Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 17:48
Les médecins s’invitent au Grenelle

Le jeudi 27 septembre dernier, alors que j’intervenais aux entretiens de Millançay (Loir-et-Cher), de passage, le professeur Dominique Belpomme, cancérologue de renom, est intervenu quelques minutes pour présenter au public les 7 propositions du corps médical en matière environnementale. A remarquer que c’est la première fois dans l’histoire de la médecine française, que les diverses composantes du corps médical (voir les signataires) se rassemblent sur une plate forme commune en matière de santé environnementale. Cette plate forme s’inscrit dans le Grenelle de l’environnement, auquel tenez-vous bien le corps médical et la problématique santé n’étaient pas conviés ! Etonnant, non ?


Le professeur Belpomme a réaffirmé une fois de plus qu’en tant que cancérologue, il s’est aperçu que le cancer était une maladie que notre société fabriquait de toute pièce et qu’il était en grande partie induit par la pollution de notre environnement.
Plate-forme nationale du corps médical pour le Grenelle de l’environnement


Les sept propositions du corps médical
en matière de santé-environnementale

La bonne santé est une préoccupation prioritaire de nos concitoyens. L’ensemble des 7 propositions suivantes élaboré par le corps médical de notre pays s’intègre dans le Plan d’action européen 2004-2010 en faveur de l’environnement et de la santé, lancé par la Commission européenne en 2004 [COM(2004) 416 final], au décours de l’initiative SCALE [COM(2003) 338 final] et discuté en juin dernier à Vienne dans le cadre d’une réunion intergouvernementale. Plusieurs experts de l’Appel de Paris ont contribué à l’élaboration de cette initiative et ont participé à la quatrième conférence ministérielle sur l’environnement et la santé organisée par l’OMS à Budapest en juin 2004. L’impératif de respecter la stratégie fixée par l’Europe lors de la détermination des mesures françaises en matière de politique sanitaire et environnementale est d’autant plus essentielle à considérer que la France prendra la présidence de l’Union Européenne à partir de juin 2008, et qu’il serait bienvenue qu’elle puisse présenter une politique ambitieuse en matière de santé, d’environnement et de recherche, dans le cadre de la législation européenne déjà existante. Comme l’ont indiqué les experts de l’Appel de Paris et d’autres participants à la conférence
de Budapest, l’enfance est la priorité des priorités en matière de politique de santé environnementale, en raison de sa vulnérabilité. Quatre types de pathologies liées à l’environnement et concernant en particulier l’enfant, sont considérées être prioritaires par l’Union Européenne : l’asthme, les allergies, les endocrinopathies et les cancers. Le corps médical se doit donc d’être ici en première ligne, en particulier les médecins, puisque en vertu de leur mission de santé publique (code de santé publique), ils doivent concourir à la prévention, au dépistage, au diagnostic et au traitement de ces pathologies.


1ère proposition :
Actualiser, compléter et activer concrètement le Plan National Santé-Environnement (PNSE) qui, de
l’avis des experts ayant participé à son élaboration, n’a pas rempli son rôle dans un grand nombre de domaines, en particulier dans les suivants : réduction des émissions de particules diesel, réduction du nombre de logements insalubres, protection des zones de captage d’eau, lutte contre la pollution atmosphérique. Ce plan est en outre insuffisant en matière de lutte contre l’altération de la chaîne alimentaire. L’Etat a affirmé son bon vouloir sans réaliser ce qu’il s’était engagé à faire. De même, dans de nombreux cas, les collectivités territoriales semblent ne pas avoir rempli leur mission.


2ème proposition :
Instituer un moratoire concernant la construction de nouveaux incinérateurs d'ordures ménagères
(I.O.M.) et la délivrance des autorisations de coïncinération, en vertu du principe de précaution inscrit dans la Charte de l'Environnement (art. 1 et 5), incorporée depuis mars 2005 au préambule de notre Constitution.
Les expertises scientifiques actuelles révèlent que de très nombreuses substances toxiques de type CMR (cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques) s’échappent des I.O.M. et que l’incinération émet des gaz à effet de serre. Favoriser la prépondérance des solutions alternatives au traitement des déchets ménagers, ayant un impact minimum sur la santé publique, en réduisant les déchets à la source, en favorisant le tri sélectif et le recyclage, le compostage et la méthanisation des fermentescibles, et le stockage ultime sécurisé est donc essentiel. Le parc français d'I.O.M. est toujours le plus important d'Europe. Notre pays accuse un retard technologique considérable dans ce domaine. L’éventail des solutions alternatives, créatrices de nouveaux emplois, existe déjà sous la forme d’unités de gestion et de traitement des déchets en France (3 unités) et surtout dans d'autres Etats-membres de l’Union européenne, notamment l’Espagne, les Pays-Bas et l’Autriche. Il correspond à l’orientation des mesures actuellement proposées par la Commission
européenne, l’incinération ne devant rester qu’une solution de dernier recours.

3ème proposition :
Plusieurs produits phytosanitaires, biocides, additifs et substances contenues dans les cosmétiques se sont révélés être très toxiques après leur mise sur le marché. Certains de ces produits ayant des propriétés CMR sont à l’origine de cancers, de malformations congénitales et de stérilités. Certains sont en outre neurotoxiques et/ou allergisants. D’où la nécessité, dans l’esprit du Règlement européen REACH, de renforcer les procédures d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des produits phytosanitaires (pesticides), biocides, additifs alimentaires et cosmétiques, afin de les rendre aussi strictes du point de vue toxicologique et sanitaire que l’AMM utilisée pour les médicaments. Soulignons qu’un tel renforcement des procédures de mise sur le marché des pesticides aurait certainement évité la survenue des désastres agricoles et sanitaires actuels aux Antilles liés à l’utilisation du chlordécone et du paraquat.

4ème proposition :
Aux propriétés CMR de nombreux produits phytosanitaires, s’ajoute le fait que plusieurs études
internationales ont montré que les nitrates en excès dans l’eau de boisson sont cancérigènes. D’où la nécessité de réduire significativement et de façon programmée l’utilisation quantitative et qualitative des nitrates et pesticides en interdisant toute pulvérisation par avion et en développant les alternatives agricoles mises en oeuvre dans plusieurs Etats de l’Union, pour se trouver rapidement en adéquation avec les objectifs promus par l’Union Européenne. Pour cela, il convient d’actualiser la législation française et en particulier de transposer et d’appliquer concrètement les Directives européennes concernant les facteurs environnementaux (eau, air, sols) ayant un impact sur la santé publique.

5ème proposition :
Certains phtalates, dont en particulier le Di-2-Ethylhexyl-Phtalate (DEHP) (le plus toxique) se sont révélés être des substances CMR. D’où la nécessité d’étendre l’interdiction d’utilisation des phtalates, aux dispositifs médicaux, comme c’est le cas aujourd’hui pour les jouets et articles d’enfants (décret du 16.01.2007). Eco-concevoir l’hôpital de demain en privilégiant une ergonomie du bâtiment respectueuse des malades et du bien être des personnes qui y travaillent, l’utilisation de matériaux moins toxiques, une gestion responsable des énergies et une capacité modulaire pour répondre à l’évolution des besoins.
Recenser et prioriser les actions de prévention mises en oeuvre par les établissements hospitaliers, les évaluer puis élargir le périmètre d’application des MIGAC pour les financer de façon équitable.

6ème proposition :
Redéployer le Plan cancer en l’articulant avec le PNSE, en réorientant les recherches dans le
domaine de la toxicogénomique (polymorphisme génétique) en relation avec l’environnement, et en
développant la toxicologie, l’épidémiologie et la prévention environnementale. Une telle réorientationdu Plan cancer avait été actée par le précédent Président de la République, Jacques Chirac, à la demande de nombreux médecins et chercheurs cancérologues.
A cet effet, il est demandé la généralisation des registres des cancers généraux (morbidité) dans tous les départements et territoires français, et l’actualisation de l’ensemble des registres existants. La création rapide de tels registres permettant de quantifier le nombre et le type de cancers des départements et territoires français est en effet indispensable pour effectuer une recherche épidémiologique de qualité.
Par ailleurs, selon l’enquête récente de l’Institut Necker (Paris V), notre pays se classe au 14ème rang mondial en matière de recherche biomédicale, en particulier cancérologique. Une réforme de l’actuel Plan cancer s’avère donc indispensable.

7ème proposition :
Les médecins et l’ensemble de la filière de soins sont en première ligne dans l’information, la prévention, le dépistage, le diagnostic précoce et le traitement des pathologies environnementales. D’où l’absolue nécessité de développer la médecine préventive, en particulier la prévention environnementale, et de renforcer la formation initiale de toutes les filières médicales et paramédicales et la formation continue dans ce domaine. Développer la médecine préventive consiste concrètement à inciter lesmédecins à consacrer une partie de leur temps à la prévention sous une forme dont les modalités devront être négociées dans le cadre du jeu conventionnel et éventuellement avec d’autres partenaires.
Renforcer la formation des étudiants nécessite d’étendre au niveau national l’expérience pilote de
l’Université de Strasbourg consistant à enseigner la médecine environnementale. Renforcer la formation continue des médecins dans le domaine de la médecine préventive est d’autant plus nécessaire qu’ils sont les intermédiaires indispensables à l’éducation du grand public. Ainsi convient-il de développer des campagnes de sensibilisation des médecins à la prévention environnementale et de promouvoir pour les médecins des outils d'aide à la prévention (grille synthétique de recueil des risques, guide à l'orientation...).
3 septembre 2007

Participants :
Comité de soutien de l’Appel de Paris, Comité Développement Durable en Santé (C2DS), Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), Coordination Nationale Médicale Santé Environnement (CNMSE), Enseignants des Universités de Strasbourg, Paris etMontpellier, Fédération des Médecins de France (FMF).

A propos de Dominique Belpomme : il est praticien hospitalier, professeur des universités spécialité d’oncologie médicale, cancérologue à l’hôpital européen Georges Pompidou, il est docteur en médecine, diplômé d’études approfondies en biologie cellulaire de la faculté des sciences de Paris, et détenteur des certificats d’études spéciales en cancérologie expérimentale et clinique de la faculté de médecine de Paris. Dominique Belpomme est président de l’association française pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse (ARTAC), et directeur du centre d’évaluation de la recherche sur le cancer (CERC), et l’un des acteurs majeurs du « Plan Cancer » lancé par le précédent président da la République.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022