Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 21:32

Vigilance et principe de précaution


Lors de la campagne électorale pour les municipales, plusieurs personnes ont attiré mon attention sur les antennes de la téléphonie mobile, qui se multiplient. Les locataires des immeubles concernés se posent des questions. En tant qu’écolo et Vert, voici mon intervention au Conseil municipal du 11 avril dernier, où j’ai « relayé » ces questionnements de la population. Cette intervention est le départ d’une action de vigilance sur ce sujet. A suivre pour les réponses…

Mon intervention concerne l’exposition du public aux champs électromagnétiques émis par les antennes relais de radiotéléphonie mobile utilisées dans les réseaux de télécommunication à Montargis et dans l’Agglomération.

Ce domaine, et j’en suis convaincu, touche à la santé publique ou pour le moins aux risques sanitaires et comme vous êtes président du groupe d’études santé de l’Assemblée nationale (le député-maire de Montargis), je ne doute pas que ce sujet vous interpelle.

La principale difficulté à laquelle nous sommes confrontés, c’est que ces technologies se sont massivement et rapidement répandues, qu’elles ne cessent d’évoluer, et ce beaucoup plus vite que les recherches sur leur innocuité. De la même façon, la législation et tout ce qui régie de façon réglementaire ce type d’équipement, ne répondent pas à l’heure actuelle à cette évolution.

Il faut que l’amiante nous serve de leçon. Dès 1906, nous connaissions ses effets dangereux et cancérigènes sur les personnes, pourtant pour des raisons évidentes économiques et de profits, la classe politique a attendu 1997 pour définitivement l’interdire. En attendant, que de souffrances, hier, aujourd’hui et encore demain…

Anticipons, la santé publique doit être, je le pense, un souci prioritaire de la ville.
Nous sommes donc en position de développer des stratégies d’amélioration de la santé, notamment de prévention et d’application du principe de précaution. Il ne s’agit pas de renoncer à la téléphonie mobile et aux antennes relais mais d’en encadrer leur développement et d’être réactif si besoin est.

« La réglementation sur les antennes relais repose sur la directive européenne dite « RTTE » de mars 1999 et du décret du 3 mai 2002 qui définit également les valeurs limites à respecter dans les sites comprenant des antennes appartenant à plusieurs opérateurs (les Closiers ?)(1). A ce jour, cette réglementation ne s’avère pas assez contraignante, et mène trop souvent à des interprétations permissives. Il s’avère donc impératif d’encadrer de façon plus stricte l’implantation des antennes relais, tout en se concentrant sur le suivi de leur activité ». Je viens de citer un extrait de l’exposé des motifs de la proposition de loi relative à la réglementation de l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile du 27 décembre 2007.


Pour rappel, les normes d’exposition tolérées diffèrent d’un pays à l’autre. Ainsi le périmètre de sécurité à respecter pour implanter des antennes est presque dix fois plus grand en Belgique, Italie et d’autres pays encore. Par ailleurs, nombre de pays européens ont baissé considérablement les taux d’exposition. En Autriche, il est 1000 fois moins (mille fois) que dans notre pays. Il faut dire qu’en France les opérateurs peuvent planter une antenne sans contrainte majeure… et, ce qui est assez rare, quand il y a débat contradictoire, les experts auxquels on fait appel ont tous partie liée aux opérateurs, si bien qu’ils sont juges et parties…

Dans ces conditions, il n’est pas surprenant qu’à propos des stations de base et des réseaux sans fil, pour la santé, des rapports officiels ne relèvent pas d’éléments scientifiques probants confirmant d’éventuels effets nocifs. D’autres, comme le programme de recherche européen REFLEX montrent le risque d’incidence des ondes sur l’ADN, et des scientifiques américains suspectent que l’exposition de cellules humaines aux micro-ondes de téléphonie mobile induisent une modification dans l’expression de nombreux gènes et de cycles cellulaires, etc… De la même façon, des études européennes démontrent que sur des zones de 1200 mètres apparaissent : migraines, troubles du sommeil, pathologie du cerveau et même cancers dont les risques augmentent considérablement plus on est proches, comme à 200 mètres par exemple.

De plus, il est prévu de passer en peu d’années de 35 000 stations de bases antennes relais GSM, réseau standard (majoritaire aujourd’hui), à 100 000 antennes UMTS de type troisième génération, déjà dans le commerce. A titre indicatif, en terme d’onde de fréquence le téléphone mobile GSM c’est : 890 à 960 Mhz, le troisième génération UMTS : de 1900 à 2100 Mhz et la Wi-Fi : 2400 Mhz.

Sachant que le principe de précaution a valeur constitutionnelle puisque introduit par la loi du 2 février 1995 relative à la protection de l’environnement, il est plus que jamais urgent de l’appliquer à Montargis.

Alors, parce que je crois le sujet important, je pourrais poursuivre encore longtemps, mais il est grand temps que je vous pose ces questions auxquelles il faudra répondre, peut-être pas ce soir, mais le plus rapidement possible :

Combien avons-nous d’antennes relais à Montargis et dans l’Agglomération ? Disposons-nous d’un plan de situation ? Disposons-nous d’un tableau de synthèse de champs électrique ? Quels opérateurs sont concernés ? Qui a donné l’autorisation de leur mise en place ? La ville ou le bailleur lorsqu’il s’agit d’immeubles publics ou privés ? Je pense aux Closiers et à deux immeubles en particulier. Quelle information a été donnée par les opérateurs à la population et plus particulièrement aux populations sensibles puisque c’est obligatoire ? Quand et comment ? Quelle expertise si il y en a eu ? Celle proposée par les opérateurs ou des organismes indépendants proposés par la ville ? Mais, et surtout, quel est le taux d’exposition maximum actuel des antennes, sachant que celui-ci doit être de 0,6 volt/m ? etc…Toute une population est concernée.

Je vous propose de mettre en place, c’est ce qui existe dans une cinquantaine de villes en France, une Charte locale de téléphonie mobile, qui se négocie en toute transparence entre la municipalité, les opérateurs, les bailleurs (je vous rappelle que dans la région lyonnaise, sur certains bâtiments l’OPAC a demandé à Bouygues de démonter ses antennes) et la population bien évidemment.

Un mot sur la Wi-Fi : la Bibliothèque Nationale de France (BNF) a décidé de couper l’accès à Internet sans fil au nom du principe de précaution.

Certaines études ont mis en avant la dangerosité des ondes radio à la fréquence 2,4 GHz alors que d’autres (dont celles de l’Afsset, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) estiment que les puissances utilisées ne sont rien à côté des téléphones portables ou fours à micro-ondes. L’agence doit rendre une nouvelle étude fin 2008.



On se souvient que la Ville de Paris avait déjà débranché le Wi-Fi entre octobre et novembre 2007 dans six bibliothèques parisiennes suite aux plaintes d’employés victimes de divers symptômes (maux de tête, vertiges, …).

Comme nous devons ouvrir à la fin de cette année la médiathèque tête de réseau de l’Agglomération, qu’en sera-t-il de son équipement informatique ? Avec ou sans Wi-Fi ? Nous avons encore du temps pour anticiper, afin de garantir la meilleure sécurité sanitaire aux agents qui travailleront sur place. Dans l’attente de vos réponses…

(1) Les Closiers est le nom d’un quartier de Montargis qui représente à lui seul un bon tiers de la population de la ville.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Burgunder - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

bertile 23/10/2008 23:01

Attention Jean-Luc, la BNF s'est rebranché WIFI!Bertile.

didier 15/06/2008 10:18

En partant de la réalité qu'un bailleur n'a pas à demander l'avis aux locataires pour l'installation d'antenne, nous pouvons mieux comprendre la forêt aux closiers.Une interrogation? L'implantation d'antennes est-elle rénumérée par les opérateurs. Si oui, les bailleurs déduisent-ils ces revenus des charges locatives?

bisounours 13/06/2008 16:21

bonne question que celle de ces antennes car les opérateurs les implantent quasi sans contrainte...cependant, je voulais attirer ton attention sur le fait que le principe de precaution n'a pas eu une valeur constit av la loi du 2 fev 1995....mais en 20 avec la charte "constitutionnelle " de 2000 sur l'environnement...mais tt reste relatif....on se demande si cette charte a valeur constit....et dc si ce principe de precaution et ses copains seront un jour espectés!!!!

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022