Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 14:56

MERCI DE NE PAS REINVENTER L'HISTOIRE.

 

C’était il y a quinze jours trois semaines, tout en m’activant à autre chose, j’écoutais Eva Joly qui parlait dans le poste. En outre il était question du nucléaire. D’un coup ses propos m’ont propulsé « en bas de l’armoire ». J’apprenais là en direct à la radio et le plus sérieusement du monde « qu’en France, les écologistes s’étaient engagés dans le combat anti nucléaire il y a vingt ans ». Merde alors comme raccourci ce n’est pas mal, mais c’est faire peu de cas de la réalité de la lutte anti nucléaire en France et du rôle fédérateur qu’elle joua dans la construction de l’écologie politique. De plus à l’évidence, c’est même ne pas connaitre le cycle de la construction du nucléaire en France et de son impact sur la société en fonction des périodes de ce cycle. En quarante ans, il y en a eu plusieurs.

 

numérisation0215Avec tout le respect que je peux avoir pour Eva Joly, je ne peux accepter de laisser banaliser les propos d’une histoire réductrice. Je sais par expérience que les écologistes n’ont pas la mémoire de leur histoire, et que nombre d’auteurs d’aujourd’hui en se plagiant les uns les autres finissent par écrire une histoire consanguine ce qui ne facilite rien. Pour ma part en tant que responsable dans la presse écologiste durant vingt ans 1972-1992, cette histoire ce n’est pas moi qui l’écris, elle s’est écrite toute seule dans la presse écolo et en temps réel.

 

Ne pas oublier ce que fut la lutte anti-nucléaire dès 1971, c’est se remémorer, qu’alors rares étaient les week-ends ou plusieurs milliers de personnes ne se retrouvaient pas soit sur les sites annoncés, soit sur les chantiers des sites nucléaires en construction. Jusqu’à Malville 1977 (60 000 personnes) la mobilisation n’avait rien à voir avec celle d’aujourd’hui, sauf que depuis le nucléaire s’est installé dans le paysage français et que la mobilisation physique des personnes est plus dure. Pour revenir à Malville 1977, ce mouvement anti nucléaire qui en France était non violent, le 31 juillet dans la pluie et la boue s’est cassé net. La violence a été totale entre les CRS et la gendarmerie mobile et des groupes autonomes au milieu desquels les écolos ont pris tous les coups et pour de vrai. Grenades explosives dont l’une tuera le non-violent Vital Michalon, poursuite des manifestants jusque dans les maisons, les vitres des voitures sur les parkings cassées par les forces de l’ordre,100 blessés dont plusieurs amputations, les secouristes tabassés et des dizaines d’arrestations, voilà pour le bilan et la découverte de la violence par les écolos d’alors. Promis, nous y reviendrons grâce à ce qu’ECOLOGIE a publié durant ces jours difficiles.

 

Un mot encore sur ce que fut le combat anti-nucléaire d’avant les vingt ans supposés d’Eva Joly. Souvenons-nous de Plogoff, où ce ne sont pas que des anti-nucléaires qui se sont frottés aux blindés de la gendarmerie, mais toute une population (les mamies comprises) qui s’est soulevée contre ce projet du second surgénérateur (avec Malville) qui lui ne fut pas construit. A ce propos je tiens à rappeler que l’arrêt définitif de Superphénix en 1997 est une victoire écolo et des Verts. C’était l’une des conditions de notre participation au gouvernement de Lionel Jospin.

 

Le 11 juin nous manifesterons un peu partout pour la sortie du nucléaire. Eva Joly m’a donné le prétexte de faire le lien entre le 20 juin 1987 et le 11 juin de cette année. Ce lien c’est le « Réseau pour un avenir sans  nucléaire ». Détail cocasse c’est que cette perte de mémoire touche aussi le Réseau. En effet, en 1997 des statuts ont été déposés, et l’une des responsables m’a dit aujourd’hui même ne pas connaître ce qu’il y avait avant. Reprenons la lecture du n° 380 d’ECOLOGIE INFOS de juin 1987 histoire de se souvenir comment est apparu un an après Tchernobyl notre Réseau. Je republie deux articles, l’un de François Berthout, « la deuxième manche » qui fait un tour rapide sur l’anti nucléaire et un second de Michel Bernard (SILENCE) sur le 20 juin et la proposition des Verts Européens…

 

En illustration: En haut à gauche la couverture du numéro spécial n°7 d'ECOLOGIE du 3ème trimestre 1976 consacré au surgénérateur. Ci-dessous une photo parue dans ce numéro d'une des nombreuses manifestations dans les communes concernées. 

numerisation0216.jpg 

      

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 16:12

Sortir du nucléaire maintenant,
c’est possible !

Décidément la société française évolue plus vite que ses dirigeants. Aujourd'hui trois Français sur quatre se déclarent partisans d'une sortie du nucléaire (rapide ou progressive). L'Elysée bien ringard et figé dans une posture idéologique, n'en a cure et envers et contre tout réaffirme son crédo nucléaire au prétexte entre autre, qu'en France nous n'avons pas de tsunami, ni de tremblement de terre. Bien, mais à Tchernobyl ce n'était ni l'un, ni l'autre mais une erreur humaine et qui n'avait rien à voir avec du terrorisme. Les Allemands plus réactifs et mieux préparés ont décidé de sortir du nucléaire pour devenir les champion industriels du secteur de l'énergie renouvelable. Si un jour le pire devait arriver en France, on peut espérer que les hauts responsables pro-nucléaires d'aujourd'hui, seront volontaires demain comme liquidateurs. Au cas où ils ne le seraient pas il faudra que la société les désigne comme tels. Sortir du nucléaire c'est possible, le 11 juin prochain marquons notre solidarité avec le peuple Japonais, victime en première ligne de ses nucléocrates. 

  P122-1-480x320

 Pour exiger la sortie du nucléaire !

 
  Le samedi 11 juin 2011 à 18 h,

 Rassemblement devant la centrale de Belleville (Cher) 

 

Unissons-nous avec le peuple japonais, Tchernobyl, Fukushima, plus jamais ça !
Manifestation à Paris le samedi 11 Juin 2011. Départ à 14H30 de la Place de la République pour se terminer sur le parvis de l’Hôtel de Ville avec des prises de parole et un concert à 16H.

Mouvement mondial à l’initiative d’associations japonaises auquel s’associent Echo-Echanges ONG France-Japon, Sortir du Nucléaire Paris, Attac France, Réseau Sortir du nucléaire.
Premiers signataires : Les Alternatifs, Les Amis de la Terre, Collettivo 5.12, Europe Ecologie-Les Verts, Fédération
pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE), France Libertés, Italia dei Valori, Ligue Internationale des Femmes
pour la Paix et la Liberté (LIFPL), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti Communiste Ouvrier de France (PCOF),
Parti de Gauche, Parti Pour la Décroissance, Mouvement des Objecteurs de Croissance.
Plus d’infos sur : http://www.sortirdunucleaire75.org/

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 09:59

REJOIGNEZ-NOUS

POUR LA JOURNÉE INTERNATIONALE D'ACTION

LE 11 JUIN 2011 POUR SORTIR DU NUCLÉAIRE !

fukushima_centrale--469x239.jpgDepuis le 11 mars, les conséquences de l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima ne sont toujours pas maîtrisées et les réacteurs endommagés continuent à rejeter dans l'environnement une quantité massive de produits radioactifs. Le cœur du combustible dans trois des réacteurs a entièrement fondu. Une zone d'exclusion de plusieurs dizaines de kilomètres autour de la centrale sera durablement créée.

Il existe actuellement au Japon 54 réacteurs pour lesquels on redoute les risques d’un séisme de grande ampleur dans les années à venir. Et si le Japon devait subir un nouvel accident nucléaire majeur, le risque se trouverait accru de voir la contamination radioactive s’étendre non seulement à tout le pays mais encore à la planète entière.

Il y a maintenant 25 ans que la catastrophe de Tchernobyl a produit dans le monde une contamination radioactive d’une extrême gravité. Pourtant, nous n'avons pas su tirer les leçons de cette expérience. L'utilisation de l’énergie atomique engendre massivement des produits radioactifs que l'homme ne maîtrise pas, et dont les méfaits se mesurent en siècles pour notre planète.

Voulons-nous continuer à courir le risque d’un tel danger après cette nouvelle catastrophe à Fukushima?

C‘est le 11 juin prochain au Japon, trois mois après le début de l’accident, que sera organisée une action commune de grande ampleur pour exprimer partout dans le pays la volonté de sortir du nucléaire. Nous lançons cet appel pour nous associer à cette journée de protestation internationale.

Chacun le constate, l'industrie nucléaire n'a de cesse, en dépit de nombreux incidents ou accidents, de proclamer ses certitudes d’un "nucléaire sûr" : largement globalisée, elle dispose de nombreux relais à travers les organismes internationaux, entretenant des relations de connivence avec les gouvernements des pays les plus puissants ainsi qu'avec leur intérêt militaire.

Nous ne voulons plus de ce monde nucléarisé. C’est la raison pour laquelle, solidaires avec tout courant, tout mouvement, toute organisation qui aspire à sortir du nucléaire, et afin de réfléchir ensemble à la construction d’une autre société fondée sur une nouvelle politique énergétique et une vision solidaire, nous appelons chaque citoyen dans le monde à participer à la journée internationale du 11 juin 2011.

Le 17 mai 2011

Echo-Echanges ONG France-Japon, Montreuil

  P122-3-480x320.jpg

Le 12 mai 2011 à Tokyo

Aux amis(es) de France

Au Japon, il y a deux mois, nous avons eu des accidents nucléaires très graves à Fukshima. Au 11 juin 2011 (trois mois après ces accidents), nous appelons les associations et les mouvements sociaux divers dans le monde entier à organiser une journée d'action internationale contre le nucléaire. Afin de réaliser ce projet, nous souhaitons que les associations et les groupes en France adhèrent à cette initiative. Si vous voulez à ce projet, nous souhaiterions recevoir votre réponse, et nous joindrons le nom de votre association ou groupe à notre communication. Dans la mesure du possible, nous souhaiterions que vous organisiez une manifestation ou réunion le 11 juin pour réfléchir ou discuter sur les accidents nucléaires de Fukushima. Maintenant, avec citoyens du monde entier, nous devons mettre fin à l’ère nucléaire. Et nous espérons ouvrir le futur post-nucléaire avec vous.

L’Association pour mettre un terme au nucléaire et réaliser le passage aux énergies alternatives (http://e-shift.org/)

Le Congrès d’urgence pour faire face aux accidents nucléaires de Fukushima (http: //2011shinsai.info/node/125 )

*Nous avons déjà organisé plusieurs manifestations au Japon. Et cette fois nous avons créé un réseau pour appeler à des actions simultanées dans le monde entier. Vous pouvez nous donnez votre réponse sur notre site ( http://nonukes.jp/wordpress/?page_id=137).

  drapeau-japon.gif

 

611日脱原発国際行動デー

世界市民へ 611 脱原発国際行動デーに参加を!

 

311日以来、福島原発多重事故は、今なお収束の見込みがたたないまま、大量の放射性物質を大気と地下、海洋に放出しつづけています。原発三基はメルトダウンだったのです。これから原発周辺に、長年、立ち入りできない禁止地域が数十キロに渡ってできるでしょう。新たな大地震の発生が懸念される日本には現在、54基の原子炉が存在し、予測されているもうひとつの事故がさらに起きたら、日本はもとより世界中を震撼させる放射能汚染にさらすでしょう。

今から25年前、チェルノブイリ原発事故はすでに重大な放射能汚染を世界にもたらしましたが、私たちはそこから何も教訓を得ませんでした。人間が制御できない放射性物質を大量に生み出し、その危害を何世代、何世紀にもわたって人類と地球に押しつける原発とはいったいなんでしょうか そんな原発を、フクシマ以後も私たちはこのまま受入れ続けなければならないのでしょうか

震災が起きてから3か月後の611日、日本では統一行動「脱原発100万人アクション」が企画されています。わたしたちは、脱原発を強く求める日本市民の動きに呼応するために、同日に国際行動デーを呼びかけます。度重なる事故にもかかわらず「安全」を謳いつづけた各国の原子力産業は多国籍企業となり、国際機関と結びついた巨大なロビーを持っています。そして各国の政府と癒着し、また軍事的利害とも結びついているのです。

私たちは、こうした構造を保ち続けている原子力社会にノンと言いましょう。原発はもうウンザリ!と言いましょう。そして、単に原発に代わる新しいエネルギーを提案するだけではなく、分ち合いによる循環型の新しい社会のヴィジョンを力を合わせて構想していこうではありませんか。611日にみんなで一緒に歩きましょう。世界中で、原子力社会にノン

原発にノンと表明するために。

 Le 6 mai 2011

エコー・エ シャンジュ(NPO) フランス、モントロイユ

Echo-Echandes ong France-Japon, Montreuil France

echoechanges@wanadoo.fr

P122-4-480x320

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 21:18

CARTES DES PERMIS

ET DE LEURS BENEFICIAIRES

numérisation0206

numerisation0207.jpg

numerisation0208.jpg

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 18:31

COLLECTIF GÂTINAIS STOP PETROLE DE SCHISTE

L’extraction du kérosène (appelé par commodité huile ou pétrole de schiste) intimement lié à la roche-mère à deux ou1-112-2b003 trois mille mètres de profondeur n’a rien à voir avec l’extraction traditionnelle telle que nous la connaissons dans le bassin parisien et dans le Loiret en particulier. L’extraction de la catégorie d’hydrocarbures que convoitent désormais ces sociétés exige le recours à la fracturation hydraulique mise en œuvre depuis quelques années notamment en Amérique du Nord où elle a rapidement fait preuve de sa haute dangerosité pour les populations  pour leur environnement et destructeur des ressources en eau.

 

L’octroi par le ministre chargé de l’énergie de nombreux permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux sur tout le territoire français et notamment dans la partie nord et est du Loiret sur le territoire du Gâtinais. Ces permis ont été délivrés dans la plus grande opacité, c’est-à-dire sans transparence ni concertation avec les collectivités locales.

 

Considérant que leur extraction comporte des risques environnementaux et sanitaires très élevés et qu’il n’existe actuellement aucune autre forme d’exploitation, nous exigeons  le gel et la suppression de l’ensemble de ces permis

 

Habitants du Gâtinais, nous demandons au Préfet du Loiret qu’il procède immédiatement à l’arrêt des travaux engagés et bloque tous les dossiers en cours d’instruction ;

 

Habitants du Gâtinais, nous demandons au Conseil régional du Centre et au Conseil Général du Loiret, dans le cadre de la nouvelle procédure d’interpellation d’initiative citoyenne de délibérer rapidement comme l’a fait à l’unanimité le Conseil régional de Picardie pour exiger de l’Etat un moratoire tant sur l’instruction des demandes que sur les permis attribués ;

                                                                                                                                                                                                     

Français et Françaises, nous demandons :

 

A l’Etat : l’application d’un moratoire sincère sur l’ensemble du territoire français et pour l’ensemble des demandes, permis et travaux relatifs aux hydrocarbures dits de schiste ;

A l’Etat et aux parlementaires : la réforme du code minier afin d’en finir avec la libre disposition du sous-sol sans information ni participation préalable de la population et sans affichage sur site des permis.

Citoyens, citoyennes, membres d’organisations associatives ou politiques, élu(e)s locaux, régionaux ou nationaux, soyons de plus en plus nombreux pour que ces projets indécents et fous soient abandonnés. Rejoignez-nous.

 

Collectif Gâtinais Stop Pétrole de Schiste.

7 rue Chatouillat,

45200 MONTARGIS

Tel 02 38 93 54 79

gatinais.stoppetroledeschiste@gmail.com

numérisation0212

L'Eclaireur du Gâtinais du 26 mai 2011 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 17:16

APPEL AUX CITOYENS DU MONDE :

REJOIGNEZ-NOUS POUR LA JOURNÉE INTERNATIONALE D'ACTION

LE 11 JUIN 2011 POUR SORTIR DU NUCLÉAIRE !

 

Le samedi 11 juin 2011 à 18 h,

Rassemblement devant la centrale de Belleville (Cher) 

Depuis le 11 mars, les conséquences de l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima ne sont toujours pas maîtrisées et les réacteurs endommagés continuent à rejeter dans l'environnement une quantité massive de produits radioactifs. Le cœur du combustible dans trois des réacteurs a entièrement fondu. Une zone d'exclusion de plusieurs dizaines de kilomètres autour de la centrale sera durablement créée.

Il existe actuellement au Japon 54 réacteurs pour lesquels on redoute les risques d’un séisme de grande ampleur dans les années à venir. Et si le Japon devait subir un nouvel accident nucléaire majeur, le risque se trouverait accru numérisation0202de voir la contamination radioactive s’étendre non seulement à tout le pays mais encore à la planète entière.

Il y a maintenant 25 ans que la catastrophe de Tchernobyl a produit dans le monde une contamination radioactive d’une extrême gravité. Pourtant, nous n'avons pas su tirer les leçons de cette expérience. L'utilisation de l’énergie atomique engendre massivement des produits radioactifs que l'homme ne maîtrise pas, et dont les méfaits se mesurent en siècles pour notre planète.

Voulons-nous continuer à courir le risque d’un tel danger après cette nouvelle catastrophe à Fukushima?

C‘est le 11 juin prochain au Japon, trois mois après le début de l’accident, que sera organisée une action commune de grande ampleur pour exprimer partout dans le pays la volonté de sortir du nucléaire. Nous lançons cet appel pour nous associer à cette journée de protestation internationale.

Chacun le constate, l'industrie nucléaire n'a de cesse, en dépit de nombreux incidents ou accidents, de proclamer ses certitudes d’un "nucléaire sûr" : largement globalisée, elle dispose de nombreux relais à travers les organismes internationaux, entretenant des relations de connivence avec les gouvernements des pays les plus puissants ainsi qu'avec leur intérêt militaire.

Nous ne voulons plus de ce monde nucléarisé. C’est la raison pour laquelle, solidaires avec tout courant, tout mouvement, toute organisation qui aspire à sortir du nucléaire, et afin de réfléchir ensemble à la construction d’une autre société fondée sur une nouvelle politique énergétique et une vision solidaire, nous appelons chaque citoyen dans le monde à participer à la journée internationale du 11 juin 2011.

Le 17 mai 2011

Echo-Echanges ONG France-Japon, Montreuil

 

Le 12 mai 2011 à Tokyo                                                                                                                                                                           numérisation0200

Aux ami(e)s de France

« Au Japon, il y a deux mois, nous avons eu des accidents nucléaires très graves à Fukshima. Au 11 juin 2011 (trois mois après ces accidents), nous appelons les associations et les mouvements sociaux divers dans le monde entier à organiser une journée d'action internationale contre le nucléaire. Afin de réaliser ce projet, nous souhaitons que les associations et les groupes en France adhèrent à cette initiative. Si vous voulez à ce projet, nous souhaiterions recevoir votre réponse, et nous joindrons le nom de votre asssociation ou groupe à notre communication. Dans la mesure du possible, nous souhaiterions que vous organisiez une manifestation ou réunion le 11 juin pour réfléchir ou discuter sur les accidents nucléaires de Fukushima. Maintenant, avec citoyens du monde entier, nous devons mettre fin à l’ère nucléaire. Et nous espérons ouvrir le futur post-nucléaire avec vous ».

 

L’Association pour mettre un terme au nucléaire et réaliser le passage aux énergies alternatives (http://e-shift.org/)

Le Congrès d’urgence pour faire face aux accidents nucléaires de Fukushima (http: //2011shinsai.info/node/125 )

« *Nous avons déjà organisé plusieurs manifestations au Japon. Et cette fois nous avons créé un réseau pour appeler à des actions simultanées dans le monde entier. Vous pouvez nous donnez votre réponse sur notre site ( http://nonukes.jp/wordpress/?page_id=137) ».

 

En haut à gauche la couverture d'un dossier spécial "Accidents nucléaires" paru en 1975, en bas à droite la couverture de sa réédidtion en 1978.

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 21:16

VENDREDI  20 mai A 20h30
Le Vox de Château-Renard situé dans l'est du Loiret ayant programmé le film "GASLAND", nous a demandé si nous avions un intervenant pour animer le débat et la discussion après le film. Les Ecolos du Sud Seine et Marne nous ont proposé Marie-Paule Duflot, ex présidente de Nature Environnement 77 qui a accepté de venir dans le Gâtinais non Francilien lui aussi très concerné par les gaz de schistes, d'où la mise en place du "Collectif Gâtinais Stop Gaz de Shiste". 

Gasland (V.O. ST)
Documentaire états-unien

de Josh Fox (1h44) (2011) (vidéoprojection)

19693913 jpg-r 760 x-f jpg-q x-20110314 120921
Les plus importantes recherches de gisements de gaz naturel sont en ce moment entreprises à travers les Etats-Unis par une technologie de forage appelée "la fracturation hydraulique", qui va permettre aux Etats-Unis de devenir « l’Arabie Saoudite du gaz naturel ». Mais cette technique est-elle sans danger ? Lorsque le cinéaste Josh Fox reçoit une lettre l’invitant à louer ses terres pour y faire un forage, il va sillonner le pays et découvrir en chemin les répercussions écologiques, mais aussi des secrets bien gardés, des mensonges et des toxines…

A l’heure du débat en France sur les prospections gaz de schiste en France (le Loiret est concerné), il est urgent de découvrir ce film et s’interroger sur la pertinence de ces recherches. La discussion de vendredi soir est ouverte à tous.

Nature Environnement 77, anciennement association seine et marnaise pour la sauvegarde de la nature, est une association de Loi 1901 créée en 1972 par des naturalistes, sans but lucratif, d'intérêt général. Elle fédère les associations de protections de l’environnement de la Seine et Marne mais aussi des adhérents individuels.

Pour ceux qui ne peuvent pas venir à la soirée-débat, il y a 2 autres projections de ce film :
- Jeudi 19 mai 18h30
- Lundi 23 mai 19h
Gasland (V.O. ST)

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 07:52

1er JANVIER 2011

Direction Générale de l'énergie et du climat

Direction de l'énergie-SD2

Bureau Exploitation Production des Hydrocarbures

PERIMETRES DES TITRES MINIERS

DES HYDROCARBURES

numerisation0205.jpgIncroyable mais vrai, le 9 mai dernier, à Abou  Dhabi, réuni par l'ONU, le Groupe intergouvernementalles des 120 scientifiques experts sur l'évolution du climat (GIEC), affirme "que le potentiel technique des énergies renouvelables dépasse la demande actuelle", ils estiment "que la part des énergies vertes pourrait approcher 80% de la consommation mondiale en 2050 à un coût abordable". En plein débat sur l'énergie voilà une expertise qui tombe à propos. Pourtant depuis quelques semaines les tenants des vieilles énergies et des profits sont à la manoeuvre pour imposer leurs vieilles recettes, un EPR par ci, un autre par là, en expliquant au bon peuple qu'on ne peut faire autrement au "prétexte" que les renouvelables ne seront jamais rien d'autre que quelques pourcentages d'énergie d'appoint. Même si les les titres miniers d'hydrocarbures ne datent pas de la semaine passée, ils s'inscrivent tout pareil dans les recettes d'hier qui dans le cas présent est en pleine contradiction avec la lutte pour freiner le changement climatique qui lui est bien réel.

 

Ci-dessus une carte des périmètres des titres miniers des hydrocarbures concernant le Grand Gâtinais et un peu plus large. Pour moi ce qui est clair, c'est qu'il est hors de question de laisser saccager les sols, l'eau, les paysages et la vie tout simplement sur notre territoire ni ailleurs non plus. Trop, c'est trop, plus que jamais, la société va devoir faire vraiment ses choix de vie. Plus on attend plus ils s'imposeront à nous violemment !  

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 14:33

numerisation0201.jpgSuite à Fukushima, nous n'échapperons pas localement et nationalement à un débat sur les choix énergétiques que notre société va devoir faire dans des délais contraints. Avec le profit immédiat, le conformisme ambiant, l'idéologie du "toujours plus" et d'un progrès supposé qui n'aurait obligatoirement qu'un modèle, je crains le pire. N'empêche qu'il faut se battre, même si nous ne sommes pas à armes égales avec les nucléocrates, n'oublions pas que leur modèle de société a des pieds d'argile si bien que tout peut basculer à chaque instant. Reste à savoir à quel moment et dans quel état nous serons alors à la fois d’un point de vue social et environnemental ? Devrons-nous gérer une survie pathétique ou une vie acceptable restera-t-elle encore possible pour la construction d’autre chose ?

 

Comme prévu j’inscris la période actuelle et celle à venir dans une histoire déjà vécue et écrite à savoir celle de l’Ecologie politique et de ses luttes emblématiques. Je le fais non pas par nostalgie, cela ne sert à rien, mais par la nécessité de nous saisir de notre patrimoine, de notre histoire et de nos acquis. La mémoire n'est pas un devoir mais une nécessité et non une nostalgie comme dit François Maspero. Si je le cite souvent c’est parce que je suis convaincu que tout comme les individus, les organisations et les courants de pensée, pour aller de l’avant, ont besoin de s’appuyer sur leur histoire et sans la réécrire, afin de ne pas sans arrêt à avoir à la reproduire ou pire à la singer. Si je le fais c’est que durant vingt ans avec l’Agence de Presse Réhabilitation Ecologique et Ecologie je fus avec tous mes collaborateurs à la fois un acteur et un témoin privilégié de la construction de cette histoire qui loin de nous gêner aujourd’hui nous rend plus forts et dans nos convictions et dans l’argumentaire à développer à la fois pour lutter et pour convaincre. L’intérêt de s’appuyer sur la presse écolo de l’époque c’est que nous sommes en direct au cœur de l’évènement et du ressenti d’alors.

 

Voici l’éditorial du numéro 371 d’Ecologie de mai 1986, le numéro du juste après Tchernobyl. En 1979, le journal avait déjà connu Three Mile Island, mais là avecnumérisation0193 Tchernobyl, c’était pire, même si au moment de la publication de ce numéro on ne mesurait pas encore l’étendu des dégâts. Dans un prochain article je présenterai le contenu du journal que dans l’urgence nous avions dû modifier. Avant l’accident notre grande information c’était l’ouverture d’Ecologie à la francophonie par des accords de rapprochement entre notre rédaction et l’Ecologie politique belge, ce que l’actualité a forcément passé au second plan.   

 

 

LA ROULETTE RUSSE                

numérisation0176"On bouclait le journal. On était tout à la joie de vous annoncer la dimension prise par ECOLOGIE : les premiers pas avec une équipe rédactionnelle belge pour faire de celui-ci un journal écologiste francophone. Et puis l’annonce de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl a assombri notre plaisir, nous jetant sans préavis dans une actualité que nous redoutions d’avoir un jour à relater.

 

Pour nous, c’est l’horreur. Rien à voir avec la réjouissance dont Gérard Dupuy, éditorialiste de « Libération », gratifie les écologistes. Faut-il être tordu, alambiqué et handicapé moral pour le penser et l’écrire.

 

P1100300La colère, une violente colère, vous savez, de ces colères qui viennent de loin parce que refoulées inconsciemment depuis longtemps, éclate. L’insupportable a ses limites. La télé soviétique distille en trois mots la catastrophe. Comprenne qui pourra. Les télévisions occidentales remplissent leurs plateaux plus éminents les uns que les autres, redondants d’explications, justifiant leurs qualités d’experts. Experts en quoi au juste ? Techniciens aux ordres, ils ne sont que les faire-valoir des structures nucléaires, se permettent en l’absence de tout contradicteur ou contre-expert d’être juges et partis. La censure soviétique trouve dans ces usurpations et ces avalanches médiatiques de non-dits bavard son pendant occidental. Dans les deux cas, on prend la population pour du bétail. La censure et la désinformation sont les deux faces du même miroir et la duperie est de faire croire qu’elles n’existent que chez l’autre. Et cocorico la France, deuxième programme nucléaire mondial, y va de sa science. On est les meilleurs. Et lors de prestations radiotélévisées récentes, coup de chapeau des nucléocrates – ne disons plus experts – aux écologistes qui grâce « à leurs revendications, font que la France dispose d’un luxe de sécurité ». Et oui, vous avez bien lu. Parions alors que, lorsque l’accident si improbable se produira, ce sera de la responsabilité des écologistes qui n’auront pas été assez revendicatifs.

 

Sans attendre cette suprême condamnation, déjà on se plaît à marginaliser les écologistes. On cherche à les réduire politiquement, et un Serge July – « encore Libération » - y va de son analyse pour ne plus voir d’avenir aux écologistes. Trop politique le bonhomme, pour oublier des pans entiers d’éléments entraînant les conclusions faciles qu’il colporte. Donc, il désinforme. Normal d’ailleurs : homme de média branché, il se doit d’aller dans le sens de ceux qui font la mode, s’y soumet et fait le domestique. Il véhicule l’éphémère, séducteur des girouettes de toutes les modes et surtout de la dernière. Mais au regard de l’actualité – mais pas n’importe laquelle, celle qui fait l’histoire et la réalité de notre époque – son discours prend une résonnance particulière. L’écologie est passée de mode, dit-il, il l’écrit, l’imprime, le diffuse, alors que jamais celle-ci n’a été aussi présente et dans le quotidien et dans le devenir du monde. Parce que, ne lui en déplaise, les pluies acides, la nitrification de l’eau, la disparition des espèces, le nucléaire et ses poisons, la déforestation et la désertification, les numerisation0204.jpgdéséquilibres Nord-Sud ne sont malheureusement pas éphémères, et courent plus vite que les modes de July et de ses adeptes. Qu’il prenne garde, le July, qu’un jour la mode ne le crache pas comme un noyau.

 

Ah les écolos, comme on aimerait qu’ils soient ringards et au placard de l’histoire ! C’est assez de les entendre jouer les Cassandres, et qu’il est assommant d’être sans cesse et de manière accélérée confronté à toujours plus de catastrophes écologiques. La société n’aime pas être contredite, même si elle a tort ; dans ce cas elle réduit les Cassandres. Mais le paradoxe d’aujourd’hui, c’est que dans une société qui sacrifie ô combien à la communication, on n’entende des écologistes que la mauvaise conscience collective. On ne les entend pas quand ils imaginent, quand ils proposent, quand ils concrétisent d’autres fonctionnements, d’autres gestions de notre capital naturel, d’autres relations dans la société. Les catastrophes, ce n’est pas eux. Ils ne sont pour rien dans cette relation sado masochiste que les décideurs de tout poil entretiennent avec les valeurs qu’ils défendent jusqu’à la perversité d’imposer des technologies aux retombées non mesurables et toujours plus incontrôlables. Goût morbide du risque travesti en « aventure humaine », embarquant dans la galère l’humanité entière. Pseudonumerisation0191.jpg progrès qui, d’un jour à l’autre, peut nous expédier tous quelques milliers d’années en arrière, à la case départ !

 

Le beau voyage !

 

Merci Monsieur l’expert, Monsieur le technocrate’, Monsieur le politicien, Monsieur l’économiste, Monsieur le communicateur ! Merci pour tout.

 

Paradoxe aussi de ne réduire la sécurité qu’aux voyous de droit commun et extrémistes poseurs de bombes. Sécurité considérablement simplifiée et démagogique, même si les agresseurs ne doivent pas rester dans l’impunité. Sécurité au rabais, à la mesure de la médiocrité ambiante. Le droit commun, le terrorisme sont aussi politiques, économiques, technocratiques, industriels, sociaux et culturels. Insécurité qui débouche sur l’avenir incertain de l’eau, de l’air, de la terre, de la flore, de la faune et au bout de la chaîne, de l’homme. La roulette russe du nucléaire imposée aux populations ne fait-elle pas partie de l’insécurité ?

 

Si les écologistes ne font pas toujours recette, ils n’ont pas à s’effacer dans l’anonymat des rassemblements grégaires. Mieux, ils ont à cultiver leur identité et affirmer le positif de leur personnalité et de leur démarche."

 

numérisation0192  ECOLOGIE n° 371 mai 1986

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:42

Samedi ‎7 mai 2011

RDV à 14h (précise) sur le parking Ravelin (derrière le champ de foire)

coordination EELV 58 a qui s'associe

le Comité Stop Belleville Stop Dampierre !

contact:
Lucien PETIT /  06 83 67 17 69 / petit.lucien@wanadoo.fr

 

A VOTRE REFLEXION:

photo_1300535482554-1-0.jpgA Fukushima 1, que voit-on ? La matérialisation de toutes ces craintes, la preuve tangible qu'elles sont fondées : les événements échappent non seulement à la perception de tout un chacun, mais aussi au contrôle des élites technoscientifiques. Dans le nord du Japon se compose le sidérant tableau d'une technologie qui menace l'intégrité de vastes régions par le biais de particules infimes et incontrôlables, émettrices de rayonnements toxiques et invisibles, dispersées au gré des masses d'air et des courants marins. Une technologie qui supplante son créateur jusqu'à lui interdire de venir l'observer. C'est un constat inouï : les maîtres de l'atome ignorent ce qui se déroule précisément dans les lieux-clés de la centrale - les réacteurs - puisque nul ne peut s'en approcher sans périr aussitôt.

 

Les cœurs des réacteurs, partiellement fondus, semblent avoir acquis une sorte de vie autonome. Les réactions de désintégration des radioéléments qui les constituent donnent à ces fauves de magma assez d'énergie pour se maintenir pendant plusieurs mois à plus de 2 000 °C, sans la moindre intervention extérieure. Un chercheur du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) parle de la nécessaire «reconquête" de ces réacteurs, qui se fera au terme d'une "guerre de tranchées". Les mots le disent : nous sommes entrés en conflit armé avec notrestalingrad6.jpg créature. Et la désespérante image des hélicoptères larguant de l'eau de mer sur les réacteurs bouillonnants résume à elle seule l'ampleur du désarroi des hommes dans cette bataille.

 

Dans la centrale japonaise, c'est la promesse de maîtrise du monde et de contrôle de la nature qui part en fumée. Un coup de grisou, un cyclone, un séisme, un accident industriel classique, font partie de l'aléa. Le désastre de Fukushima, lui, nous donne à voir, dans le pays le plus avancé en la matière, une technologie cessant d'être l'alliée inconditionnelle et servile de son créateur pour se rendre maître d'elle-même, lui devenir hostile et s'emparer d'un territoire d'où il sera durablement banni. C'est toute la notion occidentale du progrès humain comme fonction linéaire du progrès technique que cette catastrophe nous invite à repenser.

Service Planète / Stéphane Foucart

Article paru dans le monde, édition du 10.04.11 


 

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Ecologie
commenter cet article

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022