Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 10:59

SURTOUT NE PAS FAIRE CE QUE JE DIS ! 

 

Lundi 20 décembre, au menu du Conseil municipal de Montargis : « Les orientations budgétaires ». Chacun sait qu’il s’agit d’une délibération de l’Assemblée communale sans vote, et que ces orientations préfigurent les priorités qui seront inscrites dans le budget primitif qui sera lui voté en février prochain. Le budget étant l’acte politique majeur de tout exécutif. Au second paragraphe du document qui présente les orientations de mon député-maire UMP Jean-Pierre Door, il est écrit : « Au préalable, il est utile d’évoquer l’environnement économique (souligné dans le texte) national et les principales dispositions du projet de loi de finances intéressant les collectivités territoriales pour 2011 ». De plus lors de la présentation orale de Madame Guitard, adjointe au budget et aux finances, celle-ci a bien précisé que ces orientations s’inscrivaient « dans les priorités du gouvernement ».

   

J’ai donc bâti mon intervention sur cette commande parce qu’il est clair qu’il y a un lien direct entre des votes à l’Assemblée Nationale et leurs applications dans la vie locale, ce qui pour le moins n’est pas évident pour tout le monde. Qui vote les lois de finances ? Mon maire en l’occurrence qui en tant qu’UMP et député relais sur sa commune la politique gouvernementale économique qui par ailleurs est jugée mauvaise par 68% des Français (sondage BVA du 18 décembre 2010). Mon intervention a été émaillée de sourires, de rires ou encore de remarques du genre : «nous sommes dans l’action municipale à Montargis ! » par les élus de la majorité. Etonnant, comme si Montargis évoluait dans une bulle hors du monde. La réponse du maire n’a pas été à la hauteur de sa propre commande à savoir d’évoquer le contexte économique national et la loi de finances votée par lui. « Une fois encore vous politisez le débat en le nationalisant. Attendez 2012 et les prochaines échéances », un comble, si ce n’est pas de l’évitement je n’y comprends rien. En attendant l’injustice et les inégalités progressent avec des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres. C’est une réalité qui frappe cruellement des personnes dans leur vie quotidienne. Le jour même de ce Conseil, dans notre bassin d’emploi de Montargis, ils sont 8760 inscrits à Pôle Emploi, sans parler de tous ceux et celles qui ont disparu du paysage et ne sont inscrits nulle part…  Voici mon intervention.

  P1070007.JPG

 

Monsieur le maire, Monsieur le député,

 

En préalable au débat d’orientations budgétaires, vous jugez utile « d’évoquer l’environnement économique national et les principales dispositions du projet de loi de finances intéressant les collectivités territoriales pour 2011 », alors parlons-en.

 

En tant qu’élu Europe Ecologie Les Verts, je ne peut pas parler de l’environnement économique national sans le lier à l’environnement social national et local tant les deux sont liés.

 

D’abord je cite l’un de vos amis, monsieur Michel Martin vice président (UMP) en charge des finances de l’AgglO (je parle d’Orléans) qui le 14 décembre (il y a six jours) a déclaré que : « nous sommes dans un contexte fiscal particulier puisque la collectivité doit faire face à la disparition de la taxe professionnelle et au gel des dotations de l’Etat ».

Ensuite parce que nous sommes à Montargis, et que si jolie soit notre ville, il n’empêche qu’elle est en difficulté si l’on en juge par quelques indicateurs pertinents qui signifient clairement que notre population est en grande souffrance. A ce propos on peut considérer que c’est l’ensemble du Gâtinais et ses habitants qui sont dans cette situation comme nous le verrons plus loin.

 

A propos de l’inflation, vous nous indiquez que les prix à la consommation devraient s’établir à + 1.5% contre 1,6% cette année. Ne faisons pas de commentaire sur les 0,1 de différence. Seuls les 10% de Français (2,3 millions dont 72,1% sont des femmes) qui touchent le SMIC pour salaire apprécieront. Ils apprécieront également la revalorisation annuelle du SMIC au 1er janvier 2011. Revalorisation à la hauteur de 17€ par mois, soit 55 cents par jour. De plus un salarié sur cinq a des revenus de son travail proches du SMIC.

 

Sincèrement ce n’est pas sérieux au regard de l’inflation annoncée et à rapprocher aux augmentations et nouvelles taxes de toutes natures qui vont frapper tous les Français en 2011. Mais si nous sommes tous frappés de la même manière « nous sommes tous égaux, mais certains plus que d’autres »,disait Coluche, dont les Restôs n’ont jamais hélas aussi bien fonctionné, les conséquences sont, pour certaines catégories de population, d’amplifier des inégalités de revenu qui entrainent des personnes dans la précarité, voire la grande précarité, et personne n’est à l’abri de cette casse et du déclassement social. Je parlais plus haut du SMIC, mais que dire alors de ceux qui sont au Revenu de Solidarité Active dont les premières victimes sont les enfants ? Deux millions d'enfants vivent ainsi dans des familles disposant de revenus inférieurs au seuil de pauvreté soit 950€ par mois et dont la moitié a moins de 773€ (allocations familiales et logement comprises). 600 000 d'entre eux sont concernés par des problèmes de logement qui parfois les entrainent loin de la scolarité. Conséquence ils sont 150 000 par an à sortir de l'école sans qualification. Ce constat est celui de l’une de vos amies à savoir Madame Versini ancienne secrétaire d'Etat UMP chargée de la précarité et de l’exclusion (déclaration du 25 novembre dernier).

  numérisation0022

 

Concernant ces gens on peut toujours revaloriser les minimas des minimas ce qui parfois peut faire illusion en pourcentages dont on pourrait se féliciter, sauf que la réalité de la vraie vie est bien cruelle et que les pourcentages fondent comme neige au soleil et s’évaporent face à un coût de la vie qui ne cesse d’augmenter. Le problème est que dans cette période de chômage, et là, Montargis est très concerné, la vie ne cesse d'augmenter par une spirale infernale qui consiste à enrichir les marchés financiers en taxant sans cesse un peu plus les Français toutes catégories confondues simplement parce que l'argent du capital est moins taxé que celui du travail. C’est un vrai sujet. De plus, il ne suffit plus aujourd’hui d’être dans l’emploi pour vivre dignement tant il existe de plus en plus de travailleurs pauvres.

 

Je vous propose une petite liste non exhaustive des augmentations et taxes à venir :

 

·        Taxe sur les mutuelles pour financer le fonds CMU – Depuis 2008,

·        Taxe sur les mutuelles pour financer la gabegie du vaccin de la grippe H1N1. Créée en 2010, reconduite en 2011 (0,34 %),

·        Taxe sur les contrats solidaires et responsables des mutuelles – 3,5 % à partir de 2011,

·        Hausse du ticket modérateur des actes hospitaliers et des consultations généralistes en 2011,

·        Déremboursement des médicaments vignette bleue de 35 à 30 % en 2011,

·        Augmentation de la TVA sur les fauteuils roulants (de 5,5 à 19,6 %),

·        Augmentation dès le 1erjanvier 2011 de la TVA sur les box triple play (Internet-Téléphone-Télévision). En moyenne 3 € par mois,

·        Suppression à partir de 2011 des déclarations multiples l’année d’un changement de situation matrimoniale (mariage, séparation, divorce, décès…),

·        Réduction à partir de 2011 du crédit d’impôt pour l’investissement dans la production d’énergie photovoltaïque (de 50 à 25 %),

·        Diminution du crédit d’impôts sur le revenu aux agriculteurs convertis au bio (de 4000 à 2000€),

·        Augmentation de l’électricité, du gaz, des assurances automobiles et d’habitation, des transports, des amendes,

·        Localement : instauration de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) à compter du 1er janvier prochain,(double impôt),

·        Augmentation des Taxes Foncières Bâties et d’Habitation d’un euros par mois (mes relevés mensuels sur plusieurs années l’attestent), etc

·        Un prix de l’eau très élevé,…

 

Voilà quelques exemples parmi d’autres surprises sonnantes et trébuchantes qui nous attendent pour la nouvelle année. L’an passé, je me souviens à propos du Plan Local de l’Habitat (PLH) que celui-ci indiquait que le coût des loyers proposés à Montargis était supérieur aux revenus des habitants. Ce qui m’interpelle, c’est qu’on ne dynamisera pas Montargis et ses environs en menant des politiques de rentiers comme au 19èmesiècle et je pense là particulièrement à la rente immobilière, je pense à la multiplication de construction de résidences trop chères pour les montargois. Constructions qui n’ont rien de bioclimatique. Cette politique est perceptible dans l’action municipale que vous menez, voir les recettes d’investissement à propos des cessions immobilières (800 000€) second poste des recettes de l’auto financement hors subventions et indemnités d’assurances. L’an passé, je vous avais demandé s’il était possible d’avoir une maquette budgétaire sur plusieurs années afin de mieux anticiper. Proposition refusée. Aujourd’hui ma question est : « qu’est ce qui nous reste à céder sur le plan immobilier pour savoir jusqu’à quand nous disposerons de cette ligne d’autofinancement » ? En tant qu’écologiste, je pense que c’est par une transformation des modes de production industrielle et agricole inscrite dans une politique volontariste d’un développement local et territorial de proximité.

  P1080064.JPG

 

A propos des impôts locaux, comme d’habitude, les députés de la majorité présidentielle, dont vous, ont augmenté les bases locatives qui font que les impôts locaux augmentent sans que les élus municipaux ne se mouillent. Pour 2010, vous aviez décidé (les députés) d’augmenter les bases d’imposition de 2,5 %. En 2011, ce sera + 2 %. Ce pourcentage de croissance a été arraché par les députés contre l'avis du Gouvernement qui militait pour une revalorisation de seulement +1,5%.

A rapprocher de l’inflation, mais surtout de la non augmentation des salaires et de la hausse de la précarité.

 

Si je suis intervenu aussi longuement sur le caractère social dans ce débat , c’est que notre ville et le Gâtinais comme je l’ai dit plus haut sont dans une situation particulière dans ce département. Concernant le.  revenu moyen par foyer sur 334 villes classées dans le Loiret, Châlette –sur-Loing est en 334èmeposition, Bellegarde 331, Montargis 330, Phitiviers 328, 326 Châtillon-Coligny et jusqu’à la 300èmeon y retrouve Beaune-la-Rolande, Douchy , Melleroy, Gien, Briare, Châtillon-sur-Loire, Sully-sur-Loire, Lorris, Courtenay, Chuelles pour ne prendre que les villes les plus importantes, Chateaurenard et Nogent-sur-Vernisson étant respectivement 299èmeet 297ème . Il est clair que notre territoire souffre. Montargis le ville centre en 330ème position nous démontre la pauvreté de ses habitants. Voilà pour mon rapprochement avec le constat du Plan Local de l’Habitat et des revenus du travail sur le plan local.

 

A propos de la réforme fiscale, la nouvelle contribution économique territoriale (CET) qui remplace la taxe professionnelle (TP) risque de devenir une bombe à retardement financière et économique pour les finances publiques et les collectivités locales dont Montargis. Selon l’un de vos amis, Gilles Carrez, député UMP, qui est le rapporteur général de la commission des finances de l’Assemblée Nationale ; homme respecté pour sa compétence par la droite comme par la gauche, « le coût de la réforme pourrait être compris entre 7 et 8 milliards d'euros, soit deux fois le coût initialement prévu. Il est regrettable que les chiffres annoncés soient quasiment toujours erronés : ce fut le cas pour la loi TEPA sur les heures supplémentaires et pour d'autres réformes fiscales ». Gilles Carrez s'est d'ailleurs montré très critique vis-à-vis du gouvernement sur cette manière de faire. De plus, en ces temps de disette, ce gouvernement a fait un cadeau fiscal de 780 millions d'euros aux professions libérales, afin de satisfaire une partie de son électorat qui se plaignait d'être oubliée dans la réforme de la TP. Ces erreurs d'appréciation, volontaires ou non, vont avoir un prix pour les collectivités locales, puisque de nombreuses communes vont se trouver confrontées à un effondrement de leurs recettes fiscales qu'elles vont devoir compenser par l'augmentation de la fiscalité locale des particuliers et réduire leurs investissements. Si, dans le mode de calcul, les entreprises de travaux publics comme celles de l'industrie seront les principales bénéficiaires, elles risquent de voir leurs carnets de commandes se réduire et être de plus en plus tributaires des grands donneurs d'ordre. Soulignons que les entreprises prestataires de service, par cette réforme ne seront pas gagnantes et que de nombreuses Très Petites Entreprises seront pénalisées. Il faudra bien compenser ces 4 milliards qui s'ajoutent à plusieurs autres. Comment ? En s'endettant, en licenciant les fonctionnaires et en continuant à faire payer les pauvres et les classes moyennes qui sont, c’est vrai, beaucoup plus nombreux que les riches. A suivre...

 

Au final, il est évident que les interventions des collectivités locales, quelles qu’elles soient (communes, départements, régions) vont être réduites. Ceci au détriment des services publics et des associations, qui elles au bout de la chaine, animent directement le territoire, qui font des budgets en équilibre, qui n’empruntent pas  et qui ont les portes ouvertes pour accueillir tout le monde.

 

Sur cette Contribution Economique Territoriale (CET), que dire des incertitudes qui d’une communes à une autre peuvent surgir à tous moments au gré des besoins. J’en veux pour témoignage le reportage de la Nouvelle République (édition de l’Indre du 16/12/2010) sur cette nouvelle taxe et les commerçants du centre ville de Châteauroux qui dans l’ensemble constatent une augmentation des taxes à payer et au final en concluent qu’à ce rythme leurs jours d’indépendants sont comptés.

  P1000036.JPG

 

Pourtant comme à l’habitude, la majorité UMP dit défendre par l’intervention de l’action publique un soutien de l’activité économique arguant que c’est l’emploi qu’elle défend. Etonnant alors que concrètement l’Etat va supprimer 31 638 postes dans la fonction publique d'Etat en 2011. Le ministère de l'éducation nationale est, comme chaque année, le plus touché, avec 16 000 suppressions de postes (ETP). Ces réductions d'effectifs sont liées à la poursuite de la politique du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite qui doit conduire finalement à plus de 97 000 suppressions de postes sur la durée du budget triennal 2011-2013. Entre 2007 et 2010, le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite a déjà réduit de 100 000 postes les effectifs de l'Etat. C’est donc le service public qui se réduit à peau de chagrin. A terme, c’est le secteur privé (les amis de l’Elysée) qui va se saisir de ce « marché »laissé vacant. Les précaires et les personnes non solvables seront peu à peu écartés… Le résultat de cette politique, c'est l’inégalité qui se creuse entre les catégories sociales y compris au sein des plus modestes et des plus précaires. De plus la rigueur extrême demandée aux populations par le gouvernement UMP n'a pas d'autre objectif que de donner confiance aux spéculateurs de la bulle financière, austérité qui non seulement ne comblera pas le déficit public que la majorité présidentielle a particulièrement creusé en huit ans de pouvoir, mais contribue à la désintégration de l'ensemble du tissu social et solidaire qui est la base du pacte républicain à la française.

 

 P1000039

 

Finalement, les collectivités, y compris notre commune, n’ont plus la maîtrise de leurs recettes, symptôme d’un système qui s’effondre. Reste qu’à Montargis nous continuons de creuser la dette puisque qu’à nouveau vous envisagez un emprunt de 2 500 000€ que tôt ou tard, il nous faudra bien rembourser, je veux dire que nos enfants rembourseront. 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022