Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 20:02

 

 
NOUS SOMMES TOUS
SANS PAPIERS!

Comme convenu le dimanche 22 mars dernier, des citoyens et des élus se sont retrouvés à 15h à la mairie de Nesploy (Loiret). Il s'agissait de parrainer la famille DZIDZIGOURI (voir sur ce blog : parrainages républicains, lettre au Préfet du 18 02 09 et Identité sans frontières du 23 02 09). C'est fait, les  proches de la famille georgienne ont parfaitement réussi la mobilisation.
 
La salle de la mairie était pleine, 150, 200 personnes, plus peut être...Nous étions tous là bien serrés pour dire collectivement combien nous souhaitons conserver auprès de nous les sept membres de cette famille. On n'attend pas 9 ans pour renvoyer dans un pays en but à des conflits intérieurs des personnes (enfants compris, dont deux sont nés en France). Ces gens ne sont pas des marchandises, mais des êtres humains et à ce titre nous leur devons respect, soutien et solidarité et ce d'autant plus qu'un retour chez eux reviendrait à les condamner à de multiples tourments dont l'acte ultime, la mise à mort, n'est pas exclu. Tous les présents refusent viscéralement l'application littérale de lois qui portent ainsi atteinte à la condition de vie des personnes. On n'a qu'une vie et au nom de quoi peut-on disposer de celle d'êtres humains quels qu'ils soient ?Derrière les quotas d'expulsion, c'est bien de cela dont il s'agit.

 

Le Préfet,  c'est-à-dire l'Etat ne répond pas à mes questions sur le suivi du retour des personnes expulsées, et sur la responsabilité pénale en cas de mort devant le Tribunal Pénal International. "Normal", ne sommes nous pas en présence d'une règlementation qui est dans une logique comptable dénuée de toute humanité?

 

Thérèse Martin qui avec yves son mari hébergent la famille Dzidzigouri

C'est justement d'humanité et de chaleur dont il fut question entre les personnes présentes durant cet après midi du 22 mars. Beaucoup d'émotion, des larmes aussi, c'est difficile d'être heureux, alors qu'à chaque instant on peut se retrouver rafflé, séparé, jeté dans un avion et l'inconnu au bout du voyage... Que les yeux de Katuna sont cernés, sans doute l'incertitude et l'inquiètude de l'instant à venir. Comment se poser l'esprit et posséder la légèreté de l'être dans une telle situation ?

 

Comment un pays comme le nôtre, avec l'histoire qu'il a connue, comment peut-il flirter avec des politiques déjà vues ? N'aurions nous rien appris sur nous-mêmes ? Alors de grâce, arrêtons cette hypocrisie nationale de laisser faire comme si la chasse aux sans papiers était propre sur elle. Thérèse et Yves Martin, agriculteurs retraités, septuagénaires tous les deux hébergent les DZIDZIGOURI. Tous deux disent : "avant cette histoire, nous n'imaginions pas la réalité des sans papiers, et ne mesurions pas la vie qui est la leur". C'est pourquoi il ne faut pas banaliser de telles situations en se retranchant derrière les lois. C'est toujours au nom de la loi du moment, que l'indiscible se banalise et prend presque figure humaine. L'administration française s'est déjà fait prendre à ce piège. Ne serait-il pas temps sur ces sujets d'immigration de légiférer et d'adopter des textes respectueux d'abord des individus et de trouver de trouver des formules adaptées qui permettent une liberté de circulation au gré des situations individuelles ?

 


Nous étions une douzaine d'élus de toutes sensibilités politique (dont deux Verts ,Thierry Soler, conseiller général du Loiret et moi-même) et de toute nature : des maires, des adjoints, des conseillers généraux, un conseiller régional et le sénateur Jean Pierre Sueur. C'est donc au coude à coude que nous avons parrainer ou marrainer les sept membres de notre famille georgienne : Lizy, née en France en 2006 et parrainée par Anne Beignet, maire de Faye-aux-loges ; son frère Irakli, né en France en 2001 par Jacques Beauvallet, Maire de Chambon- la- Forêt, le frère ainé Zakro par Albert Février, maire de Ladon. Leur grand père du même prénom, Zakro, est parrainer par Franck Demaumont, conseiller général maire de Chalette-sur-loing et marrainé par son adjointe Christine Lander du Collectif Immigré du montargois ; de son côté, la grand-mère, Nelly a deux parrains le maire de Bouzy-la-forêt, Francois Daubin et Thierry Soler, conseiller général du Loiret (canton de Chécy). Jean Pierre Sueur a parrainé Nikoloz leur fils, qui est le père de la petite famille, et moi-même conseiller régional et conseiller municipal de Montargis, j'ai parrainé Katuna, la mère des trois enfants.

l'Eclaireur du Gâtinais, jeudi 26 mars 2009

 Une fois passés ces moments émouvants et forts de solidarité face à l'injustice de leur situation, c'est dans un brouhaha plein de chaleur que tout le monde s'est retrouvé autour d'un verre et des gâteaux nombreux apportés pour la circonstance. Chacun a pu s'entretenir ou échanger avec les réseaux du Comité de soutien comme l'Association catholique Partage, réseau Education sans Frontières, les responsables de parents d'élèves des écoles des enfants ou encore le club de foot Bellegarde-Ladon etc... ainsi qu'avec les membres de la famille. C'est alors que d'autres georgiens m'ont été présentés. Certains ayant obtenu leur régularisation, d'autres sans papiers et en grande précarité. Il est clair qu'on ne peut laisser ces personnes abandonnées à leur sort alors que dans leur pays l'insécurité est totale pour eux. "Vous savez me dit l'un d'entre eux, on ne quitte pas son pays sans raisons. C'est le coeur bien gros qu'on abandonne son chez soi, c'est dur à vivre!" Toujours est il que ce 22 mars n'est pas une fin en soi, mais l'organisation et la mobilisations encore plus fortes autour de ces gens qui vivent parmi nous depuis 9 ans et qu'il faut protèger et garder parmi nous. A suivre...


Les deux garçons  sont déjà partis chez des copains pour fêter un anniversaire...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022