Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 12:00

UN JOUR FUTUR...
En France, la fin des années 50 et les années 60 sont incontestablement les années rock, puis twist, madison et jerk. Ce furent aussi les années Beatles, Rolling-Stones pour ne citer que les groupes leaders. Quel jeune de l'époque n'adhérait pas à ces mouvements musicaux et qui exprimaient aussi des changements  sociétaux profonds? Nous étions entre 15 et 20 ans après la seconde guerre mondiale et  la guerre d'Algérie prit fin en 1962. Six ans après, mai 1968, à traduit ce vent de liberté qui soufflait en musique dans nos têtes alors que la société de consommation s'imposait chaque jour un peu plus. N'étions-nous pas au coeur des trente glorieuses?

Durant ces années Yé-Yé auxquelles nous participions activement, nombre d'entre nous pour ne pas dire un nombre considérable, écoutions dans le même temps sans contradiction et , d'autres expressions, d'autres paroles, d'autres mélodies portées par de fortes personnalités, par des individus exceptionnels, des artistes d'exception. Je pense particulièrement à George Brassens, Jacques Brel, Léo Férré, Barbara et un certain Jean Ferrat.

Numériser0153


Des cinq, Ferrat était jusqu'à ce samedi 13 mars le dernier vivant. Avec ses complices il nous a permis de nous construire des repères, et d'établir des valeurs. Ne criait-il pas la révolte, l'insoumission, des convictions. Au-delà de l'engagement, de sa voix chaude et profonde ne chantait-il pas l'amour, l'amitié, la nature. Son nom d'artiste n'est-il pas le fruit d'un coup de foudre pour  Saint Jean Cap Férrat ?

Avec "Nuit et brouillard" qui fait référence à la déportation et l'histoire tragique de son père, il est de ces artistes qui dans les années 60 ont connu la censure de l'Etat Gaulliste qui dans un consensus très largement partagé par la société française était de gommer toute implication de l'Etat Français dans cette tragédie. Avant cette chanson, en 1956, le film d'Alain Resnais avait connu la censure de la IVè République, et s'était vu obligé d'effacer les images montrant les gendarmes français surveillant le camp de Pithiviers. N'oublions pas que Nuit et Brouillard est le nom d'un décret et de directives prises par les nazis le 7 décembre 1941 dont l'objectif est de déporter et de faire disparaître toute personne ayant des activités de résistanceou de désordre contre les autorités du Reich. Re censure dans l'audio-visuel avec Potemkine, mais qu'importe 33 et 45 tours se vendaient comme des petits pains. Privé durant trois années de télévision pour s'être présenté à Antraigues-sur-Volane (Ardèche) derrière un maire communiste dont il sera adjoint à la culture durant deux mandats.

Jean quitta la scène en 1972 tout en poursuivant son oeuvre de poète et à enregistrer des disques. En 1964, tombé sous le charme des lieux, il avait acheté sa demeure,justement à Antraigues. Fidèle, il y restera jusqu'à sa fin, tout en nous écrivant cette sublime carte musicale "la montagne". Discret, on l'entendait moins toutes ces dernières années, mais qu'importe on te savait là dans ta montagne, comme dans un parfum d'éternité... 

Cette discrétion, il y tenait. Mais s'imaginait-il sérieusement partir sur la pointe des pieds sans se faire remarquer ? Notre peine est profonde et les 5 à 6000 personnes présentes là bas en Ardèche le jeudi   en représentaient tellement et tellement d'autres dont moi. Sans doute y-eut-il des larmes, normal, c'est l'homme bon, généreux et humain que l'on pleure, mais de suite, notre tristesse s'est muée en notes de musique, les siennes. Depuis l'annonce de la triste nouvelle toutes sont remontées d'un coup et circulent en boucle dans tout mon être. Le répertoire est vaste et tant mieux. 

Merci à toi Jean, le poète et le chanteur 
de nous avoir donné le meilleur de toi à travers ces témoignages d'instants de vie ou de situations comme "ma môme", "deux enfants au soleil", "c'est toujours la première fois", "à Brassens", "la montagne", "les belles étrangères", "les nomades", "Maria", "nuit et brouillard", "Potemkine", "c'est beau la vie", "camarade", et les quelques deux cents autres que je n'oublie pas. Merci à toi Jean d'avoir mis en musique et d'avoir chanter et nous faire chanter les poèmes d'Aragon comme: "j'entends, j'entends", "c'est si peu dire que je t'aime", "aimer à perdre la raison", "nous dormirons ensemble", "que serais-je sans toi ?", "heureux celui qui meurt d'aimer", "un jour un jour" et les autres toutes aussi magiques et qui mettent en valeur la part lumineuse de notre être.

Numeriser0157.jpg
En ces temps de débat autour de l'identité nationale, toi le fils de cet immigré russe du Caucase du nom de Tenenbaum, arrété en 1942, déporté à Auschwitz, dont il ne reviendra pas, comme tu fus inspiré lorsque après l'avoir écrite et mise en musique, tu enregistras en 1969 "ma France" (voir la vidéo). Tu sais aujourd'hui, 40 ans après, lorsque tu vas pour renouveler tes pièces d'identité, désormais il faut justifier de la nationalité (française!) de tes parents... 

Finalement tu n'a pas disparu.  Seulement ton corps repose là bas dans ta belle montagne, et nous tous portons une part de toi en parole et musique, merci Jean et au revoir.    

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Coup de coeur
commenter cet article

commentaires

Eric 25/03/2010 22:57


Merci Jean-Luc pour ce billet. Jean ferrat était pour moi aussi quelqu'un qui a participé à mon éducation, à me "faire grandir". Adolescent, j'ai découvert Brassens, Brel et Ferré. Ses mélodies
exceptionnelles, ses textes engagés, profondément humanistes, son engagement écologiste bien avant l'heure. Et sa voix chaude et chaleureuse.
"C'est un rêve modeste et fou
Il aurait mieux valu le taire,Vous me mettrez avec en terre
Comme une étoile au fond d’un trou."
Aragon / Ferrat


Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022