Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 14:11
AgroParisTech les 40 ans de la candidature de René Dumont  en 1974

RENÉ DUMONT

UNE MÉMOIRE RÉTRO-FUTURO

A l’invitation de Marc Dufumier, président de la Fondation René Dumont, et de Laurent Gervereau son vice-président, directeur du Musée du Vivant, premier musée international sur l’écologie et le développement durable en France basé à l’AgroParisTech, là-même où enseignait René Dumont, un groupe de personnes se sont retrouvées pour marquer le quarantième anniversaire de la première candidature écologiste au monde.

L’esprit de cette rencontre n’était pas celui d’une mémoire figée à un évènement avec fleurs et couronnes. Il s’agissait de mettre en perspective le choix de cette candidature, de l’homme qui l’a incarnée, de l’importance de son œuvre, des questions posées alors et des réponses reçues depuis. Nous étions au cœur d’une mémoire vivante dans l’esprit retro-futuro.

Gilles Trystram, directeur général d’AgoParisTech, a introduit cette rencontre en rappelant l’importance et le poids d’un René Dumont pour ce qui s’appelait alors « l’Agro ». Marc Dufumier, son ancien élève a dressé le profil d’un homme rigoureux, disponible, ponctuel et toujours en éveil. Pour sa part, Laurent Gervereau a brossé le travail du Musée du Vivant qui rassemble tout ce qui concerne l’écologie politique, environnementaliste et sociaux. Il s’agit de préserver pour les générations futures la mémoire de ces partis, de ces mouvements et des personnalités qui les ont animés. Il s’agit de fédérer les organismes qui collectent et valorisent les archives personnelles, et de promouvoir largement ces sources et soutenir les recherches interdisciplinaires. Laurent rappelle que le Musée du Vivant s’inscrit dans un réseau international de recherche sur l’écologie.

S’en est suivi une projection de documents dont l’un des plus drôles, pour ne pas dire hilarant, est celui d’une interview de René par Jean Carlier, journaliste, sur le thème « comment expliquer l’inexplicable en politique » à une population qui n’est pas prête à accepter de changer… Le monteur du film avait sciemment éliminé les réponses de Dumont, seul son visage s’animait ou restait figé selon, alors que Carlier ne cessait de parler sur tous les sujets qui nous intéressaient alors et qui restent toujours d’actualité. J’espère que nous aurons l’occasion de pouvoir diffuser largement ce document qui franchement déride.

Brice Lalonde, qui avec Jean Carlier alors directeur de l’information à RTL furent des acteurs déterminants auprès de René Dumont, a expliqué à l’assistance pourquoi René était le meilleur candidat pour cette campagne électorale 1974 (j’en reparlerai dans un prochain article sur ce blog). Il a rappelé le rôle de Roger Fischer et de Georges Krassovsky, figures emblématiques de l’époque. Juste un rappel d’un autre concurrent au moment du choix, à savoir Charles Lorient de l’économie distributive de Duboin.

On n’arrête pas le progrès, si bien que durant l’intervention de Brice Lalonde un des ordinateurs de projection branché sur un autre amphithéâtre s’est mis en route sur le thème de la rumeur. Il a fallu dix bonnes minutes pour la stopper.

Jean-Paul Besset, biographe de René Dumont, est revenu sur son parcours d’agronome productiviste de l’après guerre (dommage qu’il n’ait pas parlé de l’avant guerre), puis sur le basculement progressif et la prise de conscience de René qui l’amena en 1973 à publier « L’utopie ou la mort ». C’est donc un jeune homme de 70 ans, qui allait prendre sa retraite de l’Agro, qui devint le candidat que nous connaissons.

La dernière à intervenir, Dominique Voynet, qui, provocatrice comme dab, nous déclara qu’elle n’était pas là pour témoigner de cette campagne, elle était encore au collège. Par contre, elle a rappelé son parcours avec René Dumont dans les années 90. Un homme fatigué mais toujours disponible et particulièrement durant la campagne présidentielle de 1995. Elle a rappelé l’absence cruelle des intellectuels plus prompts à commenter des résultats qu’à soutenir la cause écologiste. Elle a insisté, et je suis d’accord avec elle, sur le rôle de Charlotte Paquet, la seconde femme de René, qui a beaucoup influencé, et travaillé sur l’œuvre de Dumont dans ses dernières années.

Aux côtés de Brice Lalonde qu’elle n’avait pas revu depuis une vingtaine d’années, elle nous a bien amusés en rappelant un bon mot de Brice à son égard : « Je te souhaite d’attraper un cancer de la langue » lui avait-il lancé lors d’une dernière rencontre. Brice, pour toute défense, a répondu : « tu disais trop de bêtises », le tout dans la bonne humeur qui s’est poursuivie autour d’un pot où anciens et nouveaux ont échangé sur la suite à donner à cette question toujours en suspend chez les écologistes, comment être acteurs du changement ? Le pouvoir ou non ?

Et comment expliquer et faire adhérer au changement à l’inexplicable en politique ?

Pour ma part, un regret : l’absence de Claude-Marie Vadrot, alors journaliste à l’Aurore, qui fut hyperactif lors de cette campagne de 1974.

Domique Voynet et Brice Lalonde le 8 avril 2014 à l'AgroParisTech

Domique Voynet et Brice Lalonde le 8 avril 2014 à l'AgroParisTech

Partager cet article

Repost 0
Publié par BURGUNDER Jean-Luc
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  •   le blog de Jean-Luc BURGUNDER
  • : Au-delà de mes opinions écologistes et de mon engagement depuis 1970, je suis libre de ma pensée et un citoyen comme les autres. J'ai mes certitudes, mes doutes, mes questionnements, mes coups de cœur, mes espoirs, mes colères et une curiosité toujours en éveil. De plus, sur ce blog, je ne me limite pas à la politique institutionnelle mais élargi ce périmètre à toutes les dimensions de la vie. La politique n’est-elle pas la vie de la citée ?
  • Contact

Rechercher

Edward Hopper

L'expo est terminée, les oeuvres restent....numérisation0781

numerisation0782.jpg

PUSSY RIOT, RESTONS MOBILISES JUSQU'A LEUR LIBERATION

 

Nadejda Tolokonnikova (22 ans), Ekaterina Samoutsevitch (29 ans), et Maria Alekhina (24 ans), quasiment inconnues jusqu'alors, ont été condamnées le 17 août 2012 à deux ans de détention en camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse» pour avoir chanté en février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» d'une minute trente dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, demandant à la Sainte Vierge de «chasser Poutine». Cinq des dix chanteuses du Groupe Pussy Riot ont pris part à l'action, trois ont été arrêtées, les deux autres sont en fuite... Elles ont fait appel du jugement. Les artistes français sont restés d'une discrétion étonnante.

 

542375 4005555250810 157558470 n

Nadejda Tolokonnikova

Liste Des Pages

VIème République, 1980 une idée part, 2012 une idée...

numerisation0344.jpg

 

C'est au "Club de la Presse" d'Europe 1, le 30 novembre 1980, que Brice Lalonde, candidat aux présidentielles de 1981 de l'ensemble des écologistes, demande un changement de Constitution et le passage à une VIème République. Depuis 32 ans les écologistes n'ont eu de cesse de réclamer cette nouvelle Constitution. Aujourd'hui, après nous avoir raillés durant trois décennies, il y a tous ceux qui défilent en appellant de leurs souhaits l'avènement de cette fameuse VIème, comme quoi au bout de tout ce temps la victoire des idées nous revient. Ci-dessus la couverture d'ECOLOGIE n°333 de janvier 1980 (journal que j'animais). Pour en savoir plus sur ce blog, allez à mars 2007, bonne lecture.

Catégories

Prendre l'air...

2012-08-06--Bretagne-5-062.JPG

L'info d'hier et d'aujourd'hui

numérisation0756

 

En 1970, l’information militante écologiste ne passe pas, c’est le blocage dans les médias nationaux et plus encore régionaux. Outre le mépris de cette « grande presse », la communication et la liaison entre la multitude des groupes écologistes sont inexistantes à l’exception des écrits et des notes de Pierre Fournier dans Charlie Hebdo et des bonnes adresses dans le mensuel Actuel.

 

Le « Tout passe » est la formule clé qui fait toute l’originalité de l’APRE. L’équipe technique de Montargis se contente alors de rassembler les informations envoyées par les groupes ou individus, de les classer, les présenter, les envoyer aux abonnés et à l’ensemble de la presse. « Tout Passe », même parfois les réflexions les plus saugrenues, mais l’APRE est un lieu d’expression ouvert à tous, sans exclusive idéologique, culturelle ou spirituelle, sans qu’aucune sélection ne soit opérée. Avec les moyens de l’époque, nous étions déjà dans la démarche et l’esprit des réseaux sociaux d’aujourd’hui, la technologie en moins.

 

Le projet n’est pas journalistique. Le rôle assigné à cette Agence de Presse est de collecter toute information touchant à l’écologie, aussi bien celles militantes que celles du domaine scientifique. Les sources proviennent de tout groupe ou mouvement, de toute association ou personne, intéressés par une diffusion et une circulation plus large de l’information écologique. Il s’agit alors de transmettre toutes les informations réunies, seule liaison hebdomadaire au service des militants et pour sensibiliser les grands médias à l’écologie dont ils ne parlent jamais. Il faut dire que tous les grands journaux et autres médias (radios, télés) sont destinataires d’un ou plusieurs exemplaires gratuits pour des journalistes ciblés Ces services de presse gratuits sont considérés comme un acte militant. De même, toutes les informations insérées dans le bulletin sont gratuites, et seul le montant des abonnements permet au bulletin de l’APRE d’être publié et expédié chaque semaine.

numérisation0176

Le numéro d'avril 1979 d'ECOLOGIE annonce à sa " une" l'accident nucléaire de Three Mile Island, et également Europe Ecologie qui annonce sa candidature aux élections européennes du mois de juin. Les Ecologistes ont obtenu 7,4% aux élections cantonales.

 

Le numéro de mai 1986, c'est la catastrophe de Tchernobyl en URSS. Aujourd'hui c'est Fukushima au Japon. L'actualité d'hier ne cesse de rattraper celle d'aujourd'hui. C'est pourquoi , alors que de 1973 à 1992, durant 20 ans, j'ai créé et animé des structures d'éditions, de production et de diffusion de la presse écologiste (Agence Presse Ecologie et Ecologie), 462 numéros parus, 30 dossiers et livres thématiques dont le premier ouvrage généraliste sur l'énergie solaire en France (1976), j'ai décidé de réouvrir cette presse et vous en faire partager les bons morceaux, non pas par nostalgie, mais simplement pour comparer et faire ressurgir ce qui fut un investissement financier important, un réseaux de compétences, de talents, d'intelligence collective et de solidarité. C'est incroyable ce que pour l'écologie, l'actualité d'aujourd'hui colle à celle d'hier. C'est pourquoi lorsque l'information le justifiera,  je vous livrerai des illustrations ou des articles parus durant ces 20 ans de l'APRE et d'ECOLOGIE. Vous serez surpris.

numérisation0175

Tourner manège...

2012-08-06 Bretagne 5 022