Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 10:22

AVIS DE TEMPETE

P1330815

Jeux organisés par les "Jeunes Ecologistes" sur le thème des marchés lors des journées d'été d'EELV à Poitiers. Photo: JLB 

 

Trop souvent, pour ne pas dire toujours, nous (je veux dire les acteurs et composants de la "Société") quand nous ne l'accompagnons pas, nous courons derrière l'évènement (les crises en l'occurrence). Résultat, nous subissons, et nous ne prenons pas l'initiative de changements réels et de comportements nouveaux significatifs et porteurs d'avenir d'un "nouveau monde". Vieux débat si il en est et qui me rappelle celui des années 70 sur l'alternative et l'autarcie. Sachant que rien ne se modifie du jour au lendemain et qu'il faut savoir trouver un équilibre acceptable et tenable au quotidien et dans la durée. La question est: faut-il mobiliser nos petits moyens à s'essouffler, à courir derrière le métro de retard, ou faut-il mieux se concentrer sur des objectifs de création et de construction que l'on maîtrise au plus près ? De plus, je pense que "l'agitprop militant" tous azimuts pratiqué par certains dans l'urgence de cette course poursuite, brouille les objectifs. Si à première vue cet activisme paraît "naturellement" fédérateur, en réalité à bien observer, il cache bien des désaccords sur le fond et la forme. Seule l'action par des initiatives concrètes sur le plan local feront le tri et la différence, levant ainsi toutes les ambiguités. Aujourd'hui je vous présente un texte de Philippe Lalik d'Attac 45 demeurant dans le Gâtinais qui pose bien la problématique tout en proposant (à nouveau, il l'a déjà fait) la réalisation et la mise en place d'une monnaie locale. Un vrai chantier bien concrêt qui souvent est initié par des associations, voire des collectivités comme Toulouse, Nanterre ou encore plus près de nous Fontainebleau. De ces monnaies locales il en existe plusieurs en France, je ferai un petit recapitulatif dans un prochain article, en attendant pour les plus curieux j'ai créé un lien avec Monnaies locales (voir rubrique "liens" dans la colonne à droite du blog).   

 

Le texte de Philippe

                                          

Alors que nous subissons chaque jour davantage les effets de la « crise financière » de l'automne 2008, une deuxième vague, beaucoup plus violente que la précédente, est annoncée pour la fin de l'été (1). Il nous reste donc moins de trois mois pour réagir et mettre en place un bouclier économique local. Nous allons devoir faire dans ce délai ce que nous n'avons pas même envisagé depuis près de trois ans. Le fait est que nous n'avons pas pensé une crise impensable. Mais si nous ne sortons pas rapidement de notre torpeur, ses effets seront démultipliés et bien plus dramatiques que nous ne pouvons l'imaginer. Et pas seulement pour les autres, car il ne faut pas espérer passer entre les gouttes cette fois ci.

 

Dans l'ensemble, les petites et moyennes entreprises vont mal. Le système financier international ne tient plus guère qu'à un fil et les banques françaises – comme bien d'autres – sont virtuellement en faillite. En effet, selon les normes internationales de prudence, les dettes d'une banque ne doivent pas excéder 10 fois ses capitaux propres. Lorsque la banque américaine Lehman Brothers s'est écroulée comme un château de carte, le montant de ses emprunts était 30 fois supérieur à ses capitaux propres. Ce que nos compatriotes ignorent généralement, c'est que les banques françaises (2) se trouvent dans une situation identique, si ce n'est pire. La Société Générale a un effet levier de 50, la Banque Postale de 35, le Crédit Agricole de 33, la BNP de 27, la Banque Populaire-Caisse d’Épargne de 22 et le Crédit Mutuel de 15 ! La norme étant, j'insiste, de 10.

 

Chacun d'entre nous poursuit ses activités militantes dans son domaine particulier. Il existe une fragmentation des luttes qui ne permet pas de prendre les mesures d'urgence qui pourraient atténuer les conséquences prévisibles d'un effondrement de notre économie. Nous n'avons pas suffisamment pris conscience que nous ne vivons plus une situation que l'on pourrait qualifier de normale. Les manières de nous engager, de lutter, de militer appartiennent – momentanément, soyons optimistes– au monde d'avant la crise. Alors que la récession et l'insolvabilité du système bancaire et financier occidentale constituent désormais notre horizon à court terme, il nous faut créer une synergie entre nos mouvements qui seule permettrait de produire un impact positif sur l'économie locale et réduire les conséquences sociales de la deuxième vague. La cellule de veille économique, créée par la mairie de Chalette sur Loing, qui réunit des acteurs économiques, syndicaux et politiques va dans le bon sens. Mais son caractère est défensif à l'instar de celui du CAC-453, créé à l'initiative d'Attac-45 et du CADTM, il y a quelques mois, sur le thème des dettes publiques. Dans le cadre d'une situation qui s'aggrave, il nous faut développer un volet offensif qui ne viserait pas seulement à conserver des emplois mais aussi à en créer, à ne pas seulement protester dans tel ou tel domaine mais à mettre en mouvement les pratiques que nous souhaitons voir advenir. Les citoyens-consommateurs que nous sommes ont un rôle important à jouer dans ce domaine à la condition d'être organisés.

  numerisation0509.jpg

 

L'AMAPP du Gâtinais, créée il y a maintenant sept ans, a constitué la première pierre de cette offensive. La création d'autres AMAPP a laissé penser qu'un édifice territorial était en cours de construction, mais il n'en est rien. L'ensemble de ces structures ne possède ni la dimension nécessaire, ni la densité requise, ni la volonté pour faire face aux chocs à venir. Il nous faut bien comprendre que faute d'une vision claire de ce qui nous attend, ces structures alternatives n'auront qu'un intérêt limité et ne résisteront pas mieux que d'autres au tsunami. Face à l'effondrement financier et à la ruine qui nous guettent, la création d'une monnaie locale dont j'ai déjà esquissé le fonctionnement (4) me semble plus que jamais relever de l'urgence (5). Au vu de la dégradation continue de l'économie, le bonus de 3% que je suggérais alors devraitt être remplacé par un bonus de 10% constitué de billets de monnaie locale non échangeables en euros. En tout état de cause, il faut absolument nous doter d'outils facilitant la résilience de notre territoire pendant qu'il en est temps. Nos actions se situent généralement dans le cadre du système. C'est-à-dire que nous souhaitons améliorer l'embarcation sur laquelle nous sommes (aide aux plus défavorisés, défense du système de retraite par répartition, de la retraite à 60 ans, soutien aux agriculteurs biologiques, aide aux sans papiers, défense du système de santé, lutte contre les paradis fiscaux...). Si nous avons bien en tête que sur ce navire est inscrit "TITANIC", nous devons alors adapter nos stratégies et nous préoccuper des chaloupes plutôt que du navire. Le soutien de l'économie locale du premier étage à l'aide – entre autres – d'une monnaie complémentaire locale ne produira pas de miracle. Il évitera simplement les conséquences les plus désastreuses de l'agonie plus ou moins rapide d'un système qui n'a pas prévu la moindre plan B tant il se croit insubmersible.

 

Philippe Lalik

22/06/2012.

 

402794_370799729655009_701435622_n.jpg1) http://europe2020.org/spip.php?article735&lang=fr

Précisons que les Américains qui ont suivi les conseils du LEAP en 2006 ont évité la ruine 2 ans plus tard.

On pourra se reporter par exemple à l'article sur la bulle immobilière de septembre 2006

http://www.leap2020.eu/Septembre-2006-Le-FMI-confirme-les-anticipations-de-LEAP-E2020-sur-la-crisesystemique-globale_a298.html ou à celui sur l'anticipation d'une crise majeure dès février 2006

http://www.leap2020.eu/Alerte-LEAP-Europe2020-Rupture-Systemique-Globale-20-26-Mars-2006-Iran USDeclenchement-

d-une-crise-mondiale-majeure_a264.html

2) http://www.jpchevallier.com/article-leverage-des-banques-francaises-86478219.html

3) Collectif pour un audit citoyen de la dette du Loiret nécessaire, ni la densité requise, ni la volonté pour faire face aux chocs à venir. Il nous faut bien comprendre que faute d'une vision claire de ce qui nous attend, ces structures alternatives n'auront qu'un intérêt limité et ne résisteront pas mieux que d'autres au tsunami. Face à l'effondrement financier et à la ruine qui nous guettent, la création d'une monnaie locale dont j'ai déjà esquissé le fonctionnement

4) me semble plus que jamais relever de l'urgence

5) http://europe2020.org/spip.php?article735&lang=fr  

Partager cet article

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022