Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 23:07

21 AVRIL 2002 PLUS JAMAIS CA !

J’ai pris mon temps, j’ai observé et écouté les uns et les autres et j’ai placé mon choix en perspective de l’histoire écolo, mais aussi de façon plus large, c’est-à-dire des enjeux de la société française, voire européenne.

 

Ecologiste engagé et actif depuis 1970, j’ai toujours depuis 1974 autour de René Dumont défendu la présence d’une candidature écologiste à l’élection présidentielle. Scrutin peu favorable aux minorités et qu’on le veuille ou non, pour les écologistes, participer à cette élection c’est témoigner. C’est aussi un des outils nous permettant un jour de gagner une majorité culturelle au sein de la société. Politiquement c’est potentiellement un moyen de arbre-small[1]négocier avec nos partenaires des circonscriptions gagnables pour les législatives qui suivent et auxquelles dans tous les cas nous devons participer, puisque le financement des partis politiques s’opère à partir du nombre d’électeurs de ces législatives. Cependant, je fais partie de ces gens qui ont très mal vécu la présidentielle de 2002 et  la percée de l’extrême droite. Pourtant les écologistes avaient toutes les raisons d’être satisfaits de cette cinquième participation aux présidentielles depuis 1974. Pour la première fois notre candidat –Noël Mamère- avait passé la barre des 5% (5,25%), mais que reste-il dans la mémoire populaire de ce 21 avril, sinon l’élimination de la Gauche par l’extrême Droite et l’abstention dès le premier tour. J’avais d’autant mal vécu ce grave épisode présidentiel, que quatre ans auparavant en 1998, j’avais assisté en direct à la Région Centre à la tentative (réussie dans un premier temps) du détournement du suffrage universel par la collusion Droite-FN.

 

En 2007, le FN a été éliminé dès le premier tour par le siphonage de son électorat par le candidat Sarkozy. Démonstration concrète de la proximité d’idées et d’électorat entre l’UMP et le FN.

 

Pour 2012, le contexte politique, social, économique et écologique s’est considérablement assombri pour ne pas dire extrêmement dégradé. Il suffit de constater la faillite potentielle d’une majorité des états européens. Faillite qui pourrait se traduire par l’effondrement de la zone Euro, et de l’entité européenne tout court par des replis identitaires,  nationalistes et xénophobes qui nous le savons bien se terminent toujours dans la guerre. Le symptôme qui ne peut échapper à personne est celui de la montée des populismes et parfois extrêmes un peu partout en Europe. La France n’est pas exempte de ces dérives. Un taux d’abstentions record, et un gros pourcentage de votes FN dans les suffrages exprimés pèsent bien lourd pour l’expression démocratique. La fille de son père banalise les idées portées jusqu’alors afin de les rendre présentables et acceptables par de nouvelles catégories de la population. Moi qui habite dans un secteur particulièrement contaminé (aux régionales de 2010 le Loiret a été le seul département de la Région à envoyer deux élus FN à l’Assemblée régionale, tous deux issus du Gâtinais), chaque jour je constate la progression du mal par l’avance des idées extrêmesaffiche sarkozy a4 considérées désormais comme banales par un nombre croissant de mes concitoyens.

 

Dans les enjeux de cette présidentielle, comment ne pas prendre en compte concrètement (au-delà des discours) l’ensemble des reculs sociaux que connait dans tous les domaines la société française depuis 2002 ? Comment stopper concrètement cette globalisation libérale de l’économie. Comment des populations en souffrance peuvent se mobiliser sur les urgences écologiques alors que pour beaucoup les urgences sont de toute nature et touchent parfois à leur survie au quotidien, y compris pour des travailleurs pauvres ? Autant de réalités qui jettent nombre d’individus soit dans un rejet de la politique y compris écologiste, soit dans le pire des cas dans les bras de la fille du père. Ma priorité est celle de dégager l’UMP du pouvoir.

 

Aujourd’hui, nous ne sommes pas en 2007 et à onze mois de l’élection de 2012, le résultat reste très ouvert y compris un scénario à la 2002, à l’envers ou pas. De plus après 40 ans d’engagement écologiste, je suis un réalo et je n’ai pas la naïveté de penser qu’un écolo quel qu’il soit puisse arriver à l’Elysée en 2012. Ne nous racontons pas d’histoire. Ce n’est pas du défaitisme de ma part, c’est de la lucidité. Aussi la question que je me pose depuis longtemps est celle de la pertinence d’une présence écolo à cette présidentielle. Election phare de la cinquième République (alors que depuis 1980 nous en souhaitons une sixième) et que passant du septennat au quinquennat, la vie politique française est dans une perpétuelle danse de saint gui. Même si d’autres ne l’expriment pas, je sais qu’à EELV et chez nombre de nos sympathisants beaucoup se posent la même 221023.jpgquestion.

 

De par mon parcours militant, pour moi cette question n’est ni facile ni simple dans la mesure où je n’ai pas une réponse « écolo » pour lutter de suite contre la montée du populisme pour ne pas dire un peu plus. Ma conscience et ma responsabilité de citoyen et de politique sont interpellées à ce moment sensible de la vie publique. Je dois faire des choix tactiques qui doivent permettrent une nécessaire victoire de la Gauche et surtout d’éviter à l’Ecologie politique d’être co-responsable d’un nouveau

 

 « 21 avril ». La Gauche pourrait très bien être majoritaire en nombre d’électeurs et absente du second tour. Pour ma part ce scénario ne me conviendrait pas.

 

Personnellement, j’aurais préféré que nous négociions de suite un accord de gouvernement avec le PS et surtout l’existence d’un groupe parlementaire conséquent. Un tel groupe est l’outil indispensable à des ministres écolos. Sans troupes dans l’Assemblée Nationale, dans les années 1997-2002, Dominique Voynet, Yves Cochet et Guy Hascouët étaient bien seuls dans la mécanique gouvernementale, dépendants du premier ministre et face à des militants piaffant d’impatience de changement. Mais là aussi ne soyons pas candides, même si sur des sujets nous partageons avec le PS des valeurs communes, néanmoins nous ne sommes pas de même culture et rallier à la nôtre des partenaires convaincus du bien fondé de la leur ne se décrète pas et ne va pas de soi. Aussi ne soyons pas surpris que des partenaires n’abandonnent pas facilement des sièges de parlementaires, ce n’est écrit nulle part qu’il doit en être ainsi. Mais eux doivent comprendre que dans tous les cas pour gagner ils ont besoin de nous et que forcément cela a un coût.

 

Désolé pour ceux qui penseraient que tout cela est de la basse magouille et de la cuisine politicienne c’est-à-dire pas beau, pas propre. Ce n’est rien d’autre qu’une illustration de la vie qui quotidiennement dans tous les domaines oblige chacun de nous, individuellement et collectivement, à naviguer entre l’idéal et la réalité. Cela oblige à être clair avec soi-même par l’assurance d’une identité politique écologiste tranquille et bien trempée. C’est une histoire de confiance en soi, il en va des individus comme des groupes.  Reste pour nous EELV à voir quel serait le candidat PS le plus apte à rassembler la Gauche et par ce rassemblement de donner du contenu et de la cohérence à la transformation écologique de la société que nous portons. La clef de cette transformationphoto_1300056024050-2-0.jpg passant nécessairement par la sortie du nucléaire.

 

Ces questionnements ne m’ont pas mobilisé sur les candidatures, et  aucune d’entre elles ne m’a particulièrement séduit. Non pas que chacun n’ait pas des qualités, mais ce sont les conséquences d’une candidature qui me posent problème. Cependant en bon petit soldat, vu que la majorité des adhérents d’EELV ont décidé d’envoyer un candidat à la présidentielle après l’organisation de primaires, je ne peux rester en retrait d’où mon écoute et mon observation des candidats et de leurs soutiens.

Là je n’ai pas été déçu. Que des soutiens s’expriment pour tel ou tel candidat, c’est normal. Ce qui l’est moins ce sont les jugements sommaires et exécutoires qui volent en tous sens. Au détour de petites phrases, j’ai vu400px-Eva Joly Europe Ecologie 2009-06-03 flinguer des personnes à propos de leur choix, je pense à Claude Marie Vadrot, notoirement connu pour ses 40 années d’engagement de haut niveau pour la cause écolo. En politique il est important de maîtriser et hiérarchiser ses émotions. Du coup j’y ai regardé de plus près et j’ai constaté que le plus stigmatisé, le plus décrié, le plus dénoncé sur son passé est Nicolas Hulot et pour cause depuis 1987 il chemine de l’environnement à l’écologie à la télévision mais aussi sur le plan personnel. C’est vrai personne n’a rien à reprocher à Eva Joly et pour cause, elle n’était ni de près, ni de loin, engagée sur le terrain de l’écologie ou de l’environnement. De 1990 à 2002, juge d’instruction au Pole financier du Palais de justice de Paris, elle excelle dans la chasse aux affaires de corruption et comme citoyen je ne peux qu’apprécier son travail et naturellement je respecte son engagement et sa ténacité.

 

Si des primaires ne sont pas la chasse à la femme, pour autant elles ne peuvent-être la chasse à l’homme, à un homme.

 

Qui détient le curseur de la « pureté écolo » ? Qui coopte qui et selon quel dogme ? Qui désigne « les bons » et les « mauvais », c’est quoi les critères ? En tous les cas, il est clair qu’avec de tels comportements nous ne sommes plus dans les principes fondateurs de la philosophie de l’écologie politique des années 70 qui sont ceux de la reconnaissance et de l’acceptation de la différence et de la complémentarité. Paradoxal en ces temps de rassemblement des écologistes  avec EELV! Il est vrai qu’Europe Ecologie-Les Verts n’est jamais que le cinquième grand rassemblement des écologistes depuis1974. Heureusement qu’à cette date n’existaient pas de censeurs et gardiens du « temple » pour exiger des saufs conduits de bon écologisme, et que seul le présent de chacun comptait. Combien auraient été virés entre les membres des associations de défense de l’environnement, de la nature, de lutte contre la pollution, d’agriculture biologique, de consommateurs, de féministes, d’immigrés, de communautés, d’ anti-nucléaires, de l’économie distributive, de comités de santé, de régionalistes, de pacifistes, de tiers-mondistes, et j’en oublie. Tous ces gens qui dans leurs différences ne se connaissaient pas mais se respectaient et au-delà des générations parce que tous étaient dans l’action et non dans le commentaire virtuel qui n’est que l’illusion d’exister. Voilà comment est née l’Ecologie Politique en France, dans la confiance et le plaisir de faire ensemble et non dans la suspicion.

Si c’était aujourd’hui, René Dumont essuierait toutes sortes de critiques et d’anathèmes. Durant la guerre n’avait-il pas commis des prises de positions dans la presse agricole de Pétain qui lui valurent quelques difficultés à la fin du conflit. Dans les années 1950 il sera à la direction agricole pratique des travaux de la section agricole du plan Monnet où il recommande le remembrement et une agriculture productive et ouverte aux échanges internationaux. Pacifiste de toujours, il dénonce la guerre d’Algérie. Durant les années soixante, il est l’un des premiers à dénoncer l’agriculture productiviste et consacre l’essentiel de son activité à l’agriculture dans le tiers-monde et particulièrement l’Afrique. Ce qui nous intéresse en 1974, ce n’est pas ce que Dumont fit ou fut quelques décennies auparavant, mais ce qu’est devenu l’homme dans son évolution personnelle et professionnelle. Homme résolument de Gauche, et qui restera écolo jusqu’à sa mort. Comme le dit Nicolas Hulot : « je ne suis pas né écologiste, je le suis devenu », Il a raison, être écologiste n’est pas génétique, on le devient dans l’action, sachant qu’il y a tant à faire et de la place pour tout le monde, dans la différence et la complémentarité.

 

Encore un exemple d’évolution positive qui mérite respect. Noël Mamère est journaliste bien au chaud à Antenne 2 où il présente le journal de la mi-journée. Il n’est pas viré, mais par conviction politique il quitte son poste et en 1990 avec Brice Lalonde (alors à Gauche) et Jean-Louis Borloo, il crée « Génération Ecologie » clairement ancré à Gauche, ce qui n’est pas la posture des Verts de l’époque. Il est élu Conseiller régional en Aquitaine en 1992. En 1994, il quitte Génération Ecologie et part avec Bernard Tapie sur la liste « Energie Radicale » auarbre-small[1] Européennes avec lequel il sera élu député Européen alors que les Verts ont perdu les neuf sièges qu’ils avaient gagnés en 1989. Il rejoint les Verts avec ses amis de Convergences Ecologie Solidarité. Il sera le candidat des Verts en 2002 et sera le premier écolo à franchir les 5%, manque de bol avec l’élimination de la Gauche. Ce parcours ne me gène pas et c’est l’histoire (rapide) d’un écolo sincère même si à des instants précis nous n’étions pas toujours en phase..

 

Personne n’a à se poser en inquisiteur des uns ou des autres. Chacun assume sa différence non pas en fonction d’une posture raide et rigide, mais dans le sens d’un vaste rassemblement où chacun à sa place contribue à gagner une majorité culturelle dans la société. C’est très loin d’être gagné. Alors si l’Ecologie Politique devenait dogmatique et sectaire et que les membres d’EELV se laissaient aller à exclure ceux qui sont différents d’eux de part leur parcours, c’est conforter tous ceux et ils sont nombreux qui rejettent la politique et ses représentants y compris chez ceux qui s’indignent d’ailleurs avec raison. Je ne pense pas que cela soit les ambitions du moins affichées de notre Mouvement.

 

J’ai entendu et lu trop de choses excessives anti Hulot. C’est dommage je pense qu’il ne le mérite pas, Depuis vingt ans ce n’est pas un inconnu pour nous et encore moins pour le grand public. Depuis toutes ces années son parcours se rapprochait de notre galaxie. Je me souviens de sa visite en 2006 lors des journées d’été des Verts à Coutances, il était question de la présidentielle de 2007. Ce que je pense c’est que là où il était dans son action moi je n’y étais pas comme bien d’autres d’ailleurs, et bien tant mieux parce personne d’autre non plus. Et tant mieux si ce sont 300 émissions Ushuaïa qui se sont répandues sur TF1 de 1987 jusqu’à 1995 plus toutes les autres après 1998. Nous n’aimons pas TF1, mais le monde n’est pas comme nous le souhaitons ; TF1 a toujours une grande audience et particulièrement dans les milieux populaires, alors si Hulot a pu contribuer à sensibiliser des gens alors que moi je n’ai aucun moyen de le faire, alors tant mieux. Pareil pour le pacte écologique signé par 750000 personnes dont moi. Et même sentiment pour le Grenelle même si le déroulé ne suit pas les engagements pris et peut être détourné par des signataires peu scrupuleux. Pour moi, il en est ainsi de tous ses engagements même imparfaits. Hulot n’est pas dupe et dans son cheminement il a compris que d’aller plus loin encore nécessitait de faire bloc pour les plus déterminés, nous sommes dans une actionphoto 1254148475475-2-0 collective.

 

Je ne le considère pas comme un homme providentiel (ce n’est pas ma culture), mais de par son expérience, comme l’homme utile dans la séquence précise de ces présidentielles. De plus il maîtrise parfaitement la connaissance des dossiers et sait clairement rentrer dans les détails si besoin est. On ne va tout de même pas faire la gueule parce qu’il passe bien dans les médias. Il faut savoir ce que l’on veut sinon restons cachés et rentrons dans la clandestinité. Comme je l’ai déjà dit le monde n’est pas comme nous le rêvons, parfois il faut savoir l’entendre pour mieux être compris par d’autres. C’est à nous de faire cet effort. Voilà c’est pour toutes ces raisons et d’autres encore que je fais le choix de voter à ces primaires pour Nicolas Hulot.

 

Une réserve cependant, pour moi il est clair et je suis d’accord avec Daniel Cohn-Bendit pour faire le point en janvier ou février 2012 afin de voir à travers les sondages s’il n’y a pas péril en la demeure de Gauche.

Je l’ai dit plus haut l’urgence c’est que l’UMP dégage et que le FN ne confisque les clefs de la maison France.

 

Jean-Luc BURGUNDER

Vice-président du Conseil Régional du Centre (1998-2010),

Conseiller municipal de Montargis depuis 2001,

Directeur de l’Agence Presse Ecologie et d’ECOLOGIE-INFOS (1972-1992)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Fabrice David 02/07/2011 15:32



Purée, Jean-Luc, cela fait une paie!  


Les verts, j’ai participé à leur
fondation en novembre 82 à Saint-Prix avec toi. Je les connais bien, je sais que lorsqu’une décision funeste est à prendre, ils vont la prendre : Comme prévu, Nicolas Hulot n’a pas été désigné
par les primaires « verrouillées  à la soviétique » organisées par les « verts ».


 


Après tout, il y a quelques années, ces
clowns avaient bien choisi LIPIETZ, comme candidat, avant de se raviser au dernier moment…


 


Ils avaient bien élu Lemaire et Wherling
comme secrétaires généraux, ces marionnettes qui sont partis au MODEM, avec Benhamias, leur maitre.


 


Les verts ont donc choisi « Eva Green ».
Voyant les sondages chuter inexorablement, elle se retirera dans son bunker pour appeler à voter pour le ou pour la candidate socialiste AVANT le premier tour. C’est le « plan  Cohn-Bendit ».


 


Mais pas de bol, il y a un autre
plan : « le Plan Cochet ». En effet, le député de Paris n’a pas renoncé à être candidat : il soutenait donc Hulot, pour mieux lui savonner la planche, et espère jouer le même
tour que Mamère en 2002 : on se souvient que Mamère avait éjecté Lipietz, dont le parachute rouge s’était mis en torche.


Cochet pense donc nous jouer les
« Marc-Antoine sur le Forum » et proposer aux verts de venger l’honneur de l’irréprochable Hulot, et éjecter à son tour la vieille peau.


 


Le problème, c’est qu’il on oublié un
paramètre crucial : le député ou la juge qui éjectera Nicolas Hulot des écrans de télévision n’est pas encore né. Vous croyez que Nicolas va se dégonfler, une fois que les verts lui auront
botté les fesses ?


 


Moi, je ne crois pas.


 


On parie ?







vivelaFRANCE 26/06/2011 12:13



un elu qui se permet d ' assimiller Sarko et le pen n 'est pas digne de sa fonction


ton bloig est à chier de toute façon les écolos vous êtes trop mal vus dans le loiret mouhahahahaha


faitent pas chier les Français avec le nucléaire , ce qu'il veulent c 'est une éléctricité pas chère bande de bornés


suicidaires que vous êtes partisants de la décroissance , vous êtes bons a tuer oui a tuer tous écolo que vous êtes!



Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022