Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 10:31
Cabu et les autres, tous les autres, tués par des individus sans foi ni loi......

UNE ANNÉE EST PASSÉE, DÉJÀ

C’est vers midi le 7 janvier 2015 que la radio diffuse un message : « des évènements graves se seraient produits dans les locaux de Charlie-Hebdo ». Très vite, des précisions sont apportées : « Il y aurait plusieurs morts, des blessés graves… », nouvelles inquiétantes et anxiogènes. Outre la gravité de l’évènement en lui-même, le premier nom qui s’impose à moi comme un coup de poing dans l’estomac, est celui de Cabu. Qu’en était-il pour lui ? Hé oui l’inquiétude peut être sélective, avant je n’y avais jamais pensé. Plus les minutes s’égrainent, plus le carnage s’impose, plus l’angoisse grandit. Le temps, les minutes sont des éternités. A 14 h la terrible nouvelle tombe et annonce la mort de « quatre » dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Georges Wolinski. La nouvelle est glaçante. Dans la journée la liste s’allonge avec Philippe Honoré, Bernard Maris et tous les autres à commencer par l’agent d’entretien pour arriver à douze victimes dont deux policiers.

On sait que le danger rôde. Des menaces sont régulièrement proférées depuis la publication des caricatures en 2005 et l’attentat qui a détruit les bureaux de Charlie en novembre 2011. Mais de là à imaginer un acte barbare de cette ampleur… Le soir comme beaucoup d’autres, je me suis retrouvé hébété à un rassemblement spontané à Montargis. Au deuxième rassemblement, trop affecté et encore sidéré, j’ai décidé de ne plus participer à ces rassemblements.

Hébété pourquoi ? Cet attentat me concerne et m’atteint individuellement à plusieurs niveaux : personnel jusqu’à l’intime, culturel, professionnel et politique.

Personnel et intime Durant les années 70, 80 et début 90 j’ai beaucoup croisé Cabu et les siens, Isabelle Cabut-Morin et leur fils Manu bien avant qu’il ne devienne Manu-Solo. Dans les années 90, Isabelle (entre temps divorcée d’avec Cabu) sera la dernière secrétaire de rédaction d’Ecologie-Infos. Dernièrement dans un rangement je classais mes vieux agendas et au fil des pages j’ai retrouvé, ému, les traces de nos nombreuses rencontres. Que du bonheur. ! Aujourd’hui, tous les trois ont disparu, un destin bien cruel. Au-delà, nous sommes dans ce domaine privé et intime qui se doit de rester confidentiel.

Culturel d’abord, à travers la saga des Hara-Kiri (mensuel et hebdo), des Editions du Square, de Charlie (mensuel BD et hebdo en remplacement d’Hara-Kiri hebdo interdit par le pouvoir en novembre 70), puis la Gueule Ouverte premier journal écolo à grand tirage. Pour moi la rencontre avec ces titres a été la révélation de la liberté d’être.

Des anticonformistes qui montrent leurs culs à une société guindée et coincée dans ses certitudes, non seulement c’est jouissif mais révolutionnaire, sans idéologie et sans dogmatisme. Une remise en cause permanente de tous ceux qui ont des velléités d’imposer à d’autres leurs « vérités ». Imaginez, que d’air pour un jeune adulte des années 60. Incroyable espace de liberté, de créativité, de connaissance, de dérision mais aussi ce génie d’entretenir en permanence une formidable capacité d’autodérision. Charlie c’est un état d’esprit qui diffuse bien au-delà du journal lui-même. La caricature fait partie de la culture française et Charlie-hebdo s’inscrit dans l’importante lignée de la presse satirique apparue en France en 1789 avec la Révolution française. Tous républicains : La Silhouette, La Caricature, Le Charivari, Le Figaro, ces grands pionniers du XIXe siècle. Le Figaro racheté, en 1832 par des monarchistes plus libéraux proches de Louis-Philippe, aujourd’hui ne fait plus rire personne. Au XXème siècle, avec l'Assiette au beurre, Hara-Kiri et Charlie Hebdo en passant par Le Canard enchaîné, et d’autres encore, ce sont les engagés anarcho-libertaires qui s’expriment pour notre plus grand bonheur.

Professionnel L’essentiel de mes relations se sont faites avec l’équipe du premier Charlie, celui qui arrêta de publier en 1982. Celui de Cavanna, Cabu, Fournier, Wolinski, Reiser, Gébé, Choron, Willem, Siné et tant d’autres. La relance du Charlie-Hebdo s’est faite en septembre 1992 alors qu’Ecologie-Infos venait de cesser toute parution depuis le printemps. Notre collaboration régulière avec Cavanna et Cabu s’est de fait arrêtée. Charlie, dès 1970 nous a accompagnés dans nos activités d’abord en relayant nos informations, puis au fil du temps, par des collaborations avec des personnes en particulier. Une partie des chroniques de Cavanna publiées dans Ecologie-Infos ont fait l’objet en 1991 d’un bouquin aux Editions de l’Archipel sous le titre « La belle fille sur le tas d’ordures » illustré de dessins de Cabu. Aujourd’hui, pour illustrer ces lignes du blog, je dois choisir entre quelques centaines de dessins de Cabu, et finalement j’ai opté pour ceux qu’il a réalisés lors de nos campagnes d’abonnements.

Politique bien-sûr parce que Charlie n’est pas neutre. C’est par le dessin et le texte qu’il ne cesse de dénoncer ce que tant d’autres ne font pas ou si peu qu’on ne le remarque même pas. Il donne du sens à la provocation avec une profonde réflexion et propose «un autre monde, d’autres manières de penser, d’autres pistes ». Il se donne toute latitude dans son expression, il incarne la liberté de la presse, la liberté d’expression, valeurs de notre pays et de sa république laïque. « Vulgaire et outrancier » s’indignent tous les tartuffes bien-pensants. Mais justement c’est par le dessin que Charlie renvoie à la société, à ses dominants et aux vertueux leur propre vulgarité qui tous les jours agresse les quidams du monde entier et fait crever le monde vivant. Ha, pour les faux-cul dur-dur l’épreuve du miroir…la caricature laisse peu de chance à ceux qui n’ont ni humour, ni recul sur eux-mêmes.

Charlie défend la laïcité et la liberté de croire ou de ne pas croire. L’incroyable attitude des censeurs religieux dans leur toute puissance n’est pas acceptable. Se posent-ils une seconde la question de savoir s’ils respectent ceux qui n’adhèrent pas à leur foi ? Se posent-ils la question si leurs pratiques et leurs postures dans la société ne heurtent pas la conscience des non croyants qui devraient dans tous les cas fermer leurs gueules ? Ce n’est rien d’autre que de la discrimination et, au nom de leur foi, ils n’hésitent pas à détruire les lieux de culte et les populations de toute autre croyance. Peu d’athées se livrent à ce type de comportements.

Par les temps qui courent, conserver l’impertinence et l’esprit critique est plus que jamais impératif. Surtout ne pas abdiquer au prétexte que dire les choses ne serait jamais le moment. On appelle ça la censure, pire l’autocensure. Chacun dans sa sphère privée a droit de croire ou non. Ce que Charlie dénonce, ce sont les ultras de tous les camps. Qu’on ne s’y trompe pas, ceux qui ont massacré l’équipe de Charlie ne sont rien d’autres que des individus sans foi ni loi.

Juste un mot pour ceux et celles qui ont continué pour reconstruire Charlie, compte-tenu de la lâcheté des assassins et du traitement qu'ils lui ont fait subir, j’ai beaucoup d’admiration et de tendresse pour Coco. Ils me manquent tous, cruellement.

Cabu et les autres, tous les autres, tués par des individus sans foi ni loi......

Partager cet article

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022