Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 10:51
Loiret: Alternatiba les 18 et 19 septembre 2015

JUSTE UN RAPPEL....

Le Tour Alternatiba fait étape entre Blois et Orléans et vous invite à un rassemblement devant la centrale nucléaire de St Laurent des Eaux (41) à 10h30. Il s'agit de rappeler devant la centrale que le nucléaire n'est pas une solution au dérèglement climatique.

Le samedi 19 septembre à partir de 10h et toute la journée, Alternatiba, village des alternatives, vous invite au Campo Santo, impasse Salamandre, 45 Orléans.

Dans le cadre de ce village, venez rejoindre les stands et animations des différents groupes locaux du Réseau : Acirad, Réseau Fukussenheim et SDN Berry-Giennois-Puisaye. Rendez-vous dans le quartier "Energie" et "Fausses bonnes idées" : "Non le nucléaire n'est pas une solution au dérèglement climatique". Voir le programme sur cette page.

Pour ceux qui souhaitent aider à l'organisation en tant que bénévole, prendre contact avec : sdn berry-puisaye @orange.fr. Tel : 06 62 84 13 88.

Pour plus d'infos voir le site Alternatiba Loiret : http://WWW;alternatiba.eu/alternatiba45

Loiret: Alternatiba les 18 et 19 septembre 2015
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 09:14
Loiret: Climat, Alternatiba les 18 et 19 septembre

DEMANDER LE PROGRAMME

Loiret: Climat, Alternatiba les 18 et 19 septembre
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 08:12
SNCF: pas touche à mon Intercités

RAIL: REPENSONS UN RÉSEAU UTILE A TOUS

La loi sur la transition énergétique à peine votée, le rapport Duron (député PS) surgit. Remis au Gouvernement, il lève le voile sur le dénuement du réseau ferroviaire français. Ainsi les lignes Intercités, dont le Paris-Montargis-Nevers, sont vieillissantes, usées, peu rentables et appelées à disparaitre, conclusion : «Halte au déficit ». Depuis 40 ans, sous tous les gouvernements, l’essentiel des fonds ont été investis sur le TGV, au détriment de l’entretien et de l’optimisation du réseau classique.

En 2014, le TGV est estimé par la Cour des Comptes comme «un modèle à bout de souffle, au coût devenu non soutenable ». Un kilomètre de ligne Intercités coûte 10 fois moins cher. De plus, les TGV roulent à 40% de leur temps sur les lignes classiques, nécessitant un parc important de rames coûteuses !

Ce raisonnement comptable, associé à la priorité donnée à la route, à l’aérien, aux lignes à grande vitesse (LGV) et aux grands projets inutiles comme le Lyon-Turin, (26 milliards d’€ selon la Cour des comptes), ne cesse de creuser les déficits et les inégalités entre territoires. Qui font les frais de cette gestion du rail incohérente sinon les usagers-contribuables pour leurs déplacements souvent liés à l’emploi ?

A propos du Paris-Montargis-Nevers, cette desserte serait moins compétitive, et des alternatives existent (Intercités(?) TER, Transilien, et grande qualité de l’infrastructure autoroutière ! alors que Paris cherche à éliminer la voiture ?). Par ailleurs il est vrai que la loi Macron va multiplier le trafic par autocars à bas coût sur tout le territoire…Cherchez l’erreur ! (Combien le coût écologique d'une telle mesure ?)

Ce rapport renvoie à une coordination inter-régionale, pour le Paris-Montargis à une reprise du trafic par la Région Centre-Val-de-Loire. Curieuse idée au moment où l’État réduit fortement les dotations des régions. Pourtant ces lignes sont indispensables au maillage, à la mobilité, au dynamisme des territoires et… une alternative à l’automobile.

Ce n’est pas aux technocrates de la SNCF de définir l’aménagement du territoire au gré de leurs mauvais choix économiques, mais aux politiques et à l’État, en collaboration avec les citoyens, de définir les choix en termes de mobilité et d’égalité des territoires.

Le Président de la République et le Gouvernement n’ont qu’un mot à la bouche : la réussite de la Conférence sur le climat présidée par la France fin 2015 (COP 21). La remise en cause du réseau ferroviaire de proximité serait un très mauvais signal. Rien n’est fait, et les écologistes, grands partisans du train, restent mobilisés pour le transport collectif et le développement des lignes Intercités.

Eclaireur du Gâtinais 17 juin 2015

Eclaireur du Gâtinais 17 juin 2015

République du Centre 24 juin 2015

République du Centre 24 juin 2015

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 14:03
Les Écologistes les dupes historiques du PS...

QUI A TUE FERNANDO PEREIRA ?

« A minuit heure locale dans le port d’Auckland en Nouvelle Zélande, le 10 juillet 1985, deux explosions retentissent, envoyant par le fond en quatre minutes l’un des navires de Greenpeace, le Raimbow-Warrior. » (…)

(…) Celui-ci venait d’entreprendre l’évacuation de trois cent vingt-sept habitants de l’Atoll de Rongelap, dans les îles Marshall, victimes des retombées des essais nucléaires atmosphériques effectués par les Etats-Unis au cours des années cinquante (…).

(…) Il s’apprêtait à appareiller vers la Polynésie française pour protester contre les essais nucléaires français à Mururoa. Greenpeace appelle à l’arrêt de tous les essais nucléaires dans le monde et à la conclusion rapide d’un traité d’interdiction totale des essais nucléaires (…) !

(…) Les explosions n’étant pas simultanées, c’est dans ce contexte que le photographe, membre de l’équipage, Fernando Pereira a trouvé la mort. 36 ans, de nationalité portugaise, il était père de deux enfants. (…) Plusieurs de ses photos ont été publiées par Ecologie, illustrant les articles de Greenpeace (…).

(…) Le pas est franchi, « ils » ont tué, anonymement bien sûr, à vingt mille km de France. La réaction ici chez nous est molle, quelques articles dans la presse, quelques communiqués d’associations et la page est tournée. Il n’est pas acceptable de subir de telles violences et chaque écologiste ou individu doit faire éclater sa révolte publiquement. Sans doute aurait-il mieux fallu pour Fernando qu’il fût otage au Liban ou ailleurs pour ne pas être oublié…

A l’époque de ces écrits extraits d’Ecologie n°365, nous ignorions que les terroristes n’étaient autres que les services secrets français aux ordres du pouvoir socialiste qui, contraint par l’enquête des Néo-Zélandais, a fini par reconnaître son forfait. Dure réalité qui s’inscrit après l’abandon de la 38ème proposition du Parti Socialiste et de François Mitterrand pour l’élection de 1981 qui annonçait un référendum à propos du programme nucléaire civil. Référendum qui s’est transformé dès octobre 1981 par un vote bloqué du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale en faveur du programme nucléaire français (seule la député PS Gisèle Halimi a refusé de voter).

Aujourd’hui le pouvoir socialiste à travers le fourre-tout de la loi Macron poursuit ses mauvais coups en introduisant en catimini, sans débat, au 49-3 et suite à la demande de Gérard Longuet UMP-Les Républicains, Sénateur de la Meuse, l’autorisation d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure dans la Meuse. Même remarque sur l’incroyable flottille d’autocars bon marché qui va sillonner l’ensemble du territoire ! Etonnante décision alors que dans le même temps le rapport Duron, député PS, qui au nom du « déficit » envisage la suppression des lignes intercités de la SNCF, alors que depuis 40 ans elles ont été abandonnées au seul profit du TGV. Concernant le Paris-Montargis-Nevers, la solution alternative proposée est celle de la « qualité de l’infrastructure autoroutière en direction de l’Ile-de-France » ! On marche sur la tête.

Comment prendre le PS, son président et son gouvernement au sérieux alors qu’ils ne cessent d’être contradictoires en particulier autour des enjeux de la Conférence sur le Climat (COP21), présidée par la France fin 2015 et leurs décisions au quotidien. On rêve mais pas en rose !

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 11:05
auto-collant du Comité Anti-Nucléaire de Paris 1972
auto-collant du Comité Anti-Nucléaire de Paris 1972

POURQUOI ?

En raison de la communication tardive des pièces adverses, nous avons été contraints de demander le renvoi de l’audience qui devait avoir lieu ce mercredi 10 juin. Celle-ci sera reportée à une date ultérieure dont on ne manquera pas de vous faire part.

Le Réseau "Sortir du nucléaire", auquel s’associe l’association locale "Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye", a déposé plainte contre EDF et le CNPE de Dampierre-en-Burly. En effet, un prestataire avait été sérieusement contaminé en 2011 et l’information n’a été transmise que 9 mois plus tard à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), instance à laquelle tous les incidents doivent être transmis sans délais.

Pour le soutien aux travailleurs du nucléaire et pour alerter quant à la vigilance indéfectible des citoyens quant aux exigences de sûreté, nous vous invitons à vous rendre à l’audience qui aura lieu au Tribunal correctionnel de Montargis (84 rue du général Leclerc).

Pour plus de détails sur cette affaire, suivez le lien :
http://www.sortirdunucleaire.org/Dampierre-en-Burly-Contamination-externe-d-un

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 08:22
EDF au Tribunal correctionnel de Montargis

Audience mercredi 10 juin 2015 à 14h

Le 10 juin à 14h, sera examinée par le Tribunal correctionnel de Montargis l’affaire de la contamination d’un travailleur lors d’une intervention à la centrale de Dampierre-en-Burly.

Le Réseau "Sortir du nucléaire", auquel s’associe l’association locale "Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye", a déposé plainte contre EDF et le CNPE de Dampierre-en-Burly. En effet, un prestataire avait été sérieusement contaminé en 2011 et l’information n’a été transmise que 9 mois plus tard à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), instance à laquelle tous les incidents doivent être transmis sans délais.

Pour le soutien aux travailleurs du nucléaire et pour alerter quant à la vigilance indéfectible des citoyens quant aux exigences de sûreté, nous vous invitons à vous rendre à l’audience qui aura lieu le mardi 10 juin à 14h au Tribunal correctionnel de Montargis (84 rue du général Leclerc).

Pour plus de détails sur cette affaire, suivez le lien :
http://www.sortirdunucleaire.org/Dampierre-en-Burly-Contamination-externe-d-un

  • 12h45 : rassemblement place Victor Hugo (début rue Dorée) avec drapeaux, pancartes etc.
  • 13h : début de la déambulation pour distribution de tracts et information de la population (prendre la rue Dorée, au bout de celle-ci tourner à gauche dans la rue du général Leclerc jusqu’au tribunal)
  • 13h45 : point presse devant le tribunal
  • 14h : audience publique

Europe Ecologie-Les Verts-Gâtinais appelle à participer à ce rassemblement et soutient les travailleurs du nucléaire.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 10:14
Tchernobyl, 26 avril 1986 1h  23mn 58s, pourtant la pêche était bonne...

DES PÊCHEURS PRIS AU PIÈGE DU NUCLÉAIRE...

Avant la catastrophe, les pêcheurs sont présents pratiquement sans interruption, jour et nuit, à l’endroit où le canal de décharge se déverse dans le bassin de refroidissement. L’eau provenant des turbines en fonctionnement et des échangeurs de chaleur est toujours chaude. En règle générale, le poisson mord bien. De plus, en cette fin avril, c’est le printemps, l’époque de la ponte, le poisson est abondant. Tout va pour le mieux.

Nous sommes à deux km de la tranche n°4 de la centrale de Tchernobyl. Les pêcheurs entendent les explosions à 1h 23 mn 58 s, voient l’incendie mais restent pêcher jusqu’au matin. Il arrive qu’en fonctionnement normal, les soupapes de sûreté de la centrale tonnent comme des coups de canon. Les gens sont habitués et ne prêtent plus d’attention aux bruits provenant de la centrale. Quant à l’incendie… les pompiers vont l’éteindre… Néanmoins, quelques-uns d’entre eux sont pris d’angoisse, la gorge desséchée, et leurs yeux se mettent à brûler au point de rentrer chez eux, à Pripyat.

A 240m de cette tranche n°4, juste en face de la salle des turbines, deux pêcheurs surveillent leur ligne au bord du canal d’amenée d’eau. Ils pêchent du menu fretin. Ils aiment beaucoup ce lieu de bonne pêche. Ils sont de bonne humeur, heureux, cette nuit d’avril ressemble tellement à une nuit de juillet. Poustovoït et son compère Protassov entendent deux explosions sourdes, comme souterraines, provenant de l’intérieur de la tranche n° 4 qui se dresse là, devant eux. La terre tremble, la vapeur gicle et le réacteur explose dans un rejet aveuglant de flammes suivi d’un feu d’artifice de combustible et de graphite incandescent. Le béton armé et les structures d’acier volent dans tous les sens et tournoient dans l’air. Quelque chose a pété à la centrale, mais nos pêcheurs continuent à jeter leurs lignes sans se douter qu’ils sont pris dans les puissants filets de la catastrophe nucléaire. Ils poursuivent leur pêche, observant avec curiosité le déroulement des évènements. Ils aperçoivent les pompiers qui se jettent avec courage dans le feu. L’un des deux s’exclame « t’as vu, il ôte son casque, quel héros, ça donne chaud ».

Au petit matin, ils sont pris d’une nausée insupportable et se sentent très mal. Nos deux pêcheurs ont attrapé 400 roentgens chacun. Leur poitrine est en feu, leurs tempes battent, la tête leur tourne, ils n’arrêtent pas de vomir. Au cours de la nuit, ils sont devenus tout noirs. C’est le bronzage nucléaire et n’en savent rien. Ils remarquent alors qu’il fait déjà jour, et se demandent ce qui peut bien leur être tombé dessus… Ils arriveront à grand peine au service médical qui les expédie à la clinique de Moscou où, à plus ou moins long terme, ils ne survivront pas. Le portrait de Poustovoït deviendra célèbre en Europe pour avoir fait la Une d’un grand magazine qui l’immortalisera.

Extrait de « La vérité sur Tchernobyl » de Grigori Medvedev, préfacé par Andréi Sakharov (Albin Michel 1990).

Tchernobyl, 26 avril 1986 1h  23mn 58s, pourtant la pêche était bonne...
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 16:28
Centrale de Belleville, commémoration de Fukushima et rappel de la plainte

DIMANCHE 15 MARS

  • 11h : tractage sur le marché de Cosne (58)
  • 12h30 : pique-nic en bord de Loire ou dans la salle Edmée La Varenne, selon le temps
  • 15h : rassemblement devant la mairie de Belleville, lecture du communiqué de presse sur la plainte et dépôt d’un courrier en mairie
  • Défilé jusqu’à la centrale et "die in" devant celle-ci
  • 17h : Assemblée Générale de l'association "Sortir du nucléaire Berry-Puisaye" à Cosne (salle Edmée La Varenne) 2, rue E. Lavarenne, 1ers feux à droite, après l'hopital (à gauche à l'entrée de Cosne).

En savoir plus sur la plainte : http://www.sortirdunucleaire.org/Belleville-sur-Loire-Une-inspection-environnement

Contact :
Catherine Fumé : 06 62 84 13 88
Martine Rouillard : 06 82 20 21 85

S'inscrire si possible pour le co-voiturage à l'Amarante, à St Amand, ou par tél ou par courriel.
Merci

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 12:59
Fukushima 4 ans déjà... déjà bien loin dans les mémoires

LE NEZ DANS LA FALAISE...

Lors de l'accident majeur de Tchernobyl en avril 1986, les nucléocrates français ont prétendu que c'était dû à la qualité médiocre du nucléaire soviétique. En 2011, à Fukushima, les nucléocrates français ont déclaré que sans le tsunami, l'accident nucléaire ne se serait pas produit. Sans doute, sans doute, en attendant il y a eu un tsunami et l'accident nucléaire majeur s'est produit. Ses conséquences sont quasi quotidiennes par de multiples fuites et autres incidents. A remarquer que le Premier ministre japonnais de l'époque est devenu farouchement antinucléaire. Est-ce un effet de la radioactivité ou tout simplement une prise de conscience à postériori ?

Les nucléocrates français, qui sont de grands experts, sont embourbés en Finlande à Olkiluoto depuis 2005 dans la construction de l'EPR devant être livré à la mi-2009 et qui finalement ne l'est toujours pas, peut-être en 2016 ? Au départ, le coût était fixé à 3 milliards d'euros, il est estimé aujourd'hui à 9 milliards minimum. Ces années de retard vont entraîner des compensations financières qui seront finalement payées par l’Etat Français. Pour Flamanville dans la Manche, bis repetita, les nucléocrates français brillent par leur incompétence, puisque les travaux ont débuté en 2007 après le feu vert donné à l'EPR par JP Raffarin en 2004, pour un coût fixé à 3,3 milliards d'euros. Aujourd'hui compte tenu des retards, il était prévu de le livrer en 2012, il ne le sera qu'en 2016 ou 2017 et on estime qu'il devrait dépasser les 9 milliards d'euros. Cherchez l'erreur ! N'oublions pas que la construction s'effectue avec un volet de travail dissimulé avec 460 ouvriers roumains et polonais sur le chantier. Semblent impliquées les sociétés Bouygues, Elco et Atlanco qui reste introuvable ! son siège étant implanté soit en Irlande soit à Chypre. Un procès est en cours.

Le pire est que la technologie EPR semble de plus en plus controversée par les nucléocrates de tous poils.

Pas rassurant tout çà. Imaginez tout l'argent englouti que les consommateurs et contribuables finiront par payer, alors qu'il y aurait mieux à faire sur une transition énergétique en direction des énergies renouvelables. Ce qui n'est pas le cas si l'on en juge par les allers et retours parlementaires en cours. Ségolène Royal nous a annoncé la fermeture de Fessenheim une fois la mise en route de l' EPR de Flamanville. L'horizon recule sans cesse. Je remarque que Lionel Jospin, en 1997, avait fait une promesse aux Verts, à savoir la fermeture du Surgénérateur de Malville et l'abandon du canal à grand gabarit, ce qu'il a fait immédiatement, même si Superphénix n'est toujours pas démantelé sans doute faute de moyens.

Certains, comme la Cour des Comptes s'inquiètent de plus en plus du coût du nucléaire français, bonne question par ces temps de rigueur budgétaire alors qu'on demande aux citoyens de faire des sacrifices et qu'on s'apprête à supprimer 20 000 postes dans les hôpitaux publics !

Chantier EPR Flamanville dans la Manche

Chantier EPR Flamanville dans la Manche

Fukushima 4 ans déjà... déjà bien loin dans les mémoires
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 09:07
Jean-Noël CARDOUX sénateur du Loiret prêt à empoisonner le Gâtinais au pétrole de schiste

CARDOUX: APRÈS MOI LE DÉLUGE

Un groupe de sénateurs UMP au sein duquel figure Jean-Noël CARDOUX, a déposé un amendement à la loi de transition énergétique de façon à engager la France vers l'exploitation des gaz de schistes. Au nom de "la nécessaire identification du potentiel énergétique de la France", il faudrait donc chercher à savoir si notre pays dispose de réserves d'hydrocarbures non-conventionnels, même s'il est évident que leur exploitation serait une catastrophe pour l'environnement immédiat et un puissant accélérateur des changements climatiques qui nous menacent chaque jour davantage.

A ce compte-là, on pourrait tout aussi bien "identifier le potentiel énergétique" de l'installation d'un réacteur nucléaire dans le château de Sully, sous prétexte que les murs en sont épais. Mais ce n'est pas parce qu'une ânerie est techniquement possible qu'il faut forcément en "identifier le potentiel".

Dans notre département, il est probable que le Gâtinais recèle quelques réserves de pétrole de schistes : pourtant contrairement à ce qu'imagine Jean-Noël le sénateur CARDOUX, ce ne serait pas un cadeau pour la population.

Malgré toutes les promesses des firmes multinationales qui lorgnent sur cette manne, son exploitation mettrait en péril l'approvisionnement en eau de toute la région et nous pourrions dire adieu aux paysages, à l'agriculture et à la biodiversité du Gâtinais qui font son patrimoine et sa richesse.

L'UMP du Loiret rêve donc de faire sauter le moratoire sur les gaz de schistes, pourtant instauré sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et ne craint pas de ravager le territoire au profit des multinationales pétrolières. On comprend mieux pourquoi la majorité départementale a combattu le vœu déposé par les élus écologistes en septembre 2012 pour "la mise en œuvre dans le Loiret d'une transition énergétique qui s'appuie sur la sobriété énergétique, l'efficacité et les sources d'énergies renouvelables plutôt que sur des ressources fossiles".

Jean-Luc BURGUNDER, porte-parole d'EELV Gâtinais

Moïsette CROSNIER et Thierry SOLER, porte-parole d'EELV Orléanais

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022