Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 19:11

VIOL :

LA HONTE DOIT CHANGER DE CAMP !

  

En tant qu'écolo j'avais décidé de m'engager dans cette campagne contre le tabou du viol lancée le 25 novembre, sauf que j'ai été trahis par la technologie, je suis donc resté silencieux. En reprenant aujourd'hui je suis allé voir ou en était la pétition. Ma déception à été grande puisque ce sont 29 493 signatures que j'ai découvert sur le site, soit plus de moitié moins de signatures que de viols annuels. Chaque année en France, plus de 198 000 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol. 75 000 sont violées*. Aujourd'hui, 200 femmes seront violées. Celles qui porteront plainte ne constituent qu'une petite minorité, mais quant elles le font, la Justice répond rarement présente. En tout et pour tout, seuls 2% des violeurs sont condamnés.

  10856-la-honte-doit-changer-de-camp.jpg

 

Le viol est un crime. Il est puni de 15 ans de prison. Depuis 30 ans, la loi le dit. Mais dans les faits, les femmes qui sont confrontées à ce traumatisme rencontrent encore des difficultés. A faire reconnaître leur préjudice par la justice, à être accueillies comme elles le doivent dans les commissariats ou les gendarmeries, ou plus simplement à en parler. Le viol est encore souvent caché, les victimes elles-même le nient ou le minimisent parfois, tant le sujet est douloureux, et surtout tabou.

 

Malgré les efforts entrepris ces dernières années pour mieux prendre en compte les violences faites aux femmes, auxquelles sera consacrée la journée de demain, le constat est encore valable. Et trois associations ont décidé de lancer elles-mêmes une campagne nationale, apanage habituel de l’Etat et des institutions publiques.

Pour le collectif féministe contre le violMix Cités et Osez le féminisme“la honte doit changer de camp”. C’est le slogan de la campagne. Elles vont distribuer des milliers d’affiches et de tracts pour appeler à signer un manifeste contre le viol, avec une adresse internet : www.contreleviol.fr.

 

Car le phénomène, bien que souvent tu, est très répandu. Chaque année en France, selon les associations, 75.000 femmes sont violées. Au total, 198.000 sont victimes de maltraitances sexuelles. Et contrairement au cliché, il ne s’agit pas toujours de viols par des inconnus. Nombre de maltraitances se produisent à l’intérieur des familles.

Les trois associations veulent faire évoluer les mentalités, placer le viol parmi les problèmes sociaux majeurs. Elles demandent des moyens pour la prise en charge des victimes et des formations pour tous ceux qui y sont confrontés : policiers, magistrats, éducateurs, enseignants. Les trois associations souhaitent aussi que les agressions sexuelles, c’est à dire sans pénétration, soient également jugées en cour d’assises, et non en correctionnelle, où les victimes, estiment-elles, ne sont pas assez entendues. Elles exigent également des enquêtes systématiques après des plaintes contre des atteintes à la personne.

Source :

http://www.franceinfo.fr/france-societe-2010-11-24-trois-associations-lancent-un-manifeste-contre-le-viol-499046-9-12.html

 

« J’avais 35 ans, c’était mon conjoint… »

« Mon père m’a dit qu’il m’aimait, il a fermé la porte, j’avais 13 ans…  »

« J’ai 52 ans, j’étais seule à l’heure du déjeuner, c’était mon patron…  »

« Je venais de battre le record de France, j’étais dans les vestiaires, c’était mon coach…  »

« Il y avait eu des blagues pas toujours drôles avant, quelques gestes un peu déplacés,
les autres étudiants ont fait semblant de ne rien voir, c’était mon prof…  »

« C’était l’été, j’allais à la plage, j’ai croisé un homme sur le chemin… »

« Après le resto, je suis montée prendre un verre chez lui… »

« Mes parents m’ont dit que mon cousin était mon mari. On m’a enfermée dans la chambre avec lui »

 

  violtxt-ae54e.jpg

"Chaque acte sexuel forcé est un instrument de déshumanisation. Il est une négation de notre volonté, le mépris de notre consentement. Les hommes ne sont pas plus que les femmes régis par des « pulsions sexuelles irrépressibles ». Le viol n’a rien à voir avec un désir soi-disant incontrôlable".

Il est une humiliation, une appropriation, une domination des hommes sur le corps et le sexe des femmes et des filles. Plus de 75 000 femmes violées par an : il ne s’agit pas seulement d’une somme de crimes isolés, à classer dans les faits divers, mais une marque que notre société reste profondément inégalitaire dans les relations femmes-hommes.

Sous l’effet de la peur, de la pression de notre entourage, de la volonté d’oublier, une majorité d’entre nous n’a pas porté plainte. Nous dénonçons la tolérance de notre société vis-à-vis du viol. En France, on estime que seulement 2% des violeurs sont condamnés.

Nous dénonçons la stigmatisation des victimes de viol qui doivent trop souvent affronter dénégations, accusations et rejet. Nous refusons de nous laisser culpabiliser sur notre tenue, notre comportement, nos fréquentations. Aucune honte ne doit peser sur nous. Nous devons être entendues sur ce que nous avons subi. Le viol est un crime. Les agresseurs doivent être jugés et condamnés.

Une femme sur 10 a été violée ou le sera au cours de sa vie. Dans 8 cas sur 10, l’agresseur est connu de la victime. Le viol n’est pas une fatalité. Il est le signe d’une société profondément sexiste.

Cette réalité peut changer. Cette réalité doit ch

Nous refusons que la peur du viol imprègne notre quotidien et nos comportements. Nous voulons être pleinement libres dans l’espace privé et dans l’espace public.

 

Nous exigeons :

  1. Des moyens financiers supplémentaires des pouvoirs publics pour la prise en charge des victimes ainsi que pour soutenir les associations qui luttent au quotidien contre les violences faites aux femmes
  2. Une prise en charge des soins à 100 % pour les victimes lorsqu’elles sont majeures et la gratuité des soins pour les mineures, aujourd’hui insuffisamment appliquée.
  3. Une formation des professionnels des secteurs social, judiciaire, médical, éducatif à la prise en compte des violences sexuelles et sexistes : dépister, prendre en charge, réprimer, prévenir.
  4. Des campagnes d’information et de prévention des violences sexuelles en direction du grand public notamment à l’école, dès le plus jeune âge.
  5. Un jugement des crimes sexuelsexclusivement en cour d’assises.
  6. Une enquête systématique à la suite des plaintes pour crimes ou délits contre la personne.

* Chiffre tiré de l’enquête nationale de l’OND, 2007-2008. Concerne les femmes de 18 à 75 ans

  10855-capture-d-ecran-du-spot-de-la-campagne-contre-le-viol

Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022