Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 16:37
ET CE SOIR QU'EST-CE
QU'ON MANGE?

Le dimanche 5 juillet dernier, l'Association Eco-logiques a frappé fort à l'auditorium de Briare. A 16h, elle a invité tout à chacun à une conférence débat sur le thème : "L'homme acteur de son futur". Malgré le très beau temps, le public était serré et nombreux, au point qu'une fois l'auditorium plein, il a fallu installer dans le hall d'entrée un écran et un micro pour contenter tous ceux qui n'avaient pas pu entrer dans la salle. Il faut dire que le plateau d'intervenants était attrayant.


D'abord le bien connu Hubert Reeves, en voisin puis qu'habitant Malicorne dans l'Yonne toute proche. Astrophysicien, depuis de nombreuses années, il ne cesse d'alerter ses concitoyens sur les atteintes faites à la biodiversité et sur les menaces qui pèsent sur la planète Terre et ses habitants, pourtant eux-mêmes générateurs de tous ces désordres.

Ensuite, Pierre-Henri Gouyon, professeur au Muséum d'histoire naturelle de Paris, et dont les travaux portent sur les mécanismes de l'évolution en allant de la génétique à l'écologie. Par ailleurs, il fait partie du Comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot et il est membre du Conseil scientifique du Comité de recherche et d'information indépendante sur le génie génétique (CRIIGEN).

Enfin, Jean Louis Caffier, journaliste en développement durable, consultant "sciences et environnement" sur LCI et co-fondateur avec Jean Marc Jancovici de l'Association Climat-énergie-humanité-médias.

L'animation était assurée par la pétulante Marie-Odile Monchicourt, chroniqueuse scientifique à Radio-France où elle anime sur France-Infos les chroniques : "Infos-sciences", "Histoires d'hommes" et "du côté des étoiles". Beau plateau n'est-ce pas?

Cependant, entre l'affiche annoncée et le débat lui-même, Pierre-Henri Gouyon a annulé sa participation, et c'est un philosophe chargé de mission sciences/société à l'Ecole Normale Supérieure en lettres et sciences sociales qui au pied levé l'a remplacé en la personne de Gérard Wormser. Directeur et fondateur de la revue électronique Sens-public (WWW.sens-public.org). Acteur auprès des collectivités, sa méthode de travail est d'analyser leurs besoins afin de les aider à les reformuler en termes d'action et de développement stratégique. En créant un lien permanent par des actions de formation des responsables, on permet une meilleure adéquation des attentes sociales, comme par exemple : le statut des individus et des collectifs, l'éthique professionnelle, les liens entre les différentes institutions, les lieux de transformation des cultures professionnelles et des métiers sont quelques leviers du management.


      Hubert Reeves le 5 Juillet à Briare

Bien évidemment je ne reprendrai pas les propos de cette conférence-débat qui se termina quelques presque 4 heures plus tard (on n'a pas vu le temps passer). D'entrée, Hubert Reeves en parfait astro-physicien planta le décors:  notre planète dans l'infini du cosmos, et quel infini puisqu'il nous démontra ô combien la terre et les terriens sont immensément petits et petites puossières dans cet univers apparemment sans limites. Pour nous ramener sur Terre, c'est avec humour, qu'il cita la devise de Woody Allen "d'où venons nous, où allons nous et à quelle heure on mange ?".Toujours est-il , qu'à l'identique sur notre planète, Hubert Reeves rappela que tous les astres avaient une naissance, une vie et aussi une mort. Rien de nouveau sous le ciel étoilé, sinon ce rappel de modestie si besoin était.

J'ai beaucoup apprécié la prestation du philosophe Gérard Wormser parce que nous n'avons pas l'habitude d'appréhender la problématique écologique sous le prisme qui est le sien. Au début de son intervention, je ne voyais pas bien où nous allions, mais plus les minutes passaient, plus les liens devenaient évidents pour être tout à fait lumineux au final. Sur le moment, j'étais véritablement enthousiaste mais aujourd'hui, j'avoue humblement que je suis bien en mal de vous en restituer quelques lignes. Promis, je vais me plonger sur les analyses développées par Gérard Wormser.

JeanLouis Caffier, en journaliste qualifié et en parfaite connaissance de ses sujets, nous brossa le changement climatique, ses conséquences de toutes natures et les nouveaux comportements de la communauté humaine va devoir adopter dans les délais les plus courts pour éviter si possible le pire pour elle.

Marie Odile Monchicourt s'est appuyée sur ses compétences scientifiques pour pousser les intervenants au bout de leur logique et a fait le lien réactif avec les interventions de la salle. Deux sujets chauds se sont invités au débat : le lobbies anti-éolien, et la prétendue "éco-autoroute" A19 qui venait d'être ouverte quelques jours auparavant à la circulation.
Partisane de l'anti-éolien, une élue locale d'une commune dont elle n'a pas donné le nom, nous déversé avec beaucoup d'aplomb un flot de contre-vérités sur l'énergie éolienne. Il est vrai que dans l'Est du Loiret on semble très opposé à ce type d'équipement énergétique. A ce propos, pour aller dans le sens du poil de ses lecteurs, "le Journal de Gien" sous couvert du poisson d'avril de cette année, avait affiché à la une une photo (ci-jointe) sur un projet fou inventé pour la circonstance. Cette photo n'avait pas d'autre but que de servir de repoussoir à l'énergie éolienne. Un petit tiers de l'assistance a applaudi la dame qui avait bien monopolise la parole. Pour conclure sur ce sujet, Hubert Reeves lui demanda ce qu'en terme d'énergie elle souhaitait mettre dans son panier? question qui resta sans réponse.


Il fallait s'y attendre... Les éoliennes deviennent très tendance et même si l'environnement en prend un sacré coup, cela rapporte de beaux subsides!
C'est une première en France, comme le montre le projet, une série d'éoliennes va être installée sur la RD 940 à l'entrée sud de Gien. L'abattage des platanes, il y a quelques temps n'étant pas si innocent ! Pour les détracteurs de ce projet qui seront sans nul doute très nombreux (riverains, motards, automobilistes, amoureux de la nature...) il est important d'écrire dès maintenant au Commissaire enquêteur.
Voici son adresse : Monsieur Louis Lefish, lieu-dit la Sole meunière, au Moulinet
(commentaire du rédacteur: sous couvert d'un poisson d'avril, question propagande c'est un morceau de bravoure du journal de Gien").

L'A19 a été la cible de plusieurs interventions complémentaires : environnementales, sur la problématique transports, et... sur les choix économiques qui obligent  au transport routier. Mais bien que les élus aient été sollicités à participer, Marie Odile Monchicourt, par son animation n'a pas permis d'aller au bout des sujets  et d'aborder celui  des choix politiques qui déterminent de tels équipements. Rien sur l'engagement , le lobbying et le financement public organisé par le Conseil Général du Loiret... Il était politiquement correct  d'aborder les dégâts sur l'environnement sous l'angle écolo-scientifique, mais politiquement incorrect de poser les questions
sur les décisions politiques qui en amont décident de ces dégâts...(?)


           Pour le Conseil Général du Loiret, le développement durable est sans limites

Après une petite pause gustative et rafraîchissante, la seconde partie de la conférence s'est portée sur le climat et son histoire dans le temps. Hubert Reeves à :retracer les extinctions successives des espèces et confirma graphiques à l'appui que nous étions bien aujourdh'ui dans une situation inédite. Tout en précisant que rien n'était écrit non plus, il nous raconta l'histoire du colibri que vous connaissez probablement et que je ne résiste pas à vous retranscrire: un gigantesque incendie ravage la forêt. Les animaux assistent impuissants à la progression inexorable des flammes. Seul un minuscule colibri s'active. Il plonge dans la rivière, recueille une goutte d'eau dans son bec, va la jeter sur le brasier et recommence."Colibri, tu sais que tu ne peux rien tout seul contre cet incendie, tu sais que la goutte que tu jettes dans les flammes n'a aucune chance de l'éteindre?" lui disent les animaux de la forêt"Je le sais", répond le colibri, "mais je fais ma part".

 Bien vu, c'est pourquoi à l'exemple du colibri, chacun doit faire de son mieux là où il est pour tenter d'inverser la situation dans laquelle l'humanité se trouve. Plus tard dans le débat, il nous rappela une citation d'Edgard Morin : l"l'urgence de l'immédiat nous fait oublier l'urgence de l'essentiel", et en conclusion de ces heures passionnantes et qui font réfléchir, il nous  dit :"nous menons une guerre contre la nature, si nous la gagnons, nous sommes perdus".


                                                                                                         Colibri 

 

Association ECO-LOGIQUES (Loire et Canal): éco-logiques.loireetcanal@orange.fr  - 16, rue Tissier 45250 Briare tel:09 77 51 02 97 

 

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 09:04
VERS UNE EXPERIMENTATION ?

En mai dernier, s'est tenu à Paris le "Grenelle des Ondes". Trois membres du gouvernement, mesdames Bachelot, Jouanno et Kosciusko-Morizet y ont participé aux côtés de représentants d'usagers et de salariés, d'élus et d'opérateurs. Les résultats de cette table ronde "radio fréquence santé environnement" sont plutôt minces. Il faut dire que côté opérateurs les enjeux économiques sont titanesques, si bien qu'il est difficile de "réguler" une technologie dominante qui a capté la quasi totalité de la population toutes générations confondues. Souvenons-nous de l'amiante.

 

Néanmoins deux avancées ne sont pas à négliger. La première : les ministres avaient de suite souligné que d'après elles, actuellement: "une révision des seuils réglementaires n'étaient pas justifiée d'un point de vue sanitaire". La seconde:quelques jours plus tard, elles ont défendu le "principe d'attention" sachant ont-elles dit : "qu'il faut répondre aux incertitudes du public et mettre à sa disposition une large information...".Contradiction ?

 

De leur côté, les associations dont Robin des Toits ont défendu le principe d'un abaissement des seuils d'exposition aux ondes à 0,60V/m à l'exemple de plusieurs pays de l'Union Européenne, contre les 41 à 61V/m actuellement appliqués en France. De son côté, l'Association des maires des grandes villes de France  (ANGVF) a soutenu la proposition de réduire le seuil d'exposition et de lancer durant l'été une expérimentation. Déjà en juin, une centaine de grandes et petites communes se sont portées volontaires pour cette démarche.

 

Le 7 juillet, les participants de la table ronde "Radio-fréquence, santé, environnement" se sont retrouvés pour une série de réunions  dont  un Comité opérationnel sur les antennes relais qui s'adjoint trois groupes de travail (sur les protocoles de mesure des ondes, sur l'information du public, celle des professionnels de santé et d'élus, et sur les conditions de mise en oeuvre d'une recherche indépendante). Ce dernier point est réellement nécessaire tant l'information actuelle dépend uniquement des opérateurs c'est-à-dire une information produite par ceux-là mêmes qui sont juges et parties. La charte signée avec l'Association des Maires de France (l'AMF) en est un bel exemple puisqu'elle a été initiée par les opérateurs eux-mêmes.

 

Deux priorités pour le Comité opérationnel : d'abord, réduire la puissance émettrice inférieure à la référence actuelle ; ensuite élaborer une méthode de concertation locale utile pour les communes de plus en plus coincée entre des habitants-riverains inquiets et les opérateurs de la téléphonie mobile.

 

Le gouvernement s'est engagé sur un financement d'un million d'euros pour mener à bien l'expérimentation promise aux partenaires. Le député de l'Isère (PS) devrait avoir finalisé d'ici la fin septembre de cahier des charges permettant au Comité de lancer un appel à candidature des communes intéressées pour mener l'expérimentation dès cet automne. Il va s'agir d'étudier l'ensemble des cas de figure, allant des quartiers d'affaires hyperdenses aux centres urbains ressérrer, aux zones pavillonnaires et aux communes rurales. Les expérimentations dans un premier temps procéderont à des simulations avant de toucher au réglage des émetteurs. Leur résultat sera rendu public avant d'en tirer de possibles nouvelles réglementations.

 
Parallèlement au Grenelle et son expérimentation, ne perdons pas de vue que courant septembre, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET) doit rendre les conclusions de son étude sur les risques sanitaires des téléphones mobiles qui est un autre grand volet de ce Grenelle des ondes.

 

De son côté, l'Association française des opérateurs de téléphonie mobile (AFOM) espère que de ces expérimentations sortira une meilleure "acceptabilité sociale" des antennes relais et enfin connaître une véritable "sécurité juridique". Il est vrai que la Justice par une multiplication de jugements défavorables aux opérateurs (le dernier, le 11 août au Tribunal de grande instance de Créteil) applique avant le politique le principe de précaution.

 

C'est dans ce contexte qu'au nom, des Verts et des Eco-citoyens, avant la tenue du Conseil municipal du 29 juin, j'ai souhaité par voie de presse qu'une délibération soit inscrite permettant que Montargis pose sa candidature afin de participer à l'expérimentation. En réponse à mon interpellation, à la fin du Conseil, dans les questions diverses,  Jean Pierre Door (député-maire) s'est dit ouvert à la discussion sur ma proposition au prochain Conseil du 3 septembre. Depuis celui-ci a été reporté au 30 septembre alors que l'appel à candidature aura toutes les chances d'être opérationnel depuis déjà deux semaines... Croisons les doigts pour aboutir.
A suivre...

 

Article paru dans l'Ecaireur du Gatinais du 25/06/09

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 16:37

A QUAND DE VRAIS
DEBATS EQUITABLES ?

En ces temps de disette économique, mais et surtout de crise grave et profonde de la presse écrite qui menace plus d'un titre, le 10 juin dernier est paru le numéro 1 d'un nouvel hebdomadaire. "Acteurs-ECO" s'annonce comme "l'hebdo de ceux qui font l'économie du Loiret" : 16 pages, 1 euro le numéro. L'un de ses fondateurs, le rédacteur en chef Stéphane de Laage, se veut optimiste tout en étant parfaitement lucide du défi qu'il relève. Par souci d'un journalisme honnête, il souhaite que l'information soit équilibrée et plus équitable . On accepte l'intention et nous verrons dans le durée ce qu'il en sera effectivement... Bon vent à Acteurs ECO

Au coeur de l'actualité de ce numéro 1, nous n'avons pas échappé à l'incontournable autoroute A19. A la une d'abord : "A19, la stratégie économique du Loiret",une double page intérieure où nous n'échappons pas à "éco"-autoroute. Je me retrouve interviewé dans la rubrique : "pour ou contre l'A19". C'est nouveau, la presse locale pratique peu le débat contradictoire. Au rédactionnel s'ajoute de la publicité intérieure et surtout la quatrième de couverture achetée par Vinci, constructeur et concessionnaire de la nouvelle autoroute !

Je ne suis pas choqué plus que ça, compte tenu de l'actualité. Ce qui me dérange le plus c'est la transcription de mes propos. D'abord rien sur "l'imposture du concept de l'éco-autoroute", sinon la phrase "les concepteurs confondent encore :"milieu  naturel " et "milieu paysager", si bien que cette phrase hors contexte et seule, perd de sa pertinence. Rien non plus sur mes propos du caractère symbolique du type de développement économique induit par l'autoroute, rien sur l'énergie, rien sur le climat, etc... Sur le transport routier,  j'ai précisément déclaré que des industriels aujourd'hui réfléchissaient à rétablir des circuits courts de production et distribution afin que les coûts du transport ne soient pas supérieurs aux coûts de production. Ce que je constate, (comme d'habitude), c'est que les promoteurs de l'autoroute ont la place d'exprimer en quoi économiquement leur projet est viable et important. Les écologistes cantonnés dans le camp du contre ne peuvent jamais s'exprimer à égalité  sur le pourquoi de leur opposition à de tels équipements. Nous aussi nous parlons d'économie, de social, d'aménagement du territoire et d'environnement, pour nous le tout étant lié. Même si l'intention de la rédaction d'Acteurs ECO existe de faire s'exprimer la pluralité des avis, à quand de vrais débats équitables sur des sujets, qui pour nous à l'exemple de l'A19 sont majeurs ?
 
Peut mieux faire, encore un effort.

Pour s'abonner: 52 euros par an, Acteurs ECO, 12,rue Jean-Baptiste Clément-45430 Chécy

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 14:21


ECO-ARNAQUE, CA ROULE !

Extrait de la carte d'invitation à l'inauguration de l'A19

Le 8 juin, l'A19 (Courtenay-Arthenay) a été inaugurée en grande pompe par des officiels. Il pleuvait et Jean-Louis Borloo, Ministre d'état, de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire n'était pas de la fête pour inaugurer la première "éco-autoroute" de France, de Navarre (et sans doute la seule au monde!!!), comme si en soi une autoroute était écologique!  De plus, nous sommes au lendemain d'un scrutin européen qui a confirmé la parcée des écologistes dans l'électorat. Un signe sans aucun doute. Cependant, ici dans le Gâtinais, la communication n'a plus de retenue ni de limites  (voir la presse et l'affichage public ).Nous ne sommes plus dans l'information et tout est bon  pour vanter le nouvel "eco-équipement". Nous sommes infestés de propagande. En quelque sorte, on nous prend véritablement pour des cons.

Les Verts et écologistes locaux avaient déjà inauguré à leur manière ce bel ouvrage en plantant un cactus le 5 mai dernier (voir sur ce blog, "la journée d'après"). Cette plantation s'était faite en présence de Jean Paul Besset, candidat aux européennes de la grande région Centre-Massif central et qui a été élu député européen le 7 juin dernier.

Le jour de l'inauguration, le groupe Vert Est- Loiret a fait parvenir à l'Eclaireur du Gâtinais un communiqué qui n'a pas été publié. Il faut dire qu'une nouvelle fois la communication avait frappé par une double page de publicité de la société Vinci-Arcourt. Aujourd'hui, c'est chose faite dans l'édition du 25 juin  soit 17 jours après l'évènement...

Les lecteurs du blog doivent savoir que nous sommes limités en nombre de signes par la presse (ce qui n'est pas anormal) si bien que nous allons à l'essentiel. Néanmoins, l'A19, ouvrage du siècle dernier, est véritablement "un cas d'école" à plus d'un titre et très au-delà d'une simple infrastructure. Cela m'amènera à revenir sur ce sujet plusieurs fois et  sur des domaines différents  afin d'expliquer en quoi  un tel équipement dans la société actuelle et de l'avenir, n'a pas de sens... Explications non pas seulement d'un point de vue local, mais d'une façon générale, valable sur l'ensemble du territoire.


 

Article paru dans l'Eclaireur du Gâtinais du 25-06-2009

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 21:56
Un épandage peut en cacher un autre!
 
rassemblement à Villabon (Cher) 
samedi 13 juin
à 10 h à la mairie
Information et diaporama
sur les épandages
Nous comptons sur vous!


"Si les boues sont hygiénisées...
pourquoi le  décret du 18 mai
qui permet  des indemnités...?
Les terres agricoles du Cher 
ne doivent pas servir à faire du fric
par n'importe quels moyens.
Ses habitants ont droit au respect
dans un espace rural de qualité et 
pour une production labellisée.
C'est notre plus Cher désir
pour les générations à venir  "

Les Amis de La Borne,
« Ensemble » Association Laïque et Solidaire de Mérié,
Nature 18
Le RESPA (Rassemblement pour la protection de l'Environnement
 à Saint Palais et Alentour),
Des citoyens des communes concernées et des communes solidaires
 dans le Cher.
Tel : 02 48 66 08 20

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 08:12

Nouveau rassemblement contre l'épandage des boues d'Achères

 

ARGENT SUR SAULDRE le samedi 16 MAI à 10H

 

Marche vers l'Oizenotte, la Sauldre et le parc du château

 

Apporter gilet fluo et pique nique

 

Voir Parcours joint


Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 09:51
 
La préfète a signé mais nous restons debout!
Rassemblement
à BOURGES
Samedi 04 avril
14h30
Place Cujas
Pour la semaine du développement durable
 
 Soyons  nombreux !

Les APPEL: Les Amis de La Borne. Le RESPA., Ensemble et   Nature 18.
 
pour plus d'information: http://www.gilblog.fr/ (cliquer sur "non aux boues")
pour tout contact: respa@aliceadsl.fr
 
A diffuser largement!
Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 16:19
département du Cher,
salut à tous et toutes
 
La préfète a signé
LA FLAQUE S'ELARGIT 
 
restons unis
et retrouvons-nous 
 
le samedi 7 mars
à 10 H
à Sainte Montaine!
Avec marche vers "La Belle Fontaine"
2 Km Aller retour
Apporter un gilet fluo
N'oubliez pas votre plus belle pancarte et votre plus beau sourire de militant,
 un photographe
du Monde 2 (hebdo) sera là !!!
défi : que chacun amène une nouvelle personne
 
Les APPELS: Les Amis de La Borne. Le RESPA., Ensemble et   Nature 18.
 
pour plus d'information: http://www.gilblog.fr/ (cliquer sur "non aux boues")
pour tout contact: respa@aliceadsl.fr
 
A diffuser largement!
Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 16:35


RIEN N'EST JOUE !

Le 23 octobre 2008, sous le titre "l'indésirable poulailler", j' ai mis en ligne sur ce blog l'intervention des Verts Est -Loiret que j'ai fait parvenir au commissaire enquêteur à propos de l'enquête d'utilité publique concernant l'extension importante d'un élevage de poulets à Beauchamps-sur-Huillards (Loiret) afin de répondre aux besoins de la Société Doux qui par ailleurs a fermé en 2008 des sites du groupe dans le Cher et en Bretagne. Le Commissaire enquêteur a rendu au Préfet ses conclusions le 10 novembre dernier en émettant un avis défavorable. Néanmoins, au regard de la décision toute récente de la Préfète du Cher autour de l'épandage des boues (voir ce blog en date du 11 février 2009), il convient de rester très mobilisés...

                       

Le Préfet en réponse à un courrier au sénateur Jean Pierre Sueur qui a fait suivre,  indique qu'il envoie "l'ensemble du dossier à l'Inspectrice des installations classées de la Direction Départementale des Services Vétérinaires qui sera rapporteur du dossier devant le Conseil Départemental de l'Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques" et de préciser qu'il se prononcera après cette consultation. Il précise encore que les réclamations dont il a été saisi seront prises en considération, même si l'élevage en question n'a jusqu'alors pas fait l'objet de plaintes de voisinage (pour cause, puisque l'extension n'est pas réalisée  ndlr). Il annonce encore que l'Inspectrice compte se rendre sur place afin d'appréhender l'importance des impacts de cette démarche d'extension". L'incertitude est de mise.

Revenons au rapport du Commissaire enquêteur qui écrit : "j'ai pris acte d'une bonne participation du public et des élus ainsi que de la pertinence des observations portées sur les registres d'enquête et les courriers annexés". Il remarque : "que cette enquête s'est déroulée dans un bon climat, le public a bénéficié de l'information règlementaire par voie de presse et d'affichage". Voici l'essentiel de la rédaction de ses conclusions.


Au cours de cette enquête, j’ai pu constater les points suivants :

 

Le dossier soumis à l’enquête est conforme à la réglementation. Très généraliste, il analyse les risques et les dangers mais ne tient pas compte des gênes occasionnées aux riverains, ce qui a conduit certaines observations à mettre en doute sa sincérité. L’étude d’impact reste assez superficielle sur les effets directs ou indirects liés à l’environnement.

 

Les observations du public, relativement nombreuses, sont unanimes pour craindre, de façon parfois excessive, une aggravation des risques de pollution, de détérioration de l’environnement et du cadre de vie. Toutefois, bien que ces craintes soient généralement avérées, le projet, tel que présenté dans le dossier d’enquête, respecte la réglementation sur les installations classées pour la protection de l’environnement.

 

Les nombreux courriers et la pétition joints aux registres d’enquête, les courriers adressés à Monsieur le Préfet, aux conseils municipaux de plusieurs communes, l’avis défavorable émis par le conseil municipal de BEAUCHAMP SUR HUILLARD et le Maire de CHATENOY, les différents articles publiés dans la presse témoignent de ces craintes.
 

Compte tenu de ce que j’ai constaté je considère :

 

- que l’élevage avicole exploité par le GAEC COPPOOLSE depuis 2005, mais dont l’autorisation au nom de l’ancien exploitant remonte à 1981 sur un site où sont élevées des volailles depuis 40 ans, est « supporté » dans sa configuration actuelle.

 

Son extension serait socialement mal acceptée et serait source de troubles de voisinage.

 

En effet, l’augmentation de la production de volailles ne pourra qu’accroître les gênes actuellement plus ou moins bien acceptées par les riverains en matière de bruits, d’odeurs et de risques sanitaires, malgré les propos rassurants de l’exploitant.

 

- que sur le plan environnemental, ce projet est surdimensionné, inadapté à son environnement et peu compatible avec les principes de développement durable prôné notamment par « le Grenelle de l’environnement ». En effet, la présence de ZNIEFF, ZPS et SIC même à « distance réglementaire », les projets en cours de réalisation pour l’amélioration de la qualité des eaux du bassin Loire-Bretagne et en particulier les eaux du canal d’Orléans, du Loing et du Huillard créent les conditions d’un regard particulier sur l’environnement de ce projet.

- que le bilan de cette extension ne profitera pas à la collectivité, qui y est opposée, car non créatrice d’emploi sur le site, ne générant pas de taxes professionnelles et susceptible d’avoir un impact négatif sur le patrimoine foncier et touristique environnant.

 

Toutefois, et malgré un débat philosophique pas forcément anodin sur l’élevage intensif et la qualité des volailles produites, qui n’est pas l’objet de cette enquête, ces considérations de remettent pas en cause la bonne volonté de l’exploitant, sa capacité et son besoin d’effectuer son métier le mieux possible.

 

Ainsi, compte tenu de ce qui précède, j’émets

 

UN AVIS DEFAVORABLE

 

à la demande présentée par le GAEC COPPOOLSE en vue d’obtenir l’autorisation de procéder à l’extension de l’élevage avicole qu’il exploite au lieudit « La Charpenterie » sur la commune de BEAUCHAMPS SUR HUILLARD.

 

A OLIVET, le 10 novembre 2008

Le commissaire-enquêteur

Jean BERNARD



Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 18:57



LA LUTTE CONTRE
L' EPANDAGE
DES BOUES CONTINUE

 
Suite à la decision du CODERST (organe consultatif de la préfecture) d'épandre les boues d'Achères ( Yveline) sur 5000 ha dans le Cher nord,

alors qu'il  s'avère que ces déchets sont particulièrement chargés en métaux lourds :cadmium, nickel, plomb, mercur,  hydrocarbures, pyralène dioxine,
 tous cancérigènes.

Malgré l'opposition des communes, des habitants, du commissaire enquêteur,
malgré le risque sanitaire...
Pour défendre la démocratie et l'environnement:
Pour continuer et  accentuer notre lutte contre l'épandage des boues d'Achères( 78) rendez-vous:
 
Samedi 14 fevrier à 10h
à Soulangis
Avec marche au captage
 
défi : que chacun amène une nouvelle personne 
Les APPEL: Les Amis de La Borne. Le RESPA., Ensemble et   Nature 18.
 
pour plus d'information: http://www.gilblog.fr/ (cliquer sur "non aux boues")
   
A l'adresse suivante vous trouverez le film passé sur FR3 jeudi dernier en relation avec le rassemblement devant la préfecture du cher mercredi 4 fevrier
 


Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022