Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:57
REMY MOURIR SANS CHOISIR…

GRENADES CONTRE PEAU NUE

Une fois de plus dans un combat écologique, un homme a perdu la vie pour ses idées. Les vivants ne diront jamais assez qu’à 21 ans, ce n’est ni juste, ni acceptable, ni supportable de disparaitre ainsi. Même sentiment pour tous les jeunes morts pour la France dans tous les conflits qu’elle a connus dans son histoire.

La compassion est nécessaire, mais seulement pour le réconfort des seuls vivants. Pour les victimes, c’est trop tard. Ils n’entendent et ne voient plus rien, pas plus qu’ils ne s’expriment. Alors, quoiqu’on puisse en dire aujourd’hui, pour toi Rémy il était trop tôt, c’est foutu. C’est désolant, affligeant et terrible d’en être arrivé à cet acte irrémédiable. La France n’est pourtant pas en guerre sur son propre sol, alors, les autorités et leur système une fois de plus « ont foiré ». A Sivens, ce n’est pas la concertation qui s’est exercée, mais quel qu’en soit le prix à payer, c’est un rapport de force qui s’est imposé. Pourtant, l’expérience humaine ne nous apprend-elle pas que la force et la violence n’ont jamais rien résolu.

C’est en tant que militant naturaliste engagé dans la protection de la nature que le dimanche 26 octobre, Rémy s’en est allé manifester sur le site de Sivens. Rémy n’était pas un « enragé », or, il a été tué comme tel par ceux qui justement sont censés protéger l’ordre et la vie (enragé ou non, personne ne méritait la mort). Joli travail que de t’avoir retiré la vie et tu le sais, on n’en a qu’une. Je suis sûr et certain que les enjeux autour de Sivens ne méritaient pas cette sanction sans appel. Mais se sentant « menacés » la raison d’Etat et ses représentants ont décidé une fois de plus et de trop, d’imposer la défense du projet à coups de grenades offensives si bien que dans ce rôle, « personne n’est coupable et encore moins responsable ». A la manière de « la patate chaude », ils se sont tous abrités derrière un incroyable évitement qui renvoie sur « d’autres » cet acte indélébile.

Tu as tout compris Rémy, en fait c’est de la faute à pas de chance : tu n’avais pas à être là, « au mauvais endroit », au mauvais moment, à la mauvaise heure. En attendant, les larmes des crocodiles n’effaceront jamais ton sang qui nous a tous éclaboussés.

Rémy on pensera toujours à toi, à ta famille, à tes copains, à tes amours si brutalement privés de toi. C’est trop injuste, trop…, on t’embrasse.

Respect.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 14:03
EELV-Gâtinais contribution à la consultation publique sur les permis de recherche d'hydrocarbures dans l'Yonne et le Loiret

Non à l'exploitation de pétrole et gaz de schistes dans le Loiret et l’Yonne.

Contribution du Groupe EELV-Gâtinais à la consultation publique relative à l'attribution de permis de recherche d'hydrocarbures dans le Loiret et l'Yonne.

Nous considérons que le Ministère procède de façon beaucoup trop discrète pour étudier des demandes de permis miniers dont les conséquences sont non négligeables pour les populations et leur environnement.

En effet, contrairement à la légèreté avec laquelle cette question est abordée dans l'étude d'impact de la demande de permis dit de « Dicy », la seule exploration d'hydrocarbures dans le sous-sol du Gâtinais menace gravement la nappe phréatique et les équilibres naturels dans cette région déjà souvent frappée de restrictions d'usage de l'eau par arrêtés préfectoraux.

En outre, quelles que soient les assertions des sociétés qui sollicitent ces permis, il est manifeste qu'elles recherchent les hydrocarbures connus comme « gaz ou pétrole de schistes » et que dans l'éventualité où leur exploration aboutirait à découvrir un gisement exploitable, la seule méthode d'exploitation possible est la fracturation hydraulique formellement interdite par la législation française et dont ces sociétés prétendent qu'elles n'y y auront pas recours. Il est légitime que madame la Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie doute de leur bonne foi sur ce point et refuse tout permis de ce genre dans l'état actuel de la loi. De plus, l’étude d’impact présentée par les sociétés concernées présente de grands manques sur tous les aspects à caractères environnementaux, à commencer par une bonne connaissance et une identification des zones sensibles présentées dans l’étude comme non identifiées. La consultation d'aujourd'hui nous permet de vous faire « entendre » à nouveau notre opposition :

CONSIDÉRANT la loi n° 2011-835 du 13 juillet 2011 visant à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique,

CONSIDÉRANT que l'extraction de tels hydrocarbures non conventionnels comporte des risques environnementaux très élevés, qu’il pourrait en résulter une pollution durable du sous-sol, un risque élevé de contamination des nappes phréatiques par des composés cancérigènes ou toxiques comme les métaux lourds, et donc un danger non négligeable pour la santé des habitants,

CONSIDÉRANT que l'exploitation de ces hydrocarbures présente des impacts considérables en matière de gaz à effet de serre, ce qui alourdirait gravement le bilan carbone du Loiret et contribuerait à accentuer l'évolution du climat,

CONSIDÉRANT que l'emprise foncière nécessaire à l'exploitation de ces hydrocarbures priverait les agriculteurs du Loiret de larges surfaces arables,

CONSIDÉRANT l’annonce par le Président de la République, à l'occasion de la conférence environnementale, de nouvelles abrogations de permis de recherche,

Pour toutes ces considérations et rester en cohérence avec elles, nous nous opposons à toute recherche d'hydrocarbures non conventionnels employant la fracturation hydraulique sur le territoire du Loiret,

DEMANDE le rejet des permis dits de « Cézy », « Chaumont » « Chéroy », « Dicy », et « Pithiviers »,

DEMANDE, lors de l'instruction de permis de recherche d'hydrocarbures non conventionnels, une étroite concertation avec les populations et les collectivités territoriales impactées, afin que soient respectées les dispositions de l’article 1er de la loi « Grenelle II » qui instaure le principe de renversement de la charge de la preuve pour tout projet susceptible de porter atteinte à l’environnement,

SOUTIENT une réforme du Code Minier qui le mette en conformité avec l'ensemble des principes constitutionnels de la Charte de l'environnement, de sorte que les enjeux environnementaux soient anticipés et les responsabilités définies clairement de façon à sécuriser les activités minières,

DEMANDE la mise en œuvre dans le Loiret et dans l’Yonne d'une transition énergétique qui s'appuie sur la sobriété énergétique, l'efficacité et les sources d'énergie renouvelables plutôt que sur des ressources fossiles.

Voilà pourquoi nous souhaitons le rejet définitif des demandes de permis dits de Cézy et de Dicy » par le Ministère concerné.

Jean-Luc BURGUNDER

Vice-Président du Conseil régional de la région Centre (1998-2010)

Conseiller Municipal de Montargis (2001-2014)

Président d’un EPCI de 40 communes de l’Est du Loiret (Syndicat mixte - 2008 à 2014)

Porte-parole du groupe d’EELV-Gâtinais

AMINA CHBIHI

Porte-parole du groupe d’EELV-Gâtinais

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 15:32
Demandes de permis de recherche d'hydrocarbures liquides ou gazeux dans l'Yonne (Cezy) et le Loiret (Dicy).

STOP, MÊME PAS EN RÊVE...

Les multinationales Bluebach et Realm Energie Corporation ont la tête dure et sont persévérantes. Malgré la loi qui interdit l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique, pour elles çà ne coûte rien de faire de nouvelles demandes afin d'obtenir auprès de Ségolène Royale, Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, le permis de grattouiller le sous-sol de l'Yonne et du Loiret. A remarquer que ces demandes, bien qu'officielles se font de part et d'autre discrètes, très discrètes. Le 9 octobre, la Ministre a refusé le même permis dans le Lubéron. Espérons qu'il n'y aura pas deux poids deux mesures et que nos départements de l'Yonne et du Loiret valent le Vaucluse et les Alpes de Haute Provence. A remarquer encore que Eau de Paris, la régie municipale de la capitale, au nom d'un principe de qualité, s'oppose à ces permis dont l'un en particulier est situé sur la zone de captage des sources dont Eau de Paris assure la gestion et l'exploitation.

La lecture des 45 pages de la notice d'impact environnemental réalisée par l'opérateur Bluebach me laisse sur le cul. A croire qu'il fait le pari du "plus c'est gros plus cela passe". Reste que les profits doivent-être juteux pour ces sociétés tant leur addiction à l'hydrocarbure est grande. On reviendra sur ces 45 pages tellement c'est étonnant.

Plus que jamais, il nous faut rester vigilants et soutenir une réforme du Code Minier afin de le mettre en conformité avec les évolutions réglementaires intervenues durant la dernière décennie. Il nous faut exiger une transition énergétique qui s'appuie sur la sobriété énergétique, l'efficacité et les sources d'énergies renouvelables plutôt que sur des ressources fossiles comme c'est le cas aujourd'hui avec ces demandes de permis.

(à suivre)

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 14:51
Il y a 40 ans René Dumont, Montargis aux avant postes...

POURQUOI ET COMMENT ?

1974-2014, en ces temps du souvenir des quarante ans de la première campagne présidentielle écologiste menée autour de René Dumont, nous écolos de la région Centre et du Loiret ne perdons pas de vue la place et le rôle de Montargis dans cette histoire.

René et Montargis, une histoire particulière: sa mère Françoise Busque (qui fut l'une des premières femmes agrégées de mathématique en France) est nommée aux débuts des années vingt, directrice du collège de filles du Chinchon, à Montargis. Par engagement personnel, elle participe activement à l'alphabétisation de l'importante communauté chinoise qui se trouvait alors sur le Montargois. Le grand nombre d'entre ses membres travaillait à l'usine Hutchinson de Langlé à Châlette. Bon nombre d'entre eux deviendront célèbres tels Deug Xiaoping, Zhou Eulai et Chen Yi. A moins de 20 ans, René côtoie ces personnalités qui plus tard feront la révolution dans leur pays.

Un peu plus tard encore, il rencontre une Montargoise de son âge Suzanne Philippon qui après mariage devient Suzanne Dumont. Ainsi durant plusieurs décennies, René Dumont séjournera régulièrement à Montargis.

1970, les débuts de l'Ecologie politique. Autour de Jean-Luc et Sylvie Burgunder et leurs amis, à Montargis, se crée le Mouvement Pollution Non. A vocation nationale, il revendique clairement son engagement politique écologique (à l'époque on ne disait pas écologiste). En 1972, se crée toujours à Montargis l'Agence de Presse Réhabilitation Ecologique plus connue sous le vocable d’APRE (première parution le 5 janvier 1973), Agence qui deviendra plus tard "Ecologie" (Hebdo puis Infos) et qui publiera jusqu'en 1992.

A Montargis, René descend régulièrement dans une maison de famille au 25 de la Rue Neuve du Pâtis, l'APRE est installée au 12 de la même rue. Un voisinage qui favorise une proximité bon enfant et de travail. Plus tard René signera dans "Ecologie" un nombre important d'éditoriaux ou d'articles de fond.

1974, une présidentielle prématurée : En 1972, l’idée de présenter des candidats aux législatives de mars 1973 circule entre différents groupes (Les Amis de la Terre, Mouvement Pollution Non ou encore Jean Pignero de l’Association pour la Protection contre les Rayonnements Ionisants - APRI). Ce qui parait politiquement plus alléchant à beaucoup, à commencer par Pierre Fournier, Nature et Vie et le Comité de Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin (CSFR), serait de présenter un candidat à la présidentielle de 1976. Finalement l’idée séduit tout le monde, tous tombent d’accord sur le principe début novembre 1972 à Versailles lors du congrès de Nature et Progrès. Un an plus tard, en décembre au regard de la santé du président, estimant que l’élection présidentielle aurait lieu en 1974, l’Association des Journalistes et Ecrivains pour la Protection de la Nature et de l’Environnement (AJEPNE) adopte l’idée d’une candidature écologique.

Le choix du candidat. Le 2 avril, le président Pompidou décède, les téléphones passent au rouge et les 4 et 5 avril le Mouvement Pollution Non, l’AJEPNE, le Mouvement de l’Economie Distributive se rencontrent avec les Amis de la Terre et le Comité Anti-Nucléaire de Paris dans leur local de la rue du Commerce à Paris. Il s’agit dans l’urgence de trouver un candidat crédible. Brice Lalonde ne souhaite pas la présence d’un candidat afin de ne pas gêner F. Mitterrand, ou Charles Piaget leadeur des LIP qui pourrait-être candidat. Charles Loriant animateur de l’Economie Distributive pose sa candidature à la candidature. Néanmoins le nom de René Dumont circule avec insistance et s’impose dans les discussions. N’a-t-il pas écrit un an plus tôt « L’utopie ou la mort » ? De plus, de réputation mondiale, l’agronome-chercheur et enseignant à l’Institut agronomique de Paris-Grignon, fait sérieux même si il est non-conformiste et atypique. Au soir du samedi 6 mai, de retour d’Algérie, il est accueilli à l’aéroport par une délégation qui lui révèle son rôle potentiel dans l’élection à venir. Il rit et renvoie au lendemain sa réponse. Le dimanche il dit accepter d’être le porte-parole des mouvements écologiques qui le soutiennent mais à la condition d’être en accord sur un programme minimum, dont les grandes lignes sont de suite tracées. Le 9 avril, un des amphithéâtres de l’Agro à Paris est archi-comble, tout ce qui compte « d’écologique » est présent. L’excitation est à son comble, chacun des présents a bien conscience du moment historique. Un débat est organisé entre René Dumont, Charles Loriant et l’assistance. Un vote arbitre, et René est désigné candidat à une écrasante majorité. La vraie campagne peut officiellement débuter, à commencer par la chasse aux cent signatures d’élus nécessaires pour que le Conseil constitutionnel valide notre candidat. A remarquer qu’à l’élection suivante en 1981, ce sont 500 signatures qui seront nécessaires pour être candidat.

Une campagne hors normes - Le vendredi 12, le directeur des bateaux-mouches de Paris met gratuitement à notre disposition sur les quais de l’Alma l’un de ses vieux bateaux pour toute la campagne. Trop heureux et en bons matelots, nous embarquons tous en choisissant un poste afin de participer à la folle aventure. Que de rencontres, d’échanges, de découvertes en quelques jours, je ne compte pas ici vous dérouler la campagne, mais vous transmettre tout au plus le climat et l’esprit qui nous ont portés durant ces quelques semaines. D’abord nous n’avions aucune idée où nous menait notre entreprise, mais plaisir et désir qui se diffusaient autour de nous étaient la source de notre énergie. Il y avait aussi comme de l’étonnement de se retrouver là, si différents les uns des autres, mais dans une volonté de construction collective, d’où les principes d’auto-organisation définis et mis en place par tous dès le début de la campagne. Sans être un repère de bisounours (il y avait parfois de rudes échanges) pour l’essentiel des orientations et décisions qu’il fallait prendre au coup par coup et souvent dans l’urgence, c’est le consensus qui s’est imposé au sein du Comité de soutien durant toute la campagne. Au-delà de l’enthousiasme qui dominait, ce que je retiens de cette période, c’est le travail intense (parfois aux limites de l’épuisement) qui fut mené sur ce bateau où, dans un esprit de complémentarité, chacun choisit librement les tâches à accomplir. Alors que personne n’avait décidé d’un quota, force est de constater que c’est une forte proportion de femmes qui s’est mobilisée et activée durant cette campagne. Autre observation, comme l’a écrit à l’époque Claude-Marie Vadrot, « Cette campagne a aussi montré que les rapports entre les différentes générations ne posaient pas de problèmes sérieux ». Il est vrai que nous avions tous conscience « qu’il se passait quelque chose ». Durant ces semaines n’avions-nous pas naturellement mis en pratique nos espérances ? Ce happening permanent qui transforma le bateau-mouche en ruche, n’était-il pas l’esquisse de la société espérée au travers de l’écologie politique que nous portions ?

L’APRE dont le siège est à Montargis tient largement son rôle de cheville-ouvrière en prenant pieds sur le Quai de l’Alma et en publiant et expédiant sa publication deux fois par semaine (de Montargis) afin d’accélérer la circulation de l’information sur l’ensemble du territoire auprès des comités de soutien locaux. Nous étions encore dans un monde sans réseaux sociaux, ce que beaucoup aujourd’hui n’imaginent même pas. L’APRE était le seul outil écolo à tenir ce rôle.

Montargis : premières assises de l’écologie politique - Une fois le premier tour passé, il était évident pour beaucoup d’entre nous que l’esprit du bateau-mouche devait survivre. Il s’agissait pour nous d’élargir au plus grand nombre la mini-société qui s’est éclose durant la campagne sur le bateau-mouche. Pour ce faire, il a été décidé d’organiser des assises de l’écologie. Le 14 mai, le comité de soutien de « campagne » confie au Mouvement Pollution Non leur organisation à Montargis, les 15 et 16 juin 1974.

Ces assises ont rassemblé environ 2500 personnes sur deux sites, entre Montargis et Bazoches-sur-le-Betz à quelques kilomètres. Il en est ressorti la mise en place d’un collectif provisoire national ayant pour but de coordonner les collectifs écologiques issus de la campagne électorale. Déjà nous ne sommes plus dans le consensus du bateau-mouche. De suite, en réaction, 25 groupes créent le Collectif de Bazoches par opposition afin que l’écologie ne devienne pas une propriété exclusive, une marque.

Dans le communiqué final de ces assises, l’unanimité des participants reconnait : « la place de l’APRE comme le carrefour de l’information écologique et en souhaite le renforcement ». Message reçu, nous acceptons cette demande d’autant plus volontiers que c’est le but initial fixé par l’APRE depuis sa création et nous précisons : « l’Agence entend continuer et élargir son action en toute indépendance, comme elle l’a toujours fait. En aucun cas, elle ne deviendra un instrument au service de telle ou telle composante du courant écologique ». Engagement tenu tout au long des 20 ans de publication qui suivront jusqu’à faire de l’APRE, puis avec Ecologie-Infos, l’organe de service public de l’ensemble du Mouvement écolo comme en témoignent nombre de documents publiés durant ces deux décennies.

Pour le reste à savoir l’écologie politique, c’est une toute autre histoire…

Il y a 40 ans René Dumont, Montargis aux avant postes...
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans coups de coeur
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 14:55
Marcel 23 ans debout au centre
Marcel 23 ans debout au centre

MARCEL, TROP JEUNE POUR MOURIR...

COMME TOUS LES AUTRES...

19 août 1914 (soir de marche)

Chers parents, frères et soeur,

Je ne sais pas ce qui peut m'arriver dans ces mauvais passages. C'est pourquoi je tiens à vous faire savoir que je vous ai toujours aimés comme un fils et un frère peut aimer les siens. Pour toi maman je sais que je t'ai bien taquinée étant gosse, mais croit pourtant chère mère que je te tendrissais quand même. J'aurais voulu te le prouver plus tard en cherchant à te faire une vieillesse ainsi qu'à papa, qui aurait pu vous faire oublier les mauvais passages de vôtre vie. Le sort en a décidé autrement. Mais soyez forts, supportez la chose dans toute la force de vôtre être et consolez-vous en pensant que ma dernière pensée a été pour vous.

Adieu chère famille que j'aime tant et que le Bon Dieu vous donne ce que j'aurais voulu vous donner moi-même, c'est-à-dire le bonheur.

Vôtre fils

Marcel Burgunder

A faire parvenir à monsieur Joseph Burgunder, 17 rue de la Sirène à Montargis

Marcel, lorsque l'on relit tes courriers de juin et juillet 1914, il est clair que pour toi, mon grand-tonton, (23 ans, jeune frère de mon grand-père) tu étais dans le plaisir de vivre. Tu exprimais par écrit cette vie qui se trouvait devant toi et que tu commençais à croquer à belles dents. Comme des millions d'autres, tu n'imaginais pas une seconde que cette vie te serait retirée quelques semaines plus tard.

Comme tant d'autres avec toi, tu t'es retrouvé mobilisé et envoyé quelque part dans le Nord-Est de la France aux limites de la Belgique. Tu as beaucoup marché en ces premiers jours d'août et le 19 au soir, après un jour de marche, tu as écrit ce petit mot pour la famille, au cas où... On peut imaginer que vous avez été nombreux à faire la même chose au regard de vos observations. Finie la légèreté de l'être qui te portait quelques semaines plus tôt. Trois jours après, le 22 août, tu as cessé de vivre brutalement comme plein d'autres de tes camarades d'infortune dans les très violents combats qui débutèrent cette bien trop longue guerre, qui on le sait aujourd'hui, n'aurait jamais dû éclater. De la folie des hommes....

Tu vois, un siècle plus tard, la famille ne t'oublie pas. Nous t'embrassons

Les Burgunder 2014.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans coups de coeur
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 10:29
Israël-Palestine comparons avec l'Italie.
Israël-Palestine comparons avec l'Italie.

PRIORITE A UNE SOLUTION NEGOCIEE ET POLITIQUE

Avec l'opération "Bordure protectrice" menée contre Gaza, en massacrant avec une violence extrême les populations civiles (femmes et enfants compris) l’État d’Israël semble ne pas connaitre de limite au nom de la légitime défense de son territoire. Ce massacre en huit clos et en périmètre fermé est assuré de tuer à tous les coups. Ainsi, nous sommes les témoins passifs de la destruction de vies humaines et d'un peuple de façon méthodiquement pensée, organisée et exécutée avec une redoutable efficacité. L’État Israélien ne respecte rien, ni le droit, ni les institutions internationales allant jusqu'à bombarder et détruire les bâtiments de l'ONU du ghetto qu'est devenu Gaza.

On ne peut sans cesse comme le fait l’État d’Israël, occuper et annexer toujours plus de territoire Palestinien en multipliant les colonies (le mot colonie n'est pas neutre) sans rencontrer de résistance de la part des populations concernées, quoi de plus naturel.

Nulle part la force n'a jamais rien résolu sur le fond. C'est la fausse bonne solution. Seul un accord politique entre Israéliens et Palestiniens peut mettre fin à ce conflit et construire une paix durable. Le sujet n'est rien de plus que de délimiter les frontières sûres et garanties de deux états reconnus et homogènes. Sans doute les ultras des deux parties ne le souhaitent pas, mais il faut dépasser cette difficulté par l'établissement d'une paix effective et reconnue par la Communauté internationale

Sur le long terme, l’État d’Israël n'a rien à gagner en jouant les Goliath, et pourrait à terme tout perdre, mais vraiment tout.

Par ailleurs, que certains en France ne se trompent pas. La condamnation des crimes commis par l'actuel gouvernement de l’État d'Israël ne vise aucunement les français d'origine juive. Notre pays n'a pas vocation à importer sur son territoire tous les conflits du monde. Ne nous trompons pas de cible.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 21:55
Construction paille à Montargis 6,7,8 juin 2014

1ères PORTES OUVERTES

DE LA MAISON FEUILLETTE

69bis, rue des Déportés Internés de la Résistance

Construction paille à Montargis 6,7,8 juin 2014
Construction paille à Montargis 6,7,8 juin 2014
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 13:54
Festival de Cannes, souvenir...

UN CLIN D’ŒIL TOUT PERSONNEL

A quelques heures du palmarès de la 67ème édition du festival de Cannes, juste pour le plaisir, une petite anecdote. Ne perdons pas de vue que c’est Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale et des Beaux arts du Front Populaire qui accepta des propositions pour créer un festival international du film en France. Il s’agissait de répondre à l’intrusion des nazis et des fascistes italiens dans le cinéma comme par exemple la Mostra de Venise.

Une fois le lieu choisi, à Cannes, il est décidé d’organiser le 1er festival en septembre 1939. Dès le mois d’août, nombre de vedettes et de représentants des studios américains et anglais se dirigèrent vers le Festival. Le 2 septembre, sans déclaration de guerre, l’Allemagne nazie envahit la Pologne. La guerre est déclarée, le festival est annulé.

Jean Zay est assassiné par la milice française en juin 1944, mais le festival va lui survivre et sa 1ère édition voit le jour en 1946.

Ecologie-Infos, durant des années, a participé au Festival de Cannes. Sylvain Garel, ancien élu EELV du 18ème arrondissement et Président du groupe au Conseil de Paris jusqu’en mars dernier, était accrédité comme critique par le festival pour le journal dans lequel il assurait la rubrique cinéma.

La région Centre a participé au financement du film de Gilles Marchand « Qui a tué Bambi ». A cette occasion en 2001, j’ai monté et descendu les marches sur le célèbre tapis rouge du festival J’accompagnais avec mon collègue Bernard Valette (autre vice-président), le Président de la région Alain Rafesthain.

J’en garde un bon et agréable souvenir.

Comme je le dis dans le texte j'accompagne le président Rafesthain, mais comme vous pouvez le voir je le surveille, ici en compagnie de l'actrice Catherine Jacob. Photo du haut.

Comme je le dis dans le texte j'accompagne le président Rafesthain, mais comme vous pouvez le voir je le surveille, ici en compagnie de l'actrice Catherine Jacob. Photo du haut.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 18:01
Clatisse Heusquin tête de liste EELV dans la région Massif Central-Centre à la maison Feuillette (maison de paille) et à l'arrivée des trains en provenance de Paris à la gare de Montargis.

Clatisse Heusquin tête de liste EELV dans la région Massif Central-Centre à la maison Feuillette (maison de paille) et à l'arrivée des trains en provenance de Paris à la gare de Montargis.

Clarisse Heusquin de passage à Montargis
Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 09:38
Dimanche votons pour une Europe écologiste

L'EUROPE EST UNE CHANCE:

DIX BONNES RAISONS DE VOTER EELV

ET DE NE PAS S'ABSTENIR

Le fédéralisme européen est la solution pour résoudre les crises et les défis de ce siècle. Seuls les écologistes s’engagent dans la construction des états unis d’Europe, condition d’une Europe démocratique au service des citoyen(ne)s.

Comme le nuage radioactif de Tchernobyl, les pollutions de l’air et de l’eau ne s’arrêtent pas aux frontières. C’est au niveau européen qu’il faut agir. Au Parlement, les écologistes se battent contre les OGM, le gaz de schiste, la malbouffe, pour l’environnement et la santé.

Le dérèglement climatique est une réalité en Europe. C’est maintenant qu’il faut agir pour une politique climatique ambitieuse, par une vraie transition énergétique.

L’Europe fonctionne mal, la France aussi, faut-il pour autant casser la France ? Pour les écologistes, l’enjeu est de réparer l’Europe (et l’euro) par plus de transparence et de démocratie.

Trop de libre échange nuit à l’Europe : bœuf aux hormones, poulet lavé à la javel, OGM dans nos assiettes, le traité transatlantique TAFTA négocié en catimini détruirait notre modèle de société, au seul bénéfice des multinationales. Voter Europe Ecologie, c’est la garantie de députés qui s’opposeront à ce traité.

2/3 du commerce extérieur français se fait avec nos voisins européens. Face aux géants mondiaux, arrêtons la concurrence, organisons la coopération pour construire une stratégie industrielle « Made in Europe », créatrice d’emplois.

L’Europe peut réguler la mondialisation et fixer des limites. Europe Ecologie lutte pour qu’aucun produit importé de pays ne respectant pas le droit du travail et de l’environnement ne puisse être vendu en Europe.

La crise ukrainienne montre que la paix en Europe n’est jamais acquise. Développons une diplomatie et une défense européenne véritables. Préserver la paix sur notre Continent passe par plus d’Europe, et non par le repli national impuissant du FN.

Les écologistes sont le cauchemar des lobbies. L’intérêt des citoyens européens doit toujours primer sur les intérêts privés. Pour les écologistes, c’est une lutte quotidienne au Parlement. Avec la société civile, ils ont soutenu la création de Finance Watch, 1ère ONG à s’opposer au lobby des banques.

Au Parlement, tous les élus écologistes travaillent à plein temps pour faire progresser l’Europe. Experts dans leurs domaines, ils sont au service de l’intérêt général. Votez utile et solidaire pour Europe Ecologie Massif-Central-Centre, liste menée par Clarisse Heusquin et Benoit Faucheux. (www.europe-écologie.eu).

Cet article envoyé à l’Éclaireur du Gâtinais par le Groupe Local EELV n'est pas paru tel quel mais a servi pour l'article relatant la conférence de presse donnée lors de son passage à Montargis par Clarisse Heusquin tête de liste EELV pour la région Massif Central-Centre.

Éclaireur du Gâtinais du 22-05-2014

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022