Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 15:38

Pour moi ce sera des voeux... numerisation0765.jpg

à tous(tes) les amis(es) proches ou plus éloignés(ées) mais aussi à tous ceux et celles qui lisent ce blog et que je ne connais pas, je souhaite une bonne année à tout le monde y compris à ceux et celles qui ne peuvent pas m'encadrer...

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 09:44
escalier_galleryphoto_paysage_std.jpg
De la forme au fond
La fin d'année est toujours le stemps des bilans et autres palmarès. J'ai en tête pleins d'évènements, mais je n'en choisis qu'un en la personne de Madame Aung San Suu Kyi pour le symbôle de non-violence vécu qu'elle incarne. Durant et après son voyage en Europe et en France en juin dernier, sur ce blog je lui ai consacré trois articles: Aung San Suu Kyi, l'ambassadeur et deux colibris en 2006 en Région Centre (07-07-2012); Aung San Suu Kyi, des jours, des semaines, des mois, des années...(20-07-2012); Aung San SUU Kyi, carnet d'un voyage européen (02-09-2012) 
 
L'éclat de ce voyage inimaginable il y a encore deux ans ( n'a-elle pas été libérée en novembre 2010 ?), le protocole et les déclarations d'admiration des officiels des pays visités ne peuvent en aucun cas se réduire  à une avalanche de "bons sentiments" vis à vis de la Dame de Rangoon qui serait devenue après trentre années de lutte une "madone" birmane élevée au statut "d'idole". Le fait qu'après trois décennies de persécution, d'injustice, de tourments et de souffrance, Aung San Suu Kyi soit restée une personne lumineuse et souriante et qui résonne très fort ici en Occident en terme d'affection et d'admiration ne peut cacher la vraie nature de la Dame. Cette femme est une redoutable politique qui porte un projet pour son pays. Au fil des nombreux discours et interviews qu'elle a prononcés et donnés durant ce voyage européen, on entend bien ce projet, la philosophie et les sources de son énergie qui durant deux décennies lui ont permis de résister.

 

Ne jamais transiger sur ses principes
Ce combat s'est mené à deux niveaux. Le premier est celui d'une personne, d'une femme, qui refuse la soumission et ne s'est jamais laissé dompter. Le second celui, également, de militants des droits de l’homme plus souvent habitués à l’échec qu’à la victoire, et qui, après Nelson Mandela dans les années 90, connaissent avec elle le bonheur de rencontrer une icône de leur combat qui, en « vrai », est aussi noble et chaleureuse que dans sa représentation militante. Elle a confié que parfois: "dans sa maison de Rangoon d’où elle ne pouvait sortir, elle a eu des moments de désespoir, en se demandant si le reste du monde avait oublié les Birmans à leur triste sort sous le joug de la dictature militaire". Pourtant elle savait bien que non et le dit elle-même: "Les pays scandinaves en général et la Norvège en particulier ont été très présents. Des villes comme Paris et Rome se sont également engagées pour moi. Par la force de photo-3leur combat et leur engagement, des personnalités comme Desmond Tutu et Vaclav Havel m’ont aussi été d’un précieux secours". Cependant elle a été surprise et heureuse de découvrir qu'il existe des groupes citoyens organisés en "Comités Aung San Suu Kyi". Toujours à propos de la solitude elle s'est dit: "Surprise de voir des gens d'Afrique, du Maghreb, du Moyen-Orient, m'aborder pour me dire à quel point ils nous soutenaient, avaient prié pour nous, et nous souhaitent bonne chance. C'est une surprise car je pensais que nous étions bien loin d'eux...". 
En réponse à ceux qui sont surpris par l'énergie qu'elle développe et qu'elle dégage elle répond:« Aux prisonniers de conscience du monde entier, je voudrais dire qu'il ne faut jamais transiger sur ses principes  Le respect pour l'humanité commence par le respect pour soi-même. Mon message est donc clair: si vous vous respectez, vous n'abandonnez pas le combat". Durant ces vingt ans, la méditation a été sa planche de salut durant ses années de captivité. « Cela m’a permis de garder l’esprit libre » avoue-t-elle et Aung San Suu Kyi de confier n’avoir « pas eu le temps » d’être triste durant ces années : « Je me levais tous les matins à 4 heures, j’étais trop occupée pour m’apitoyer ». Elle a "profité" de ce temps entre autre pour apprendre la langue française et lire beaucoup. Quelqu’un a parlé de “miracle” a-elle remarqué "çà me rappelle cette phrase d’un commandant des forces alliées pendant la Deuxième Guerre mondiale en Birmanie, qui disait : “L’impossible, nous le faisons tous les jours, pour les miracles, c’est un peu plus long”
.
La Birmanie vers un régime démocratique...
De se trouver dans un retrait imposé de la vie publique a incontestablement fortifié un caractère déjà bien trempé et volontaire. Ce temps a permis à Madame  Aung San Suu Kyi d'approfondir la philosophie et la cohérence de sa démarche pour faire évoluer la Birmanie vers un régime démocratique. Son discours modéré et son refus de sentiment de vengeance restent néanmoins des outils importants et la force de son combat en faveur des Droits de l'Homme.  Cette prise de distance obligée lui a permis de construire une façon différente delouvre_galleryphoto_paysage_std.jpg voir les choses qui est sans nul doute la source de la force de son combat. 
 
Je laisse à Marie Anne Isler Béguin qui fut vice- présidente Verte du Parlement Européen, le mot provisoire de conclusion: "Bon vent à Lady Suun Kyi. Après une tournée européenne époustouflante, la dame de Rangoon a fait ses au-revoir hier sur le perron de la Sorbonne. Si les médias nous ont bercés d'infos, d'analyses et d'anecdotes birmanes, il ne s'agirait pas, emportés par le tourbillon des évènements, de laisser la Dame de Rangoon se dépétrer seule dans l'inextricable complexité de son pays. Après avoir acceuilli Aung San Suu Kyi comme un chef d'Etat, aidons la à y parvenir démocratiquement !" , à notre façon et par cet article c'est ma manière d'accompagner à distance une Lady brillante et courageuse. Autour d'elle restons regroupés. 

 

A propos d'une minorité persécutée 

Rien n'est jamais simple même pour Aung San Suu Kyi qui à la mi-novembre a qualifié "d'énorme tragédie internationale" les violences meurtrières entre bouddhistes et musulmans dans l'ouest de la Birmanie. L'ex dissidente devenue chef de l'opposition birmane, en visite en Inde, a déclaré ne pas s'être exprimée jusque là au nom de la minorité musulmane des Rohingyas qui vivent des deux côtés de la frontière (Bangladesh), dans une volonté de promouvoir la réconciliation après les violences. 

Ces affrontements entre bouddhistes et musulmans ont fait au moins 180 morts depuis juin dans l'Etat Rakhine (ouest de la Birmanie) et plus de 110.000 déplacés, principalement des Rohingyas, considérés par l'ONU comme l'une des minorités les plus persécutées de la planète.  Les 800.000 Rohingyas confinés dans l'Etat Rakhine, privés de nationalité par l'ancienne junte birmane, sont vus par la plupart des Birmans comme des immigrés illégaux du Bangladesh, un ostracisme qui alimente un racisme quasi-unanime à leur encontre. 

1021697_des-rohingyas-tentent-de-fuir-la-birmanie-pour-le-b.jpg

Selon un récent rapport du HCR, les Rohingyas sont victimes en Birmanie de "persécutions" de toutes sortes dont "le travail forcé, l'extorsion, les restrictions à la liberté de mouvement, l'absence de droit de séjour, des règles de mariage injustes et la confiscation des terres". Une situation qui a poussé nombre d'entre eux à fuir. Mais les Rohingyas, qui seraient au total près d'un million hors de Birmanie, ne sont généralement pas les bienvenus dans les pays où ils tentent de se réfugier, ainsi les gardes-côtes bangladais les refoulent systématiquement. Ce problème a été au coeur de la visite en Birmanie du président Obama il a quelques semaines.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 16:24

UN RECUL DE CIVILISATION  

Tombouctou-5

« Même le Prophète  lui-même (Mahomet) allait visiter les tombes et les mausolées. C'est de l'intolérance. »  déclare l'Association des leaders religieux musulmans du Mali. Intolérance qui poursuit son massacre culturel. Les islamistes qui contrôlent Tombouctou et occupent le nord du Mali poursuivent  la destruction de biens religieux  (mosquées et mausolées) datant du 15e siècle.  Les hommes d'Ansar Dine ont jusqu'ici détruit plus de la moitié de ce patrimoine, et ce dimanche 23 décembre ont à nouveau détruit des mausolées à Tombouctou, en promettant de les détruire tous.

tombouctou"Il ne va pas rester un seul mausolée à Tombouctou, Allah n'aime pas ça, nous sommes en train de casser tous les mausolées cachés dans les quartiers", a déclaré Abou Dardar, un responsable d'Ansar Eddine (Défenseurs de l'Islam), groupe islamiste armé qui occupe Tombouctou avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Mohamed Alfoul, qui se présente comme un membre d'AQMI à Tombouctou, a de son côté justifié ces 355116 capture-d-ecran-d-une-video-afp-de-militants-islamisdestructions en affirmant que tout ce qui ne relève pas de l'islam, "ce n'est pas bien, l'homme doit vénérer seulement Allah". Après les amputations pratiquées à Gao la semaine passée, on peut estimer que ces actes sont une réponse au feu vert de l'ONU à l'envoi d'une force armée internationale pour les combattre et libérer Tombouctou et le Nord Mali  

Très menacé également un patrimoine considérable et encore mal connu : plusieurs milliers de manuscrits en langue arabe ou transcrits de langues africaines, qui attestent d'une histoire écrite de cette partie du continent, entre le XIIIe et le XIXe siècle. La cité des 333 Saints, révérée autrefois comme l'un des centres intellectuels les plus dynamiques du monde musulman, est en passe d'être effacée de l'histoire du Monde. Pourquoi cet acharnement destructeur ? 

mss tombouctou

manus 1

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 19:48

576319_10200259834278847_1050643018_n.jpg

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 16:03
L'ATELIER DE SACHA
582378 2777687740905 1555595323 n
Ce lundi 17 septembre 2012, Sacha ouvre "l'Atelier Chanson", dans la belle salle de "Courtenay Joue": des séquences de 1h30 à 2 heures à 4 ou 5 chanteurs, en journée ou en soirée, tous âges et niveaux mélangés, avec un échauffement collectif, puis du travail technique individuel, suivi d'un travail sur scène individuel ou collectif: compréhension approfondie et interprétation personnelle du texte, découverte de différents répertoires, tenue vocale et physique sur scène en fonction d'un public, travail technique (micro, éclairage, vidéo), mise en place de projets musicaux ET pluridisciplinaires, en fonction des opportunités et des envies (vie locale, collaboration avec d'autres artistes...IL Y A DEJA PLEIN D' IDEES !). BREF, UN TRAVAIL DYNAMIQUE ALLIANT PLAISIR, EXIGENCE, DIVERSITE ET CURIOSITE des arts et des autres...
 
300€ par an, plus 20€ d'adhésion à "l'Association Courtenay Joue". Les ateliers se dérouleront dans l'ancienne salle de technologie du collège.
 
Renseignez-vous:
Sandrine: 06 85 76 07 89
 
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 12:32

ANIS, ADIEU MON AMI... 

Ce vendredi 20 juillet, c'est le ciel qui versait les milliers de larmes que nous contenions dans nos coeurs serrés de chagrin et de révolte. J'ai entamé le chemin de la marche blanche, rose à la main : jeunes, enfants, femmes avec bébés dans leur poussette, hommes dans un cortège silencieux aux couleurs bigarrées, tous unis dans la même douleur.

Mes-images-2012-4483.JPG

                         Photo: République du Centre  La marche blanche le 20 juillet 2012

 

Combien de fois nous sommes-nous croisés au tabac de la Chaussée sans nous connaître vraiment, bonjour, sourire et gentillesse.

 

Je pense à tes parents, ta famille, tes amis et à tous ceux qui continueront de t'aimer et de te porter en leur coeur.

 

Samedi matin, une montgolfière multicolore flottait doucement dans l'air doux sur fond de ciel bleu.

 

Anis a été assassiné à coups de ciseaux reçu à la gorge et à l'abdomen au Centre commercial de la Chaussée le mardi 17 juillet à 9h30... à la veille de ses 22 jeunes printemps.

 

Maintenant, il repose en paix en Tunisie.

 

Sylvie BURGUNDER

P1290468.JPG                         Photo;JLB

CHOC...

Dans un pays en paix, hormis l'accident, rien ne peut expliquer que l'on meure à 22 ans. Rien, je dis bien rien. Tout être vivant n'a qu'une vie, une seule... C'est précieux et raison de plus pour la respecter. Choc, désarroi,  incompréhension, injustice, rage, tristesse, désolation, colère autant de sentiments parfois contradictoires me traversent depuis l'acte irrémédiable qui a privé Anis de la vie, de sa vie. C'est insupportable qu'un jeune homme de 22ans à un jour près, la perde un matin ordinaire sans crier gare à coups de ciseaux. C'est l'horreur, en un instant  tout bascule et la vie s'évanouit et s'efface au fil du sang qui s'écoule du corps blessé. Anis n'est plus et sa disparition renvoie chacun à son malaise.  

 

Et toi l'assassin, oui assasin qui du haut de tes 20 ans a retiré la vie à un autre jeune sans lui laisser la moindre chance, tu réalises ? Tu es vivant, mais qu'est-ce qui à tes yeux a bien pu condamner à mort Anis ? Il va falloir payer ta dette à la société, même si au bout du bout cela ne fera pas revenir à la vie celui que tu as supprimé. Reste que non seulement tu as tué mais plongé toute sa famille dans quelque chose d'irréparable, je n'oublie pas non plus les tiens et le désarroi dans lequel tu les a mis et qui ce soir ne comprennent toujours pas le pourquoi du comment.de ton acte P1290466.JPGet qui irrémédiablement va changer leur existence bien malgré eux. Bien mauvais départ pour toi pour vivre ta vie dans ce bouleversement que tu as créé.

 

Même si quelques incivilités existent selon les périodes, à Montargis, le quartier de la Chaussée (c'est le quartier dans lequel  j'ai toujours vécu) et son Centre commercial ne sont pas Chicago, si bien que ce crime a surpris et choqué tout le monde. Anis nous ne t'oublierons pas. Là bas sur place à l'instant de nos courses nous aurons toujours une pensée pour toi

 

Jean-Luc BURGUNDER  

 

 

 

Photos:JLBP1290471.JPG

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 08:08
L'APRES NOVEMBRE 2006
Depuis ce jour de novembre 2006 et de mon entretien avec l'ambassadeur de Birmanie (voir sur ce blog le texte paru le 7 juillet 2012), mon attention sur la situation politique dans ce pays et particulièrement le traitement infligé à madame Aung San Suu KYi et à l'ensemble de l'opposition par la junte militaire, s'est faite pour moi plus aiguë. Passé ce jour qu'en fut-il de la suite ?   
 
En mai 2007, le régime militaire birman une nouvelle fois prolonge d'un an l'assignation à résidence d'Aung San Suu Kyi. La même année en septembre , elle sort de sa résidence surveillée pour soutenir les moines bouddhistes qui manifestent depuis plusieurs jours contre la junte militaire. Cela lui vaut d'être emprisonnée deux jours plus tard puis replacée en résidence surveillée. En mai 2008, sans procès, l'assignation est prolongée d'un an, ce qui porte à sept années cette condamnation à résidence forcée. Son état de santé se dégrade et inquiète son assistance médicale, ce qui n'empêche la junte de la placer en mai 2009, à quelques jours de sa libération, en détention article 1505-MON10-SANSUUKYIaccusée d’activité subversive. Au mois d'août elle est condamnée à 18 mois de prison. En fait, il s'agit d'évincer 
Aung San Suu Kyi de toute participation aux premières élections législatives depuis vingt ans prévues en 2010. La Malaisie en appelle à l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), vous savez ceux de la délégation rencontrée en 2006 au Conseil régional, et l' Union Européenne menace la junte de sanctions. 
 
Dans ce contexte, son parti, la Ligue nationale pour la démocratie lance un boycott des élections législatives de 2010 les premières depuis sa victoire. La participation est faible. C'est le 13 novembre de cette même année soit six jours après ce scrutin qu'est levée par la junte l'assignation à résidence surveillée de Daw Aung San Suu Kyi. Elle est autorisée à se déplacer librement dans la capitale.
 
Le 4 février 2011, le premier ministre depuis 2007, Thein Sein,  succède à Than Shwe à la tête de l'État et est élu par le parlement 8ème Président de la République le 30 mars. Peu après , la junte militaire est dissoute et le général Than Shwe quitte officiellement la scène politique. Début juillet Aung San Suu Kyi sort pour la première fois de l'ancienne capitale Rangoun. Courant août, elle est invitée dans la (nouvelle) capitale Naypyidaw à rencontrer le président Thein Sein. Elle décide  de soutenir l'ouverture engagée par le pouvoir, laquelle comprend notamment la libération de nombreux prisonniers, le retour d'exilés...

 

Ayant été autorisée à se présenter aux élections législatives partielles de 2012, le 1er avril son parti  La Ligue nationale pour la démocratie (LND) remporte très largement le scrutin avec au moins 43 des 45 sièges à pourvoir. Pour sa part, en devenant députée Aung San Suu Kyi  obtient  son premier mandat officiel. Toutefois, le parti reste très minoritaire dans une chambre basse qui compte 435 sièges. Les prochaines élections générales ne sont prévues que pour 2015. La toute nouvelle députée Aung San Suu Kyi a refusé de prêter serment sur la Constitution à la date prévue (23 avril 2012). Elle acceptera finalement de le faire le 2 mai dernier.

11828_10.jpg

Le 30 mai 2012 pour la première fois depuis...28 ans Madame Aung San Suu Kyi  a franchi les frontières de son pays pour six jours en Thaïlande où elle a assisté au Forum économique mondial sur l'Asie de l'Est. Par ailleurs à Bangkok et dans le camp de Mae La, elle a rencontré de nombreux réfugiés Birmans et Karens.

thailande.jpg

A suivre avec le voyage en Europe du 13 au 30 juin 2012.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 10:59

16 ET 17 JUILLET 1942 OPERATION "VENT PRINTANIER"

Il y a aujourd'hui 70 ans, le 16 juillet 1942 à 4h du matin débute à Paris l'opération "Vent printanier" qui se poursuit le 17. La police française rafle chez eux 13152 juifs dont 4115 enfants et une majorité de femmes. Ordre leur est donné par les policiers: "de ne pas discuter du bien fondé des arrestations, de ne pas confier les enfants aux voisins, mais seulement les chats et les chiens et vérifier la fermeture des compteurs d'eau, de gaz et d'électricité..." 

 

marie1 rafle.jpg rafle_commande_autobus.jpg

Seule photo censurée de la rafle du 16 juillet. 

 

Tous ces gens sont menés en autobus parisiens à plate-forme au « Vél' d'hiv' », haut lieu des six jours de Paris (épreuve annuelle très populaire avant et après guerre de cyclisme sur piste organisée sur six jours). situé quai de Javel dans le 15 ème arrondissement. Ces personnes arrêtées resteront de 4 à 7 jours parquées dans des conditions d'hygiène inexistantes et de nourriture d'une précarité extrême. Elles sont dirigées vers Drançy (aujourd'hui Seine-Saint Denis), Beaune la Rolande et Pithiviers dans le Loiret. Ensuite, tous seront déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. Rares seront les survivants. Cette épisode parmi d'autres s'est passé en France, même si aujourdhui entre 57 à 67% des moins de quarante ans ignorent ces pages d'histoire récentes de la France. Gardons-en la mémoire. Ne les oublions pas. Tirons-en les enseignements pour ne pas avoir à les revivre même sous d'autres formes.

 

rafle-main-dans-la-main.jpg Les enfants ont été raflés et internés les 16 et 17 juillet 42 sur ordre de Pierre Laval Chef du Gouvernement Français.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 09:10
HISTOIRE DE COLIBRI AU QUOTIDIEN
A l'occasion de la visite en Europe et en France, visite qui s'est terminée le vendredi 29 juin dernier, de Madame Aung San Suu Kyi j'ai exumé de ce blog l'un des tous premiers articles paru en mars 2007. C'est une anecdote qui remonte à 2006 alors que j'étais vice-président du Conseil régional de la Région Centre et membre de l'excutif. Ce n'est pas un fait d'arme, mais l'un de ces évènements impromptus que vous n'imaginez pas l'instant d'avant et qui, sans crier gare, s'impose à vous  à propos d' une cause que vous défendez.  Ce jour là j'ai été amené à tenir concrètement mon rôle de... colibri citoyen du monde...
 
 
A l’initiative de la ville de Chinon (Indre-et-loire) et de l’Agence d’urbanisme du Chinonais, une délégation d’ambassadeurs de l’Association des Nations du Sud-Est Asiatique (ASEAN) a visité la région Centre. Compte tenu de l’engagement du Conseil régional au Laos à travers sa politique de coopération décentralisée, le 23 novembre 2006, la délégation d’ambassadeurs a été reçue au Conseil pour un échange avec l’exécutif régional. Invité à ce titre, et regardant de plus près qui est qui, je découvre un nouveau pays le Myanmar, que je ne connaissais pas. C'est alors que le plan de table du repas m'est donné. Je m'aperçois que mon voisin doit-être l’ambassadeur de Birmanie, à savoir le Myanmar qui est si vous ne le savez pas, et je l'ai découvert alors, le nouveau nom de la Birmanie, et qui dit Birmanie dit Aung San Suu Kyi...

Aung San Suu Kyi est née en juin 1945 à Rangoun en Birmanie.Fille du général Aung San qui a négocié220px-Flag_of_National_League_for_Democracy_svg.png l’indépendance de la Birmanie. Six mois avant cette indépendance, son père est assassiné, alors que Suu Kyi n'a que deux ans. En 1960 sa mère est nommée ambassadrice de Birmanie en Inde, où elle la rejoindra pour terminer ses études secondaires. En 1964 elle s'installe en Grande Bretagne pour suivre ses études universitaires (philosophie, politique, et économie) et devient docteur en philosophie.  En 1967, elle part aux Etats-Unis pour entamer un second cycle d'études supérieures. Elle devient secrétaire-assistante du Comité des questions administratives et budgétaires des Nations unies. En 1972, elle se marie à Michael Aris spécialiste reconnu de la culture du Bhoutan, du Tibet, de l'Himalaya et du bouddhisme de ces régions. Elle donne naissance à deux enfants (Alexander en 1973 et Kim en 1977). Compte tenu des activités professionnelles de son53580310.jpg mari, elle partage son temps de résidence entre le Bhoutan et la Grande Bretagne.    
 
En 1988, elle rentre en Birmanie pour aider sa mère vieillissante. Inspirée par la philosophie non violente du Mahatma Gandhi, elle participe à la création de la Ligue Nationale pour le Démocratie, dont elle deviendra la première secrétaire générale puis la présidente. Depuis, elle est devenue le symbole populaire de la liberté politique en Birmanie. En 1989 elle est arrêtée par le gouvernement militaire puis placée en résidence surveillée. Sous la pression de la rue en 1990, la junte militaire organise des élections générales qui sont très largement gagnées par le parti de Aung San Suu Kyi. Ce dernier remporte 58,7 % des voix et 392 des 492 sièges de l'Assemblée, contre 21 % des voix et 10 sièges pour le parti soutenant le pouvoir militaire. Alors qu'elle s’apprête à occuper le poste de premier ministre, la junte militaire annule le résultat des élections et met Aung San Suu Kyi en détention surveillée. Elle reçoit cette année-là le prix Sakharov , le prix Rafto, et le prix Nobel de la paix en 1991. Elle consacre les 1,3 $ reçus à cette occasion à la mise en place d'un système de santé et d'éducation pour le peuple Birman. Remise en liberté en juillet 1995, elle est néanmoins séparée de son mari et de ses enfants sachant que, si elle est autorisée à quitter son pays, en aucun cas elle ne pourrait rentrer. En 1997, son mari Michael Aris atteint d'un cancer est interdit de rencontrer sa femme par le gouvernement birman qui lui refuse le droit d’entrer pour visiter sa femme. Elle ne reverra jamais son mari qui meurt en 1999. De plus, elle reste séparée de ses enfants qui vivent toujours au Royaume-Uni. A plusieurs reprises, elle se voit refuser le droit de rencontrer les membres de son parti et se retrouve à nouveau en maison d’arrêt en septembre 2000. Après une négociation avec les Nations Unies, elle est libérée en 2002 pour être à nouveau emprisonnée en septembre 2003. Depuis, la junte a assigné à résidence Aung San Suu Kyi. Le 19 juin 2006 Aung San Suu Kyi a passé son soixante et unième anniversaire en maison d’arrêt, sans téléphone , un courrier filtré, et n’a pas accès aux soins médicaux nécessaires compte tenu de son mauvais état de santé.
 
Un ambassadeur et un plan de table... 
 
Ce 23 novembre 2006 pour des raisons d'emploi du temps bien chargé dans mon domaine, je ne souhaitais pas participer à la réunion de la délégation des ambassadeurs, pas plus qu'au repas. Après des échanges "musclés" avec le directeur du cabinet du président, j'ai accepté de participer à la seconde partie de la matinée et au repas. J'ai donc pris la réunion en cours. En observant les chevalets afin de savoir qui est qui, le nom du pays d'un des ambassadeurs m'est inconnu: le Myanmar (?). C'est alors que l'on me donne le plan de table du repas qui doit suivre et que je découvre que mon voisin doit-être l'ambassadeur birman. Il se trouve qu'aucun des chevalets n'indique Birmanie, alors que les autres sont clairs: Brunei, Indonésie, Laos, Philippine, Singapour... donc Myanmar est Birmanie et qui dit Birmanie dit Aung San Suu Kyi. Mon sang ne fait qu'un tour. Il est impossible de ne rien dire ou faire. 
 
Plus que jamais partisan de la libération inconditionnelle et immédiate de Madame Aung San Suu Kyi, de suitenumerisation0490.jpg j'ai manifesté mon intention d'interpeller l'ambassadeur en séance plénière et refusé de partager mom repas avec le représentant la junte militaire. Agitation des membres de l'exécutif les plus proches et intervention du directeur du cabinet du président du Conseil. Je lui dis: "Tu as souhaité que je sois présent, je le suis...". Le directeur des relations internationales et de la coopération décentralisée est appellé en renfort. Il  s'installe à mes côtés et m'encourage de ne pas intervenir sous cette forme: "En Asie, il est très mal vécu d'être humilié publiquement en présence d'ambassadeurs d'autres pays d'étrangers". Très sincèrement je pense qu'il doit en être ainsi sur tous les numérisation0491continents. N'étant pas au fait des us et coutumes de la diplomatie et particulièrement asiatique, j'ai décidé d'intervenir différemment.  Je suis sorti de la séance, j’ai repris un communiqué ancien des Verts que j’ai transformé en motion. Je l’ai proposé à la signature d’Agnès Thibal ma collègue Vice-présidente Verte au Conseil régional et c’est ensemble que nous avons interpellé l’ambassadeur de Birmanie à la fin de la réunion pour la lui remettre. Elle fut traduite en anglais durant l’échange verbal par Yves Dauge, sénateur PS d'Indre-et-Loire. Durant ce temps, j’avais en main la photo de Madame Aung San Suu Kyi. Surpris et pas très à l’aise, l’ambassadeur a clos l’entretien par un « vous êtes mal informés » et m’a demandé ma carte que je lui ai bien volontier remise. Evidemment Agnès et moi nous n’aurons pas de visas pour la Birmanie, mais ce n’était pas au programme du jour. L'important pour nous est qu'aucun de ces représentants de régimes autoritaires ne puissent circuler partout et en toute impunité, il faut les harceler le plus possible, à tout moment et dans les lieux pour eux les plus inattendus. 

 

 

Un second article va être publié. Il présente la suite des évènements après 2006 jusqu'au 28 juin dernier à la fin du voyage de Madame  Aung San Suu Kyi en Europe et en France...  
 
 
 
 
 
 
 
 
République du Centre du 24-11-2006 
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 10:34

UNE BELLE HISTOIRE,

DES INSTANTS HEUREUX  ET DE PLAISIRS,

DU BONHEUR DANS LA RURALITE...

 

40x60-ok[1]%20(2)

HISTOIRE COURTE

 

Le Festival fut créé en 1996 par l’association Vox Populi, pour financer les travaux de rénovation du ciné-café-concert. Sise sur l’île du Vieux Pont, les pieds dans l’Ouanne, la Guinguette, devenue Festivox Guinguette des Bords de l’Ouanne, n’a jamais cessé d’évoluer, autour d’axes néanmoins incontournables : un bénévolat « hors normes » et la volonté farouche de maintenir la gratuité. Chaque édition se construit ainsi avec l’expérience des années précédentes et se doit de créer la surprise auprès d’un public fidèle et impatient. La programmation se distingue par une constante curiosité, à l’affut des tendances émergeantes sans tourner le dos à des styles plus facilement identifiables du grand public.

Soucieux également de garder à l’événement une dimension familiale en harmonie avec le site, les organisateurs ne cherchent pas à rivaliser avec les « grands festivals » ; l’accent est donc mis chaque année sur la qualité, davantage que sur la quantité. Aucune publicité tapageuse, pas d’activités lucratives ; juste des remerciements sincères aux pouvoirs publics, locaux ou régionaux, aux associations amies, et à quelques partenaires privés, aussi fidèles que discrets.

Grâce à ce travail ensemble, l’association Vox Populi accueille environ 5000 spectateurs au cours de ce week-end, et quelques 500 repas, préparés par les bénévoles, sont servis.

 

VOX POPULI, T'ES QUI TOI ?

 
Association Vox Populi : « Soyons Curieux des Arts et des Autres »

En quelques mots, le ciné-café-concert LE VOX est un pôle culturel autour de l’image et du son en zone rurale. Il intervient sur l’ensemble du pays du Gâtinais, le Montargois, et les départements limitrophes (l’Yonne, la Bourgogne, sont à quelques minutes). Ce lieu atypique émane d’un collectif de bénévoles qui fonde l’association VOX POPULI en 1994. Après une première phase de travaux, le cinéma ouvre de nouveau ses portes en 2001 et propose un film de qualité chaque semaine. Depuis, l’équipe de bénévoles s’est renforcée avec plusieurs embauches de salariés, le nombre d’adhérents n’a jamais cessé de croître (environ 250 aujourd’hui), et les activités se sont multipliées : concerts bimensuels, festival en plein air « Festivox-Guinguette-des-Bords-de-l’Ouanne », saison estivale de cinéma itinérant de plein air « Sous les Etoiles », théâtre, ateliers pour enfants, expositions… Sa programmation exigeante (films en V.O., films à tirages limités, débats…) est classée « Art et Essai » par le CNC. Convaincus de l’importance de l’éducation à l’image, le Vox reçoit, dans le cadre du dispositif « Ecole et Cinéma » dont il est le coordinateur départemental, des classes de maternelles, primaires, collèges et lycées. Les séances à la carte sont très appréciées des groupes de personnes âgées ou des centres de loisirs. Ils ont également le plaisir d’inviter régulièrement des réalisateurs, acteurs, critiques de cinéma et de collaborer avec d’autres structures associatives pour des séances spéciales et des soirées-débats qui font du VOX un lieu fédérateur où chacun peut trouver sa place.

 

  image-5-.jpg 

 

Au menu de la 17ème édition

 

Samedi 26 mai

 

19h00 Batucada  et Maracatu : la rencontre

Quand le Vox invite Sambar’ouf, qui invite Toca Brasa … Bienvenue à Castel-Fox de Janeiro !

  

20h00  Alyson B.

Alyson B. allie l’urgence Do It  Yourself, la radicalité rock et l’élégance d’un songwriting à l’anglaise. Spontanée et habitée, elle chante d’une voix grave et profonde qui n’est pas sans faire penser à  une certaine Patti Smith sur une musique où les Kills flirteraient avec P.J. Harvey. Seule sur scène, elle suggère toujours l’amour, qu’il soit lascif, venimeux ou ravageur et on y découvre des guitares acérées et poisseuses qui viennent se frotter à des machines castagneuses.

 

21h30 Melchior Liboa (en trio)

Sa poésie brute décrit le monde tel qu’il est, pas joli-joli, mais il réussit tout de même à vous arracher un sourire. Parce qu’il manie avec finesse un humour tordu. Et parce qu’on ne tombe pas sur un type aussi bourré de talent tous les jours. Son folk-rock trempé au blues fait vibrer des mélodies puissantes et parfumées à la térébenthine. Ses textes sombres, parfois dérangeants, creusent une intimité à vif sans jamais tomber dans la facilité. Un délice.

 

23h00 Salsafon

11 passionnés pour une sauce très piquante. Engagement, passion et liberté d’interprétation avec un seul mot d’ordre : Salsa dura, de verdad !

 

Dimanche 27 mai

 

19h30 Marino-Hell

Venue au Vox lors du Donoma Guerilla Tour, nous avions promis de donner une suite à  cette mémorable soirée ! Comment passer de 60 spectateurs à 600 … attention jeune talent !

 

20h30 Scarecrow 

Ce quartet toulousain est né de la fusion du Blues et du Hip/Hop. Ils écument les scènes et affinent leur réputation de groupe « live ». Ce groupe, sélectionné pour les Découvertes régionales du Printemps de Bourges, est à  découvrir absolument !

 

22h00 Lavach’ en voyage !

Depuis 13 ans, Lavach’ joue une musique profonde et incisive, faite de chansons et de compositions élaborées, inspirée par ses tournées en Arménie, au Laos, en Colombie, aux Etats-Unis, en Europe de l’Est… Rock’n’ roll bulgare, heavy métal balkanique, blues arménien, dub marocain, tarentelle, cumbia, gnawa mexicain, l’éclectisme est au rendez-vous !

 

23h30 Le Caravage

Spoken trip rock (sera accompagné sur scène du peintre Richard Tisserant)… Une poésie résistante, engagée, dégagée de tous préjugés esthétiques, pour une recherche de l’inattendu, de ce détachement céleste que Garcia Lorca et les danseurs andalous du Flamenco appellent « el duende »… Une poésie retranscrite depuis le maquis, alors que la « France a des réactions d’épave, dérangée dans sa sieste »… Une poésie qui « ne s’attarde pas à l’ornière des résultats », mais une poésie qui appelle le poète « à faire le vide… »

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022