Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 14:45

numerisation0182.jpgIls n'ont pas arrêté Fukushima, arrêtons Fessenheim.

Le monde entier a vu exploser le bâtiment qui abrite le réacteur de Fukushima. Mis en service en 1970, c'est l'un des plus anciens au Japon.

Il devait être fermé le mois dernier

Mais, à la demande de l'opérateur Tepco, les autorités japonaises ont accordé un permis d'exploitation pour dix années de plus. On connait la suite : séisme de 8,9 sur l'échelle de Richter, arrêt automatique de la centrale, tsunami qui inonde les installations électriques de secours, échauffement puis fusion partielle du cœur : un scénario catastrophe qui a mis les "experts" en sûreté nucléaire en défaut.

 

En France, le réacteur le plus ancien est celui de Fessenheim. Il a été construit à partir de 1970 en bordure du grand canal d'Alsace, entre Bâle et Strasbourg, dans une zone d'activité sismique. Il a été construit avec les normes anti-sismiques des années 60 qui sont très éloignées des normes actuelles.

 

En 2000, un rapport de l'Autorité de sûreté nucléaire indiquait que certaines fonctions de sauvegarde assurant le refroidissement du réacteur pourraient ne plus être assurées en cas de séisme. Malgré la vétusté des installations et les risques sismiques, EDF a demandé à prolonger l'exploitation de la centrale. Un grand nombre d'élus et de citoyens s'y opposent. Le 9 mars dernier, le tribunal administratif de Strasbourg a débouté les élus qui demandaient la fermeture de Fessenheim pour cause de vétusté et de dangerosité. Aurait-il prononcé le même jugement aujourd'hui ?

 

C'est dans quelques semaines que l'Autorité de Sûreté Nucléaire doit rendre son avis autorisant ou non unefessenheim.jpg prolongation de l'exploitation du réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim pour dix ans supplémentaires. Après la catastrophe de Fukushima, il n'est plus acceptable de mentir sur les dangers du nucléaire, en particulier dans les zones sismiques. L'accident de Fukushima démontre que, même dans un pays réputé pour son expertise en matière nucléaire, le risque zéro n'existe pas.

 

La ministre de l'écologie explique que la centrale de Fessenheim a été construite pour résister au risque sismique maximal constaté sur les 1000 dernières années, augmenté d'une marge de sécurité. C'est avec les mêmes arguments que les Japonais ont prolongé l'exploitation du réacteur de Fukushima. Le désastre japonais démontre qu'il n'est plus possible de raisonner ainsi. Voilà pourquoi les signataires demandent l'arrêt immédiat de la centrale de Fessenheim.

 

Signez la pétition, voir colonne de droite à liens.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:01

numerisation0180.jpg

du Conseil général du Loiret,

de son management

et de ses cadres et agents «maltraités»...

numérisation0110Nous sommes juste après les élections cantonales qui une fois encore ont vu dans un climat citoyen particulier (très forte abstention) le maintien d'Eric Doligé. Champion de la Droite peut-être mais à quel prix au sein des personnels du Conseil Général. Un climat brutal et de terreur pour nombre d'agents, y compris des cadres et des directeurs voilà pour l'ambiance. Eric Doligé laisse faire non pas par faiblesse mais volontairement parce que cela l'arrange et que cela lui ressemble. Trois directeurs sur trente, c'est déjà beaucoup, mais ce sont trois Directeurs Généraux Adjoints sur sept ce qui pour le moins ne fait plus la même proportion. Cette gestion des ressources humaines est lamentable pour le Loiret et dangereuse pour les agents. En attendant, ils sont prévenus, ils en ont encore pour trois ans. Pas sûr que cela tienne jusque là, en espérant qu'un drame humain ne renvoie pas le champion de la Droite sinon à sa conscience, du moins à sa responsabilité. Qu'en pensent les élus de l'opposition (PS, PC et Verts) qui sont informés de cette situation déjà ancienne ? (voir ci-dessous).

Merci à Libération et à Mourad Guichard qui "sortent" les vrais sujets concernant notre département. Raison de plus pour sauver LibéOrléans qui doit disparaître à la fin Avril. Signer la pétition (voir article: "Urgent, sauvez LibéOrléans", texte précédent).   

 

INSTITUTIONS. (Article paru dans le quotidien Libération du 11 avril 2011)Eric Doligé, président UMP du conseil général du Loiret, le jure la main sur le cœur: la maltraitance, le harcèlement, le management par la terreur n’ont pas cours ici-bas. Pourtant, des cas révélés par Libération en avril 2008, avaient conduit l’institution à la mise en place d’une cellule d’écoute destinée aux agents. Si l’on pouvait imaginer un retour à la normale, la récente suspension d’un directeur général adjoint (DGA), qui avait demandé la protection du président face au directeur général des services, ravive les inquiétudes. D’autant que celle-ci se double d’arrêts maladie subits de deux autres DGA. «Sur une trentaine de directeurs aux fonctions éminentes, ils ne sont que trois à se plaindre du management, assure Eric Doligé. Je ne vais pas donner raison à la minorité 

 

Il n’empêche que depuis plus d’un an, l’hémorragie de hauts fonctionnaires se poursuit. Pour quelles raisons ? Eric Doligé dégaine la théorie du complot: «Les cadres concernés, que j’ai reçus séparément, m’ont dit les mêmes choses, ont utilisé les mêmes mots. Ça interpelle…» Le président reconnaît que des agents lui glissent régulièrement des missives dans sa voiture ou sous sa porte pour se plaindre de ce management. «Dans trois ans, on doit rendre les clefs du conseil général du fait de la réforme des collectivités territoriales, justifie-t-il. D’ici là, je veux P1100027que la maison avance

 

Selon un cadre, «la situation de maltraitance est connue de tous. Il s’agit d’un système qui tourne autour d’un seul homme: le directeur général des services, surprotégé par le président».Les deux hommes font équipe depuis le milieu des années 90.

 

Depuis jeudi, des ordres sont donnés aux agents pour que le silence le plus absolu entoure ces affaires. Un courrier a été envoyé aux conseillers généraux pour les appeler à la retenue. Contactés par Libération, deux des trois «mutins» n’ont pas souhaité donner suite. «Ils sont morts de peur, il faut les comprendre», explique un cadre.

 

Mourad Guichard

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 16:43

P1100027.JPG

LES LECTEURS DONNENT DE LA VOIX

Je reviendrai sur la disparition de la pluralité de la presse régionale de par la concentration des titres dans un même groupe, d'où l'importance de sauver LibéOrléans 

Les initiatives des lecteurs de LibéOrléans se poursuivent et se multiplient. Ces derniers, réunis en «Comité de défense de LibéOrléans» ont fait le déplacement, vendredi 8 avril, au siège parisien du journal pour exposer leurs vues à la direction. Le résumé de la journée, ainsi que le suivi des initiatives est à retrouver sur Le Blog de Circé. De nombreuses œuvres de dessinateurs favorables au maintien des LibéVilles sont exposés sur le blog de Polyborus 

 Rappel: suite à l’annonce faite par la direction de Libération de procéder, le 30 avril prochain, à la fermeture des deux tiers des Libévilles (Strasbourg, Lille, Rennes et Orléans), des lecteurs orléanais ont lancé un «Comité de défense de LibéOrléans» doublé d’une pétition. Cette dernière a déjà recueilli près de 1.000 signatures. Lundi 28 mars, une délégation composée d’élus du personnels et de représentants de l’intersyndicale CGT-SNJ-SUD a été reçue par la direction.

«Les représentants du personnel ont demandé un moratoire pour permettre la recherche de nouvelles alternatives pour le financement des Libévilles, qui reste d’un faible coût», ont-ils expliqué dans un communiqué. «Ils déplorent les conséquences sociales et financières de cette décision, qui empêcheront de manière durable le développement du journal en région».

De son côté, la direction a assuré que sa «décision était prise» et qu’elle «ne reviendrait pas en arrière», reconnaissant que cette décision n’était «pas facile sur le plan social». Elle a transmise le communiqué suivant:

«La direction de «Libération» a décidé de suspendre les sites régionaux - les libévilles - de Lille, Orléans, Rennes et Strasbourg.
P1100026Cette expérience, menée pendant près de trois ans, n'a pas apporté les résultats escomptés et il est difficile d'atteindre la taille critique, nous avons en conséquence choisi de nous recentrer sur un plus petit nombre de villes à Lyon, Marseille et Toulouse, avec nos correspondants permanents qui poursuivront l'expérience.
Cette décision ne remet pas en cause la volonté de «Libération» de continuer à travailler dans toutes les régions et d'être présent, sous différentes formes, sur l'ensemble du territoire avec notre Rédaction et l'ensemble de nos correspondants régionaux.
La direction de Libération»

 

Le «Comité de défense de LibéOrléans» et la Société des lecteurs de Libération (SLL) ont organisé une première rencontre samedi 2 avril 2011 à l’Espace Délicat & Scène du cinéma Les Carmes et acté le principe d'un calendrier d'actions à mener en faveur du maintien de LibéOrléans.

M.Gd

( lien dans la colonne de droite)

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 21:34

PRIORITE AUX INTERETS FRANCAIS 

 

Le discours affiché par les médias français et les politiques tente de justifier notre intervention militaire dans ce conflit par la nécessité de faire respecter les résultats d’un scrutin démocratique et de préserver les droits de l’homme. La réalité est sans doute beaucoup plus complexe, beaucoup  moins humaniste et ne peut être comprise que si elle est remise en perspective.

 

photo_1302362486396-6-0.jpgLes relations avec la Côte d’Ivoire ont été bonnes tant que les présidents en place depuis l’indépendance ont été en phase avec la politique française et nos intérêts économiques et géopolitiques. En effet, contrairement à ce qu’a affirmé Nicolas Sarkozy, la France a besoin, économiquement  de ses anciennes colonies, (l’économie ivoirienne représentant à elle seule 40% de tous les pays de la sous région)et politiquement (en particulier à l’ONU). Les contrats de coopération signés à l’indépendance font la part belle à la France quant aux retombées économiques dont elle bénéficie, dont la participation à l’exploitation du pétrole récemment découvert dans le golfe de Guinée. Et que dire de cet archaïsme qu’est le Franc CFA, cette monnaie qu’aucun des pays francophone d’Afrique ne peut contrôler en dehors de la France ?

 

Finalement, le reproche majeur fait à Laurent Gbagbo, c’est son panafricanisme et sa volonté de renégocier ces contrats de l’indépendance. Demande inacceptable pour la France mais aussi pour tous les dirigeants de la Sous Région, voyant ainsi leurs intérêts (souvent très personnels) menacés. Dans ce contexte, Il est très pratique de dire que Laurent Gbagbo est un « dictateur ». Sans doute n’est il pas exempt de comportements parfois limites, en pointant les turpitudes de son entourage. Mais il serait injuste d’oublier que c’est lui qui a introduit en Côte d’Ivoire le multipartisme, qu’il n’a pas pratiqué la censure des médias, qu’il a accepté en 2004 un premier ministre qui avait pris la tête des rebelles en 2002, qu’il a accepté sous la pression de la « fameuse communauté internationale » l’organisation des élections alors que ces mêmes rebelles n’étaient pas désarmés ?

 

Dans ces conditions il fallait bien penser qu’il y aurait des irrégularités. D’autres pays en ont connu (et ils sontphoto 1302428031828-1-0 nombreux) qui n’ont pas pour autant provoqué de guerre civile (par exemple le recomptage des voix pendant plusieurs semaines lors de l’élection de Georges Bush n’a pas provoqué d’émeutes ni d’émois particuliers dans la communauté internationale, et s’interroge-t-on sur celle d’Haïti (il est vrai que ce pays n’a ni ressources minières, ni cacao, ni pétrole !!)

 

Donc sans l’empressement à ce point ostentatoire de l’ONU (qui d’ailleurs aurait dû se contenter de certifier le scrutin et non pas de valider le résultat, qui normalement est le rôle du Conseil constitutionnel de la Côte d’Ivoire) et de la France pour faire proclamer le vainqueur adoubé par la communauté internationale, nombre d’Ivoiriens y ont vu une ingérence inacceptable, et un mépris de leur constitution. Des irrégularités ont bien eu lieu dans les deux camps, mais elles n’auraient vraisemblablement pas empêché Alassane Ouattara de prendre le pouvoir. Mais pourquoi ces ingérences permanentes sinon pour  « défendre nos intérêts économiques post coloniaux

 

Malheureusement la volonté de faire plier Laurent Gbagbo, sans rien comprendre ni de sa personnalité (historien et militant rompu au combat politique) ni de l’état actuel de la société ivoirienne), a conduit à un embargo injuste pour la population et à cette intervention militaire désastreuse. Car malgré les précautions de langage de nos responsables politiques, l’armée française se conduit comme une armée d’occupation et soutient logistiquement et presque ouvertement d’après les témoignages sur place, les forces de Monsieur Ouattara. A  ce propos ses forces militaires n’étant pas l’armée officielle, on peut se demander où et comment elles ont trouvé des armes ? Si ce n’était pas pour nos intérêts, était ce nécessaire d’aller jusqu’à la situation actuelle pour un simple conflit post électoral, qui aurait pu se régler entre africains sans humilier les uns ou les autres dans l’esprit de leur culture ? .

 

photo_1302428054871-1-0.jpgLe pire cependant ce sont les dégâts à long terme dans la cohésion de la société ivoirienne ; les rancœurs et les haines attisées seront autant de ferment pour des violences que Monsieur.Ouattara aura bien du mal à contrôler. Il risque de récupérer un pays ingouvernable, et les victimes seront les ivoiriens. Dira-t-on nous français un fois de plus « on ne savait pas » ?

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 20:49

ETAT DE GUERRE... ET DE TROIS,

 

numerisation0179.jpgAprès l’Afghanistan, la Lybie, maintenant la Côte d’Ivoire. La France est en guerre. Décidément pour ce pays, et plus largement une partie de l’Occident, il est dur de quitter les habits coloniaux. Il faut dire que l’idée que nous avons raison en tout n’est pas qu’un fantasme. Notre culture n’est-elle pas celle qui domine et doit servir de modèle à tous les peuples, hier au nom du progrès et de la « civilisation », aujourd’hui au nom des Droits de l’Homme et de la Démocratie. Jusqu’alors dominante, il va sans dire que notre économie capitaliste n’a de cesse de piller tout ce qui peut l’être sur terre. Le colonialisme n’est pas mort, il a seulement changé de forme et s’exerce de façon plus hypocrite et insidieuse mais tout autant oppressif.

 

Pas question aujourd’hui de développer une analyse sur ce colonialisme version 21ième siècle. Je veux tout simplement dire que je n’ai aucune confiance dans les discours officiels qu’ils soient de notre diplomatie, Juppé en tête, et de la classe politique ou encore médiatique. Trop d’intérêts, trop de connivences, trop de suffisance (voir le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy.du 26 juillet 2007). C’est quoi cette manière d’être qui consiste à vouloir plaquer aux autres notre culture et nos comportements ? Peut-on donner des leçons de démocratie à coup de suffrage universel quand notre démocratie représentative est à ce point malade alors que chaque scrutin bat des records d’abstention (62% à Montargis lors des dernières cantonales). Nous-mêmes ne sommes-nous pas arrivés aux limites de notre système ? Qui peut jurer de demain.

 

En ces temps de « vaches maigres », la France ne regarde pas à la dépense au nom de « l’aide humanitaire » aux populations. Passé l’instant de l’émotion des évènements libyens, j’ai vraiment le sentiment qu’on nous manipule et qu’on nous prend pour des pigeons. Ne voulait-on pas vendre de l’EPR nucléaire au colonel Kadhafi il y a bien peu de temps ? Notre intervention militaire est-elle adaptée pour réellement aider à la protection des populations ? Je n’en crois rien,

 

En Libye, l’objectif vrai n’est-il pas de ménager l’avenir de nos intérêts économiques ? Intérêts économiquesarticle_photo_1232258791832-1-0.jpg encore et indépendance énergétique autour de la bataille de l’uranium au Niger qui après la prise d’otages en septembre 2010 (cinq français, un togolais et un malgache) à Arlit se poursuit en janvier 2011 par l’enlèvement à Niamey de deux jeunes français de vingt cinq ans. Ils perdront la vie suite à une intervention coordonnée par des éléments militaires français. Intérêts économiques encore qui tuèrent en janvier 2009 huit militaires français dans un accident d’hélicoptère au large du Congo. Sans parler de l’Afghanistan…et du reste, et le reste aujourd’hui c’est la Côte d’Ivoire. Colonisation, silence, la France veille.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 14:51

 UN ACCIDENT PEUT EN CACHER UN AUTRE.

Lundi 14 mars 2011 : « deux explosions se sont produites lundi au niveau du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Fukushima 1, mais le réacteur n’a pas été endommagé, a affirmé l’opérateur Tokyo Electric Power (Tepco) ». Pourtant le 1er avril le poisson est bien radioactif !

 

photo_1299923419255-52-0.jpgA Fukushima au Japon, même si à ce jour l’on n’en connait pas l’ampleur, il y a déjà une catastrophe nucléaire majeure. Après Three Mile Island (USA) en 1979 et Tchernobyl (URSS) en 1986 il est temps de regarder en face la réalité et la vraie nature du nucléaire, les dangers réels qu’ils font courir aux populations et à la vie d’une façon générale.

 

Contrairement à nos certitudes, le risque d’accident majeur existe partout même en France. Nos centrales sont vieillissantes et par mesure d’économie, il a été décidé de largement doubler leur temps de vie initialement prévu (Dampierre en Burly est concernée).De plus, le stockage et la surveillance des déchets radioactifs, toujours plus nombreux au fil du temps, devront être gérés durant des milliers d’années ( !). Sans oublier que l’uranium vient d’Afrique où l’armée française conserve des dispositifs d’intervention pour garantir l’exploitation et l’acheminement de « notre indépendance énergétique ».

 

Avec cet accident majeur dans ce pays de haute technologie qu’est le Japon, il est grand temps d’engager la France dans une transition énergétique en décidant une sortie progressive du nucléaire sur environ 25 ans en commençant par fermer les centrales les plus fragiles. Cette décision permettrait d’ouvrir un vrai débat public autour de l’énergie et du climat qui, d’une façon incontournable, nous amèneront à terme à de réels changements de société et de comportements individuels et collectifs.

 

La crise de l’énergie est devant nous et n’aura plus de répit. Chacun peut déjà constater les dégâts par lesphoto_1299926847343-52-0.jpg augmentations permanentes du pétrole, du gaz et de l’électricité de plus en plus difficiles à supporter pour les plus modestes d’entre nous. En attendant l’ouverture de ce débat, trois décisions sont urgentes à prendre. La première est de stopper toute privatisation d’EDF et conserver l’exploitation des centrales dans le giron de l’Etat afin de garantir un maximum de sécurité par professionnalisation et les compétences des personnels. La seconde est d’arrêter de diluer les missions d’intervention auprès de multiples sociétés de sous-traitance qui ont des logiques de performances comptables peu compatibles avec l’intérêt général et celui des personnels employés sur des tâches à risque. La troisième est que tous les personnels EDF et ceux des sous traitants doivent disposer de leurs certificats médicaux sur la totalité de leurs années travaillées dans le nucléaire, ce qui aujourd’hui n’est pas toujours le cas. Ces trois mesures ont pour objectif de sécuriser l’existant pour la période de transition. A suivre, ce débat ne fait que commencer. 

numérisation0178

 L'Eclaireur du Gâtinais du 7 Avril 2011

  

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 08:35

SAUVONS LES CAPTAGES D'EAU

 

Pour ma part, il ne s'agit pas de pointer du doigt en permance le monde agricole en le rendant responsable de tout. Reste que néanmoins, alors que l'on sait que  les agriculteurs sont les premières victimes de l'arsenal chimique totalement énergivore qui leur est "imposé" au nom du rendement. Mais rendement pour qui ? Pour des multinationales qui possèdent tout à la fois: les semences, les engrais et les produits de traitement. En attendant aujourd'hui l'on sait que la frénésie productiviste imposée à nos agriculteurs les menace dans leur intégrité physique, dans leur survie économique pour un grand nombre, qu'elle détruit ou fragilise les écosystèmes, qu'elle porte atteinte à la diversité génétique par les sélections des espèces les plus productives, et encore par la pollution des nappes phréatiques par les nitrates, et l'eutrophisation des eaux de surface par les phosphates. Tout cela n'a pas valeur d'accusation, ce sont des faits qui doivent trouver des solutions non seulement techniques mais aussi alternatives à une économie productiviste qui ne respecte rien et détruit tout .  Les nitrates et pesticides polluent les réserves d’eau “brute” de la France. L’Etat a identifié 507 points de captage de l’eau particulièrement exposés, qui vont faire l’objet de plans d’action.

 

Si aujourd’hui, l’eau du robinet répond à des normes de qualité strictes, il n’en va pas de même pour l’eau “brute”, qui sert justement à la production d’eau potable. Qu’il s’agisse d’eaux de surface (cours d’eau, rivière, fleuve, etc.) ou d’eaux souterraines, ces ressources, qui alimentent près de 34 000 points de captage sont, dans certains secteurs, polluées. En cause, les nitrates rejetés par les engrais chimiques ou organiques issus de l’agriculture ou de l’élevage, ou présents dans les eaux usées mal traitées.

bonnesvacances

 

“Les engrais sont utilisés en grande quantité pour prévenir les aléas climatiques et assurer des rendements élevés et, étant fortement solubles, ils se retrouvent dans les eaux par infiltration diffuse”, tempête Bernard Rousseau, spécialiste de l’eau à la fédération d’associations France nature environnement. Responsables de la prolifération des algues vertes en Bretagne, les nitrates contaminent depuis cinquante ans la plaine calcaire de la Beauce, à des taux qui peuvent être supérieurs aux 100 milligrammes par litre à ne pas dépasser pour les eaux souterraines. Les fleuves, à l’image du Rhône ou de la Loire, ne sont pas mieux lotis et leurs multiples affluents polluent à leur tour les ressources souterraines de départements comme le Loiret. Résultat : plus de la moitié du territoire français est polluée par les nitrates au vu d’une carte des zones vulnérables publiée et réactualisée depuis vingt ans.

 

Premier consommateur européen de pesticides

Aux nitrates, s’ajoutent les pesticides issus des produits phytosanitaires, comme les désherbants ou les insecticides qui, par évaporation, contaminent les sols et donc les eaux. Avec 78 000 tonnes de pesticides de synthèse utilisées en 2008, la France est le premier consommateur en Europe et le quatrième au niveau mondial. Or, si les nitrates arrivent à être bien suivis, “les pesticides sont quant à eux beaucoup plus difficiles à identifier par les services sanitaires, étant donné la grande diversité des molécules présentes dans les produits utilisés pour l’entretien des routes, des parcs et jardins, et bien sûr des cultures arboricoles ou viticoles”, souligne une experte d’une agence de l’eau.

 

Malgré des périmètres de protection mis en place il y a plusieurs années ou l’élaboration de schémas directeurs,arretesvossalades.jpg la qualité de l’eau laisse encore à désirer. “Les schémas de gestion des eaux sont souvent un condensé de bonnes intentions, sans engagements financiers, et les programmes d’action préfectoraux sont souvent négociés avec la profession agricole”,dénonce Bernard Rousseau. Pour inverser la tendance et limiter le coût de la dépollution, la France s’est engagée, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, dans une politique volontariste de protection des captages, mais sans aller jusqu’à la reconquête de la totalité des eaux souhaitée par Bruxelles. Des puits aux captages agricoles, en passant par les retenues des barrages, l’opération n’est pas aisée, compte tenu de la surface à traiter lorsqu’il s’agit d’un fleuve par exemple.

 

Solution médiane

Aussi, la France a-t-elle trouvé une solution médiane en décidant d’identifier un point noir, limité en général à quelques hectares, sur l’aire de captage à protéger en priorité. Répartis sur toute la France, 507 points de captage sur 100 départements ont été identifiés par les services de l’État sur la base de trois critères : l’état de l’eau vis-à-vis des pollutions par les nitrates et les pesticides, le caractère stratégique de la qualité de l’eau au vu de la population desservie, enfin la volonté de l’État de reconquérir certains captages abandonnés.

Sur la base d’un diagnostic élaboré en concertation avec le milieu agricole, les agences de l’eau pourront financer des études ou compenser le coût des changements de pratiques ou aider à l’acquisition de nouveaux matériels. Sans attendre ces plans d’action prévus pour 2012, certaines collectivités se sont engagées à protéger leur captage. A voir si toutes ces décisions seront suivit d'actions concrètes et de résultats probants dus à des changements de pratiques et de comportements du monde agricole, alors qu'il est directement concerné dans son intégrité.

P1050543

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 12:18

MARCHE POUR UN AVENIR

SANS NUCLEAIRE...

 

Footprints for Peace (Empreintes de pas pour la paix) est une communauté globale d’amis qui œuvrent pour créer des changements par des actions pacifiques. Nous organisons des événements au niveau mondial pour rapprocher dans un élan de solidarité une communauté en marche, dans le but d’approfondir notre compréhension sur des questions spirituelles, culturelles et environnementales. Notre but est d’éduquer, d’inspirer et d’habiliter des individus et des communautés afin de construire un avenir durable.

 

Qui sont-ils ?

 

Footprints for Peace est né suite à la participation à plusieurs courses et marches sacrées des Indiens autochtones d’Amérique, à partir de 1992. Le message appris de ces marches et que nous portons encore aujourd’hui est le suivant : Toute forme de vie est sacrée, protégez la Terre-Mère. Après la marche pour le Traité sur la Non-Prolifération des armes Nucléaires, Footprints est devenu ce que nous sommes aujourd’hui : une forte communauté mondiale d’amis qui organise des événements dans le but de créer un monde meilleur.

 

numerisation0168.jpgLes événements rassemblent des personnes du monde entier pour marcher, courir ou faire du vélo, allant de communauté en communauté. C’est un moyen efficace de s’éduquer et de sensibiliser le public sur divers problèmes politiques sociaux et culturels.

Tous nos événements sont guidés par la note d’intention de Footprints of Peace, plaidant pour la non-violence. De plus, ni drogue ni alcool sont autorisés pendant ces événements.

 

C'est quoi le but ?

 

Footprints for Peace a pour but d’inspirer des gens, de leur faire prendre en main leur avenir et de les mobiliser, d’agir et de s’exprimer, non seulement par biais de la marche, la course ou le vélo, mais aussi par le théâtre dans la rue, la musique, l’art, les rencontres avec les publics, les pétitions, les lettres à des décisionnaires et l’action directe non-violente.

 

Nous organisons des rencontres avec le public et des ateliers. Nous publions des bulletins et d’autres documents pour informer et éduquer le public dans le but d’encourager la prise de conscience et l’implication du public dans les questions portant sur environnement, la politique, les domaines sociaux et culturels.

 

La Marche pour un avenir sans Nucléaire – qu’est-ce que c’est ?

 

La Marche pour un Avenir sans Nucléaire est une campagne initiée par Footprints for Peace pour la prise de conscience au niveau des citoyens, par biais d’une série de marches à travers l’Australie, le Canada, les Etats-Unis et le Japon. Les marches suivront la route du nucléaire depuis les mines d’uranium jusqu'aux réacteurs nucléaires en passant par les sites d'enfouissements de déchets radioactifs et les sites d’armementsnumérisation0168.

 

Les objectifs de La Marche pour un Avenir sans Nucléaire

 

Se joindre aux peuples et organisations à travers le monde pour construire et renforcer le mouvement global d’un avenir sans nucléaire

Pour la prise de conscience au niveau des citoyens, par le biais d’une série de marches à travers l’Australie, le Canada, les États-Unis, le Japon et la France et l'Europe. . Les marches suivront la route nucléaire des mines d’uranium aux réacteurs nucléaires en passant par les sites d'enfouissements de déchets radioactifs et les sites d’armements.

De rapprocher les gens et les inciter à marcher de communauté en communauté, afin de s’éduquer et de sensibiliser le public à propos des dangers, destruction et gaspillage qui menacent toute forme de vie à chaque étape du processus nucléaire.

D'inspirer des gens, de leur faire prendre en main leur avenir et de les mobiliser, d’agir et de s’exprimer, non seulement par le biais de la marche, mais aussi en lançant des campagnes créatrices par le théâtre dans la rue, la musique, l’art, les rencontres avec le public, les pétitions, les lettres à des décisionnaires et l’action directe non-violente.

De promouvoir de bonnes solutions sociales, environnementales et économiques. Pour le but d’un avenir durable, de contribuer au développement des technologies des énergies renouvelables comme le solaire, le vent, la mernumérisation0166 et la géothermie.

De maintenir en vie l’esprit de la conscience citoyenne

 

La Marche pour un Avenir sans Nucléaire demande :

  • ·         du respect et de la solidarité pour les droits des peuples indigènes
  • ·         une interdiction globale des mines d’uranium
  • ·         l’arrêt progressif de l’énergie nucléaire
  • ·         le désarmement nucléaire total
  • ·         des solutions responsables pour la gestion des déchets nucléaires
  •         la remise en état, pour l’usage autre que nucléaire, de tous les sites et mines     abandonnés
  • ·         le développement et l'utilisation de la technologie des énergies renouvelables

Nous nous engageons à organiser des marches intéressantes, non-violentes, diversifiées et ouvertes afin d’offrir aux participants l’occasion de vivre dans une communauté en mouvement riche en diversité culturelle

Nos marches ont une durée d'environ de 1 à 6 mois, en marchant de 15 miles / 25 kilomètres par jour.

Dans chaque ville que nous traversons, nous distribuons des tracts d’informations sur comment créer un avenir sans nucléaire. A chaque occasion présentée, nous tenons des réunions avec le public et utilisons les contacts médiatiques afin de souligner les dangers et menaces de toute la chaîne de l'énergie nucléaire.

 

Marcher dans l'esprit de footprints

 

Les événements organisés par Footprints for Peace sont dès le départ gérés collectivement. Des gens de tout âge, milieu et culture se regroupent pour marcher à travers la terre et vivre en communauté en partageant les responsabilités ; une occasion  passionnante pour s’impliquer.

 

Pendant ces événements, le groupe se réunit « en cercle » afin de partager les informations et s’exercer à un système non-hiérarchisé où les décisions sont prises par consensus général. Toutefois, sachant l’importance du repos dans de tels événements, il est possible parfois d’avoir recours à d’autres méthodes.
  numérisation0168
La traversée de la Région Centre est prévue début juillet 2011, parcours, programme et toutes informations utiles vous serons transmis dès que possible.   

 

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 21:06

1er AVRIL

Comme tous les autres jours de l'année, faites bien le tri dans toutes les informations que vous pouvez entendre aujourd'hui. Plus c'est gros plus çà passe, comme l'augmentation du gaz par exemple...

numérisation0165

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Coup de coeur
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 22:01

LA CHANDELLE PAR LES DEUX BOUTS

Monsieur le député maire,

 

Permettez-moi quelques réflexions sur le budget que vous nous proposez au vote ce soir.

 

Comparaison de BP à BP, c’est-à dire de 2010 à 2011. Les recettes de fonctionnement sont en hausse de 6,19 %. Toutefois, elles sont artificiellement gonflées par des produits exceptionnels d’un montant de 1 000 000 € (assurances je crois) pour la piscine Girardy. Nous retrouvons bien évidemment cette somme en dépense de fonctionnement (sous le chapitre 939) et en recette d’investissement (chapitre 919).

 

Ainsi, hors cette recette exceptionnelle, les recettes de fonctionnement traditionnelles n’augmentent que de 1,77 %, ce qui est grosso modo le montant de l’inflation 2010 (de l’ordre de 1,5 %). Cependant, ce maintient du « pouvoir d’achat communal » se fait sur le dos du contribuable c'est-à-dire des montargois, puisque les recettes des impôts augmentent elles de 3,66 % ; augmentation fortement consécutive à l’augmentation des bases votée lors des lois de finances par les députés, c’est-à-dire vous-même (plus 2 % pour 2011 après et ne n’oublions pas des 2,5 % pour 2010, ce qui fait une augmentation effective de 4,5% sur deux années). Comme d’habitude, le maire n’est pas responsable, mais le député que vous êtes, l’est tout à fait. Vous votez tous les ans lors des lois de finances à l’Assemblée Nationale les augmentations des impôts locaux, les montargois doivent le savoir. Comme pour mes concitoyens mon avis d’imposition de la taxe d’habitation l’atteste (j’ai apporté mon avis d’imposition que je soulève de la main) … 

  P1000036

 

Sur les dépenses de fonctionnement, il est difficile de voir la masse salariale et donc son évolution (dans un sens ou un autre) sachant que c’est réparti service par service. C’est beaucoup plus un compte analytique, qu’un compte budgétaire. Cependant ceci permet de voir les chiffres par grands secteurs d’intervention. Ainsi, les services généraux augmentent de 5,64 %, la sécurité et la salubrité publiques de 8,01 %, les interventions sociales et la santé de 3,01 %, alors que le secteur enseignement et formation baisse de 2,54 %, la culture baisse de 0,64 %, sport et jeunesse de 3,69 %, etc…

 

Pour l’investissement, dans les recettes, je trouve que le virement de la section de fonctionnement est faible (297 491 €). Par ailleurs, je ne comprends pas qu’il y ait une recette excédents de fonctionnement pour 709 367,89 €. Peut-être que l’explication est dans le compte administratif et l’affectation du résultat ?

 

Concernant les dépenses d’investissement, ce sont les projets d’équipements sportifs (piscines essentiellement) qui impactent le budget. A noter une annuité d’emprunt importante 2 470 000 €. Quel est l’encourt de la dette ?. Sur le site du Ministère des finances, il est noter que l’encourt en 2009 était de plus de 25 millions d’euros soit 1 528 € par habitant alors que la moyenne de la strate des villes comme la nôtre, est de 958 €. Jamais depuis 2001, à votre arrivée, nous n’avons été autant endettés. Comment ne pas avoir en mémoire le rapport de la Cour Régionale des Comptes qui en 2008 tirait la sonnette d’alarme et qui remarquait : que l’encourt de la dette par habitant de Montargis présentait une évolution de près de 30% entre 2002 et 2006 et s’établissait au 31 décembre 2006 à 1340€, soit 42% au-dessus de la moyenne. Le même rapport disait que la situation de notre commune s’était dégradée et qu’à périmètre constant, les marges de manœuvre de la collectivité s’étaient réduites. Remarques, « la pression fiscale étant à un niveau élevé (ce que vous avez reconnu dans votre réponse) limite pour l’avenir les possibilités de recours à de nouveaux emprunts pour financer les finances d’investissement ». Visiblement vous avez décidez de passer outre et vous poursuivez et continuez de bruler la chandelle par les deux bouts. Après moi le déluge, les jeunes, à savoir les générations futures payeront. A-propos de votre réponse à la Cour des Comptes vous précisiez : «  à noter qu’il n’a jamais été institué de taxe ni de redevance d’enlèvement d’ordures ménagères » Et bien maintenant c’est fait avec la TEOM même si cela passe par l’Agglo dont vous êtes le président. Vous voyez que les impôts augmentent.

 

Ce qui me soucie c’est que notre ville est maintenant la dernière ville du département (334ème) en terme de revenu par foyer fiscal, et que le bassin d’emploi est tours le troisième en difficulté de la Région Centre. Il y a comme un décalage entre la politique que vous menez et la réalité de la vie des foyers Montargois

numerisation0162.jpg. L'Eclaireur du Gâtinais du 23-02-10

 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022