiversité cultivée. Il est le fondement de l'agriculture et le garant de la souveraineté alimentaire qui ne sera jamais assurée par des sociétés commerciales orientées vers la satisfaction des intérêts de leurs actionnaires.

 

Il est inacceptable que la loi, censée défendre l'intérêt général, renforce les droits privés de l'industrie semencière au détriment des droits collectifs des paysans. Il est inacceptable que la loi favorise la confiscation du vivant par cette industrie et la régression de la biodiversité.

 

Cette journée se situe dans le cadre plus général de la CAMPAGNE POUR UNE LOI DE RECONNAISSANCE POSITIVE DES DROITS DES AGRICULTEURS PAR LA LIBERATION DES SEMENCES PAYSANNES ET FERMIÈRES.

 

Cette Campagne a pour objectif de promouvoir une loi globale, garantissant d'abord les droits fondamentaux et ancestraux des agriculteurs, des jardiniers et des artisans semenciers de conserver, de ressemer, d'échanger et de vendre leurs propres semences, et de les protéger de la biopiraterie et des contaminations génétiques.

 

Signez et faites signer la CYBERACTION sur

www.semonslabiodiversite.com

 

Cette campagne est menée à l’initiative de : Agir pour l’environnement, les Amis de la Terre,semeur T2 Artisan du Monde, ASPRO PNPP, ATTAC, Chrétiens dans le Monde Rural, Confédération paysanne, Coordination Nationale de Défense des Semences Fermières, Croqueurs de carottes, Demeter France, Fédération Nationale des Agriculteurs Biologiques, Fondation Sciences citoyennes, Générations Futures, Minga, Mouvement d’Agriculture Biodynamique, Nature & Progrès, OGM Dangers, Réseau Semences Paysannes

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022